Des engrais chimiques pour les pays pauvres ? « Nein ! »

Le Conseil Européen devait se prononcer les 23 et 24 juin 2022 sur un appui aux pays en développement dans la production d’engrais (d’azote) de synthèse. La Commission Européenne a tenté de s’y opposer. Tout pour le climat, et tant pis pour les famines.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
EU budget debate ahead of crucial summit - with Ursula von der Leyen (European Commission) By: European Parliament - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des engrais chimiques pour les pays pauvres ? « Nein ! »

Publié le 29 juin 2022
- A +

 

(Source)

 

Le Conseil européen (les chefs d’État et de gouvernement des États membres de l’Union européenne) se sont réunis à Bruxelles les 23 et 24 juin 2020. Parmi les points abordés, il n’y avait pas que la question du statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne de la Géorgie, de la Moldavie et, surtout, de l’Ukraine, laquelle a fort normalement retenu l’attention des médias.

Le secrétariat du Conseil rapporte (c’est nous qui graissons) :

« 9. Le Conseil européen soutient résolument les efforts sur les corridors de solidarité en vue de faciliter les exportations de denrées alimentaires en provenance d’Ukraine via différentes voies terrestres et différents ports de l’UE. Il invite la Commission et les États membres, en s’appuyant en particulier sur l’initiative FARM [Food and Agricultural Resilience Mission] ainsi que sur les initiatives des Nations unies et du G7, à intensifier leurs efforts pour :

1) aider les pays en développement à réorienter, au besoin, leurs chaînes d’approvisionnement;

2) accélérer la mise en œuvre des initiatives phares Équipe Europe pertinentes convenues lors du récent sommet Union européenne – Union africaine, qui visent à développer une production alimentaire durable et à renforcer la productivité agricole, notamment en ce qui concerne les protéagineux, et les capacités de l’agro-industrie sur le continent africain; et

3) travailler à des initiatives avec les partenaires internationaux en vue de soutenir, dans les pays en développement, le déploiement de capacités de production d’intrants, en particulier d’engrais durables. »

Le 20 juin 2022, l’agence Reuters a publié « EU split over fertiliser plants in poorer nations as food crisis bites » (l’UE est divisée sur la question des usines d’engrais dans les pays pauvres alors que la crise alimentaire fait rage) et a livré quelques éléments peu ragoûtants des manœuvres de la Commission européenne.

 

En bref, la Commission européenne s’est explicitement opposée au texte proposé, et donc au projet, motif pris que (selon Reuters) « la production d’engrais dans les pays en développement serait incompatible avec les politiques énergétiques et environnementales de l’UE ».

La rationalité du projet est pourtant évidente : les pays en développement – comme du reste l’Union européenne – sont dépendants dans une plus ou moins large mesure de l’ammoniac et des engrais de la Russie, laquelle ne se prive pas d’utiliser cette situation à des fins stratégiques et géopolitiques.

Mais la production de ces engrais nécessite beaucoup d’énergie… c’est donc contraire à la politique environnementale de l’Union européenne…

Comme il est difficile de dire simplement « nein ! » (dans la langue de Mme Ursula von der Leyen), la Commission a suggéré de se référer uniquement à un plan visant à promouvoir des alternatives aux engrais (chimiques) ou une utilisation plus efficace des engrais.

Les « alternatives » ?

C’est tout compte fait le fiasco de l’expérience sri-lankaise !

Pour la Commission européenne, la lutte contre le changement climatique (nominale, car elle résiste aussi aux vraies mesures en faveur du climat comme le développement du nucléaire) doit donc préempter la lutte contre la malnutrition et la famine et contre les désordres sociaux qui leur sont associés.

Pour la Commission européenne, la lutte contre le changement climatique (nominale…) implique l’acceptation d’une situation géopolitique dans laquelle le maître du jeu réside à Moscou.

Le texte adopté par le Conseil se réfère au « déploiement de capacités de production d’intrants, en particulier d’engrais durables ». Ce que signifie « engrais durables » est une énigme. Nous oserons espérez que ce n’est pas une astuce qui ménage la chèvre et le chou et permet à la première de manger le second.

Près de la moitié de la population mondiale dépend des engrais azotés issus du procédé Haber-Bosch pour son alimentation.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Avatar
    jacques lemiere
    29 juin 2022 at 6 h 44 min

    quand on croit des conneries…ça peut mal finir…

    • +1, oui ça peut.
      Si seulement cela finissait toujours mal pour celui qui les croit on pourrait croire en une justice immanente. Malheureusement, c’est souvent un autre qui trinque.

  • Honte à cette commission hors sol. Quand sera-t-elle mise hors état de nuire?
    Le culte à la déesse Planète devient l’Eglise imposée aux européens qui sont interdits de parole.
    C’est à souhaiter que l’UE implose pour mieux la redéfinir!

    • Ursula achéte par milliards de dollars des vaccins, qui n’en sont pas, a des groupes financiers dirigés par son mari.

  • Encore une preuve de la déconnection de la réalité de la part des dirigeants.

  • n’écoutez pas les horribles complotistes, qui roulent au diesel….etc
    la poele à frire est là,
    fort heureusement nos élites sont sur le pont
    l’Otan fixe sa priorité : la neutralité carbone pour 2050, Poutine a répondu que c’était une provocation inqualifiable et Xi a repris du pangolin grillé
    Le G7 a pris une décision décisive: un club climat,
    Dans ce contexte, nous soutenons les courageux élus, et autres ONG et citoyens éclairés de s’opposer au permis d’exploiter le gisement de gaz de houille en Moselle, qui a coup sur donnerait des sueurs aux ours polaires
    ce gisement parfaitement validé, prêt à être exploité qui a un potentiel de 10 ans de conso française attend son permis d’exploiter depuis… 4 ans
    Ils en parlent tous les jours sur les chaînes d’info, dans les grands quotidiens, à l’assemblée, …
    Même chose eu Angleterre, cette fois des parlementaires se mobilisent pour permettre l’exploitation des gaz de schiste,dont le potentiel est de 100 ans de conso anglaise.nos parlementaires sont plus préoccupés par la présence du FN dans leurs rangs

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Mohamed Moutii. Un article de l'IREF Europe

Alors que la période covid touche à sa fin, les gouvernements hésitent à réduire les dépenses publiques et tentent de trouver des moyens de collecter davantage de ressources par la fiscalité. Dans cette optique, l’une des cibles privilégiées est celle des multinationales qui déplaceraient leurs bénéfices et leurs recettes fiscales vers des pays à faible fiscalité.

Le 20 décembre 2021, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié des dispositions typ... Poursuivre la lecture

Un ami taquin me présente hier 5 mars une amie allemande qui travaille à la Commission européenne. Courtois, j’entame la conversation. Après deux phrases, madame Von Strumphflüdel (si j’ai bien compris) tient à m’informer du fait qu’elle se rendra bientôt en Inde en train, bien sûr.

— Of course. Êtes-vous peut-être écologiste ?

D’un air humble, les lèvres légèrement pincées, les yeux se baissent, le visage s’incline imperceptiblement, dans une posture nettement christique :

— Je ne suis pas parfaite, mais je tente de cont... Poursuivre la lecture

La présidente de la Commission européenne Ursula von der leyen vient de déclarer :

« La porte de l’Union européenne est ouverte à l’Ukraine [...] Ils sont des nôtres. »

Peut-être Ursula gagnerait-elle à consulter les traités européens qui fondent sa modeste légitimité non démocratique ?

Qui décide et supervise le processus d’adhésion d’un État à l’Union européenne ? Le Conseil.

Le Conseil — non la Commission — établit et supervise le processus d'élargissement de l'UE et les négociations d'adhésion.

Selon les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles