Pourquoi le « libre-échange » se heurte sans cesse à un mur

Les partisans du libre-échange d’aujourd’hui sont les derniers débatteurs d’une riche tradition, et ils ne seront pas les derniers à la défendre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
trade source https://unsplash.com/photos/kyCNGGKCvyw

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi le « libre-échange » se heurte sans cesse à un mur

Publié le 1 juillet 2022
- A +

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

« Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie. »

Une autre décennie s’est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d’affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a annoncé son soutien aux tarifs douaniers sur les produits chinois.

Il suit le raisonnement de l’administration Trump selon lequel les interventions du gouvernement chinois, comme les subventions accordées à certains exportateurs, donnent à leurs produits un avantage injuste sur les marchandises américaines dans le commerce international. La seule politique sensée pour l’Amérique est de riposter par des tarifs douaniers.

En politque américaine, l’idée des tarifs douaniers en riposte remonte au moins à Thomas Jefferson. Mais lorsque Masters affirme que le « libre-échange » ne peut même pas exister si personne n’intervient dans les politiques commerciales, il oublie que les économistes ne se laissent jamais influencer par les droit de douanes dans certains pays. Cela n’affecte pas leur soutien à la suppression des restrictions commerciales dans leur propre pays. Le libre-échange n’a pas besoin d’une liberté totale pour rester une bonne idée.

 

Rendons le commerce plus facile, plutôt que le rendre plus difficile

Adam Smith, dont le livre de 1776, La richesse des nations, est considéré comme l’une des plus importantes critiques du protectionnisme jamais écrites, était parfaitement conscient qu’un monde où le libre-échange serait total ne pourrait jamais être qu’une utopie. Pourtant, pour Smith, un pays qui s’empêche de commercer avec les autres « entraverait, au lieu de le promouvoir, le progrès de son pays vers la richesse et la grandeur réelles. » Contrairement à Masters, Smith ne voyait pas de raison économique pour les tarifs douaniers dans le cas réaliste du libre-échange.

L’une des raisons, comme le journaliste économique Frédéric Bastiat le dira des années après Smith, est que « les obstacles réciproques ne peuvent être que réciproquement nuisibles ». Le commerce est une voie à double sens, après tout. Si vous rendez plus difficile l’achat de votre produit, vous aurez également plus de mal à le vendre.

Des économistes contemporains comme Leland Yeager ont également essayé de faire passer l’idée que « les barrières commerciales étrangères privent les étrangers comme nous des gains potentiels du commerce, tout comme le font nos propres barrières ». La meilleure chose à faire est d’abaisser ces barrières autant que nous le pouvons, et non de les élever davantage.

Il peut être très dangereux de dire que les économistes sont pour la plupart d’accord sur quelque chose, mais il n’est pas exagéré de dire qu’ils sont pour la plupart en faveur de la liberté de commercer sans tenir compte des tarifs douaniers des autres pays.

L’économiste Don Boudreaux est même prêt à y mettre son propre argent. Et Paul Krugman, qui a remporté le prix Nobel pour ses travaux sur la théorie du commerce, va jusqu’à dire que « l’argument de l’économiste » en faveur du libre-échange est l’absence de droits de douane nationaux, quoi qu’il arrive. Lorsque Masters affirme que le libre-échange avec la Chine est un rêve impossible, il comprend mal ce que signifie – et a toujours signifié – être un libre-échangiste.

 

Comment le libre-échange induit en erreur

Pourquoi les économistes du commerce ont-ils dû présenter exactement le même argument, encore et encore, année après année ? Je soupçonne qu’une raison négligée (parmi beaucoup d’autres) est que la rhétorique qu’ils utilisent les désavantage dès le départ, et cela se résume à l’expression libre-échange. Les deux camps se retrouvent souvent à débattre de deux choses très différentes.

Comme le souligne l’historienne de l’économie Deirdre McCloskey, la façon dont les gens disent les choses compte beaucoup. Par exemple, elle estime que le fait d’appeler le système économique occidental capitalisme incite les gens à penser que c’est l’obtention de capitaux supplémentaires qui fait avancer l’économie, alors que ce sont les idées innovantes qui devraient retenir l’attention. Mais pourquoi s’arrêter à la critique d’un seul mot si des problèmes rhétoriques se cachent dans d’autres ?

L’argument de Masters sur le libre-échange révèle que le même faux pas se produit également dans le débat sur le commerce. Si vous n’avez pas lu les classiques de Smith et Bastiat, il est logique de croire que soutenir le libre-échange signifie uniquement soutenir une économie mondiale complètement ouverte ; c’est exactement ce que ces mots signifient.

Le terme commerce signifie que plus d’une partie est impliquée, puisque vous ne pouvez pas échanger quelque chose avec vous-même. Par conséquent, si nous qualifions le commerce de libre, cela signifie que tous les commerçants doivent être totalement libres de toute ingérence étatique. L’économiste moyen serait d’accord pour dire que c’est l’objectif final, même s’il sait que nous n’y arriverons jamais. Mais s’il ne défendait que ce type de libre-échange, alors l’idée de Masters selon laquelle le libre-échange avec la Chine communiste ne peut exister serait un très bon argument.

Les économistes plaident en fait pour un commerce « plus libre que ce qu’il devrait être », ce qui n’a pas le poids nécessaire pour justifier l’espace occupé dans les journaux et les débats. Pas plus que le substitut habituel, le « libre-échange unilatéral ». Mais si les partisans du libre-échange veulent arrêter de se répéter auprès de personnes comme Masters, il est temps d’être plus clair sur ce qu’ils veulent dire quand ils plaident pour le libre-échange.

La réponse pourrait être aussi simple que de le désigner plutôt par le terme de liberté de commercer, ce qui met l’accent sur le fait de laisser les consommateurs faire leurs propres choix sur ce qu’ils achètent. Ces choix peuvent ne pas provenir d’États libres à l’étranger, mais les citoyens sont toujours autorisés à les faire s’ils le souhaitent. C’est ce que signifie réellement le soutien au libre-échange.

Quel que soit le terme le plus approprié, les enjeux ici ne sont pas seulement sémantiques. Il pourrait s’agir du gagne-pain des individus. Si quelqu’un en poste (comme Blake Masters) découvre l’idée bien documentée que le libre-échange aide à sortir les pauvres de la pauvreté, et pense que le libre-échange signifie uniquement un commerce également libre de tous côtés, il aura probablement une prescription politique bien différente de celle des économistes qui ont étudié la question. À l’instar de Masters et de Trump, ils pourraient essayer d' »équilibrer » le commerce en augmentant les droits de douane, ce qui rendrait le commerce également non libre pour tout le monde.

Les partisans du libre-échange d’aujourd’hui sont les derniers débatteurs d’une riche tradition, et ils ne seront pas les derniers à la défendre. Mais en changeant leur rhétorique, ils pourraient permettre à ceux qui les suivent de convaincre plus facilement tout le monde d’une vérité simple : laisser les gens choisir par eux-mêmes est une bonne chose.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Les 2 meilleurs textes de Bastiat sur ce sujet :
    Immense découverte : http://bastiat.org/fr/immense_decouverte.html
    Réciprocité : http://bastiat.org/fr/reciprocite.html

  • Bah, les mentalités vont peut-être changer maintenant que les pénuries graves pointent leur nez. En tout cas, elles vont offrir une occasion rêvée de rappeler que les états douaniers pénalisent les nécessiteux.

    • Les pénuries sont la faute du capitalisme sauvage débridée apatride turbo-libéral qui en profite pour augmenter les prix pour s’en mettre plein les fouilles
      La solution est déjà connue Michel, on ne l’a seulement pas assez mise en place : entravons, encore et toujours plus ✊🏼.
      J’envie votre optimisme, l’occasion est « bonne » pour faire des leçons d’économie…mais je me serais bien passé de cette « occasion » d’édification du vulgum pecus ( d’autant plus que je n’y crois guère, à la marge quelques uns, mais ils sont nombreux quand même, y compris parmi les gens socialement et culturellement élevés )

      • Je sais, mais les pénuries vont bien permettre de trouver des exemples où l’absurdité de la taxation douanière ne pourra plus si facilement être renvoyée aux profiteurs ultra-turbo-libéraux à punir. On y est presque avec la moutarde, à nous de guetter et de monter les sujets en épingle. Des sujets qui comme la moutarde n’impliquent pas des sommes folles ni de grosses multi-nationales, et rendent ainsi les futurs interviewés des micros-trottoirs accessibles aux raisonnements dépassionnés.

  • Je ne suis pas certain que ce « mur » soit celui de la rhétorique. C’est à la marge. Je le verrai plutôt, comme toute chose impliquant l’humain, comme un mur psychologique. Les humains sont des êtres paradoxaux, ils peuvent très bien vouloir commercer librement et demander en même temps des protections. Comme le soulignait Alain : «Le matin l’homme est volontier anarchiste ; quand vient la nuit il aime les lois.»
    Nous évoluons dans cette ambivalence, tantôt plus, tantôt moins, au gré des circonstances.
    A la limite si on veut utiliser des mots justes pour convaincre, dans ce cas citer l’exemple, c’est à dire l’expérience vivante de la Corée du Nord, serait plus efficace.

    • + 10
      Vous êtes décidément un sage. ( très belle citation d’Alain également )
      Perso, je n’ai pas le level pour ne pas les prendre en majorité pour des sots, nature humaine, mur de la rhétorique, barrière psychologique ou quoi ou qu’est-ce.
      J’y travaille, forcément, puisque cela me rend malheureux.

    • Certes, mais la Corée du Nord est une parfaite abstraction pour 99.99% de la population. Il faudrait obtenir plus de récits vécus d’anciens du bloc de l’Est avant 1989, même si c’était parfois moins absolu, c’est bien plus tangible pour convaincre.

      • Corée du Nord vs Corée du Sud c’est imparable et actuel. On a eu les deux Allemagne mais on a déja oublié semble t’il.

  • « Pourquoi le « libre-échange » se heurte sans cesse à un mur »
    Parce que de l’autre coté du mur, c’est la loi de la Jungle.
    Le « libre-Echange » est eviedement une notion qui n’a de sens qu’a l’intérieur de l’espéce humaine.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Rome
0
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follet.

 

Notre neuvième Centre du progrès est la Rome antique pendant la période républicaine et les débuts de l'Empire, lorsque les Romains ont construit des projets d'infrastructure d'une sophistication inégalée à l'époque. Ces projets allaient des aqueducs et des égouts aux ponts, amphithéâtres et bains publics. Les viae Romanae (voies romaines) ou réseau routier romain, en particulier, représentaient une percée. Construites en partie pour faciliter le transport des soldats et l'acheminement des fournitures ... Poursuivre la lecture

Taiwan
1
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Depuis plusieurs mois, la presse étrangère évoque la pénurie de semi-conducteurs et de micropuces. Les mesures liées au covid ont perturbé leur production. Ces nouvelles sont passées relativement inaperçues et n’ont pas soulevé beaucoup de réactions en France. Pourtant, l’enjeu est beaucoup plus important qu’on ne le pense.

Dans notre monde actuel dépendant des appareils informatiques, les semi-conducteurs sont essentiels. Sans eux, nos ordinateurs ne pourraient pas être fabriqués. Ainsi, au début de l’ann... Poursuivre la lecture

L'escale à Taïwan de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, risque de relancer les tensions entre Washington et Pékin. La rivalité sino-américaine est à son comble, et se traduit partout dans le monde, avec l'Ukraine, comme point focal.

Sur le grand échiquier stratégique visant à conserver leur position dominante dans le monde, les États-Unis doivent rassurer leurs alliés en sortant de l'ambiguité face à leurs concurrents russe et chinois.

 

Un signal fort au camp atlantiste à Taiwan

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles