Comment l’innovation booste les modèles d’apprentissage alternatifs

L’innovation disruptive modifie la façon dont les enfants apprennent et élargit l’accès à des modèles d’éducation alternatifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Annie Spratt on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment l’innovation booste les modèles d’apprentissage alternatifs

Publié le 26 août 2022
- A +

Par Kerry McDonald.

 

L’innovation disruptive commence généralement en marge, avec quelques utilisateurs intrépides qui adoptent un nouveau produit ou service. Soutenue par les nouvelles technologies, une innovation de rupture touche le grand public lorsqu’il est prouvé que sa qualité est aussi bonne, voire meilleure, que celle des modèles plus établis.

Selon l’auteur et investisseur Michael Horn, un exemple classique d’innovation disruptive est Airbnb, qui a commencé en marge de la société en tant qu’outil pour dormir chez l’habitant, puis, grâce à la technologie, a bouleversé le secteur de l’hôtellerie.

Dans l’épisode de cette semaine du podcast LiberatED Horn m’a confié :

« Au départ, nous pensions que [l’innovation disruptive] pouvait être n’importe quelle innovation à faible coût. Ce que nous avons observé avec le temps, c’est que vous aviez besoin d’une sorte de facilitateur technologique qui vous permettait de porter la proposition de valeur originale autour de la commodité, de l’abordabilité et de l’accessibilité et vous permettait d’améliorer sans simplement reproduire toutes les caractéristiques de coût de l’opérateur historique. »

M. Horn est bien placé pour le savoir. Il a cofondé le Clayton Christensen Institute avec Clayton Christensen, qui a inventé le terme « innovation disruptive » dans les années 1990. Depuis lors, M. Horn a étudié le rôle de l’innovation dans l’éducation et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet, notamment son nouveau livre, From Reopen to Reinvent : (Re)Creating School for Every Child.

Dans notre conversation en podcast cette semaine, Horn et moi nous sommes concentrés sur la manière dont l’innovation disruptive remodèle la façon dont de nombreux enfants apprennent, et accélère la croissance des modèles d’apprentissage alternatifs.

Par exemple, alors que l’enseignement à domicile a commencé à connaître un renouveau moderne il y a un demi-siècle et que les micro-écoles, ou petits environnements d’apprentissage pour plusieurs âges, existent depuis des décennies – y compris certaines de celles que j’ai présentées dans mon livre Unschooled – ce n’est qu’avec l’avènement des nouvelles technologies que l’enseignement à domicile et les micro-écoles sont devenus une option courante pour des millions de familles.

Les écoles virtuelles et les plates-formes telles que Sora Schools, My Tech High, ASU Prep Digital et Socratic Experience permettent aux étudiants, dont beaucoup peuvent être inscrits en tant que homeschoolers, d’apprendre de n’importe où et d’avoir accès à un programme plus personnalisé. De même, Khan Academy, Coursera, Udemy et Outschool permettent aux étudiants du monde entier d’accéder à des experts en contenu et en programmes d’études afin de faciliter le choix d’une voie d’apprentissage alternative ou de compléter une voie conventionnelle.

Des réseaux de micro-écoles en plein essor, tels que Prenda et KaiPod, associent la technologie éducative à de petits groupes d’apprentissage en personne pour permettre à un plus grand nombre de familles d’avoir accès à une expérience personnalisée et flexible de micro-école. KaiPod s’est récemment associé à des fournisseurs virtuels tels que Sora Schools et Socratic Experience pour proposer des modules adaptés aux familles qui choisissent un programme spécifique.

Pour Michael Horn :

« Tirer parti de la technologie permet de rester connecté au programme scolaire, d’apprendre de n’importe où, d’apprendre des meilleurs experts n’importe où. Et puis d’entourer l’enfant d’une variété de soutiens inédits, adaptés à ce dont l’enfant a besoin, à ce dont la famille a besoin, et de libérer toutes sortes de choses. »

L’association des nouvelles technologies à la personnalisation et à la flexibilité du microschooling et du homeschooling continuera à perturber le secteur de l’éducation et à faire des modèles d’apprentissage alternatifs des options courantes pour beaucoup plus de familles.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Pas bon tout ça. Si ces enfants ne baignent pas dans l’éducation nationale socialiste dès leur plus tendre enfance, ils s’expatrieront pour créer des richesses plutôt que de vivre chichement en France en étant matraqué d’impôts.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La façon dont nous formulons un problème, c’est-à-dire notre modèle mental, détermine notre capacité à le résoudre.

Le mauvais modèle mental nous enferme, tandis que le bon ouvre des possibles. Un bon exemple est celui qui distingue, dans le domaine de l’innovation, l’exploration de l’exploitation. Cette distinction est aujourd’hui universelle et semble évidente mais, comme souvent, elle est contestable, sans compter qu’elle a été sortie de son contexte et appliquée à des domaines où elle n’est pas pertinente. Il est temps de cesser de... Poursuivre la lecture

Alors que les écoles indépendantes et l’école à la maison se développent partout dans le monde, la France a fait le choix de dire non aux alternatives à l’Éducation nationale. C’est ce qui ressort de la dernière analyse proposée par « Créer son école » lors de la tenue de sa conférence de rentrée du 7 septembre 2022.

Avec la crise du Covid-19, le recours à l’école à la maison s’est développé partout dans le monde. Aux États-Unis, le taux de homeschooling est passé de 3,5 % à 10 % de 2019 jusqu’à aujourd’hui. En Grande-Bretagne, la croi... Poursuivre la lecture

Par Jordan J. Ballor.[1. Jordan J. Ballor (Dr. Théologie, Université de Zurich ; Ph. D., Calvin Theological Seminary) est directeur de recherche au Center for Religion, Culture & Democracy (Centre pour la religion, culture et démocratie), une initiative de First Liberty Institute. Il a précédemment occupé des postes de recherche à à l’Institut Acton et à Vrije Universiteit Amsterdam.]

Qu’est-ce qui distingue quelque chose de vraiment créatif de quelque chose de simplement novateur ? Et quelle valeur accordons-nous à l’un et l’autre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles