Après 53 « jours de la Terre », la société ne s’est toujours pas effondrée

Le 22 avril, nous fêtions le 53ème jour de la Terre. Les limites en ce qui concerne l’épuisement des ressources décrites par « The Limits to Growth » sont toujours « aussi erronées qu’il est possible de l’être ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo by Fateme Alaie on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après 53 « jours de la Terre », la société ne s’est toujours pas effondrée

Publié le 27 avril 2022
- A +

Dans la mythologie grecque, Cassandre était la prêtresse troyenne qui avait reçu la malédiction de prononcer de vraies prophéties, mais de ne jamais être crue.

L’environnementalisme idéologique comporte une cohorte de Cassandre inversées : ils font de fausses prophéties qui sont largement crues. Le biologiste de Stanford Paul Ehrlich, dans son classique de 1968, The Population Bomb, a prophétisé :

« La bataille pour nourrir toute l’humanité est terminée. Dans les années 1970, des centaines de millions de personnes mourront de faim en dépit de tous les programmes d’urgence lancés maintenant. »

Ehrlich continue de prédire l’imminence de la surpopulation.

Rachel Carson, une autre Cassandre inversée, a mis en garde dans son ouvrage Silent Spring (1962) contre les épidémies de cancer imminentes provoquées par l’utilisation inconsidérée des pesticides synthétiques. En fait, même si leur utilisation a augmenté, les taux d’incidence et de mortalité du cancer sont en baisse depuis 30 ans.

À l’occasion de la 53e Journée de la Terre, jetons un coup d’œil aux prophéties d’un autre Cassandre inversé, le rapport « The Limits to Growth » publié en 1972 par le Club de Rome et rédigé par Donella Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers et William Behrens. Le livre et ses terribles prévisions ont été présentés au monde lors d’une conférence organisée en mars 1972 à la Smithsonian Institution. Concentrons-nous principalement sur les calculs d’épuisement des ressources non renouvelables du rapport. La crise pétrolière de 1973 a été largement considérée comme une confirmation des scénarios catastrophiques du livre qui prévoyaient un épuisement imminent des ressources non renouvelables.

En 1989, j’ai passé une journée au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à discuter avec certains des auteurs de ce rapport, en particulier avec Jay Forrester, qui avait conçu le modèle informatique de dynamique des systèmes de World 2. L’équipe de Limits to Growth a mis au point une version modifiée du modèle de Forrester qu’elle a baptisée World 3 et sur laquelle le rapport s’est principalement appuyé pour ses conclusions.

Dans le premier chapitre du livre, les chercheurs se sont montrés particulièrement intéressés et préoccupés par la nature de la croissance exponentielle. « La quasi-totalité des activités actuelles de l’humanité, écrivent-ils, peut être représentée par une croissance exponentielle. » La croissance exponentielle se produit lorsque quelque chose augmente ou croît rapidement en raison d’un taux de croissance constant qui lui est appliqué. L’intérêt composé est un exemple de croissance exponentielle.

Dans le deuxième chapitre sur les limites de la croissance exponentielle, les chercheurs ont posé la question suivante : « Quels seront les besoins nécessaires pour soutenir la croissance économique et démographique mondiale jusqu’à l’an 2000, et peut-être même au-delà ? » Les nécessités physiques comprenaient la nourriture, les matières premières et les combustibles fossiles et nucléaires. Les chercheurs ont cherché à « évaluer le stock mondial de ces ressources physiques, car elles sont les déterminants ultimes des limites de la croissance sur cette Terre ».

Le 16 octobre 1989, Forbes a publié mon article « Dr. Doom ». En utilisant les données du tableau 4 du rapport sur les réserves mondiales de ressources non renouvelables de 1972 et les taux de consommation futurs prévus, j’ai calculé combien de temps encore dureraient les réserves mondiales estimées par l’équipe du MIT.

J’écrivais : « Limits to Growth prédisait qu’au rythme de croissance de 1972, le monde serait à court d’or en 1981, de mercure en 1985, d’étain en 1987, de zinc en 1990, de pétrole en 1992, de cuivre, de plomb et de gaz naturel en 1993. »

Les dates d’épuisement que j’ai citées proviennent simplement de la lecture de ces données à partir de leurs années d’indice exponentiel figurant dans la colonne 5 du tableau 4. Comme ils l’expliquent dans une note de bas de page du tableau 4, les calculs de la colonne 5 représentent « le nombre d’années que dureront les réserves mondiales connues si la consommation augmente de manière exponentielle au taux de croissance annuel moyen ».

À titre d’exemple, les auteurs ont calculé qu’au taux de consommation actuel, les réserves mondiales de cuivre dureraient 36 ans, mais en appliquant le taux de croissance annuel moyen de la consommation de cuivre de 4,6 %, on obtient le résultat que les réserves mondiales connues de cuivre ne seront épuisées qu’en 21 ans.

Ainsi, aux taux de consommation à croissance exponentielle auxquels les chercheurs s’attendaient, les réserves connues d’or en 1972 devaient être épuisées en neuf ans, le mercure en 13 ans, l’étain en 15 ans, le zinc en 18 ans, le pétrole en 20 ans et le cuivre, le plomb et le gaz naturel en 22 ans.

Comme je l’ai rapporté dans mon article de Forbes, lorsque j’ai interrogé Forrester sur ces chiffres, il m’a répondu : « Je pense rétrospectivement que Limits of Growth a trop insisté sur le côté ressources matérielles. » Eh bien, oui.

Cependant, The Limits to Growth reste une sorte de texte sacré pour certains prophètes du XXIe siècle de l’apocalypse imminente des ressources. Par exemple, la panique du pic pétrolier au début de ce siècle s’est transformée en frénésie du pic de tout. Le physico-chimiste Ugo Bardi, de l’université de Florence, est l’un des plus fervents défenseurs du principe des limites de la croissance. Bardi a été l’un des premiers et des plus enthousiastes partisans du pic pétrolier, publiant son livre The End of Oil (La fin du pétrole) en 2003, avant de passer au pic everything en 2007. Bardi était particulièrement soucieux de défendre The Limits to Growth.

Le 8 mars 2008, sur le site The Oil Drum, aujourd’hui disparu, Bardi a publié un long article intitulé « Cassandra’s Curse : how ‘The Limits to Growth’ was demonized« .

Il écrivait : « Tout comme Cassandre n’a pas été crue, il en a été de même pour The Limits to Growth qui, aujourd’hui encore, est largement considéré comme une étude totalement erronée, fausse depuis le début. Cette opinion ne repose que sur des mensonges et des déformations mais, apparemment, la malédiction de Cassandre est toujours bien vivante à notre époque. »

Selon Bardi, le principal menteur et déformateur, c’était moi.

« Nous pouvons localiser une date spécifique et un auteur pour le véritable tournant, le commutateur qui a fait passer The Limits to Growth d’une étude respectable, bien que discutable, à la risée de tous. Cela s’est produit en 1989 lorsque Ronald Bailey, rédacteur scientifique du magazine Forbes, a publié une attaque sarcastique (Bailey 1989) contre Jay Forrester, le père de la dynamique des systèmes. L’attaque était également dirigée contre le livre qui, selon Bailey, était « aussi erroné qu’il est possible de l’être ».

Pour prouver son point de vue, Bailey a repris une observation qui avait déjà été faite en 1972 par un groupe d’économistes sur le New York Times (Passel 1972). Bailey a déclaré que « Limits to Growth prédisait qu’au taux de croissance de 1972, le monde serait à court d’or en 1981, de mercure en 1985, d’étain en 1987, de zinc en 1990, de pétrole en 1992, de cuivre, de plomb et de gaz naturel en 1993. »

Oui, je l’ai dit. Et les propres auteurs du livre aussi. Il suffit de jeter un autre coup d’œil aux données qu’ils ont publiées dans leur tableau 4.

En fait, je n’étais pas informé de la critique du livre de Passel par le New York Times du 2 avril 1972, mais maintenant que je l’ai lue, elle résiste vraiment à l’épreuve du temps. En tout cas, en ce qui concerne l’analyse de The Limits to Growth sur l’épuisement des ressources, Passel note dans sa critique que selon le rapport « les réserves mondiales de matériaux vitaux (argent, tungstène, mercure, etc.) seront épuisées en 40 ans. » Il se trouve que les calculs de la colonne 6 du tableau 4, qui supposent des réserves connues cinq fois plus importantes, prévoyaient en fait l’épuisement de ces minéraux dans les quatre prochaines décennies environ. Aujourd’hui, 50 ans plus tard, Passel a fait preuve de prescience.

Quoi qu’il en soit, Bardi continue de m’accuser d’avoir produit une mauvaise analyse. Il affirme que le tableau 4 « n’était là que pour illustrer l’effet d’une hypothétique croissance exponentielle continue sur l’exploitation des ressources minérales. Même sans prendre la peine de lire l’ensemble du livre, le texte du chapitre 2 indiquait clairement qu’il ne fallait pas s’attendre à une croissance exponentielle continue. »

En fait, j’ai lu le livre en entier, et j’ai toujours ma copie surlignée et soulignée à côté de moi alors que j’écris cet article.

Voyons ce que dit réellement le texte du chapitre 2 :

« Mais la colonne 4 du tableau 4 montre que le taux d’utilisation mondial de chaque ressource naturelle connaît une croissance exponentielle. Pour de nombreuses ressources, le taux d’utilisation augmente même plus vite que la population, ce qui indique à la fois que davantage de personnes consomment des ressources chaque année et que la consommation moyenne par personne augmente chaque année. En d’autres termes, la courbe de croissance exponentielle de la consommation des ressources est alimentée à la fois par les boucles de rétroaction positive de la croissance démographique et de la croissance du capital. »

Bardi a donc clairement tort. Les chercheurs de The Limits s’attendaient tout à fait à ce que la consommation exponentielle de ressources non renouvelables se poursuive. Bardi poursuit en observant que « le reste du livre, ensuite, montrait divers scénarios d’effondrement économique qui, en aucun cas, n’ont eu lieu avant les premières décennies du XXIe siècle ».

En grande partie, l’effondrement prévu de la civilisation ne se produit pas avant l’an 2000 parce que le modèle informatique standard des chercheurs de Limits « suppose qu’en 1970, il y avait une réserve de 250 ans de toutes les ressources, aux taux d’utilisation de 1970 ».

Ils ajoutent de manière révélatrice : « La colonne de l’indice de réserve statique du tableau des ressources du chapitre II permettra de vérifier que cette hypothèse est effectivement optimiste. »

Cinquante ans plus tard, quel est le bilan de l’exécution standard par rapport à l’épuisement imminent des ressources naturelles non renouvelables ? Pas très bien. Dans sa mise à jour de 2021 de Limits of Growth, Gaya Herrington, vice-présidente de la recherche ESG [environnement, social et gouvernance] du cabinet de conseil KPMG, tente de sauver les prévisions de l’étude de 1972.

Sa nouvelle étude catastrophique sur l’épuisement imminent des ressources a fait l’objet de titres tels que « Oui, c’est sombre », « 2030 marquera le déclin de la civilisation » et « La société est sur la bonne voie pour un effondrement mondial ».

Herrington se concentre sur quatre scénarios issus d’une mise à jour de la modélisation de 2004 publiée par l’équipe originale de chercheurs. La comparaison entre le modèle de 2004 et celui de 1972 est intéressante.

Le suivi des projections du modèle de 1972 prévoyait que plus des trois quarts des ressources mondiales non renouvelables existant en 1900 auraient été épuisées à ce jour. Le suivi de la version révisée de 2004 ramène cette projection à environ un tiers seulement des ressources mondiales à l’heure actuelle. Dans la thèse sur le développement durable que Mme Herrington a rédigée en 2020 à Harvard et qui a précédé la mise à jour publiée en 2021, la piste bleue suit ce qu’elle appelle l’épuisement des ressources non renouvelables « au fil de l’eau » (BAU) prévu dans la version standard de 1972 de The Limits to Growth.

Son graphique suit également les projections de deux autres scénarios modélisés par ordinateur – technologie globale (CT – gris) et monde stabilisé (SW – jaune) – concernant l’utilisation des ressources non renouvelables pour le reste du siècle. Pour élaborer ses estimations des ressources non renouvelables, Herrington s’est principalement appuyée sur les études antérieures d’autres chercheurs qui se sont également entichés de la modélisation informatique de The Limits to Growth.

En ce qui concerne les réserves restantes de combustibles fossiles, elle cite les estimations mondiales élevées (en violet) et faibles (en vert et or) du physicien australien Graham Turner. En faisant l’hypothèse héroïque que les sources sur lesquelles Herrington se base pour ses estimations des réserves de ressources non renouvelables, son graphique montre que l’humanité n’a jusqu’à présent exploité qu’environ 20 % de ces ressources au lieu de les épuiser de 80 % comme prévu en 1972.

Herrington tire une autre projection des réserves mondiales de combustibles fossiles et de métaux (en vert) de l’étude de 2014, « Natural Resources in a Planetary Perspective », réalisée par Harald Sverdrup, ingénieur chimiste de l’université d’Islande, et Kristin Vala Ragnarsdottir, spécialiste de la durabilité. Il est intéressant de noter que Sverdrup et Ragnarsdottir commencent leur étude en citant le mythe de Cassandre. Ils affirment ensuite qu’une humanité fatalement optimiste n’a pas tenu compte des prophéties d’effondrement imminent faites par les Cassandre écologistes modernes, notamment Thomas Robert Malthus (surpopulation), Marion King Hubbert (pic pétrolier), Paul Ehrlich (surpopulation) et, bien sûr, The Limits to Growth.

Penchons-nous un peu sur les réserves mondiales de ressources non renouvelables utilisées dans la mise à jour de Limits de Herrington, telles que calculées par Sverdrup et Ragnarsdottir.

Ils affirment : « Il est désormais bien documenté que les combustibles fossiles connaissent actuellement un pic de production. »

En fait, ils calculent que la production mondiale de pétrole a atteint son pic en 2008. Est-ce bien le cas ? Le monde produisait 83 millions de barils par jour en 2008, et la production post-pandémie devrait dépasser les 100 millions de barils par jour cette année. (Bien que l’invasion de l’Ukraine par la Russie fasse actuellement vaciller les marchés mondiaux).

En ce qui concerne les métaux et les minéraux, les chercheurs islandais ont calculé en 2014 que les réserves récupérables restantes de cuivre, de zinc et de plomb s’élevaient respectivement à 560 millions de tonnes, 1,1 milliard de tonnes et 700 millions de tonnes. En revanche, le rapport « Mineral Commodity Summaries 2022 » de l’U.S. Geological Survey estime les ressources restantes de cuivre, de plomb et de zinc à 2,1 milliards de tonnes, 1,9 milliard de tonnes et 2 milliards de tonnes, respectivement.

En 1972, The Limits to Growth estimait que les réserves mondiales restantes de cuivre s’élevaient à 308 millions de tonnes, celles d’or à 11 000 tonnes, d’étain à 4,37 millions de tonnes, de zinc à 123 millions de tonnes et de plomb à 91 millions de tonnes. Les réserves de pétrole brut s’élevaient à 455 milliards de barils et celles de gaz naturel à 1,14 quadrillion de pieds cubes. Au rythme de consommation de 1972, toutes ces réserves auraient été entièrement épuisées avant l’an 2000.

L’USGS rapporte que 50 ans plus tard, les réserves prouvées actuelles de cuivre s’élèvent à 880 millions de tonnes, celles d’or à 54 000 tonnes, celles d’étain à 4,9 millions de tonnes, celles de zinc à 250 millions de tonnes et celles de plomb à 90 millions de tonnes. Les réserves mondiales de pétrole sont estimées à 1,7 trillion de barils et celles de gaz naturel à 7,3 quadrillions de pieds cubes.

En d’autres termes, les réserves prouvées de ressources non renouvelables n’ont pas été épuisées au cours des 50 dernières années, elles ont au contraire considérablement augmenté.

Dans son article perspicace paru en 2021 dans Mineral Economics, le géologue allemand Friedrich-Wilhelm Wellmer explique que lorsque les marchés signalent qu’un minéral ou un métal est en pénurie, les entreprises développent de nouveaux moyens plus efficaces d’exploiter les réserves actuelles et cherchent à trouver de nouvelles ressources.

Par conséquent, l’horizon d’approvisionnement de la plupart des métaux, minéraux et combustibles est toujours d’environ 20 ans. En outre, grâce aux innovations en matière d’efficacité, la plupart des produits et services utilisent de moins en moins de ressources spécifiques au fil du temps. Wellmer propose un tableau pratique comparant les données de production de 1972 de The Limits to Growth avec celles de 2020. Même si l’humanité produit de plus en plus de ces ressources, l’horizon temporel de leur épuisement éventuel aux taux de consommation actuels augmente au lieu de se raccourcir.

Bien sûr, les prix d’un grand nombre de ressources non renouvelables ont récemment connu de fortes hausses. Est-ce un signe que le monde est enfin sur le point de manquer de ressources ? L’indice des produits de base du Fonds monétaire international en termes réels a plus que doublé récemment, alors que les économies mondiales rebondissent après le ralentissement économique de la pandémie. L’augmentation antérieure résultait de l’énorme demande de ressources liée à l’expansion massive de l’économie chinoise au début de ce siècle.

M. Wellmer craint toutefois que les prix des matières premières ne restent durablement à un niveau élevé pour deux raisons : la demande future de matières premières associée à l’accélération de la transition énergétique verte et les coûts toujours plus élevés découlant des exigences restrictives du permis social d’exploitation.

Il faut beaucoup de matériaux pour construire des panneaux solaires, des éoliennes et des batteries. Malgré cela, M. Wellmer affirme que ces technologies deviendront de plus en plus économes en matériaux au fur et à mesure de leur évolution. Il en veut pour preuve qu’en kilogrammes par mégawatt (MW), une éolienne de 3,45 MW contient aujourd’hui moins de 15 % de béton, 50 % de fibre de verre, 50 % de cuivre et 60 % d’aluminium qu’une ancienne éolienne de 2 MW. L’utilisation de matériaux pour la construction de cellules solaires a diminué de 75 % au cours des 13 dernières années.

En outre, le respect d’exigences environnementales et réglementaires étendues ainsi que la réponse aux demandes des parties prenantes de la communauté augmentent les coûts de production des minéraux, des métaux et des combustibles. Ces coûts se répercuteront sur les prix de ces produits de base.

Malgré ces nouvelles pressions, Wellmer conclut avec optimisme :

« Des pénuries d’approvisionnement ont souvent été prévues dans le passé. Elles ne se sont jamais produites. Le cycle de contrôle de rétroaction autorégulé de l’approvisionnement en minéraux garantit un approvisionnement adéquat au fil du temps. Il n’y a aucune raison de supposer que ce système de prévisions autocorrectives ne fonctionnera pas à l’avenir. »

Pour sa part, Herrington, qui ne s’est pas laissé impressionner par les échecs passés des projections du modèle The Limits to Growth, conclut au contraire que deux de ses scénarios actualisés qui s’alignent le plus étroitement sur les données qu’elle cite « indiquent un arrêt du bien-être, de la nourriture et de la production industrielle au cours de la prochaine décennie environ, ce qui remet en question la pertinence d’une croissance économique continue comme objectif de l’humanité au XXIe siècle ».

Si quelqu’un est une Cassandre inaudible en matière de prophéties sur l’épuisement des ressources, c’est bien moi. Compte tenu de ses multiples échecs de prédiction, je m’attends avec confiance à ce que le 60e anniversaire de The Limits to Growth nous apprenne qu’il est toujours « aussi erroné qu’il est possible de l’être ». Bonne « journée de la Terre » à tous !

Sur le web

Un article de Reason. Traduction Contrepoints.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Avatar
    jacques lemiere
    27 avril 2022 at 6 h 59 min

    tant que l’on dispose d’une énergie peu chère….on peut par exemple recycler…

    bah vous avez des gens qui OSENT manipuler le concept de surpopulation.. pour moi ça signe le « honte de rien »..

    • La surpopulation est bien une réalité, il suffit de regarder les conséquences catastrophiques de l’urbanisation … partout dans le monde. Ce qui était possible en 1972 avec 5 milliards d’humains devient beaucoup plus compliqué avec 8 milliards … et on ne parle de 10 milliards à venir

  • Comme on le rappelle souvent en cours d’éco, l’âge de pierre ne s’est pas arrêté par pénurie de silex mais évolution technologique. Aujourd’hui on craint la pénurie de pétrole mais demain si on laisse la techno évoluer on produira l’énergie principalement d’autres façons (le nucléaire quelle qu’en soit la forme est un bon candidat vu sa densité énergétique comparée) et le pétrole servira pour les voitures de collection et sera produit par décomposition de plastiques récupérés (ou autre chose)…

    Quant aux « scientifiques » qui osent signer ce genre de crétineries sur les « ressources limitées » il convient peut-être de leur rappeler qu’à part dans les étoiles et dans les réacteurs nucléaires (mais on parle de millionièmes de pourcent) un atome de cuivre (e.g.) reste un atome de cuivre quoi qu’on en fasse et le stock de ces atomes sur la terre reste fixe et ne diminue pas…

    Pour rester dans le « scientifique » bien établi, faut juste penser un peu plus loin que son anti-capitalisme primaire et se dire que oui, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » reste pour l’essentiel une proposition plus exacte que toutes les élucubrations sur la « consommation » des ressources.

    • Avatar
      jacques lemiere
      29 avril 2022 at 7 h 13 min

      mais il ne faut pas se voiler la face..

      il faut trouver une source d’energie..

      on avait des forets..du charbon, du pétrole du gaz..

      le rejet du nucleaire est très parlant…

    • Pour être plus précis, on parle de ressources exploitables. C’est à dire de gisements où le métal est assez concentré pour que son exploitation soit rentable. La quantité de métal se conserve, mais l’entropie augmente par dispersion, ce n’est pas un processus réversible. Bref.
      Mais tout le point est que les notions « exploitables » et « rentables » ne sont pas absolues mais évoluent avec le temps. Même sans aucun progrès technologique, les réserves exploitables augmentent par simple augmentation du prix de revient.
      En fait, Limits to growth s’applique parfaitement à un monde où le prix des ressources « épuisables » seraient fixées par une administration, bloquant l’investissement et la rentabilité de nouveaux gisements, puis engendrant la pénurie. Sans aucun doute, le réserves de pétrole du Vénézuala suivent parfaitement ces prédictions.

  • Avatar
    jacques lemiere
    2 mai 2022 at 7 h 42 min

    bah….comment diable porter la contradiction à des gens qui font des prédictions essentiellement sans donner de date… et qui appelle à l’action.. immédiate donc datée…

    j’acheterai la voiture du futur, voiture électrique, hydrogène.dans le futur…

    se balader avec un parapluie car il va pleuvoir .. dans deux jours à un mois..

  • Voilà une manière bien simpliste de regarder la réalité.
    Il est facile de se noyer dans les chiffres et prévisons diverses, erronées ou non.
    Car la réalité est bien là : si le pétrole ne va pas manquer immédiatement (on se demandera au passage pourquoi les pays du Golfe se reconvertissent …) cela n’est pas la question de fond.
    Le réchauffement climatique est là pour nous rappeler les limites acceptables dans un monde limité.
    L’effondrement de la biodiversité est là pour nous rappeler notre propre fragilité.
    L’effondrement d’une ressource naturelle fondamentale, à savoir l’eau potable, est là pour nous prédire l’avenir qui nous attend.
    L’effondrement des terres agricoles est là pour nous dire que la surpopulation est en marche.
    Et certains s’attardent sur des chiffres, dont le commun des mortels se moque (chiffres réservés à la compréhension des experts) en osant clamer que « la fête continue ».
    L’être humain est suicidaire, en voici un bon exemple.
    Mais qu’il se suicide … sans entraîner le reste de la Planète !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 30 avril 2022 à la salle Gaveau (Paris) a eu lieu la cérémonie de remise des diplômes AgroParisTech 2022. Un groupe de huit étudiants a fait une déclaration fracassante qui aurait dû rester un incident de parcours. Largement médiatisée, elle est devenue un événement quasi national. De quoi s'interroger sur l'avenir de notre société.

 

Une intervention programmée

La cérémonie de remise des diplômes AgroParisTech 2022 était organisée par AgroParisTech Alumni – l'association des anciens élèves – et a fait l'objet d'une vidé... Poursuivre la lecture

Guerre et pandémies semblent bouleverser la planète. Mais à long terme, ce n’est rien par rapport aux mouvements démographiques. Mon texte sur ce sujet dont je vous donne ci-après de larges extraits reste donc valable. J’y ajoute quelques points d’actualité.

L’actualité démographique : Chine, Allemagne, Inde, retraites françaises

Le recensement chinois de 2021 n’a pas apporté de surprise aux spécialistes, mais a frappé le grand public. Il confirme les conséquences de « la politique de l’enfant unique », à savoir que les générations cre... Poursuivre la lecture

Par Kat Dwyer.

Après la Journée de la Terre ce 22 avril, le pessimisme plane sur la communauté de la conservation : la guerre en Ukraine semble avoir fait obstacle à des solutions climatiques ambitieuses. La hausse des prix des carburants a mis en évidence notre dépendance actuelle et future à l'égard des combustibles fossiles. Et ici, en Occident, nous nous préparons à un nouvel été marqué par la sécheresse. Ces défis ne seront certainement pas faciles à relever. Toutefois, dans le contexte plus large de la conservation, il existe enc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles