3 jeux vidéo de guerre avec la Russie

La Russie est un pays présent dans un certain nombre de jeux vidéo de guerre. En voici 3 jeux dans lesquels vous pouvez la combattre ou l’incarner.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Russian Tanks by Metal Chris flickr (creative Commons CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 jeux vidéo de guerre avec la Russie

Publié le 27 mars 2022
- A +

La Russie est souvent présente dans la culture populaire moderne. C’est particulièrement vrai dans le jeu vidéo et les jeux de stratégie. L’importance géopolitique que ce pays a eue dans l’histoire en fait un sujet majeur pour ce domaine vidéoludique. Qu’il s’agisse de la Russie impériale des Tsars, de l’URSS voire de la Russie moderne, elle fait vendre dans le secteur des jeux vidéo.

Voici 3 jeux de stratégie et de guerre où vous pouvez au choix affronter ou incarner la Russie.

 

La série Heart of Iron : la grande stratégie à l’époque de la Seconde Guerre mondiale

La série Heart of Iron vous permet d’incarner une puissance majeure de la Seconde Guerre mondiale. Le dernier opus sorti, Heart of Iron 4, est le plus accessible et offre beaucoup de choix politique. Dans cette série, vous commencez par défaut en 1936 à la tête de l’une des nations phares : les États-Unis, le Royaume-Uni, la France pour les Alliés, l’Allemagne nazie, l’Italie fasciste et l’empire japonais pour l’axe ou l’URSS pour le Komitern. Heart of Iron 4 vous permet d’ailleurs de jouer n’importe quelle faction du monde et offre des possibilités intéressantes pour des pays comme la Pologne et ceux d’Europe centrale.

Le jeu se veut réaliste au niveau historique et sa prise en main est longue avant d’être maitrisée. Mais il apparait complet, instructif et permet de se plonger dans l’histoire politique.

Heart of Iron 4 possède plusieurs extensions qui permettent d’approfondir l’expérience avec différentes nations.

Ainsi Waking the Tiger offre une expérience de jeu plus complète avec la Chine, le Japon, mais aussi l’Allemagne et vous permet de renverser le régime d’Hitler.

No Step Back se concentre sur l’URSS, la Pologne et les pays baltes offrant là encore des possibilités politiques et militaires pour ces pays ; dont la possibilité de déclencher une guerre civile en URSS pour remettre le tsar ou mettre Trotski au pouvoir.

L’Allemagne est considérée comme le pays le plus facile pour commencer : après tout c’est elle qui déclenche la guerre. De même, les États-Unis sont aussi l’une des factions les plus intéressantes pour débuter et faire face aux fascistes et communistes. L’URSS est certes faible au début, du fait des grandes purges, mais devient rapidement une alliée ou un danger potentiel.

 

Cossacks 1 et 3

Cossacks 1 et sa version actualisée Cossacks 3 ont été développés par les Ukrainiens de GSC Game World. Ce jeu de stratégie en temps réel inspiré de Âge of empire, place le joueur à la tête d’une nation européenne du XVIe siècle.

L’accent est mis sur les grandes formations de combat et sur le réalisme. Les ressources s’épuisent car les unités consomment de la nourriture, d’autres consomment de l’or et se rebellent si vous n’en avez plus, et les tirs consomment du charbon et du fer.

Si on trouve parmi les factions jouables les traditionnels Français, Anglais, Russes, le jeu se démarque en vous permettant de jouer les Ukrainiens. Ces derniers peuvent compter sur les cosaques d’où le nom du jeu.

Si vous voulez un jeu où vous incarnez l’Ukraine et/ou si vous voulez soutenir des développeurs ukrainiens, n’hésitez pas à acheter les jeux Cossacks sur Gog ou sur Steam.

 

La série Wargame : les champs de bataille de la guerre froide

La série Wargame, avec comme dernier opus Wargame Red dragon, développé par les Français d’Eugen système vous place sur le champ de bataille pendant la guerre froide. Dans ce scénario, cette dernière s’est transformée en guerre conventionnelle entre l’OTAN et le pacte de Varsovie ainsi que leurs alliés respectifs.

Le jeu se démarque par la pluralité des factions jouables : États-Unis, France, Royaume-Uni, République fédérale d’Allemagne (RFA), Danemark, Suède, Norvège, Canada, Japon, Corée du Sud, ANZAC pour les Occidentaux et Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), République démocratique allemande (RDA), Pologne, Tchécoslovaquie, Corée du Nord, République populaire de Chine pour le bloc soviétique.

La grande diversité des équipements et un certain attachement au réalisme sont appréciables pour tout passionné de la guerre froide.

Ce jeu est néanmoins davantage orienté multijoueur.

Une nouvelle version vient en outre de sortir (avec moins de factions) sous le nom de Warno.

 

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Avatar
    Laurent Lenormand
    27 mars 2022 at 10 h 01 min

    En revanche, je n’ai jamais vu de jeu vidéo où vous êtes un soldat Viêt-cong et vous dégommez des GIs qui viennent de brûler votre village…
    L’endoctrinement par le loisir, une vieille rengaine dont les gouvernements ne se lassent jamais.

  • Un peu malsain non ?

    Pourquoi pas des jeux où on torture des opposants et brûle des hérétiques ?

    Mais surtout comme le dit le commentaire précédant, le côté endoctrinement des jeunes à des actions violentes alors que d’un autre côté on oeuvre avec zèle et constance pour bannir de simples mots afin de « changer les mentalités » me dépasse quelque peu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles