Belgique : du fédéralisme au communisme

Croyant donner vie au fédéralisme, le Dr. Frankenstein belge dut constater, stupéfait, qu’il avait engendré le communisme !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
communism source https://unsplash.com/photos/IzIRGxB06Ac

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belgique : du fédéralisme au communisme

Publié le 24 mai 2022
- A +

Le fédéralisme flamand est un succès avéré, dans quasiment tous les domaines. La Flandre n’a jamais été aussi prospère. Gand, Bruges, Leuven sont au faîte de leur art de vivre, parmi les plus belles, actives et créatives cités d’Europe du Nord. Anvers renoue avec son glorieux passé, celui de l’un des plus grands ports du monde.

Le fédéralisme wallon est tout aussi éclatant, mais d’échec, d’insuccès, de complaintes, de rancœurs et de misère. Pourtant, depuis un demi-siècle, c’est la Flandre qui finance massivement la Wallonie, non le contraire ! Comment expliquer cet apparent paradoxe ? Comment expliquer que la région qui reçoit milliard après milliard après milliard — de la Flandre, mais encore de l’Europe ! — se porte toujours plus mal, tandis que la région qui paie et ne reçoit rien, se porte bien ?

Et si l’explication gisait dans le principe même de ce financement — de sa pérennité demi-séculaire ? Et s’il était profondément malsain, délétère, anesthésiant qu’au-delà de solidarités légitimes mais ponctuelles, une région s’installe dans la dépendance totale à l’égard d’une autre région ? Six milliards par an ! L’équivalent de 40 % des recettes propres de la Wallonie ! Chaque année !  Autant pour la tant célébrée autonomie de la Wallonie, principe premier et revendication du fédéralisme !

 

La Wallonie ne cesse de creuser son déficit

En dépit de ce tombereau d’argent, de cette constante perfusion aux dimensions d’une aorte, la Wallonie ne cesse de creuser son déficit et, surtout, elle échoue à mettre en œuvre aucun réforme structurelle sérieuse. Pourquoi réformerait-elle, dès lors qu’elle n’assume pleinement les conséquences d’aucune de ses politiques ? Comment les Wallons seraient-ils enclins à prendre leurs responsabilités, et donner leur suffrage à des partis qui les y invitent, quand leur région est financièrement irresponsable ? Les transferts flamands n’ont jamais été la solution au problème de la Wallonie. Les transferts flamands sont le problème de la Wallonie.

Après un demi-siècle de fédéralisme, la Wallonie est semée de chancres urbains, de friches industrielles, de villes parmi les plus sales et les plus criminogènes d’Europe. Pourtant, la Wallonie n’est pas sans atout. Grand est le potentiel de cette région qui — cruel souvenir ! — fut un leader économique mondial.

Cinquante ans que la Wallonie et les Wallons vivent au-dessus de leurs moyens. Les médias, la culture, l’enseignement les ayant convaincus que le problème n’est pas qu’on leur donne de l’argent, mais qu’on ne leur en donne pas assez, les Wallons s’apprêtent à porter sur les fonts baptismaux le premier régime communiste en Europe occidentale depuis 1945.

En effet, la gauche (PS) et l’extrême gauche (ECOLO, PTB) sont en position majoritaire et ne cessent de réaffirmer leur volonté farouche de présider au destin wallon, peut-être dès 2024.

Ce qui résultera de cette expérience, pour la Wallonie, pour la Belgique et pour l’Europe, nul ne le dira par avance. Mais l’histoire du communisme nous révèle, déjà, les ingrédients du carnage : la violence — Marx ne célébrait-il pas la Volksrache, ou fureur populaire homicide ? — le vol, la rapine, les confiscations. La misère — pardon, la sobriété.

Croyant donner vie au fédéralisme, le Dr. Frankenstein belge dut constater, stupéfait, qu’il avait engendré le communisme !

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Blague flamande « -Devant une usine wallonne il y a un panneau, il y est écrit « ici on parle flamand » » , » tu sais ce qui est écrit devant les usines flamandes ?  » « -Non » « – ici on ne parle pas, on travaille »

  • L’auteur du pamphlet a de sérieux oubli historique, tout le monde sait que l’histoire n’est plus enseigné du coté francophone du pays, les wallons apprendraient comment la Flandre politique et nationalistes à détruite le tissu économique Wallon, la N-VA voudrait que la Belgique n’existe plus, la pierre d’achoppement s’appelle l’Europe

    -1
    • c’est compliqué hein?
      le pouvoir de nuisance des syndicats wallons, inféodés à la gauche la plus radicale ont enfanté le wallonistan, il faudra toucher le fond… pour couler définitivement

    • Il n’y a pas que l’histoire qui n’est plus enseigné (sic) du côté francophone.
      Sans doute que les Wallons apprendraient que la Wallonie a soutenu la Flandre à bout de bras pendant des décennies. Mais… combien de Flamands ne sont-ils pas venus travailler dans les mines ou l’industrie lourde ? D’où viennent les Van Cauwenberghe, Van Gompel, Onckelinckx et compagnie, Wallons grand teint à votre avis ? Actuellement, la Flandre pleure après de la main d’oeuvre mais je ne vois pratiquement aucun Wallon faire le chemin inverse de ce que les Flamands on fait au cours du XIXe et au début du XXe siècle. Le constat de Drieu Godefridi, un pamphlet diront ceux qui se sentent « rogneux » comme on dit chez nous, est difficilement contestable : le Wallon préfère l’assistanat tout en se plaignant de ne pas recevoir assez et en se préparant à mettre au pouvoir des extrémistes qui feront leur malheur.

      • « je ne vois pratiquement aucun Wallon faire le chemin inverse de ce que les Flamands on fait au cours du XIX »

        Pourquoi le Wallon irait-il chercher du boulot en Flandre, si on le paie à rester chez lui à ne rien faire? Même problème en France! J’habite la Nièvre, parlez à n’importe quel chef d’entreprise du coin, il vous dira que la plus grande difficulté, ce n’est pas d’avoir des clients ou des commandes. Non, la plus grande difficulté, c’est de trouver des gens qui veulent bosser, car l’assistanat entre en concurrence frontale avec le travail. Pourquoi aller bosser quand on a la même chose en restant assis sur son canapé?

    • la Flandre politique et nationalistes à détruite le tissu économique Wallon
      Quelle excuse bien pratique! Comme si les Wallons étaient de pauvres victimes que les Flamands doivent dédommager, sans doute? On croirait lire le discours victimaire de certaines ex-colonies…

  • Avatar
    jacques lemiere
    26 mai 2022 at 7 h 49 min

    tant que je gagne je joue..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Chine
1
Sauvegarder cet article

La Chine se voit bientôt la première puissance économique mondiale et en avance dans de nombreux domaines. Elle semble même penser ne plus avoir besoin du reste du monde pour son développement. C’est probablement une erreur, comme l’a montré l’épisode maoïste.

 

Pourquoi la Chine choisit d’être seule ?

Dans mes derniers articles, j’évoquais les faiblesses à long terme de la Chine, principalement sa crise démographique ou la démotivation des jeunes qui, n’ayant pas connu la misère de leurs parents, rechignaient à travailler ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

On reparle d’un éventuel rattachement de la partie francophone de la Belgique à la France. Ce débat est un serpent de mer qui réapparaît périodiquement[1. Tribune de Jules Gheude, écrivain belge et militant wallon prônant le rattachisme, le 7 mai 2022 dans Le Monde : « Et si, en 2024, la Wallonie devenait française ? »] parce qu’il a une certaine logique, mais les conditions de ce rattachement sont-elles vraiment réunies ?

La Belgique est profondément divisée, linguistiquement et politiquement et chaque Belge a sa vision passionnée du ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Depuis la parution de mon analyse prospective de la trajectoire politique wallonne « Du fédéralisme au communisme », on ne cesse de m’interroger : s’agit-il d’un pronostic ? L’arrivée du communisme en Wallonie est-elle pensable ? N’y a-t-il pas là une sorte d’exagération, de la licence pamphlétaire, comme on parle de licence littéraire ?

Ces questions, bien légitimes, me font sourire. La gauche wallonne occupe l’intégralité du spectre politique parlementaire — à l’exception d’un parti, le MR, qui représente 20 % des électeurs. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles