Quand les bons sentiments détruisent le capitalisme

Ces dernières années, le capitalisme des parties prenantes ( « stakeholder capitalism » ) a pris d’assaut l’économie mondiale. Sera-t-il à la hauteur de ses promesses ou détruira-t-il le capitalisme au nom de sa réforme ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
world economic forum on latin america 2018 by Ministério da Indústria, (creative commons) (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les bons sentiments détruisent le capitalisme

Publié le 15 juillet 2022
- A +

Par Dan Sanchez.

Ces dernières années, le capitalisme des parties prenantes (stakeholder capitalism) a pris d’assaut l’économie mondiale. Ses champions proclament qu’il va sauver – et refaire – le monde. Sera-t-il à la hauteur de ses promesses ou détruira-t-il le capitalisme au nom de sa réforme ?

Ses partisans présentent le capitalisme des parties prenantes comme un antidote aux excès du « capitalisme actionnarial« , qu’ils condamnent comme étant trop étroitement axé sur la maximisation des profits (en particulier les profits à court terme) pour les sociétés actionnaires. Selon eux, cette approche est socialement irresponsable et destructrice car elle ne tient pas compte des intérêts des autres parties prenantes, notamment les clients, les fournisseurs, les employés, les communautés locales et la société en général.

Le capitalisme des parties prenantes vise ostensiblement à inciter les dirigeants d’entreprise à prendre en compte ces considérations plus larges et à prendre ainsi des décisions plus durables. On prétend que cela est également meilleur à long terme pour les résultats des entreprises.

 

L’ascension et le règne de l’ESG

La doctrine connue sous le nom d’ESG, qui signifie « environnement, social et gouvernance d’entreprise », est aujourd’hui la forme dominante du capitalisme des parties prenantes. L’étiquette a été inventée dans le rapport 2004 de Who Cares Wins, une initiative conjointe d’institutions financières d’élites invitées par les Nations unies « à élaborer des directives et des recommandations sur la manière de mieux intégrer les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) d’entreprise dans la gestion des actifs, les services de courtage en valeurs mobilières et les fonctions de recherche associées ».

Who Cares Wins a fonctionné sous les auspices du Pacte mondial des Nations unies qui, comme l’indique le rapport, « est une initiative en faveur de la responsabilité des entreprises lancée par le Secrétaire général Kofi Annan en 2000 dans le but premier de mettre en œuvre des principes universels dans les entreprises. »

De nombreux progrès ont été accomplis dans ce sens. Depuis 2004, l’ESG est passé de « lignes directrices et recommandations » à des normes explicites ayant une influence sur de vastes pans de l’économie mondiale.

Ces normes sont définies par des agences de notation ESG telles que le Sustainability Accounting Standards Board (SASB) et appliquées par les sociétés d’investissement qui gèrent des fonds ESG. L’une de ces sociétés est Blackrock, dont le PDG Larry Fink est l’un des principaux défenseurs des normes ESG et du SASB.

 

En décembre, Reuters a publié un rapport intitulé « How 2021 became the year of ESG investing » (Comment 2021 est devenue l’année de l’investissement ESG) qui indiquait que « les fonds ESG représentent désormais 10 % des actifs mondiaux des fonds. »

Et en avril, Bloomberg a rapporté que l’ESG, « selon certaines estimations, représente plus de 40 000 milliards de dollars d’actifs ». Selon Morningstar, les véritables fonds ESG détenaient environ 2,7 billions de dollars d’actifs gérés à la fin du quatrième trimestre. »

Pour accéder à une partie de ce capital, il ne suffit plus qu’une entreprise offre un bon retour sur investissement. Elle doit également faire état de mesures environnementales et sociales conformes aux normes ESG.

Cette évolution est-elle bienvenue ? Le grand public, en tant que parties prenantes non propriétaires de ces entreprises, sera-t-il mieux loti grâce à la mise en œuvre des normes ESG ? Le capitalisme des parties prenantes commence-t-il à réformer le capitalisme des actionnaires en élargissant sa perspective et en le débarrassant de sa fixation étroite sur le profit uber alles ?

 

Le capitalisme est pour les consommateurs

Pour répondre à cette question, quelques précisions s’imposent.

Tout d’abord, le capitalisme actionnarial est un terme trompeur pour désigner le capitalisme de laissez-faire. Il est vrai que, comme Milton Friedman l’a écrit en 1970 dans sa critique de la rhétorique de la responsabilité sociale des entreprises de l’époque :

« Dans un système de libre entreprise et de propriété privée, un dirigeant d’entreprise est un employé des propriétaires de l’entreprise. Il a une responsabilité directe envers ses employeurs. Cette responsabilité consiste à diriger l’entreprise conformément à leurs désirs, qui seront généralement de faire autant d’argent que possible tout en se conformant aux règles de base de la société, à la fois celles incarnées par la loi et celles incarnées par la coutume éthique. »

Puisque les propriétaires d’une société cotée en bourse sont ses actionnaires, il est vrai qu’ils sont et devraient être les patrons des employés de la société, y compris de ses dirigeants. Il est également vrai que les dirigeants d’entreprise ont la responsabilité fiduciaire de maximiser les profits pour leurs actionnaires.

Mais cela ne signifie pas que les actionnaires règnent en maîtres sous le capitalisme. Comme l’explique le grand économiste Ludwig von Mises dans son livre Human Action :

« La direction de toutes les affaires économiques est dans la société de marché une tâche des entrepreneurs [qui, selon la définition technique de Mises, inclut les investisseurs actionnaires]. C’est à eux que revient le contrôle de la production. Ils sont à la barre et dirigent le navire. Un observateur superficiel pourrait croire qu’ils sont suprêmes. Mais ils ne le sont pas. Ils sont tenus d’obéir inconditionnellement aux ordres du capitaine. Le capitaine, c’est le consommateur ».

Les « consommateurs souverains« , comme les nomme Mises, donnent leurs ordres par « leurs achats et leur abstention d’acheter ». Ces ordres sont transmis à l’ensemble de l’économie par le biais du système de prix. Les entrepreneurs et les investisseurs qui anticipent correctement ces ordres et orientent la production en conséquence sont récompensés par des bénéfices. Mais si l’un d’entre eux, comme le dit Mises, « n’obéit pas strictement aux ordres du public tels qu’ils lui sont transmis par la structure des prix du marché, il subit des pertes, il fait faillite et est ainsi démis de sa position éminente à la barre. D’autres hommes qui ont mieux réussi à satisfaire la demande des consommateurs le remplacent. »

Dans le capitalisme de laissez-faire, les consommateurs, et non les actionnaires, sont les principales parties prenantes dont les préférences règnent en maître. Et le profit des actionnaires est une mesure – et une récompense motivante – de la réussite « à ajuster le cours des activités de production à la demande la plus urgente des consommateurs », comme l’a écrit Mises dans son article « Profit and Loss » (Profit et perte).

Cela est très pertinent pour la discussion sur le capitalisme des parties prenantes, car cela signifie que, dans la mesure où la mesure des profits et des pertes est écartée au profit d’objectifs concurrents (comme servir d’autres parties prenantes), les consommateurs souverains sont détrônés, méprisés et relativement appauvris.

Maintenant, il est au moins concevable que les normes ESG ne soient pas concurrentes, mais plutôt complémentaires à la métrique des profits et des pertes et servent ainsi les consommateurs. En fait, c’est une grande partie de l’argumentaire de vente de l’ESG : les entreprises qui adoptent et adhèrent aux normes ESG bénéficieront de bénéfices plus élevés à long terme, car le fait de se libérer de leur fixation sur les rendements des actionnaires à court terme leur permettra d’adopter des pratiques commerciales plus durables.

Dans un marché libre, il appartiendrait aux consommateurs souverains de décider si cette promesse se réalise ou non, et l’ESG s’élèverait ou se dégraderait selon ses propres mérites.

 

Celui qui se conforme gagne

Malheureusement, notre économie de marché est loin d’être libre.

L’État a truqué les marchés financiers au profit de ses laquais d’élite dans l’industrie financière : comme les gros bonnets de « Who Cares Wins » qui ont lancé le mouvement ESG en 2004 sous les auspices des Nations unies.

L’un des principaux moyens par lesquels l’État truque les marchés est la politique des banques centrales.

La quantité prodigieuse d’argent nouvellement créé que la Réserve fédérale et d’autres banques centrales ont injecté dans les institutions financières ces dernières années a transféré de vastes quantités de richesse réelle du grand public vers ces institutions. En conséquence, ces institutions – les grandes banques et les sociétés d’investissement – sont désormais beaucoup plus redevables à l’État et beaucoup moins aux consommateurs pour leur richesse.

Comme on dit, « c’est celui qui paie le joueur de cornemuse qui décide de la musique ». Il n’est donc pas surprenant que ces institutions se bousculent pour prendre le train de l’ESG de l’État.

Et cela signifie que les sociétés non financières doivent également se mettre au programme ESG si elles veulent avoir accès au robinet à monnaie de la Fed et donc aux capitaux. D’autant plus que le consommateur moyen s’appauvrit de plus en plus en raison de politiques économiques désastreuses, l’incitation des entreprises à réaliser des bénéfices sur le marché en faisant plaisir aux consommateurs est progressivement remplacée par l’incitation à accéder au flux de butin de la Fed en respectant les normes sociales de l’État.

En contrôlant de plus en plus les flux de capitaux, l’État acquiert un contrôle toujours plus grand sur l’ensemble de l’économie.

Cela peut expliquer la volonté récente de tant d’entreprises de s’aliéner leurs clients et de sacrifier leurs profits sur l’autel de la politique verte et woke.

Ce n’est pas une coïncidence si Klaus Schaub, le principal défenseur de la grande réinitialisation (Great Reset), est également co-auteur d’un livre intitulé Stakeholder Capitalism. Le résultat de ce capitalisme est que l’État supplante le consommateur en tant que partie prenante suprême de l’économie. La blague de mauvais goût du capitalisme participatif est qu’il « réforme » le capitalisme en le transformant en une forme de socialisme.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’économie devrait être principalement un jeu à 3 : le consommateur, l’épargnant/investisseur et le travailleur.. beaucoup d’individus sont les 3 à la fois. L’investisseur doit bien évidemment tenir compte de la demande dans le domaine où il veut investir et il doit aussi tenir compte des travailleurs dont il a besoin. Le système s’équilibre donc spontanément puisque toutes les parties prenantes y ont un pouvoir. Mais cela dérape quand on veut y intégrer de fausses parties prenantes qui ne fournissent ni travail, ni capital ni consommation des produits de l’entreprise. Ce sont habituellement des associations militantes qui cherchent un moyen de nuire à ce qu’elles n’aiment pas (exemple type les opposés à un aéroport trop loin pour les gêner) ou encore des politiciens opposés à notre type de société.
    La bonne solution est de laisser faire le marché en limitant simplement ce qui est vraiment inacceptable (quasi esclavage, vente de produits vraiment dangereux…). Ce n’est hélas pas la direction prise dans nos régimes socialo-étatistes.

    • Un jeu à deux et non pas à trois selon moi. Un échange libre ce sont deux agents qui échangent. Vous faites rentrer en compte la rareté des ressources qui sont ce qui s’échange et hop vous avez l’économie.
      Votre épargnant/investisseur est seulement un agent comme un autre qui échange ou n’échange pas ou joue au golf ( je blague )
      Sinon je suis évidement d’accord avec votre message, avec le bemol qu’il est inutile d’interdire quelquechose qui va contre les droits naturels de l’homme dans un état où ces droits seraient protégés ( bref arrêtons de vouloir interdire, même l’ignoble, et préférons protéger les droits naturels de l’homme, cela ne légalisera pas l’esclavage ou le meurtre mais cela remettra les choses dans le bon sens )

    • En effet le jeu n’est qu’à deux, mais à deux étages.
      Un premier jeu entre l’apporteur de capitaux et les travailleurs pour déterminer la forme de contrat et la rémunération du travail (et déjà il y a problème ici puisque nous avons un « droit du travail » qui impose presque directement le salariat, forme de contrat où les travailleurs sont « assurés » par l’employeur en plus de rémunérés pour le travail, ce qui explique qu’ils ne perçoivent sous forme monétaire qu’une part limité de ce qu’ils contribuent à produire. Le reste de leur rémunération est obtenue sous forme de stabilité des revenus avec changements seulement à la hausse, quoi qu’il advienne, tant que l’entreprise n’est pas faillie ou le contrat rompu.
      Le second étage du jeu se fait là encore à deux acteurs, l’entreprise (personne morale représentant le collectif des investisseurs, puisque c’est eux qui ont apporté le capital et passé contrat avec les travailleurs) et ses clients. L’entreprise est d’ailleurs à tour de rôle cliente (d’autres entreprises) et vendeuse. On pourrait d’ailleurs réduire l’ensemble à cette relation entreprise/client puisque l’individu devrait être considéré comme une entreprise apportant capital humain et travail et vendant ce produit à d’autres entreprises… Si le salariat et sa mise en coupe réglée de l’économie par le droit et le politique n’était pas là ou du moins pas « presque obligatoire ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgr... Poursuivre la lecture

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, Janan Ganesh estime que les démocraties occidentales ont un grave problème de personnel. Ce ne sont pas les électeurs qui préfèrent des troisièmes couteaux aux véritables hommes d’État disponibles, mais une classe politique qui peine à recruter : « (d)es personnes aptes, de tendance libérale ou modérée, [qui] ne sont pas assez nombreuses à se lancer en politique ».

L’auteur de la tribune a en tête la succession de Boris Johnson en tant que Premier ministre du Royaume-Uni. Il est facile ... Poursuivre la lecture

Par Jesse Gill.

Si vous mettez un crabe dans un seau, il en sortira en rampant. Cependant, si vous mettez plusieurs crabes dans un seau, ils resteront tous à l'intérieur du seau. Si un crabe décide de sortir du seau, il sera ramené à l'intérieur par ses camarades.

 

La mentalité du crabe

On pense que le raisonnement des crabes qui ne laissent pas les autres s'échapper du seau peut être décrit comme "si je ne peux pas l'avoir, vous non plus". Même si cela a pour conséquence de les transformer en soupe de crabes, ils r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles