Le Canada doit exporter son gaz vers l’Europe

Le chancelier allemand Olaf Scholz vient de visiter le Canada pour parler, entre autres, d’importation de gaz naturel canadien vers l’Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Justin Trudeau speaks at the University of Waterloo by Mohammad Jangda (Creative Commons CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada doit exporter son gaz vers l’Europe

Publié le 28 août 2022
- A +

Par Oliver Rancourt1, depuis le Canada.

Le chancelier allemand Olaf Scholz vient de visiter le Canada pour parler, entre autres, d’importation de gaz naturel canadien vers l’Europe. À la suite de l’invasion de l’Ukraine et des sanctions qui ont suivi, l’Allemagne, qui importait 55 % de son gaz naturel de la Russie en 2021, a dû rouvrir des centrales au charbon et a commencé à chercher d’autres sources d’approvisionnement en gaz naturel.

Bien que cette situation soit difficile pour le public allemand, ce transfert de la consommation vers du gaz naturel provenant d’autres pays va de pair avec la réponse occidentale face au premier conflit conventionnel en Europe depuis des décennies. Malgré tout, c’est une occasion exceptionnelle pour l’économie canadienne d’aider à la fois notre économie et celles de nos alliés. Seulement pour le Québec, on estime que les réserves de gaz naturel sont entre 2800 et 8500 milliards de mètres cubes. Selon le Canadian Energy Research Institute, l’exploitation de ces réserves augmenterait les recettes fiscales et redevances de la province de près de 15 milliards de dollars sur une période de 25 ans.

Malgré ces importants gains économiques, les gouvernements du Québec et du Canada refusent de donner le feu vert au développement du gaz naturel ou à la construction des infrastructures énergétiques requises pour exporter le gaz déjà produit. Citant un manque d’infrastructures utilisables à court terme et prétextant que la consommation de gaz naturel émet des GES, les gouvernements canadiens et québécois bloquent toute mesure pouvant faciliter l’exportation.

 

Des arguments qui ne tiennent pas la route

L’absence d’infrastructures préexistantes n’est pas une raison valable pour justifier les refus gouvernementaux.

En effet, lorsqu’on observe la vitesse à laquelle l’Allemagne prévoit que son terminal de GNL sera terminé et opérationnel, soit un peu plus d’un an, on comprend que le Canada pourrait agir dans des délais similaires. Il n’y a rien qui indique que le Canada ne pourrait pas construire un terminal dans des délais semblables. Plus nous attendons, pire sera la situation pour nos alliés européens.

L’argument écologique ne tient pas la route non plus. Le gaz naturel est une énergie de transition. La transformation de centrales au charbon en centrales au gaz naturel, une énergie moins polluante, a permis une réduction de 500 millions de tonnes de CO2 dans le monde entre 2010 et 2018, ce qui équivaut à remplacer 200 millions de véhicules à essence par des véhicules propulsés par une électricité ne générant aucuns GES.

Par ailleurs, l’Union européenne a récemment classifié le gaz naturel comme une énergie verte. C’est en ce sens que le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel Énergie Saguenay prévoyait de diminuer les émissions mondiales de GES de 28 millions de tonnes par année : le processus de liquéfaction à l’usine d’Énergie Saguenay aurait engendré moins d’émissions que les usines équivalentes aux États-Unis ou au Qatar. En plus de toutes les retombées écologiques du projet, l’usine prévoyait de générer plus de 800 millions de dollars par année en retombées économiques, et 110 millions de dollars en recettes fiscales pour les gouvernements fédéral et provinciaux.

Malgré les grandes retombées économiques et écologiques des projets d’exploitation et de liquéfaction du gaz naturel canadien, les gouvernements continuent de refuser de laisser libre cours au développement de ces projets.

Non seulement le Canada est en train de s’autosaboter, mais il nuit à ses alliés européens qui tentent de faire front commun face à la Russie. Et c’est sans compter que le Canada refuse par le fait même de réduire les émissions mondiales de GES en développant davantage une énergie considérée comme verte par l’Union européenne. Décidément, le Canada doit faire mieux !

  1. économiste à l’IEDM
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Le Canada doit laisser ses producteurs de gaz choisir librement à qui ils l’exportent.
    Et avant de se lancer dans des investissements conséquents du genre usine de liquéfaction, il faut bien réfléchir à combien d’années de guerre sont « souhaitables » pour qu’ils atteignent la rentabilité…

    • Avatar
      jacques lemiere
      30 août 2022 at 7 h 44 min

      la magie du mot « canada »..

      si ça foire c’est le « canada » qui paiera ces infrastructures..

      bon normalement il ya ce qu’on appelle un contrat…
      je m’engage à vous acheter à tel prix… sinon…

  • Bah, c’est leur gaz et ils en font bien ce qu’ils veulent.
    L’Allemagne est dans la situation du gosse qui a fait une grosse bêtise, qu’on avait prévenu avant, et qui l’a faite quand même. Qu’elle en bave un peu avant qu’un adulte responsable décide de régler l’ardoise et de passer l’éponge. La pédagogie par la sanction, voilà la clé !

  • Le Québec est l’une des plus grandes réserves d’eau douce du monde. Hydro-Québec, un peu l’équivalent de notre EDF mais sans le nucléaire, a doublé ses profits en un an, et fournit une partie non-négligeable de l’électricité nord-américaine côté est. Le Canada, c’est 40 millions de gens sur un territoire qui est le deuxième plus grand au monde derrière la Russie.
    Alors ne pas fournir de gaz aux Européens, ça ne va pas changer grand-chose pour eux, et c’est assez nombriliste de penser le contraire.
    Il va falloir prendre conscience de ce qu’on est aux yeux de quasiment tout le reste du monde: un petit bout de continent avec près d’un milliard de gens entassés dessus, qui n’a presque aucune ressource naturelle, qui consomme énormément mais ne produit quasiment rien, qui subit une immigration totalement incontrôlée (voire entretenue).
    Et ne comptons pas non plus sur le miraculeux gaz de schiste américain. Une lettre de Jennifer Granholm, la secrétaire d’état à l’énergie de Joe Biden, a fuité: elle y demande aux géants US de l’énergie de cesser leurs exportations vers l’Europe et de s’occuper en priorité des USA (ce qui est logique).
    Winter is coming et ça va pas être la fête du tout…

  • Nos rois de l’écologie allemands veulent désormais du bon gaz de schiste bien polluant chez les autres.
    Et nos écologistes ne sont pas du tout gênés par ça.
    Décidément, plus opportuniste qu’un écologiste, tu meurs !!!

    • Avatar
      jacques lemiere
      30 août 2022 at 7 h 42 min

      l’écologisme c’est « non à tout « ..

      alors un écologiste que arrive à se faire élire pourquoi pas..

      mais un écologiste élu qui arrive à mettre en place un programme écologiste,
      j’ai comme un doute..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture

Après Berlusconi et Salvini, Meloni sera t-il le nouveau nom de la droite en Europe ? L’ancienne ministre de la Jeunesse du dernier gouvernement Berlusconi et présidente de la formation nationaliste Fratelli d’Italia est favorite pour devenir présidente du Conseil à l’issue des élections du 25 septembre grâce à une alliance incluant notamment les mouvements des deux anciens hommes forts de la droite italienne.

En Suède, la victoire du bloc de droite et en particulier des Démocrates de Suède lors des élections générales du 11 septembre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles