Le Royaume-Uni n’est pas déraisonnable avec l’Europe

Le Royaume-Uni n’est pas déraisonnable avec l’Union européenne sur ses prétentions juridiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Brexit by Tiocfaidh ar la 1916 (CC BY-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Royaume-Uni n’est pas déraisonnable avec l’Europe

Publié le 7 juillet 2022
- A +

Boris Johnson ayant assuré son poste pour l’instant, l’attention se porte à nouveau sur le bras de fer en cours entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Le mois dernier, le gouvernement britannique a publié ses plans pour modifier la section Protocole de l’accord de Brexit. L’objectif est de faciliter la circulation de certains biens entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord. L’UE s’y oppose, car elle affirme que cela enfreindrait le droit international.

La première question est de savoir si les députés bloqueront cette mesure. Mais qu’en est-il du fond de l’affaire ? Dans quelle mesure le Royaume-Uni est-il déraisonnable de déchirer un accord international après l’avoir accepté ?

 

La question de l’Irlande du Nord

Oui, le Royaume-Uni a accepté des contrôles en mer d’Irlande en échange de l’évitement d’une frontière dure sur l’île d’Irlande, mais l’étendue réelle des contrôles n’a jamais été convenue. Il était entendu que les deux parties seraient raisonnables et se rencontreraient quelque part. Cela ne devrait pas être si difficile. Si l’Union européenne s’inquiète réellement de voir des marchandises pénétrer en douce dans son marché unique et son union douanière – une préoccupation légitime – elle devrait renforcer les contrôles dans les ports de Rotterdam et d’Anvers, les deux grandes portes d’entrée, et non dans une ruelle d’Irlande du Nord. Selon le maire d’Anvers, les deux ports « fuient comme une passoire ».

L’UE prétend que sa proposition revient à minimiser les contrôles. Cependant, ce que l’on perd souvent de vue dans ce débat, c’est que l’UE a posé une condition stricte à la « réduction des contrôles ». Elle exige qu’en contrepartie, le Royaume-Uni accepte un accord de type suisse sur les normes animales et végétales, ce qui obligerait le Royaume-Uni à continuer d’aligner ses réglementations sur celles de l’UE.

Comme l’a fait valoir Lord Hannan, il ne s’agit donc pas d’une concession mais d’une exigence supplémentaire, déclarant :

« La véritable menace est cette lamentable tendance de Bruxelles à considérer le Royaume-Uni comme une province renégate qu’il faut mettre au pas plutôt que comme un allié stratégique ».

C’est vraiment regrettable, étant donné que l’UE pourrait simplement proposer de minimiser les contrôles sans exiger d’alignement réglementaire supplémentaire. En raison de cette impasse, la situation politique en Irlande du Nord devient encore plus complexe qu’elle ne l’était déjà. L’accord sur le Brexit n’a pas accordé de droit de veto à chaque communauté d’Irlande du Nord, alors qu’il s’agit de l’un des piliers fondamentaux de l’accord du Vendredi Saint pour apaiser la situation. On pourrait peut-être argumenter en faveur de cela, mais cela ne facilite pas la vente de l’accord de Brexit à des gens comme le DUP.

En fin de compte, l’UE peut traîner le Royaume-Uni devant les tribunaux. Étrangement, la Cour de justice de l’Union européenne, située à Luxembourg, a été chargée de servir d’arbitre en cas de différends concernant l’Irlande du Nord. Le Royaume-Uni veut maintenant diluer le rôle de la CJCE. L’Union européenne devrait peut-être prendre cette demande au sérieux, étant donné que le fait que la juridiction suprême d’une seule des parties serve d’arbitre n’est pas forcément propice à l’acceptation par les deux parties d’une résolution équitable.

En fait, la Commission européenne a déjà traîné le Royaume-Uni – la Cour suprême du Royaume-Uni pour être précis – devant la CJCE, en affirmant qu’un arrêt rendu par la Cour suprême du Royaume-Uni en février 2020 dans l’affaire Micula – dans laquelle la Roumanie a été condamnée à verser une compensation aux investisseurs qui ont perdu des subventions publiques – « a enfreint le principe de coopération sincère et violé le droit communautaire ».

 

Le double standard de l’UE

Il est clair que la volonté de l’UE de respecter le droit international ne semble pas s’étendre aux cas où cela est moins commode pour l’UE ou certains États membres. En ce moment, l’UE demande également à un tribunal fédéral de Washington d’annuler une sentence arbitrale de 291 millions d’euros rendue contre l’Espagne pour avoir introduit en 2013 des changements radicaux dans son régime de soutien financier aux installations d’énergie renouvelable, modifiant ainsi les règles du jeu pour les investisseurs de bonne foi. Cette sentence est l’une des nombreuses sentences imposées à l’Espagne, qui résiste frénétiquement à payer sa dette à des entreprises comme Nextera, Antin, Eiser ou Greentech, après avoir perdu la quasi-totalité des nombreux procès intentés contre elle. Au lieu de simplement dédommager les investisseurs, comme on lui ordonne de le faire, le gouvernement espagnol conteste juridiquement tout ce qu’il peut.

Dans l’ensemble, l’Espagne a un bilan assez médiocre en matière de respect des décisions d’arbitrage, ce qui lui vaut d’être en mauvaise posture avec des pays comme la Russie, l’Argentine et le Venezuela. L’année dernière, l’Espagne est même intervenue en faveur de la Russie, dans l’affaire Yukos, en l’encourageant à ne pas payer. En 2011, lorsque la poursuite contre l’Espagne sur la base du traité sur la Charte de l’énergie a été lancée, l’Espagne n’était que le deuxième pays d’Europe occidentale à faire face à un défi.

À l’époque, une personne proche des groupes ayant porté l’affaire a fait le commentaire suivant :

« L’Espagne joue désormais dans la même cour que le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan en ce qui concerne la confiance des investisseurs. »

Aujourd’hui, cependant, dans sa quête pour contester l’arbitrage, l’Espagne reçoit le soutien de l’Union européenne. Lors de son intervention pour le tribunal américain, qui doit se prononcer sur un appel contre le jugement d’arbitrage que l’Espagne a perdu, l’UE ne se contente pas de faire valoir que le tribunal d’arbitrage privé n’aurait pas interprété correctement la loi. Elle va jusqu’à affirmer que l’affaire n’aurait pas dû être soumise à l’arbitrage en premier lieu, en se référant à l’arrêt Achmea de 2018 de la Cour de justice de l’Union européenne, qui a décidé que les litiges juridiques intra-UE ne devaient pas être soumis à l’arbitrage.

La raison pour laquelle l’arbitrage est pertinent ici est due au fait que l’UE a signé le traité multilatéral sur la Charte de l’énergie dans les années 1990. Un certain nombre d’États membres de l’UE, dont l’Espagne, tentent aujourd’hui de renégocier cet accord international et ont même menacé de s’en retirer. En fait, l’UE essaie de trouver des moyens de s’en sortir en violant ses obligations internationales. Ce qui ne correspond pas exactement à l’image qu’elle tente de donner d’elle-même dans le contexte du Brexit.

Peut-être qu’à l’avenir, l’UE devrait nous épargner ses leçons sur le droit international et se concentrer sur la recherche de solutions satisfaisantes sur la manière de mettre en œuvre des contrôles en mer d’Irlande qui soient proportionnels au risque que cela devienne une porte dérobée vers le marché unique. La proposition du Royaume-Uni de se contenter de contrôler les marchandises arrivant en Irlande du Nord en provenance de Grande-Bretagne et qui ne sont pas destinées à rester en Irlande du Nord est une contribution plus que raisonnable à la quadrature du cercle.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis que les États-Unis ont adopté leur "loi sur la réduction de l'inflation" (IRA), plus de 90 milliards de crédits d'impôt prétendument verts ont été accordés par les États-Unis, ce qui continue d'inquiéter les grandes entreprises européennes, car l'UE et le Japon sont exclus de ce régime, qui a donc été jugé protectionniste.

En réponse, la Commission européenne a proposé d'assouplir l'interdiction des aides d'État dans l'UE, afin de promouvoir une "explosion des subventions vertes". Non seulement cette mesure compromettrait la con... Poursuivre la lecture

Au vu de son contenu, cette déclaration cojointe entre les États-Unis et l’Europe suscite des réactions, malheureusement pas de la part des centaines de millions d’Européens que madame von der Leyen est supposée « représenter », mais au moins au sein même de l’U.E.

D’abord, il est notable que cette déclaration n’est disponible qu’en anglais, pas en allemand ni en français, ni en aucune des autres langues officielles de l’Union européenne. Ceci est un signe évident de l’ascendant des États-Unis sur l’Europe.

Mais plus grave que l... Poursuivre la lecture

Les Français en visite pour une journée arrivant par ferry seront autorisés à entrer à Jersey en utilisant leur carte d'identité nationale, dans le cadre d'un nouveau programme pilote.

Ce programme est mis en œuvre pour faire face à la "diminution significative" du nombre de visiteurs à la journée de Jersey après le Brexit. Des règles avaient été instaurées exigeant la présentation d'un passeport pour les visiteurs extérieurs à la zone de voyage commune.

Le gouvernement a indiqué que le programme sera en place pour l'été. Les au... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles