Caisse des dépôts : Lombard se trompe sur les revenus du capital

Le directeur général de la Caisse des dépôts a déclaré récemment que les salaires étaient trop bas par rapport aux revenus du capital. Qu’en est-il ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-03-28 at 14-14-39 Eric Lombard (CDC) Les actionnaires doivent être plus raisonnables ! - YouTube

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Caisse des dépôts : Lombard se trompe sur les revenus du capital

Publié le 29 mars 2022
- A +

Le directeur général de la Caisse des dépôts, Éric Lombard, a déclaré récemment que les salaires étaient trop bas par rapport aux revenus du capital. Il n’est d’ailleurs pas le seul à avoir cette opinion pouvant conduire à considérer que le capitalisme contribue à générer une situation critiquable dans un pays. Et bien sûr il en résulte qu’un certain nombre de personnes en France risquent de souhaiter l’adoption d’une politique économique consistant par exemple à imposer une augmentation des salaires ou à augmenter la fiscalité sur les revenus du capital.

Compte tenu de l’importance des faits et des décisions politiques dans ce domaine il convient évidemment de réfléchir aux relations qui peuvent exister entre ces deux catégories de revenus, les salaires et les revenus du capital, ou plus précisément, les salaires et les profits.

 

Revenus du capital : les salaires et les profits

Si un individu possède un immeuble (ou une salle) on peut évidemment considérer qu’il s’agit là d’un élément de son capital. Supposons donc qu’il souhaite éventuellement utiliser ce capital pour obtenir des ressources supplémentaires et par ailleurs qu’il signe pour cela un contrat avec un salarié destiné à l’aider dans la production de biens. Il se peut que les biens ainsi produits servent directement à l’individu et le gain qu’il obtient ainsi sous forme d’une augmentation de son utilité personnelle peut être considéré comme un profit. Mais bien entendu, on aura surtout tendance à parler d’un profit si les biens ainsi produits sont vendus. Les biens ont alors une valeur monétaire comparable au montant du salaire (lui aussi en valeur monétaire). La différence entre la valeur monétaire des biens produits et le montant du salaire monétaire constitue ce qu’on appelle le profit.

Il est clair que le salaire résulte d’un contrat entre les deux personnes concernées dans cet exemple, tandis que le montant du profit ne résulte pas directement d’un contrat, mais il est déterminé par la différence entre deux types de contrats, le contrat du producteur avec le salarié et le contrat de ce producteur avec l’acheteur des biens qu’il a produits avec son salarié.

Or, étant donné que le producteur ne peut pas prévoir parfaitement quelle sera la valeur monétaire des biens qu’il envisage ainsi de vendre, il en résulte que le profit n’est pas un montant décidé parfaitement à l’avance. Il existe donc une différence essentielle entre le salaire et le profit. Le montant d’un salaire à payer dans le futur est déterminé de manière précise par un contrat. En ce qui concerne le profit le producteur essaie évidemment de prévoir quel peut en être le montant, ou tout au moins son montant minimum et son montant maximum. Mais il n’y a pas de certitude sauf dans le cas exceptionnel où il pourrait signer un contrat avec un acheteur pour sa vente de biens dans le futur. Mais le montant du profit n’est pas décidé, il est éventuellement prévu, mais il constitue toujours un reste indécis d’un ensemble de contrats.

 

Le fonctionnement des marchés de biens

Bien évidemment ce que nous venons de dire à propos d’un individu est également vrai si on envisage un ensemble de plusieurs personnes.

Leurs profits dépendent des différences entre les prix de vente de leurs biens et les salaires qu’ils doivent payer. Or on doit envisager qu’un producteur est normalement soumis à une situation de concurrence vis-à-vis d’autres producteurs. On doit donc admettre qu’en général les producteurs ne peuvent pas augmenter leurs profits en augmentant leurs prix de vente, de telle sorte que la variation des profits dépend essentiellement de la variation des salaires : l’augmentation des salaires diminue les profits et la diminution des salaires augmente les profits. Il est donc normal de considérer que les salaires et les profits varient en sens inverse les uns des autres.

La déclaration d’Éric Lombard consistant à dire que les salaires sont trop bas par rapport aux revenus du capital est donc contestable puisqu’il est logique qu’il y ait une grande différenciation entre le niveau des salaires et le niveau des revenus du capital. Ceci implique qu’il ne serait absolument pas justifié – et qu’il serait même nuisible – d’adopter une politique économique consistant à diminuer cette différenciation entre les deux types de revenus.

Par ailleurs on pourrait éventuellement défendre l’idée que l’augmentation des salaires permet d’augmenter les demandes de biens et qu’il en résulterait donc une augmentation des ventes par les producteurs et/ou une augmentation des prix de vente et donc des profits. Mais il ne faut pas oublier qu’il existe des échanges internationaux de telle sorte que le prix des biens est déterminé davantage par les prix mondiaux que par les situations intérieures à la France (par exemple la variation du niveau des salaires).

Compte tenu de ces caractéristiques du fonctionnement des marchés de biens il est tout à fait contestable de penser qu’il faut décider de politiques économiques destinées à agir sur les prix et sur les revenus. Ce sont les besoins et désirs individuels qui déterminent très normalement les caractéristiques des marchés et il n’est pas justifié de vouloir les modifier de manière autoritaire.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • “Dans la période qui s’ouvre, on aura deux raisons de distribuer du pouvoir d’achat: l’inflation et la transition écologique, qui nécessitera de payer plus cher certains services de base”

    “Je pense que le capitalisme est déréglé et que la répartition des richesses est trop divergente par rapport à ce qui revient au capital »

    « Trop de revenus sont allés au capital et pas assez au travail. Il me semble qu’il y a un réglage à faire”

    Il se garde bien de s’aventurer à proposer des moyens de « régler » le capitalisme, sachant que les entreprises dont le rendement sur capital a été boosté par un effet de levier résultant d’un endettement à coût quasi-nul seront les premières impactées par l’augmentation des taux consécutive à l’inflation.

  • Pascal Salin gagnerait à être moins abscons.
    A sa décharge, ce n’est pas facile de répondre à une affirmation sans queue ni tête – « les salaires [sont] trop bas par rapport aux revenus du capital » – dont le seul objectif est en réalité d’alourdir la fiscalité du capital.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Michel Villette.

Dans la littérature sur la gouvernance d’entreprise, deux principes s’opposent : celui énoncé par l’économiste Milton Friedman en 1970, dans un célèbre article intitulé The social responsability of business is to increase its profits (« La responsabilité sociale des entreprises est d’accroître leurs profits »), à celui proposé près de 40 ans plus tard par les universitaires Edward Freeman, Kristen Martin, et Bidhan Parmar dans leur article Stakeholder capitalism (« Le capitalisme des parties prenantes »).

D... Poursuivre la lecture

Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
2
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

La guerre en Ukraine et les mesures prises par les pays occidentaux pour pénaliser la Russie de Poutine ont eu pour conséquence de provoquer un surenchérissement immédiat des prix de l’énergie. Les firmes qui sont les acteurs du secteur bénéficient ainsi de cet emballement.

En France, la multinationale TotalEnergie vient d’annoncer que pour le premier semestre de 2022 cette crise se traduit, pour elle, par des résultats bénéficiaires exceptionnellement élevés : 18,8 milliards de dollars en « résultat net corrigé ». Ce chiffre est à com... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles