Macron : voilà le retour des artistes engagés

Que de brillants talents qui ne peuvent s’empêcher de s’engager, autrement dit de l’ouvrir, pour asséner des leçons d’humanisme à cette populace qui ne comprend décidemment rien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron : voilà le retour des artistes engagés

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 avril 2022
- A +

Que de brillants talents qui ne peuvent s’empêcher de s’engager, autrement dit de l’ouvrir, pour asséner des leçons d’humanisme à cette populace qui ne comprend décidément rien.

Un certain nombre de saltimbanques quelque peu embourgeoisés ont cette fâcheuse et contemporaine tendance à venir faire étalage de leur extra-lucidité sur des questions éminemment sociétales, en dehors des contraintes que leur impose leur art, par ailleurs plus ou moins maîtrisé.

Les artistes engagés

D’autres, parmi les plus célèbres, se laissent facilement aller à des coups de sang volontiers médiatiques, notoriété oblige, pour dénoncer, condamner, sensibiliser avec une conviction bien vite dissipée dans la mondanité du lendemain. L’aveuglement de la plèbe est à ce point problématique que l’artiste se sent obligé de gribouiller la tribune pour le canard à grand tirage, ou de jacasser sur le devant de la scène, au nom d’une idée assez répandue depuis un certain temps : le créatif serait doté d’une acuité supérieure à celle du quidam. Ce qui, du reste, est probablement exact. Il lui reviendrait alors, peut-être depuis le J’accuse ou le Guernica, d’ouvrir les yeux des imbéciles incultes, mal-informés ou aveuglés par une ignorance crasse, en caquetant son indignation sur telle situation inacceptable, ce qui est toujours une bonne occasion d’affirmer une supériorité sur ceux qui ne voient rien. Ou qui voient, mais n’ont pas, eux, la grossièreté d’épandre une indignation stérile et encore moins l’audience pour le faire.

Certains troubadours, scribouillards ou théâtreux s’affichent même aux côtés de ceux qui ont quelques prétentions au trône, pour les accompagner dans leurs concerts de pipeau, pensant toujours peser de tout leur poids et faire pencher la balance en faveur du camp du bien. Il est alors amusant de constater que la bohème mal peignée et débraillée puisse ranger si vite sa rafraîchissante désinvolture, sa poésie critique ou son cynisme excentrique, et arborer subitement une mine concernée, voire consternée, pour se mettre au service de la clique des politiciens en complets-vestons. Insulte suprême à l’Art qui, pensais-je naïvement, ne pouvait être que libertaire.

Pourquoi leur accorder du crédit ?

Je m’étonnerai toujours du crédit apporté aux discours orientés et aux interventions extra-artistiques de ces créatifs engagés. Lesquels n’ont en réalité pas plus de compétence, en dehors de leur discipline, que leurs clients adorateurs, mais se croient légitimes à s’indigner bruyamment au nom d’un humanisme ou d’une lucidité dont ils seraient les seuls dépositaires, par le fait même qu’ils sont artistes. Ces travailleurs du sensible aiment à rappeler avec un air supérieur qu’ils utilisent de nobles matières premières comme l’émotion et l’intuition, et qu’ils sont du coup bien à l’abri, soi-disant, de toutes considérations gestionnaire ou rationnelle. Ils en viennent alors à confondre autorité et notoriété, croyant faire preuve de la première, alors qu’ils mésusent de la seconde : leur opinion, qu’ils imaginent probablement plus valable que celle des petites gens, ne vaut finalement pas mieux que celle de quiconque.

Ainsi, je ne saurai trop conseiller à ces fantaisistes de moins s’engager dans l’ébruitement pénible et médiatique de leur indignation, mais plus encore dans leur fantaisie, et de suivre l’exemple de ces quelques silencieux, qui font pourtant résonner leur talent en se concentrant avec passion et abnégation sur ce qu’ils savent faire : l’Art.

Ou d’écrire leurs futilités, comme je le fais moi-même.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Jolie diatribe, bravo !

  • Voilà un arcticle que Poutine doit adorer ! N’est-ce pas ainsi qu’il a considéré le Président Zelinski ?
    Quant à Ronald Reagan, le pauvre doit se retourner dans sa tombe, surtout que les années 80 se souviennent de sa propension à faire de « l’humanisme »… Lol.
    Et pourquoi mettre une photo de Roselyne Bachelot ? Elle est le parfait contre-exemple : femme politique devenue artiste … dans le genre on peut aussi parler de Bernard Tapie : homme d’affaires, homme politique et … artiste.
    Oui les artistes ont des choses à dire sur le plan politique et le font tous les jours par leur art ! Libre à chacun de les écouter. Ce n’est pas pour rien que toutes les dictatures de l’histoire ont cherché à contrôler les artistes.
    Ils profitent de leur notoriété ? Certes! Au même titre que les journalistes, présentateurs, et divers (citons Zemmour…), que certains avocats et bien d’autres encore.
    Qu’ils continuent de s’indigner bruyamment, le « petit peuple »dont je fais partie ne peut que leur en être reconnaissant : les « Restos du Coeur » leur disent merci !
    Dans notre monde « d’experts », il est bien difficile de savoir qui l’est vraiment.
    Le silence ?

    -11
    • Si on fait apprendre par coeur leur texte aux acteurs,
      c’est pour que le reste du temps ils ferment leurs gueules.

    • Comme les artistes, les journalistes et présentateurs ne sont respectables que s’ils ne touchent rien d’autre que leur pourcentage sur ce que l’on donne volontairement pour assister à leur prestation.

    • Les privilèges , protègeons les privilèges . Quand on gagne très bien sa croûte et qu’on a le ventre plein le sort de autres on s’en fout

  • Les artistes devraient ne pas oublier que certains de ceux à qui ils se permettent de donner des leçons sont des salariés du privé qui financent leur scandaleux régime des intermittents du spectacle.
    Moi aussi je pourrais signer une tribune : je m’engage à boycotter tous les films, spectacles, concerts… impliquant des artistes ayant la prétention de me donner des leçons de citoyenneté ou de m’indiquer pour qui je dois voter.

    14
  • « Moi aussi je pourrais signer une tribune : je m’engage à boycotter tous les films, spectacles, concerts… impliquant des artistes ayant la prétention de me donner des leçons de citoyenneté ou de m’indiquer pour qui je dois voter. »
    Quant à moi, c’est déjà le cas, surtout dans un régime qui leur est si favorable !

  • Je vous conseille de regarder sur youtube le discours de l’humoriste british Ricky Gervais aux Golden Globe Awards de 2020. Un bon moment de rigolade sur les stars…. Vers la fin, il dit à toutes les stars hollywoodiennes dans la salle (que du beau monde de Robert de Niro à Al Pacino etc…): « Et arrêtez de donner votre avis sur les affaires du monde!! La plupart d’entre vous ont passé moins de temps à l’école que Grete Thurnberg!! »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles