Brad Lips, DG de l’Atlas Network : « La France ne manque pas de héros libéraux »

Entretien avec Brad Lips, directeur général d’Atlas Network, sur son parcours et sur la situation du libéralisme dans le monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Interview with Brad Lips Atlas Network by ChannelFMF youtube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brad Lips, DG de l’Atlas Network : « La France ne manque pas de héros libéraux »

Publié le 27 mai 2022
- A +

Lors de l’European Liberty Forum à Varsovie, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral tel que Brad Lips.

Brad Lips est le directeur général d’Atlas Network, qui augmente les opportunités et la prospérité en renforçant un réseau mondial d’organisations indépendantes de la société civile qui promeuvent la liberté individuelle. Il est membre du conseil d’administration de l’American Friends of the Institute of Economic Affairs et de l’Institute of Economic Studies-Europe. En tant que membre de la Société Mont-Pèlerin, Lips a présidé le comité d’organisation de son assemblée générale en 2016. Il est l’auteur de Liberalism and the Free Society in 2021, ainsi que d’une autre monographie intitulée The Freedom Movement : Its Past, Present, and Future.

Cet entretien a été réalisé par Alexandre Massaux, secrétaire de rédaction à Contrepoints.

 

Alexandre Massaux : Comment avez-vous commencé à vous impliquer dans le mouvement pour la liberté ? Pourquoi avoir choisi de défendre la liberté comme choix de carrière ?

Brad Lips : Pendant mon adolescence, la supériorité de la libre entreprise sur le communisme semblait relever du bon sens. Le président de l’époque, Ronald Reagan, a eu le mérite de faire passer pour évident le fait que les gens peuvent s’épanouir lorsque l’État ne s’en mêle pas. Mais je dois avouer que je me suis égaré et que je suis devenu ce que j’appellerais un « socialiste à la mode et irréfléchi » au début de la vingtaine – principalement parce que la musique que j’aimais à l’université était faite par des gens qui avaient été séduits par Gramsci en pensant que le profit était un mal. Après avoir grandi et trouvé un vrai travail, je me suis rendu compte du manque de logique de ces critiques, mais je savais qu’elles étaient encore très convaincantes pour beaucoup de gens de ma génération.

Au fil de mes lectures, je me suis particulièrement inquiété de la nature insoutenable de l’État providence aux États-Unis et dans de nombreux autres pays. J’en suis venu à croire que, de mon vivant, il y aurait une crise de la dette qui constituerait un défi historique pour les institutions des sociétés libres. J’ai donc quitté un emploi plutôt bien rémunéré à l’âge de 26 ans, car je me suis rendu compte qu’il serait beaucoup plus gratifiant d’aider les good guys dans la bataille des idées qui s’annonçait. J’étais alors assez jeune pour prendre le risque de changer de carrière, et je ne l’ai jamais regretté depuis.

 

Pouvez-vous nous dire quelles sont les plus grandes réalisations actuelles et les projets futurs de l’Atlas Network ?

Cela fait maintenant près de 24 ans que je suis impliqué dans l’Atlas Network, dont la moitié en tant que PDG. Je suis très fier de la façon dont nous nous sommes développés pour mieux servir nos plus de 500 partenaires indépendants à travers le monde. Notre Atlas Network Academy est le meilleur programme de développement professionnel pour les personnes qui font carrière dans le domaine de la liberté. Nos événements Liberty Forum sur chaque continent sont excellents pour créer une communauté entre les personnes qui partagent l’amour de la liberté. Nous avons développé notre collecte de fonds de sorte que, chaque année, nous pouvons distribuer plus de 6 millions de dollars US en subventions à nos organisations partenaires.

L’un de nos projets actuels les plus passionnants consiste à montrer l’impact de la liberté économique sur la réduction de la pauvreté. Nous disposons maintenant d’exemples puissants dans le monde entier d’efforts ascendants visant à supprimer les obstacles à l’entreprise. Le résultat final est une plus grande possibilité pour les gens ordinaires d’améliorer leur niveau de vie par leurs propres efforts. Mes collègues Tom Palmer et Matt Warner ont écrit un livre merveilleux, Development with Dignity, sur la façon dont notre travail dans ce domaine a des leçons pour l’établissement de l’aide étrangère.

 

Quelle est votre principale crainte mais aussi votre principal espoir pour l’avenir de la liberté dans le monde ?

Je crains que la démocratie libérale ne soit menacée par un échec de nos élites politiques. Elles ont appris à tirer profit de la polarisation, sans se soucier des dommages causés aux habitudes, aux normes culturelles et aux institutions qui sont la base des les sociétés libres.

J’ai cependant beaucoup d’espoir que les gens normaux se réveillent et prennent conscience du caractère destructeur de cette situation.

C’est un grand moment pour faire partie du mouvement pour la liberté, car il nous incombe de fournir une alternative pleine d’espoir aux autoritaires socialistes de la gauche et aux populistes illibéraux de la droite.

Relevons le défi de montrer comment la tolérance, le civisme et la compassion peuvent s’épanouir lorsque nous réduisons le rôle de l’État dans nos vies et respectons la dignité et la liberté de chaque personne.

 

Avez-vous un conseil à donner aux personnes qui s’intéressent à la liberté en France ?

Mon conseil est d’être assez courageux pour voir grand.

Au fil des ans, j’ai observé un défaitisme chez de nombreux libéraux d’Europe occidentale. Bien sûr, lorsque vous vous êtes convaincu de votre impuissance à changer l’histoire, cela devient une prophétie auto-réalisatrice. Voyons les choses en grand pour une fois.

S’il y a une lueur d’espoir dans les horreurs endurées par les Ukrainiens aujourd’hui, c’est que la bravoure des Ukrainiens a été un signal d’alarme pour nous tous. L’histoire se déroule maintenant. Le moment est venu pour notre communauté libérale de groupes de réflexion d’être audacieux, d’aller de l’avant et de construire un nouveau consensus autour de la dignité de l’individu, du système de libre entreprise en tant que moteur du progrès et de l’importance de l’État de droit pour mettre fin au copinage et freiner l’excès de gouvernement. Il y a beaucoup à faire, et la France ne manque pas de héros libéraux classiques dans son histoire. La question qui se pose est la suivante : qui seront les prochains ?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Le monde francophone compte plusieurs centres de réflexions libéraux. L'un des principaux est l'Institut économique de Montréal, situé au Québec. Il est dirigé par Michel Kelly-Gagnon que nous avons l'honneur d'interviewer. Michel fut l’un des cofondateurs des Amis de la Liberté au milieu des années 1990 et a contribué à la relance de l’IEDM à partir de 1997, notamment grâce à ses talents de leveur de fonds. Après avoir dirigé l’IEDM de 1999 à 2006, il a été président du Conseil du patronat du Québec de mars 2006 à décembre 2008. Au début de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles