Bruno Le Maire, le ministre qui s’oppose à sa propre politique

Bruno Le Maire toujours prêt à défendre les positions du gouvernement adore faire comme s’il était aussi du côté de sa propre opposition.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Bruno Le Maire by OECD(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bruno Le Maire, le ministre qui s’oppose à sa propre politique

Publié le 30 juin 2022
- A +

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va changer, bien au contraire !

Notre ministre de l’Économie fait décidément partie de ces hommes politiques (femmes incluses) doués du rare talent de mériter le grand prix de l’humour en politique à chaque mot qu’ils prononcent. Mais au point où il en est arrivé, on parle évidemment d’un humour 100 % involontaire et totalement noir pour nos comptes publics, lesquels, fort en dépenses, en impôts et en dette, impactent à la baisse la prospérité globale du pays.

Si vous vous souvenez, en novembre 2018, alors que le gouvernement entrait dans les turbulences des Gilets jaunes pour cause de hausse des taxes sur les carburants et alors que lui-même présentait le projet de loi de finances pour 2019 aux sénateurs, il se mit à jouer à fond sur le registre larmoyant-compatissant face à l’injuste dureté de l’impôt en proclamant sans ciller :

Nous dépenserons moins et mieux, nous réduirons la dette, mais aussi les impôts et les taxes des Français – on voit bien ce qui se passe actuellement : les impôts et les taxes, ça suffit !

 

On tombe à la renverse devant tant de démagogie. Mais au fait, cher Bruno Le Maire, qui est ministre de l’Économie, des Finances et du Budget ? Qui a élaboré le PLF 2019, si ce ne sont vos équipes de Bercy ? Qui a approuvé le projet budgétaire en question, si ce n’est le Conseil des ministres réuni autour d’Emmanuel Macron et de son Premier ministre (Édouard Philippe à l’époque), Conseil dont vous faites partie ? Bref, qui détermine la politique économique de la France depuis 2017 ?

Plus récemment, en décembre 2021, donc avec le round électoral 2022 en perspective, même tactique. Dans l’émission On est en Direct animée par Laurent Ruquier et Léa Salamé sur France 2, Bruno Le Maire découvre soudain, après cinq ans de pouvoir, qu’il faut tout changer dans la façon de gouverner ! (vidéo ci-dessous, 03′ 36″) :

Je trouve que si on veut réussir le prochain quinquennat, dont je souhaite qu’il soit celui d’Emmanuel Macron, […] il faut changer complètement la façon dont on gouverne dans notre pays. Ce n’est plus possible ! Je le dis avec beaucoup de liberté : Ce – n’est plus – possible !

 

 

Manifestement, ce ministre toujours prêt à défendre les positions du gouvernement adore faire comme s’il était aussi du côté de sa propre opposition. C’est ainsi qu’hier, alors qu’il pontifiait à son habitude sur l’immense responsabilité qui lui incombe et dont il s’arroge volontiers le monopole dans tout le paysage politique français, il a battu tous ses records d’incompétence et d’hypocrisie satisfaite en nous expliquant sur un ton plus sentencieux que jamais que :

Nous avons atteint la cote d’alerte sur les finances publiques.

 

 

Ah oui ? Vraiment ? Quelle découverte époustouflante !

Ça commence à se savoir que la France est la championne du monde des prélèvements obligatoires et des dépenses publiques. Ça commence à se savoir que sa dette publique, loin de se réduire, s’envole rapidement et sûrement dans les volutes du « quoi qu’il en coûte » et autres dérapages dépensiers non contrôlés mais prolongés et enrichis de semaine en semaine par moult chèques inflation et autres dispositions en faveur du pouvoir d’achat. Et ça commence à se savoir que les prestations reçues en retour à l’hôpital, à l’école ou ailleurs sont parfois, comment dire, légèrement décevantes.

Et puis ce n’est pas comme si personne n’avait jamais parlé du danger de laisser la dette filer ; ce n’est pas comme si personne n’avait jamais évoqué son inéluctable résolution dans l’inflation ; ce n’est pas comme si personne n’avait jamais mis en garde contre une remontée tout aussi inéluctable des taux d’intérêt ; ce n’est pas comme si la charge de la dette n’avait pas commencé sa redoutable ascension dès l’an dernier.

En juin 2019, après avoir examiné les comptes 2018 et les perspectives pour les exercices 2019 à 2022, la Cour des comptes alertait déjà les contribuables et le gouvernement en ces termes :

Compte tenu de ses niveaux élevés de dette et de déficit, la France disposerait de peu de marges de manœuvre pour faire face à un ralentissement conjoncturel ou un choc financier. Dès lors, la poursuite du mouvement de baisse des prélèvements obligatoires doit s’accompagner d’un effort indispensable de maîtrise des dépenses publiques pour permettre à la France de garder pleinement le contrôle de ses choix budgétaires.

Mais à l’époque, Bruno Le Maire et son ministre du Budget Gérald Darmanin ont préféré faire la sourde oreille. Le second expliquait même au début de la pandémie de covid que le gouvernement pouvait « dépenser quasiment sans compter » en temps de Covid-19 « parce que nos finances publiques étaient saines » (vidéo, à partir de 10′ 10″). Grossière fanfaronnade, très éloignée de la réalité et démontée une fois de plus par la Cour des comptes.

Une Cour des Comptes de plus en plus souvent amenée à relever les non-dits frôlant l’insincérité des budgets soumis à son contrôle. Après le PLF 2017 du duo Hollande-Sapin, qualifié « d’irréaliste » par les juges de la rue Cambon et « d’insincère » par les sénateurs, c’est le tout récent PLF 2022, du 100% Macron-Le Maire-Dussopt, qui fut vertement renvoyé dans ses buts tant il était « incomplet » aux dires de la Cour et carrément « insincère » aux dires de son président, Pierre Moscovici. Et devenu parfaitement caduc depuis.

Il n’empêche que d’août 2021 à mai 2022, Bruno Le Maire n’a cessé de nous expliquer que l’économie française se portait bien, que la politique économique du gouvernement depuis 2017 avait porté ses fruits, que la croissance française en 2021 fut l’une des meilleures de l’OCDE, que le pays avait réalisé un exploit sur le plan du chômage, etc. Encore récemment, il plastronnait à grands coups d’approximations douteuses sur le fait que l’inflation française était la plus faible de l’Union européenne.

Et maintenant (que les élections sont passées), c’est soudain l’alerte rouge alors que tant de sonnettes d’alarme furent abondamment tirées, depuis longtemps et par de nombreuses personnes issues de milieux très différents (médias spécialisés, think tanks, économistes classiques, institutions dédiées, et même ici).

Cher M. Le Maire, difficile de vous prendre au sérieux, d’autant que l’on sait qu’un projet de loi « pouvoir d’achat » est en préparation en plus de toutes les mesures déjà prises et reconduites sur le gaz, l’électricité, les carburants et l’inflation en général. Difficile de vous prendre au sérieux quand l’INSEE nous apprend qu’au premier trimestre 2022, la dette publique a bondi de 89 milliards d’euros pour atteindre 114,5 % du PIB.

À ce stade, je ne peux que redire ce que j’ai déjà dit mille fois : il faut d’urgence se mettre à baisser vraiment les dépenses publiques. Cela passe inéluctablement par des réformes en profondeur ; pas un petit mouvement de curseur sur l’âge de départ en retraite, par exemple, mais par une transformation complète du système vers l’intégration d’un étage de capitalisation.

On m’objectera que ce n’est pas en temps de crise que, etc. Le problème, c’est qu’en France, temps de crise ou pas, ce n’est jamais le bon moment. Les cinquante dernières années en témoignent. Le coup de pied au fond de la piscine, pensez-y.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  •  » c’est soudain l’alerte rouge alors que tant de sonnettes d’alarme furent abondamment tirées, depuis longtemps et par de nombreuses personnes »
    Nos joyeux drilles du gouvernement et des finances publiques avaient sans doute entendu des « SORNETTES » d’alarme, donc des billevesées improbables et finalement sans aucune importance!
    CPEF

  • Je suis sidéré. Comment BLM fait-il ?
    Je paierais pour comprendre, j’atteins avec ce type les limites de mon entendement.

  • Comme dirait Jacques Dutronc : il a tellement usé sa veste qu’il retourne son pantalon.

    • Lol , bien vu, mais c’est pire que de changer d’opinion ou de gamelle ce qu’il fait. C’est de l’ordre du nimp intersidéral, mâtiné d’ignorance et de suffisance, érigé en politique économique.
      J’espère qu’il y aura des procès, ces gars sont responsables. Si ils ne sont pas responsables de leurs actes et des mots qui sortent de leur bouche, je sens que moi aussi je ne vais pas tarder à ne plus me sentir responsable des miens.
      Je suis vénère.

      • Bien évidemment, c’est l’incompétence qui le fait changer d’avis, et aussi essayer quelque chose….au hasard….

  • Tout cela est assez simple finalement…
    Cela fait 40 ans que nos dirigeants dépensent plus qu’ils ne gagnent, non pas pour investir d’une manière ou d’une autre dans le pays (centrales nucléaires etc…, « ça c’était avant !) mais pour acheter des voix en se livrant, tous, à une démagogie immonde, tout spécialement la gauche qui est la championne des orientations stratégiques sociétales et du tertiaire (sur quelle richesse, créée par qui ??)
    On a ruiné la france, certes (!), mais on a fait: la fête de la musique, le mariage pour tous etc…quel progrès ! :-))
    Ce qu’ils « gagnent (l’état) , ce n’est que ce qu’ils ôtent à ceux qui travaillent (toutes classes sociales confondues). Ils n’ont donc cessé d’augmenter « la taille et la gabelle » et malgré cela: les caisses sont donc plus que vides.

    Les estomacs se vident et les pauvres, que l’on importe par ailleurs par centaines de milliers, souffrent de plus en plus avec un avenir qui s’assombrit inéluctablement (on va d’ailleurs commencer par leur interdire de rouler à leur aise pour un coût tolérable avec les véhicules électriques. Une sorte d’assignation à résidence mais hélas à distance, souvent, de leur travail).
    Proverbe chinois : « Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent »

    Il ne nous reste, du fait des clowns à roulettes en service (depuis 40 ans mais les derniers « ne sont pas tristes » ) , que la politique de l’autruche pour garder un minimum d’optimisme. Mais faut-il en être capable. Ce n’est pas tous les jours facile.
    Ne vous inquiétez pas « Madame » cela va bien se passer ! (du ministricule Dard malin)
    Le rentrée de septembre risque d’être très chaude mais pas du fait du CO2.

  • Bruno Le Maire est un adepte de la distanciation sociale, qui est en réalité une technique théâtrale empruntée à Brecht, et qui consiste à « jouer comme à distance de son personnage ».
    Il faut dire que le théâtre est certainement la discipline où la macronie est la moins mauvaise.
    J’avais adressé un courrier à mon député LREM du Cher, en avril 2020, pour m’inquiéter des dépenses gigantesques liées au Covid. Il m’avait alors répondu que « le gouvernement avait choisi l’endettement, permis par les taux négatifs ».
    Même en n’étant pas un prix Nobel d’économie, cette réponse m’avait sidéré.
    Les taux vont remonter, peut-être durablement, et chaque pourcent supplémentaire nous coûtera 40 milliards.
    Jamais nous n’avons eu un pouvoir aussi irresponsable !
    Même le délire mitterrandien de 1981 avait pris fin au bout de 2 ans.
    Avec Macron, nous aurons eu 10 années de gaspillages inconsidérés et de chèques cadeaux en tout genre.
    Pour couronner le tout, nous fonçons à toute allure vers la « transition écologique », véritable catastrophe industrielle, qui nous sortira définitivement de la compétition économique internationale.
    C’est également sous Macron que nos libertés auront été restreintes comme jamais, que des décisions illégales auront été prises envers des soignants non vaccinés et que la gauche de l’extrême gauche aura eu une influence démesurée et délétère au sein de nos institutions.
    Ce n’est plus du simple théâtre mais bien une oeuvre magistrale que nous devrons à Macron !

    • Au théâtre, la tragédie reste un art majeur, et la Macronie y excelle! La seule question utile: Jusqu’à quand?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée à trop de création monétaire et trop de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et don... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles