Les centres de progrès (5) : Ur (droit)

Le code juridique élaboré à Ur a représenté une avancée significative dans l’histoire de la civilisation humaine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les centres de progrès (5) : Ur (droit)

Publié le 26 juin 2022
- A +

Notre cinquième Centre du progrès est la ville mésopotamienne d’Ur pendant ce qu’on appelle la Renaissance sumérienne, au XXIe siècle avant J.-C.

Ur était alors la capitale d’un roi nommé Ur-Nammu. Sous sa direction, la ville a publié le plus ancien code juridique existant au monde, le code d’Ur-Nammu, qui précède de trois siècles le code d’Hammurabi, plus connu. Le code de lois d’Ur-Nammu, gravé sur des tablettes de terre cuite et distribué dans tout son royaume, a représenté une avancée significative dans l’histoire de la civilisation humaine.

Le code d’Ur-Nammu a contribué à établir l’idée d’une punition fixe pour un crime particulier qui s’applique de la même manière à toutes les personnes libres, indépendamment de leur richesse ou de leur statut. En d’autres termes, le code a remplacé les normes arbitraires de la justice, qui changeaient à chaque nouveau cas de crime, par un ensemble de règles uniformes et transparentes. Nombre de ces règles étaient horribles au regard des normes modernes, mais le code représentait néanmoins une évolution notable vers ce que nous considérons aujourd’hui comme l’État de droit.

Des références dans la poésie sumérienne ancienne suggèrent l’existence d’un code juridique encore plus ancien que le code d’Ur-Nammu, appelé code d’Urukagina, écrit au XXIVe siècle avant Jésus-Christ. Malheureusement, le texte de ce code antérieur n’a pas survécu. Le code d’Ur-Nammu, en tant que plus ancien code juridique encore en vigueur, est donc la meilleure fenêtre que nous ayons sur les origines de l’élaboration des lois.

Aujourd’hui, la ville d’Ur est en ruines dans le désert du sud de l’Irak. La grande ziggourat d’Ur, érigée en l’honneur du dieu sumérien de la Lune, est toujours debout. Le site archéologique d’Ur abrite également ce qui pourrait être la plus ancienne arche encore debout au monde. De nombreux artefacts découverts à Ur ont été déplacés et peuvent désormais être vus au British Museum de Londres et au musée d’archéologie de l’université de Pennsylvanie à Philadelphie. Ur fait partie d’un site du patrimoine mondial de l’UNESCO qui comprend également notre deuxième centre du progrès, Uruk, qui se trouve à moins de 60 miles.

Pendant son âge d’or, Ur était la capitale d’un État regroupant toute la Babylonie et plusieurs territoires à l’est. C’était également un port de commerce essentiel entre la Babylonie et les régions situées au sud et à l’est.

Imaginez la ville, entourée de palmiers et de terres habilement irriguées, rendues fertiles par les affluents de l’Euphrate qui s’étend à l’ouest. En vous approchant, vous auriez vu des agriculteurs s’occuper des champs d’orge, des pêcheurs jeter leurs filets dans les cours d’eau et des bergers mener leurs moutons au pâturage.

En entrant dans le centre urbain animé, vous auriez observé sa population nombreuse qui a fini par atteindre 65 000 habitants. Cela peut sembler peu – c’est à peu près la même chose que la population actuelle de Youngstown, Ohio ou Schenectady, New York – mais cela représentait environ 0,1 % de la population mondiale de l’époque. Ur allait devenir la ville la plus peuplée du monde et le rester jusqu’en 1980 environ avant J.-C.

Les habitants d’Ur portaient des jupes ou des enveloppes en kaunakes, un tissu en laine dont le motif touffeté ressemblait à des feuilles ou des pétales qui se chevauchaient. Les riches portaient des ceintures en or ou en argent, et les femmes riches portaient des ornements de cheveux et des bijoux dans les mêmes matériaux. Tout le monde, même la royauté, se déplaçait pieds nus. Les sandales n’apparaîtront dans la région que des siècles plus tard. Les habitants de la ville avaient pour la plupart des cheveux foncés – les habitants de Sumer se qualifiaient eux-mêmes de têtes noires. Les habitants d’Ur partageaient probablement les rues de la ville avec des bœufs tirant des chariots remplis de provisions, et la puanteur du fumier était peut-être inévitable. Les très riches se déplaçaient dans des chars tirés par des ânes, ou peut-être des hybrides onagres.

L’architecture de la ville comportait des colonnes, des arcs, des voûtes et des dômes. Vous auriez peut-être vu des personnes portant sur leur tête des paniers remplis d’offrandes se diriger vers l’un des temples de la ville dédiés à ses nombreux dieux. Les temples de la ville étaient richement décorés de statues (souvent avec des yeux en lapis bleu), de mosaïques et de reliefs métalliques. Les colonnes des temples étaient recouvertes de mosaïques colorées ou de cuivre poli. Des tablettes inscrites reposaient aux fondations des temples.

Vous auriez vu l’espace où l’on avait commencé à travailler sur une ziggourat à trois étages en briques de terre crue revêtues de briques brûlées posées dans du bitume. Sur cette plateforme, un temple serait bientôt construit qui devait dominer la ville et être visible de loin dans la campagne mésopotamienne environnante et honorer le dieu de la Lune Nanna, la divinité protectrice d’Ur. La ziggourat, partiellement reconstruite, est aujourd’hui la structure la plus importante d’Ur.

À l’extrémité de l’enceinte sacrée se trouvait le cimetière royal, inutilisé à l’époque depuis cinquante ans. C’est là que 2000 personnes sont enterrées – des membres de la royauté portant des ornements en or élaborés, ainsi que leurs accompagnateurs, victimes de sacrifices humains. Mais la ville avait abandonné cette pratique à l’époque qui nous intéresse.

Sur la place du marché, vous auriez vu des artisans vendre leurs marchandises, telles que des textiles en laine, des vêtements et des tapisseries ; des jarres, des bols cannelés et des gobelets, dont certains étaient fabriqués en métaux précieux ; des récipients en pierre sculptés en chlorite, portant des inscriptions cunéiformes ; des ornements et des bijoux en pierres semi-précieuses comme la cornaline et en métaux précieux ; divers outils et armes. En passant par les étals de nourriture, vous auriez probablement vu du blé, de l’orge, des lentilles, des haricots, de l’ail, des oignons et du lait de chèvre. Vous auriez vu des récipients en pierre contenant des huiles précieuses et du vin.

Vous vous êtes peut-être arrêté devant un étalage d’instruments de musique sculptés, pour admirer une lyre en lapis-lazuli, une pierre venant tout droit du cours supérieur de la rivière Kokcha, dans ce qui est aujourd’hui l’Afghanistan, à plus de mille kilomètres de là. Sa présence rappelle l’étendue du commerce de la ville.

En avançant, vous avez peut-être observé deux hommes penchés sur un jeu de plateau stratégique. Le jeu d’Ur était alors populaire dans toute la Mésopotamie, parmi les gens de toutes les couches sociales. Peut-être auriez-vous entendu les joueurs se disputer au sujet des règles, puis les auriez-vous vus se tourner vers une tablette d’argile servant de livre de règles pour résoudre leur différend. (de telles tablettes, décrivant les règles du jeu, ont survécu).

Les habitants d’Ur disposaient d’un guide pour les aider à résoudre des conflits portant sur des questions bien plus importantes. Si vous avez visité le site l’année que les habitants ont baptisée « l’année où Ur-Nammu a rendu la justice dans le pays », c’est-à-dire vers 2045 avant J.-C., vous avez pu être témoin d’un moment qui a changé l’histoire. Vous auriez peut-être eu la chance de voir les messagers d’Ur débarquer de la ville pour livrer des tablettes portant le nouveau code juridique dans tout le royaume.

Le code d’Ur-Nammu, qui est le plus ancien code juridique encore en vigueur, a contribué à redéfinir la façon dont les gens concevaient la justice. Le code d’Ur-Nammu énumère les lois dans un format de cause à effet (c’est-à-dire « si ceci, alors cela ») qui décrit spécifiquement les différents crimes et leurs punitions respectives. Un total de trente-deux lois ont survécu.

Le code d’Ur Nammu a également introduit le concept d’amendes comme forme de punition – une notion sur laquelle nous nous appuyons encore aujourd’hui. Les amendes allaient des minas et des shekels d’argent aux kurs d’orge. (Le système de mesure sumérien n’est pas entièrement compris, mais un kur ou gur était probablement une unité basée sur le poids estimé qu’un âne pouvait porter).

Comparé au Code d’Hammourabi, le Code d’Ur-Nammu était relativement progressif, imposant souvent des amendes plutôt que des châtiments physiques au transgresseur. En d’autres termes, il privilégiait souvent l’indemnisation de la victime du crime par rapport à la mise en œuvre d’une justice rétributive contre l’auteur du crime. Le code d’Hammurabi énonçait que « si un homme crève l’œil d’un autre homme, c’est son œil qui sera crevé ». Cette règle « œil pour œil » est également citée dans les livres de l’Ancien Testament (Exode et Lévitique). En revanche, l’ancien code d’Ur-Nammu énonce que « si un homme crève l’œil d’un autre homme, il devra payer une demi-mina d’argent ».

Dans le prologue du code, le roi Ur-Nammu se vante de ses diverses réalisations et prétend avoir établi l’équité dans le pays. Par équité, il n’entendait pas le concept moderne d’égalité – après tout, il régnait sur une société où l’esclavage était largement répandu. Mais en établissant des punitions uniformes pour les crimes, il voulait s’assurer que les personnes libres, riches ou pauvres, étaient traitées de la même façon devant la loi.

Dans le prologue, il note :

« Je n’ai pas livré l’orphelin au riche. Je n’ai pas livré la veuve au puissant. Je n’ai pas livré l’homme qui n’avait qu’un shekel à l’homme qui avait une mina (c’est-à-dire 60 shekels)… Je n’ai pas imposé d’ordres. J’ai éliminé l’inimitié, la violence et les cris de justice. J’ai établi la justice dans le pays ».

Le roi considérait clairement son code juridique comme un élément important de son héritage et voulait qu’on se souvienne de lui comme d’un souverain juste. Le code représentait certainement un progrès par rapport à un système de punition purement arbitraire. Il était sans doute plus humain que certains codes juridiques qui ont suivi, comme le code d’Hammurabi mentionné plus haut. Cela dit, le code d’Ur-Nammu n’est pas celui sous lequel une personne moderne voudrait vivre. Certaines lois étaient ridicules (« Si un homme est accusé de sorcellerie, il doit subir un supplice de l’eau »), sexistes (« Si la femme d’un homme suivait un autre homme et que celui-ci couchait avec elle, on tuerait cette femme, mais l’homme serait libéré ») ou tout simplement barbares (« Si l’esclave d’un homme, se comparant à sa maîtresse, lui parle de manière insolente, sa bouche sera brûlée avec un quart de sel »).

Certaines des lois étaient également d’une spécificité déroutante, comme par exemple : « Si quelqu’un coupe le nez d’un autre homme avec un couteau en cuivre, il doit payer deux tiers d’une mina [1,25 livre] d’argent. » La punition était-elle différente si le couteau utilisé n’était pas en cuivre ? (Aujourd’hui, si vous êtes curieux, couper le nez de quelqu’un vous conduit en prison pour un à vingt ans – du moins dans le Rhode Island, le seul État que j’ai pu trouver avec une loi qui mentionne spécifiquement la mutilation du nez).

Aujourd’hui, la ville d’Ur est peut-être plus connue pour être considérée comme le lieu de naissance du patriarche biblique Abraham, une figure importante dans les religions du judaïsme, du christianisme et de l’islam, qui sont donc connues sous le nom de religions abrahamiques pour ce point commun.

L’avènement des lois a transformé la façon dont les communautés rendent la justice en garantissant un ensemble de règles uniformes et transparentes. Bien que de nombreuses lois au cours de l’histoire se soient révélées être des erreurs, et que des lois injustes continuent de poser de graves problèmes dans de nombreux pays, un système de lois est néanmoins préférable à un système où les punitions sont distribuées sans aucune cohérence et au gré d’un dirigeant ou d’une foule. En promulguant le plus ancien code juridique encore en vigueur, l’Ur de la Renaissance sumérienne a mérité sa place de cinquième centre de progrès.


Un article de Human ProgressSur le web

Traduction Contrepoints

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Rome
0
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follet.

 

Notre neuvième Centre du progrès est la Rome antique pendant la période républicaine et les débuts de l'Empire, lorsque les Romains ont construit des projets d'infrastructure d'une sophistication inégalée à l'époque. Ces projets allaient des aqueducs et des égouts aux ponts, amphithéâtres et bains publics. Les viae Romanae (voies romaines) ou réseau routier romain, en particulier, représentaient une percée. Construites en partie pour faciliter le transport des soldats et l'acheminement des fournitures ... Poursuivre la lecture

Alexandrie
4
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Notre huitième Centre du progrès est Alexandrie aux troisième et deuxième siècles avant J.-C., lorsque la Grande Bibliothèque a fait de la ville la capitale intellectuelle du monde. Au cours du IIIe siècle avant J.-C., une institution d'enseignement et de recherche appelée Musaeum (littéralement, "sanctuaire des Muses"), d'où nous tirons le mot musée, a été construite à Alexandrie. La Grande Bibliothèque d'Alexandrie faisait partie du Musaeum. Bien que les estimations varient considérablement, la bibl... Poursuivre la lecture

Acropole, Athènes
1
Sauvegarder cet article

Notre septième centre de progrès est Athènes, à l'époque classique (Ve et IVe siècles avant J.-C.) en général et plus particulièrement à l'âge d'or de la paix et de l'épanouissement culturel entre la fin des guerres perses et le début de la guerre du Péloponnèse (449 à 431 avant J.-C.). La cité-État d'Athènes accordait une grande importance à la recherche intellectuelle et à l'ouverture d'esprit, ce qui a conduit au développement de la "philosophie", qui signifie l'amour de la sagesse. La philosophie athénienne englobait la philosophie nature... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles