Le retour en force de l’Angleterre grâce aux ports francs

Huit ports ou aéroports anglais vont devenir des ports francs selon les plans annoncés par le chancelier de l’échiquier, Rishi Sunak.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
trade source https://unsplash.com/photos/kyCNGGKCvyw

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le retour en force de l’Angleterre grâce aux ports francs

Publié le 24 avril 2022
- A +

La plupart des zones franches seront situées autour des plus grands ports de fret côtiers d’Angleterre, notamment Felixstowe, Liverpool, Hull, Southampton et London Gateway. Plymouth, Teesside et une zone autour de l’aéroport d’East Midlands seront également désignées.

Tout avance désormais très vite au Royaume-Uni, et l’Angleterre est en première ligne. Déjà huit ports ou aéroports anglais vont devenir des ports francs selon les plans annoncés par le chancelier de l’échiquier, Rishi Sunak (finance), qui a déclaré que sa politique pour les zones controversées à faible taux d’imposition « illustrerait l’économie future » et « débloquerait des milliards d’investissements », favorisant le commerce et l’emplois.

Le développement des ports francs

Le chancelier a déclaré que les discussions se poursuivaient avec les administrations décentralisées pour d’autres ports francs ailleurs dans le Royaume-Uni, en Écosse, aux Pays de Galles et en Irlande du Nord, bien que l’Écosse veuille introduire des ports dits verts, tandis que le statut post-Brexit de l’Irlande du Nord pourrait ne pas permettre le même modèle de ports francs.

Rishi Sunak parle d’une « échelle jamais atteinte auparavant », créant des zones économiques spéciales qui, selon lui, étaient établies depuis longtemps à l’échelle internationale, même si les freeports initiés par Thatcher ont existé au Royaume-Uni jusqu’en 2012.

Le plan des ports francs a été défendu par Sunak et par des hommes politiques conservateurs du nord de l’Angleterre, où il est considéré comme un outil essentiel dans le programme de « remise à niveau » (level up) pour attirer de l’argent et des emplois dans ces régions défavorisées.

Sunak a dévoilé sa politique comme l’épanouissement final de son discours du budget, exposant sa vision pour l’avenir depuis Teesside, dans l’un des futurs nouveaux ports libres :

« Dans le passé, il était connu pour son succès dans des industries comme l’acier. Maintenant, quand je regarde l’avenir de Teesside, je vois que d’anciens sites industriels sont utilisés pour capturer et stocker le carbone ; des vaccins sont fabriqués ; des éoliennes offshores créent de l’énergie propre. »

Il a déclaré que le port franc « verrait des entreprises innovantes à croissance rapide embaucher des locaux pour des emplois décents, bien rémunérés et verts ».

La liste complète des huit freeports anglais comprendra l’aéroport d’East Midlands ; Freeport East – Felixstowe avec Harwich ; Humber – y compris Hull, Grimsby, Immingham et Goole ; Liverpool City Region ; Plymouth et South Devon : Solent – y compris Southampton ; Thames – combinant les ports de London Gateway et de Tilbury ; et Teesside.

Chaque zone comprend un port ou un aéroport, car les avantages douaniers et tarifaires sont conçus pour permettre la transformation et la réexportation des marchandises brutes de façon plus efficace et à moindre coût, tout en évitant légalement les droits d’importation normaux. Toutefois, les zones peuvent s’étendre jusqu’à 25 milles (40 km) et relier d’autres zones dans de nouveaux « sites fiscaux » désignés.

Les porte-parole des soumissionnaires gagnants, y compris Solent et Plymouth, ont déclaré que la nouvelle allait fournir des investissements massifs et des milliers de nouveaux emplois dans leurs régions.

Teesside et Humber bénéficieront également d’un fonds de mise à niveau portuaire pour développer des installations pour l’éolien en mer. L’association commerciale RenewableUK a déclaré que la combinaison avec les freeports était « un grand moment pour la fabrication d’éoliennes en mer ».

Une autre proposition, qui, selon le Trésor, sera soumise à l’approbation du Parlement, est que les entreprises situées dans les zones ne verseront pas de cotisations d’assurance nationale aux employés pour de nouveaux emplois, potentiellement jusqu’en 2031. Forcément les syndicats ont dit être préoccupés par ce plan. On imagine d’ici la réaction de notre CGT qui de fait, par son freinage, a déjà réduit l’activité portuaire française, au point de la rendre insignifiante à l’échelle internationale.

La question légale des allégements fiscaux

Certains critiques se sont demandé si les allégements fiscaux pouvaient être considérés comme des aides d’État potentiellement illégales et enfreindre des accords commerciaux, notamment avec l’UE et l’accord de coopération signé en décembre.

Le leader de l’opposition travailliste Keir Starmer a, comme par hasard, estimé que la priorité devrait être plutôt de faciliter la vie des entreprises qui font commerce avec l’UE et sont affectées par les nouvelles règles commerciales post-Brexit :

« Au lieu de faire une confiance aveugle aux ports francs, le Chancelier ferait mieux de s’assurer que l’accord sur le Brexit du gouvernement marche pour les entreprises manufacturières britanniques, qui font face à davantage de bureaucratie, et pour nos services financiers ».

Cela dit l’un n’empêche pas l’autre.

Richard Ballantyne, directeur général de la British Ports Association, a averti que parmi les villes côtières démunies qui n’ont pas fait de coupe, « il y aura des perdants » à la suite de cette politique. Une étude réalisée au Royaume-Uni dans le cadre d’un groupe de réflexion Changing Europe a conclu que les ports francs n’offrent pas de solution miracle pour la transformation économique.

Pourtant, le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson parie que les plaques tournantes attireront l’innovation et les investissements, aidés par la réduction du fardeau douanier et fiscal, pour relever le niveau. Les autres avantages comprennent des règles de planification simplifiées et l’accès au financement de l’infrastructure.

Les entreprises situées dans les ports francs bénéficieront d’allégements fiscaux, y compris l’absence de droits de timbre (taxe), de remboursements complets pour les investissements dans la construction et la machinerie, de cinq ans de taux zéro pour les entreprises et de tarifs et d’obligations douanières moins élevés.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je note que pour faire digérer ces refuges fiscaux à la couleur quelque peu paradisiaque, on les peint en vert en supputant qu’ils contribueront à la lutte contre le réchauffement climatique.
    Parfois pour améliorer la vie il faut s’appuyer sur les billevesées les plus éculées.

    • Oui : un petit champ d’éoliennes sociales, durables, et responsables devrait acheter des indulgences contre le péché de paradis fiscal…

  • « emplois décents, bien rémunérés et verts  » ben si il le dit..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Ports francs britanniques : depuis le Brexit des villes britanniques tentent de devenir des zones franches, c’est le retour du cauchemar de Bruxelles et de tous les constructivistes européens d’un Singapour-sur-Tamise. Mais c’est surtout un démenti de toute la presse française qui voyait Boris Johnson tourner le dos à Thatcher à la faveur de la pandémie.

Le gouvernement du Royaume-Uni cherche à mettre le turbo de l’économie post-Brexit sur les régions par la création de dix ports francs, une opportunité potentiellement si lucrative pou... Poursuivre la lecture

« There is no such thing as public money ; there is only taxpayers money. » disait fort sagement le Premier ministre Margaret Thatcher. Mais les lubies issues de l’idéologie politique des identités minoritaires victimaires qui infusent la gauche britannique autrement dit le politiquement correct qu’on appelle aujourd’hui wokisme, et qui pénètre l’État profond, ont aussi un coût.

Vous vous souvenez de cette magnifique chanson Somewhere over the rainbow. Hé bien les arcs-en-ciel des passages piétons n’ont rien à voir avec ce genre de poé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles