Médiation Russie-Ukraine : la Turquie remplace la France

Avec les pourparlers Russie-Ukraine, la Turquie d’Erdogan prend la place de médiateur de la France en matière de crises internationales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Médiation Russie-Ukraine : la Turquie remplace la France

Publié le 30 mars 2022
- A +

Ce mardi ont eu lieu des pourparlers entre l’Ukraine et la Russie à Istanbul. La Turquie devient de fait une médiatrice dans ce conflit européen. On peut se réjouir de voir les deux belligérants discuter et utiliser la voie diplomatique pour tenter de résoudre ce conflit qui a fait des milliers de morts militaires et civils ainsi que plus de 3,7 millions de réfugiés. Néanmoins, on peut aussi regretter la perte d’influence diplomatique de la France et des pays de l’UE.

Le double jeu turc lui offre des opportunités diplomatiques

De par sa position géographique, la Turquie a un rôle dans le pivot eurasiatique qui n’est ignoré ni des Russes ni des Américains. Dès lors, Ankara joue un double jeu visant à avoir le soutien des deux camps afin de développer son projet de puissance régionale du Proche et Moyen-Orient.

La Turquie a intégré l’OTAN en 1952. Du fait de sa nature politique de plus en plus autoritaire et de sa position d’État régional, elle a tout autant besoin de l’OTAN que de la Russie, afin d’éviter de dépendre politiquement d’un des deux camps. Mais en même temps, Erdogan comme Poutine parlent le même langage, celui de deux dirigeants autoritaires à la tête d’anciens empires à cheval entre l’Europe et l’Asie. Ils souhaitent tous deux rétablir l’influence de leur pays dans leur « étranger proche ».

À cela s’ajoute la forte dépendance de l’économie turque à l’économie russe, comme par exemple en matière de tourisme ou d’hydrocarbures. Turkish Stream/Turkstream, le projet de gazoduc entre les deux pays débuté en 2017, met bien en évidence ces liens énergétiques qui ne sont pas sans rappeler ceux que Moscou entretient avec l’Allemagne, voire l’Italie.

Dans le même temps, Erdogan s’est rapproché de Zelensky depuis son arrivée au pouvoir. La Turquie a fourni des drones de combat Bayraktar à l’Ukraine qui sont désormais utilisés dans le conflit.

Ce jeu de balancier confère de l’influence à la Turquie et lui permet plus que jamais d’être un carrefour politique, économique et civilisationnel, ce qui a permis aux dirigeants turcs de garder la confiance de leurs homologues ukrainiens et russes ; Vladimir Poutine a d’ailleurs rencontré Recep Erdogan quelques jours après le début du conflit.

Rien de surprenant que la Turquie serve de lieu de discussion.

 

Une place diplomatique qui a été celle de la France

Le cas de la Turquie montre qu’il est possible d’être membre de l’OTAN et d’entretenir des relations solides avec des pays en guerre comme l’Ukraine et la Russie. De fait, la France a longtemps occupé cette position de médiateur.

La doctrine gaulliste qui a longtemps prévalu en France au niveau des affaires étrangères a poussé le pays vers une politique nuancée. Ni atlantiste, ni prorusse, mais cherchant à être un pont envers les différentes puissances afin de défendre les intérêts français.

Cette politique réaliste a permis à la France d’avoir une influence certaine en Europe et au-delà.

Cette doctrine s’est fortement affaiblie cette dernière décennie, notamment sous la présidence Sarkozy. Ce dernier a pu jouer un rôle de médiateur dans la crise géorgienne de 2008. Mais une partie non négligeable de l’appareil d’État ainsi que des médias français se sont progressivement alignés sur les positions américaines.

Désormais, l’opinion publique se divise entre atlantiste et pro-russe et empêche le retour en force d’une position médiane.

Il est tragique pour l’Europe que ce soit désormais un régime illibéral comme la Turquie qui prenne la place de la France et des démocraties dites libérales en termes de diplomatie.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Ben oui, mais en France, la campagne électorale demande des grandes envolées lyriques en faveur des sujets journalistiques, tandis qu’en Turquie les élections ne sont prévues que pour 2023 et un résultat positif dans l’intermédiation pourra y être un facteur décisif…

  • Il y a fort à penser que si cette médiation réussit, la Turquie présente la facture, à savoir son adhésion à l’Europe, ya bon subventions, pour restaurer son économie mise à mal par Erdogan, et après bourrache sur l’Europe, i suite la France et Macron, envahi Chypre, financé des mouvements islamistes et des mosquées. Et comme d’habitude l’Europe se couchera, et les peuples n’auront par leur mot à dire.

  • Très belle analyse qui confirme que la France n’est plus la puissance diplomatique et politique qu’elle fut depuis qu’elle est gouvernée par des admirateurs inconditionnels de l’allié américain et qu’elle a fait le choix d’une réintégration dans les structures militaires intégrées de l’Otan, la privant ainsi de son statut de neutralité gagné de haute lutte par le Général de Gaulle … Ne pas oublier le rôle important joué par Israël dans les coulisses de ces négociations !

  • La Turquie remplace la France, c’est comme Wagner et la Russie qui remplace la France au Mali, le monde bouge et change depuis 70 ans

  • Nous ne pesons plus sur la scene diplomatique, économique, scientifique, notre système éducatif est à volo, nos hôpitaux a l’agonie, notre police deserte les banlieues pour traquer les non vaccinés etc ……… et on nous prédit encore 5 années de Macron décidément nous avons toutes la misère du monde.

  • Charles Gave avait raison et tous les indices sont là, hormis sa psychopathie, Macron est foncièrement un imbécile qui s’entoure de gens encore plus médiocres.

  • Perso, j’ai jamais rien compris à ce rôle « d’entremetteuse » de la France ! C’est du bidon ! ça a juste permis à des, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron, de se pousser du col en évitant la dure réalité française. C’est plutôt une vraie chance que notre Président n’ait pas joué le rôle de facilitateur dans ce conflit pourri.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles