Catastrophe et panicanicule

Tous les prétextes, y compris climatiques, sont bons pour réduire les libertés et ne plus les rendre aux citoyens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Canicule - Audrey Xavier Brulu - CC-BY-SA 20

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Catastrophe et panicanicule

Publié le 20 juin 2022
- A +

Pendant trois jours, la France a eu chaud. À quelques jours de l’été, des températures estivales ont ainsi heurté de plein fouet un pays absolument pas préparé à une hausse des températures : alors que, depuis trente ans, tous les politiciens nous serinent que le climat se réchaufferait, l’État et son gouvernement ont réussi à montrer qu’ils étaient encore une fois pris au dépourvu.

Ainsi, moyennant une modification discrète mais indéniable des échelles de couleurs des cartes météorologiques, le catastrophisme peut s’imposer sans mal. Les aplats de rouge cramoisi sont formels, et si l’on oublie bien vite que « ♩ Quand il fait chaud, c’est pas ♪ la météo ! ♫ Quand il fait froid, c’est pas le climat ! ♬ », il reste donc une constatation indépassable : les températures ont beaucoup trop monté, le climat refuse de rester bien réglé comme il faut, et cette chaleur va inévitablement provoquer des problèmes que l’État et ses sbires vont s’empresser de résoudre !

C’est probablement pour cela qu’en Gironde, il a été décidé d’annuler les manifestations publiques en extérieur : des gens qui se réunissent et passent un peu de temps au soleil, voilà la recette assurée pour d’éventuels dérapages qui pourraient virer au fun, au plaisir ou à quelque chose qu’il faut de toute façon réprimer. Pire : certains pourraient attraper des insolations, ce qui ne manquerait pas d’engorger des services hospitaliers déjà débordés.

Que ces services le soient par manque de personnel ne semble inquiéter aucun responsable. Que ce manque de personnel soit directement et indirectement provoqué par la désorganisation croissante de l’hôpital public français ainsi que les obligations vaccinales et les suspensions de soignants réfractaires ne provoque aucune réaction de la part des politiciens.

En revanche, et dans la droite lignée de la fermeture de pistes de ski pendant l’hiver dernier au motif que les éventuels blessés des sports d’hiver pourraient venir s’ajouter aux meutes covidées déjà trop nombreuses, on assiste une fois encore à l’utilisation d’un motif de santé publique pour suspendre quelques-unes des libertés pourtant fondamentales et jadis inaliénables des citoyens français : se rassembler, manifester ou participer à des festivités est maintenant intégralement soumis au bon vouloir politique qui peut l’interdire pour n’importe quelle raison.

De la même façon et dans une vague de fragilisme inquiétante pour l’avenir, on en vient à faire fermer des salles de classe : les enfants seraient à risque, les établissements ne sont pas prévus pour ces températures, les enseignants non plus, et puis il fait trop chaud pour travailler de toute façon.

Sieste et farniente pour tout le monde ! Au moins, en ne faisant strictement rien, on ne risque pas de se blesser ! Rappelez-vous qu’il y a encore plus fragiles que les écoliers ou les festivaliers girondins en plein soleil, à commencer par les services d’urgences hospitalières gérés par nos élites.

C’est donc sans surprise qu’on voit apparaître l’inévitable numéro vert, réactivé par le gouvernement, réponse maintenant systématique à tous les problèmes de toute nature. On attend fébrilement le Grenelle de la Canicule ou de la Sécheresse, étape suivante tout aussi inévitable si – par malheur, forcément anthropique – une nouvelle vague devait fouetter la France à nouveau dans les prochaines semaines.

En somme, dès que les températures montent, la panique s’installe dans le pays et de nouvelles interventions étatiques liberticides se multiplient. De façon très éclairante, on pressent déjà que lorsque les températures chuteront dès l’automne prochain, il en ira de même : l’État, ultra-pas-préparé du tout à constater qu’il peut parfois faire froid en hiver, agitera tous ses factotums pour nous expliquer comment nous réchauffer et pourquoi sortir est dangereux (on choppe des virus et le sol peut être glissant).

Il conviendra donc de rester chez soi et… de reporter un masque pour se protéger de l’une ou l’autre pestilence pulmonaire du moment. Ceci n’est pas une exagération : les autorités allemandes sont déjà sur la brèche et envisagent (en plein cagnard) que l’obligation de porter un masque pourrait revenir de façon saisonnière afin d’endiguer différentes infections respiratoires.

En fait, canicule, coronavirus, grippe ou gastro-entérite, tous les prétextes sont bons, surtout s’ils sont sanitaires, pour que des interdictions et des obligations gouvernementales soient mises en place pour garantir qu’on fait mine de s’occuper de votre santé et de votre sécurité.

Peu importe ici que ces actions soient à moyen et long terme directement préjudiciables à votre santé et votre sécurité : il faut absolument gesticuler et réduire vos libertés pour vous empêcher de prendre le risque de vivre, ceci signifiant intrinsèquement le risque, trop séditieux, de vous passer de l’État.

L’excuse sanitaire devient alors la porte d’entrée à tous les délires liberticides : trop chaud, trop froid, trop venté, vos droits de vous rassembler, de vous déplacer, de manifester disparaissent. Trop frais, trop humide, trop ceci ou trop cela ? Vous devrez porter des masques, vous devrez vous faire picouser avec l’une ou l’autre potion miraculeuse d’une industrie qui semble s’affranchir de plus en plus vite de toutes les précautions pourtant indispensables à garantir qu’on ne fait pas plus de mal que de bien.

L’important est que vous ne portiez aucun risque aux autres, au collectif, cette masse mal définie mais si pratique pour les tyrans en herbe.

Dès lors, la responsabilité individuelle a été abolie : vous n’avez plus le droit de prendre de risques pour vous-même puisque grâce à la magie de la collectivisation de la santé, vous pourriez coûter cher aux autres. Le risque étant interdit, la responsabilité est abolie. Les citoyens ne sont plus que des troupeaux d’enfants, de mineurs isolés que seule la solvabilité financière sauve d’un enfermement total (et pour combien de temps ?).

Manifestement, l’autoroute de la servitude part de l’hôpital public.

Et grâce à la volonté farouche d’une petite minorité active, vocale, qui désire ardemment ces politiques idiotes et néfastes, ces réductions de liberté ne disparaissent jamais lorsque s’achèvent les événements qui les ont motivées. Le pays reste ainsi coincé en état d’urgence (terroriste, sanitaire), et seuls des mouvements de foules violents, lorsque les politiciens sentent leur propre couenne en jeu, permettent d’envisager le recul de l’impitoyable écrasement étatique.

Or, comme il n’y a plus aucun de ces mouvements, ce pays est foutu.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • L’état serait-il une cigale fort dépourvue ?……

  • Pour paraphraser Laurent Obertone : l’Etat nous dit quand nous laver les mains.

    Tiens !?
    – Le ministère de l’Eduacation Nationale estiment qu’il est trop dangereux pour des enfants de venir à l’ecole… mais pas pour les enfants de ceux qui bossent ;
    – quand Météo France indiquait des vents violents avec des rafales à plus de 100km/h, et que je suis resté chez moi pour ne pas prendre le risque de me retrouver au tas (et donc de me voir avec mon 2 roues du siècle dernier en vrac ; donc d’engorger les services d’urgences, n’est-ce pas ?) ce n’était pas « valide ».

    • En même temps, vous n’aviez qu’à suivre les directives de l’Etat concernant les 2 roues et passer à l’électrique ! 😀

  • Bon après, au vu des bêtises qu’on enseigne aux enfants à l’école, je ne crois pas qu’ils souffrent tellement de rater une ou deux journées de classe. Ce qui me chagrine beaucoup plus, c’est de voir le gouvernement acheter de l’espace publicitaire, avec l’argent de nos impôts bien sûr, pour expliquer aux gens qu’il faut boire de l’eau quand il fait chaud. On vit à ce point dans un pays d’abrutis, et je ne m’en rendais pas compte, ou bien ce sont les gens du gouvernement qui sont persuadés que la population n’est constituée que d’abrutis? Merci à qui aura la réponse!

    10
    • Je souffre quand même que mes impôts servent à payer des enseignants qui apprécient quand les enfants ratent la classe. Et je m’étonne que ces enfants soient si convaincus qu’il faille lutter contre un changement climatique qui les mettrait en vacances. C’est bien la preuve que non seulement on les endoctrine quant au climat, mais que de plus on leur apprend à ne pas utiliser leur bon sens plutôt que suivre la doctrine.

  • « grâce à la magie de la collectivisation de la santé, vous pourriez coûter cher aux autres. »
    Et s’il n’y avait que la santé! La collectivisation touche aussi le financement des panneaux solaires, des pompes à chaleur ( on se demande bien pourquoi pomper vu que la chaleur devrait augmenter quoi que l’on fasse?) des voitures électriques, de l’isolation, tout ça avec mes impôts alors que je refuse en bloc de participer au pillage de l’argent des autres!

  • Avatar
    jacques lemiere
    21 juin 2022 at 7 h 40 min

    « L’important est que vous ne portiez aucun risque aux autres, au collectif, cette masse mal définie mais si pratique pour les tyrans en herbe. »

    c’est en effet l’argument principal…

    et notez que vous pouvez faire courir un risque aux autres en ne faisant rien……

    toute activité humaine présente un risque.. donc toute activité présente le risque que vous finissiez à l’hôpital..donc que les hôpitaux soient débordés..et par conséquent que vous provoquiez des morts par manque de soins..
    et notez que vous pouvez faire courir un risque aux autres en ne faisant rien……

    la véritable idée est sans doute ailleurs, elle est dans la planification centrale des risques et leur prise en compte..
    la planification implique, pour ne pas foire, r la connaissance ,plus exactement la divination, du futur …la necessaire condition pour se faire est de mettre sous contrôle total vos petites vies…en espérant que la nature reste aussi sage..

    notre admission ‘à l’hopital …va devenir aussi strict que les conditions d’un contrat d’assurance automobile? dont il est interdit de négocier les conditions!!! et la prime????

    AU fait, en quoi , une réunion publique est par nature plus risquée lors d’un canicule que le fait de rester chez soi?

    • « la planification implique, pour ne pas foire, r la connaissance ,plus exactement la divination, du futur »
      Et la divination s’appuie aujourd’hui sur les statistiques que l’on met à toutes les sauces, et souvent sans vérifier au préalable la pertinence des données sur lesquelles elles s’appuient. Essayer de deviner le temps qu’il fera demain, nos vieux paysans savaient très bien faire et les météorologistes ne font pas mieux en 2022, Deviner le temps de dans 8 jours, en général ça foire sauf si l’atmosphère est dans un état de stabilité inhabituel, ce qui arrive rarement! Alors vouloir planifier quoi que ce soit dans un système à priori chaotique relève de la foi et non de la science.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce gouvernement n’aura eu de cesse de nous infantiliser, nous donnant des ordres qu’il semble pourtant lui-même avoir du mal à suivre.

 

« Mouche-toi avec le coude », « baisse ta clim’ » !

Comme souvent, les ministres sont au-dessus des recommandations qu’ils préconisent pour leur bon peuple. Voilà que maintenant on nous demande de baisser la clim (voire de ne pas l’utiliser du tout). Oh, cela n’a pas été demandé la semaine dernière, pendant que l’air était « irrespirable », les températures « caniculaires », les pics « jam... Poursuivre la lecture

Le 15 juin dernier, alors que les Français se préparaient à vivre une canicule, Marc Hay, présentateur météo de BFMTV, décidait de se montrer alarmiste.

Se disant fatigué du manque de réaction des spectateurs face aux dérèglements climatiques, il déclarait : « Je pense qu’il faut qu’on change notre manière de parler de ça car ça n’imprime pas. » Si nombre d’observateurs ont salué cette position face à un des grands enjeux de la planète, on ne peut s’empêcher d’y voir aussi une dérive possible aux conséquences dangereuses, celle de l’ex... Poursuivre la lecture

zéro-covid Australie
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Dans un précédent billet, j'évoquais le glissement de certains pays vers de dangereux marécages dictatoriaux. Or, pour mesurer la vitesse de délitement, rien de tel que deux instantanés à quelques jours de distance.

Avant tout, oublions pudiquement la France dont les instances en sont maintenant au même point qu'Israël à envisager fort sérieusement d'annuler la validité du pass pour ceux qui refuseraient la troisième petite dose. D'une part, il serait malvenu de rappeler que les vilains complotistes évoquaient exactemen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles