Si l’on vous dit prélèvements obligatoires, vous répondez…

Que pensent les Français des impôts? Le Baromètre des prélèvements obligatoires donne des pistes intéressantes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Paris, Bercy By: dierk schaefer - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si l’on vous dit prélèvements obligatoires, vous répondez…

Publié le 16 février 2022
- A +

La donnée de base est extrêmement simple : les prélèvements obligatoires, c’est-à-dire la somme des cotisations sociales et des impôts et taxes prélevés en France, représentent actuellement plus de 1000 milliards d’euros, soit environ 45 % de notre PIB et le niveau le plus élevé dans l’Union européenne et le monde développé. Une position prépondérante qui n’est pas nouvelle et qui vaut depuis longtemps à notre pays le sobriquet de champion du monde des taxes :

Une position dangereusement prépondérante, pourrait-on préciser, car c’est en effet un projet d’alourdissement fiscal, un projet de hausse des taxes sur les carburants qui avait mis le feu aux poudres de la révolte des Gilets jaunes et avait donné toute sa brûlante pertinence à l’éternelle question du contribuable adressée aux autorités publiques : « Mais qu’est-ce que vous faites de notre argent ? »

Le baromètre des prélèvements obligatoires

Peut-être cette ambiance de plus en plus palpable de dégradation du consentement des citoyens à l’impôt a-t-elle joué dans la décision du Conseil des prélèvements obligatoires, organisme public associé à la Cour des comptes, de lancer récemment un « Baromètre des prélèvements obligatoires ». Et ce avec d’autant plus d’urgence en cette période de covid dominée par la politique du « quoi qu’il en coûte ».

Si cette dernière permet au ministre de l’Économie Bruno Le Maire de pérorer avec une mauvaise foi admirable sur la formidable croissance française en 2021, il ne faudrait pas oublier qu’elle a généré quelque 450 milliards d’euros de dette publique en plus depuis 2019, soit environ 19 points de PIB (de 97,5 % à 116,3 % au troisième trimestre 2021). Or qui dit dette publique galopante, dit forcément impôts supplémentaires dans le futur (ou faillite, ce qui ne serait pas mieux).

La première édition du Baromètre a donc vu le jour à l’automne 2021 et la Cour des comptes vient d’en divulguer les résultats. Objectif :

Mesurer périodiquement la perception qu’ont les Français des prélèvements fiscaux et sociaux et ainsi […]éclairer les pouvoirs publics sur l’état et l’évolution de l’opinion dans ce domaine.

L’enquête, confiée à l’institut de sondages Harris Interactive, a porté sur un échantillon représentatif de 1013 personnes âgées de 18 ans et plus.

Commençons par des éléments qui vont certainement beaucoup plaire au gouvernement. En particulier, Gérald Darmanin sera sans doute enchanté d’apprendre que pour 77 % des Français, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu – mis en place alors qu’il était ministre du budget – est considéré comme une bonne réforme. Les contribuables y voient principalement une simplification du paiement de cet impôt et une facilitation de leur gestion financière au quotidien (schéma ci-dessous à gauche).

De son côté Bruno Le Maire devrait jubiler encore un peu plus qu’à son habitude : figurez-vous que pour 79 % des personnes interrogées, le paiement de l’impôt est vu comme un « acte citoyen » (schéma de droite). Compte tenu de ces brillants résultats, qui oserait prétendre que le consentement à l’impôt faiblit et que les réformes de Bercy créent un gouffre d’incompréhension entre les citoyens et le gouvernement ?

    

Le principe de réalité oblige à dire que le prélèvement à la source n’est jamais qu’une méthode de prélèvement. Elle est à l’évidence très utile au gouvernement pour recouvrer le plus largement et le plus rapidement possible les sommes dont il a urgemment besoin pour continuer à nourrir notre triple État providence, stratège et nounou, mais elle ne dit rigoureusement rien sur le niveau, l’équité ou la progressivité de l’impôt.

De la même façon, l’on peut fort bien prendre l’impôt pour un acte citoyen dans la mesure où il permet de financer les missions de l’État auxquelles on adhère, mais l’on peut également considérer dans le même temps qu’il est trop élevé voire injuste et que les sommes prélevées sont mal utilisées.

Or c’est précisément ce que l’on constate.

Les Français  insatisfaits du système fiscal

Le baromètre révèle en effet que presque 7 Français sur 10 sont insatisfaits du système fiscal en vigueur, précisément parce qu’il leur semble trop compliqué, pas assez équitable et parce que le niveau des impôts est trop élevé (ci-dessous à gauche). De plus, 62 à 65 % d’entre eux se déclarent mécontents de l’utilisation qui est faite de l’argent public (ci-dessous à droite) :

  

À noter que la formule « qu’ils soient exposés au rappel ou non » qui apparaît dans le titre du schéma de droite signifie que la moitié des répondants a reçu une information sur la répartition des dépenses publiques et l’autre non. Ce qui ne change pas grand-chose au résultat.

Interrogés ensuite sur le niveau général des prélèvements, 75 % des Français jugent les impôts trop élevés en France, pourcentage qui se révèle très homogène selon les tranches de revenu (à gauche). En ce qui concerne plus précisément leur situation personnelle, 62 % d’entre eux considèrent qu’ils paient trop d’impôts, cette part grimpant à 69 % chez les personnes jouissant de revenus moyens ou élevés (à droite) :

  

De même, ils sont 6 sur 10 à juger le poids des cotisations sociales trop lourd, d’abord parce que cela réduit considérablement les salaires et ensuite parce que cela renchérit le coût du travail alors que les fonds ainsi recueillis ne sont pas utilisés efficacement :

  

On ne peut s’empêcher de penser aux déboires de l’hôpital et dans une certaine mesure à ceux de notre système éducatif, sans compter le penchant maladif de notre administration à l’Absurdistan bureaucratique qui s’est révélé plus évident et plus virulent que jamais lors des hautes heures de la pandémie de covid. Tant d’argent dépensé pour des résultats si décevants…

Ne dirait-on pas que la messe est dite ?

Simplifions, allégeons, baissons drastiquement les dépenses publiques (qui ont atteint le pic hallucinant de 61,6 % du PIB en 2020) et soyons plus regardants sur la façon dont chaque euro prélevé aux contribuables et cotisants est dépensé.

Mais non, ce serait beaucoup trop simple.

Nous sommes en France, pays qui vit sa devise nationale « Liberté Égalité Fraternité » dans un état de schizophrénie permanente. J’avais déjà eu l’occasion de souligner il y a quelque temps combien les Français adoraient la liberté… mais préféraient inconditionnellement l’État. Pas tous, bien sûr, mais une belle majorité d’entre eux.

La même incohérence déchirante est à l’œuvre dans le domaine fiscal. Dire simplement que l’on trouve l’impôt injuste ne nous informe pas sur le sens de cette injustice. Mais on en a finalement une assez bonne idée car à la question de savoir si la redistribution des revenus telle qu’elle est organisée par notre système social et fiscal est suffisante ou insuffisante (sachant qu’elle est déjà très élevée), 55 % des Français répondent qu’elle est insuffisante. Ce qui suppose qu’il faudrait prélever plus et dépenser plus.

Mais dans ce cas, qui prélever plus ?

Le baromètre nous donne une indication indirecte à travers une question sur le remboursement de la fameuse dette covid. 73 % des Français sont opposés à une augmentation des impôts pour y parvenir, et ce, d’autant plus qu’ils sont plus âgés (à gauche). En revanche, si cet impôt devait effectivement être créé, ils sont 77 % à souhaiter que les entreprises se chargent de le payer :

   

Ce en quoi, premièrement, ils ne voient pas que si ce n’est pas l’impôt qui couvre la dette covid ce sera à terme leur épargne qui sera mise à contribution (directement, ce qui revient au même, ou via l’inflation qui avantage les emprunteurs et taxe les prêteurs).

Et ce en quoi, secondement, ils ne voient pas que l’impôt supplémentaire exigé des entreprises leur retombera forcément dessus, soit en leur capacité de consommateur face à un renchérissement des prix et/ou une baisse de qualité des biens et services, soit en leur capacité de travailleurs face à un marché de l’emploi plombé par des prélèvements obligatoires devenus démesurés.

Le moment me semble excellent pour citer le si fabuleusement clairvoyant député et économiste Frédéric Bastiat (1801-1850) :

« L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde » alors qu’il ne devrait être que «  la force commune instituée, non pour être entre tous les citoyens un instrument d’oppression et de spoliation réciproque, mais, au contraire, pour garantir à chacun le sien, et faire régner la justice et la sécurité. » (L’État, 1848)

« Les finances publiques ne tarderont pas d’arriver à un complet désarroi. Comment pourrait-il en être autrement quand l’État est chargé de fournir tout à tous ? Le peuple sera écrasé d’impôts, on fera emprunt sur emprunt ; après avoir épuisé le présent, on dévorera l’avenir. » (Justice et Fraternité, 1848)

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu permet de le rendre moins visible, les gens qui perçoivent un revenu net et demanderont une augmentation à leur employeur au lieu de contester le poids de la fiscalité. On adore les impôts cachés : carburants, radars, TVA… Mettre la poussière sous le tapis, c’est cela la politique : champion des impôts mais dernier de la classe dans les classements PIAS, hôpitaux etc.

  • Dans la suite du texte L’Etat de Bastiat, il y a une réponse au titre de celui-ci :
    « Quand des soldats heureux réduisaient les vaincus en esclavage, ils étaient barbares, mais ils n’étaient pas absurdes. Leur but, comme le nôtre, était de vivre aux dépens d’autrui »

  •  » Mesurer la perception qu’ont les Français des prélèvements fiscaux et sociaux  » ? Je risque d’employer des termes grossiers. Sur 100€ de richesse que je produis, l’état se goinfre de 40€ avant même que j’en voie la couleur. Sans compter le rabiot d’impôts sur le revenu (qu’on devrait plutôt appeler un « résidu ») et la TVA sur tout ce que je peux (lire « suis autorisé à ») acheter avec le reste, les taxes attentat ou autres gâteries que sont sommées de me facturer mes assurances, les taxes cgt de mon fournisseur d’énergie, et j’en passe, et des meilleures. (Emoji qui vomit).

  • Si l’on vous dit prélèvements obligatoires, vous répondez… : il faut lire le « Cartel de Fraudes 2 », de Charles Prats.

  • Donc le caïd de Bercy se réjouit que 79% des Français considèrent le paiement de l’impôt comme un acte citoyen.
    Comme il n’est pas très doué en calcul, expliquons-lui ce que cela signifie:
    Ces 79% incluent certainement les 55% qui payent très citoyennement 0€. Il en reste donc (79-55)=24% sur les (100-55)=45% qui contribuent plus que leur satisfaction béate.
    Donc seulement (24/45)= 53% de ceux qui payent considèrent que c’est un acte citoyen.
    Et comme ce sont probablement ceux qui ne payent pas grand chose, je n’ose imaginer quelle est la proportion de la recette effectivement extorquée sans consentement citoyen de ses contributeurs.

    • Excellent calcul!
      On voit bien où se trouve le « consentement à l’impôt » tant vanté par notre cher ( dispendieux) Bruno!

    • Ce n’est qu’un sondage….. Auprès de gens ne payant pas d’impôts ou vivant grâce aux impôts.

    • Le truc c’est que via la TVA, les taxes sur les énergies en tout genre (essence, électricité, etc.) les « charges sociales » et autres « cotisations sociales », tous les français payent, et payent même beaucoup. Le « pauvre » qui croit « vivre du système » paye en fait une quantité d’impôts significative et vivrait certainement bien mieux sans ce système.
      Le fonctionnaire qui vit de l’impôt, pourrait par ses mêmes mérites et efforts, gagner plus s’il travaillait moralement dans le secteur marchand.

      Bref, on est tous perdants là dedans sauf deux catégories : les politiciens et les journalistes.

      Étrangement ce sont eux qui nous expliquent à longueur de temps que les impôts sont « le prix à payer pour vivre dans une société civilisée »…

  • Justes quelques cours d’économie suffiraient aux français pour changer d’avis.
    A condition que ce soit pas Piketti et ses disciples qui s’y collent.

  • Le prélèvement à la source de l’IR est un bon moyen pour gruger le contribuable en toute opacité. Qui sait par ex que le plafonnement de l’abattement sur les retraites est calculé par foyer fiscal et non per capita?
    Ainsi, un célibataire est moins taxé qu’un couple. Est-ce- normal et équitable?
    Cachez ces impôts que je ne saurais voir. Comment faire confiance à la bureaucratie en France?

  • Si l’on me dit « prélèvements obligatoires » vous répondez…
    C’EST DU VOL !!!
    C’est la définition même « on vous prélève » sans votre consentement.
    Le problème c’est que « La France est un pays fertile, on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts » : la contrepartie de ce vol institutionnalisé c’est le salaire des millions de fonctionnaires, coupables de recel, donc mais dont il faudrait organiser le retour à une vie morale si l’on veut pouvoir baisser réellement les impôts, et même, rêvons, les rendre facultatifs : ceux qui souhaitent tel ou tel service de l’État payent pour ça, et pas les autres. L’armée serait une armée de milice ne nécessitant que peu de professionnels, la justice fonctionne très bien sur la base de « les personnes ayant recours à elle payent pour y accéder », la police est payée par les gens y ayant recours (locale, donc) et seule une infime tranche de l’État central pourrait rester, financée par les contributions volontaires des citoyens qui leur permettent de voter (si tu payes pour l’État central, tu peux décider de qui pilote l’État central). Pour le reste une administration ne peut pas emprunter, et n’emploie ses « fonctionnaires » qu’avec des contrats de mission, à l’année tout au plus.

    Plus de problème de consentement à l’impôt chancelant, plus de soucis de fonction publique excédentaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

Une majeure partie, soit 80 % des impôts que nous payons s’inscrivent dans une logique gagnant-perdant, voire perdant-perdant. Les échanges gagnant-gagnant augmentent la prospérité d’une société. Les échanges gagnant-perdant la laissent inchangée. Les échanges perdant-perdant appauvrissent tout le monde.

Voici des exemples concrets de ces catégories.

Gagnant-gagnant : vous achetez votre pain chez le boulanger parce qu'il fait du meilleur pain que vous ou bien que vous y passeriez trop de temps si vous deviez le confectionner vou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles