La démocratie est-elle soluble dans l’incertitude ?

Face aux crises actuelles, à celles en germe, et à l’incertitude qui en résulte, l’enjeu de la démocratie réside dans le renforcement de son unité autour de son principe fondamental de gestion des désaccords.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Fred Moon on Unsplash - https://unsplash.com/photos/b0TVblffqco

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La démocratie est-elle soluble dans l’incertitude ?

Publié le 22 mars 2022
- A +

Les démocraties donnent souvent l’impression d’être paralysées face à l’incertitude en se perdant dans des discussions sans fin. Face à cela, les régimes autoritaires sont vantés pour leur capacité à décider vite, et donc être plus agiles. Si la vitesse de décision d’un système centralisé et autoritaire est indéniable, c’est pourtant le système démocratique qui est avantagé face à l’incertitude.

La démocratie n’est-elle pas intrinsèquement fragile face à l’incertitude ?

C’est ce que me demandait cette journaliste il y a quelques semaines. J’avoue avoir été surpris par la question mais je n’aurais pas dû. C’est une croyance très répandue, qui semble très logique, et qui est pourtant fausse.

En apparence, un régime autoritaire possède trois avantages :

  1. Plus efficace et plus rapide, car centralisé et moins, voire pas, sujet à discussion. Une décision peut être prise rapidement par le chef et exécutée par « la grande machine » sans délai.
  2. Stabilité dans le temps car avoir le même dirigeant pendant vingt ou trente ans signifie stabilité dans les principes de décision, du moins en principe.
  3. La capacité, pour certains d’entre eux, à projeter une vision, c’est-à-dire à offrir une clé de lecture du monde au moyen d’une idéologie qui définit une finalité du système.

 

Ces trois avantages sont régulièrement vantés dans diverses situations. Ainsi le gouvernement chinois a tiré un grand prestige de sa gestion déterminée, bien que brutale, de l’épidémie de Covid-19.

Mais c’est surtout dans son inscription de long terme que les régimes autoritaires séduisent le plus. Ainsi, la présentation du plan chinois pour l’intelligence artificielle en 2019 a alarmé les experts occidentaux par son ambition et son volontarisme, en face duquel les efforts occidentaux, principalement menés par des entreprises privées, apparaissaient comme court-termistes et dispersés.

Face à cela, la démocratie semble être imprévoyante et inconséquente. Elle n’est pas douée pour faire des plans à long terme, car personne n’est d’accord et il lui est difficile de soutenir un effort focalisé sur le long terme. Qu’un changement de majorité s’opère et le plan est abandonné. En revanche, une dictature conservant le même dirigeant ou le même parti durant des dizaines d’années n’aura pas de problème. La démocratie semble donc avoir un désavantage intrinsèque dans la préparation du futur. En incertitude, ce désavantage semble accentué.

N’est-ce pas précisément dans cette situation qu’une vision claire et une détermination sans faille dans la durée sont des avantages cruciaux des dictatures ?

Eh bien non, car l’idée selon laquelle pour aborder l’avenir il faut avoir une vision claire et ambitieuse du futur n’est qu’une croyance, un modèle mental très contestable. L’incertitude rend en effet la prédiction très hasardeuse et compromet facilement les meilleurs plans. Ce qui semble un avantage, la stabilité et la vision (supposée) de long terme des régimes autoritaires comme la Chine, se révèle en fait un inconvénient en incertitude.

Les démocraties sont antifragiles

Dans son ouvrage Antifragile, Nassim Nicholas Taleb distingue trois types de système :

  1. Fragile lorsqu’il fonctionne moins bien en incertitude
  2. Robuste lorsqu’il résiste aux aléas de l’incertitude
  3. Antifragile lorsqu’il tire parti de l’incertitude

 

Par exemple, le management moderne est fragile car il repose sur la prédiction. Lorsque les prédictions se révèlent fausses, ce qui est souvent le cas en incertitude, les conséquences peuvent être catastrophiques. Une entreprise qui décide, à l’encontre des règles d’optimisation financière, d’avoir trois usines à trois endroits différents du monde, plutôt qu’une seule, est robuste. Si l’une des usines brûle ou est bombardée par Vladimir Poutine, les deux autres peuvent continuer à fonctionner. Le coût induit par le manque d’optimisation est compensé lorsque l’incertitude frappe.

La démocratie, elle, est antifragile, pour plusieurs raisons. D’une part, elle est non prédictive par définition. Elle est agnostique quant au futur. Elle ne définit pas de finalité. Elle ne se préoccupe que des moyens, pas des fins. D’autre part, elle n’essaie pas de résoudre les désaccords en organisant la société autour d’une croyance commune. Au contraire, elle crée un système qui permet de vivre ensemble malgré les désaccords. L’intérêt est que ce faisant, elle laisse vivre différentes options à tout moment. Elle ne se fige pas dans une option, une façon unique de voir le monde et d’envisager des solutions aux problèmes rencontrés. L’intérêt est qu’en cas d’erreur, quand l’option dominante échoue, d’autres sont disponibles. Au fond, la démocratie est une méthode de résolution collective de problèmes complexes par l’expérimentation libre d’options possibles.

Au contraire, la dictature est forte, mais elle est fragile. Que sa croyance officielle se révèle fausse ou obsolète, elle n’a pas d’option alternative. Sa supposée capacité à décider vite séduit, mais quel est l’intérêt de décider vite quand la décision est stupide ? Quant à la stabilité dans le temps, elle correspond souvent à un enfermement idéologique dans un modèle mental qui empêche toute évolution et rend plus difficile le changement quand il sera devenu inévitable.

La fin tragique de l’URSS est un bon exemple d’un régime vu comme fort durant des années alors qu’il s’écroulait sur lui-même. Plus récemment, la pertinence de la stratégie chinoise face au Covid-19, tant vantée initialement, a été sérieusement remise en question, sans parler de sa tentative initiale de la nier, réflexe fréquent chez les autocrates.

La séduction des élites pour les régimes autoritaires n’est pas nouvelle, même si elle est très forte chez les intellectuels français, et elle traduit toujours un pessimisme étonnant. Pendant toute la guerre froide, l’Occident était convaincu que le système soviétique était en train de gagner la partie alors qu’il était en profonde décrépitude.

Hélène Carrère d’Encausse, soviétologue quasi-officielle de la république, n’écrivait-elle pas, en 1983, six ans avant l’effondrement des régimes de l’Est : « Le système ne cesse de se renforcer » ? Ce pessimisme n’est pas unique à cette période, tant l’idée est tenace qu’un système autoritaire est nécessairement supérieur à un système démocratique. Cette idée persiste encore aujourd’hui, notamment  aux extrêmes de droite et de gauche en France, qui ont toujours un dictateur du moment à célébrer.

La véritable fragilité démocratique

Cela ne signifie naturellement pas que la démocratie ne soit pas fragile, mais sa fragilité ne réside pas dans son refus de la finalité ou dans son incapacité (supposée, bien que pas toujours vérifiée) d’une décision ferme et rapide. Bien au contraire, ce sont les sources de sa force, de son antifragilité. Sa fragilité réside dans le risque toujours présent qu’une partie de sa population refuse son principe de fonctionnement, et que l’une des croyances idéologiques l’emporte sur les autres. C’est la force de gravité à laquelle elle essaie de résister.

Face aux crises actuelles (guerre en Ukraine, pandémie) et à celles en germe (famine, pénuries, etc.) et à l’incertitude qui en résulte, l’enjeu de la démocratie réside donc non pas dans un effort vain de mieux prédire, mais dans le renforcement de son unité autour de son principe fondamental de gestion des désaccords.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Au fond, la démocratie est une méthode de résolution collective de problèmes complexes par l’expérimentation libre d’options possibles »
    Excellente définition.
    PS : L’humanité est ainsi faite qu’elle compose un large éventail de caractéristiques tant physiques que mentales. En fonction de l’environnement, certaines offrent un bonus à la survie. On appelle ça la sélection naturelle.
    C’est sans doute pour cela que la démocratie est l’option politique la plus en phase avec la nature humaine.

  • La V° république en France est louée pour l’instauration d’un pouvoir fort et péréen, contrairement à la IV°. Or la V° s’est révélée bien incompétente avec la gestion calamiteuse de la crise de l’Algérie, débutant par un « je vous ai compris », puis une guerre de 4 ans pour rien, pour finir par une débandade avec les accords d’Evian.
    On l’a vu avec la gestion calamiteuse du covid, confinant toutes les régions, même celles qui étaient indemnes.

    • Il me semble que cette vue théorique est annihilée par la l’instrumentation de la peur qui est devenue une pratique générale chez les gouvernants, les médias et les activistes.

      La peur est nourrie par l’incertitude et réciproquement. A partir d’un certain niveau, elle bloque toute décision rationnelle. En l’étendant à tous les domaines comme moyen de gouvernance (gouvernants), de proffit (médias) ou de pression (activistes), les démocraties deviennent incapables de gérer l’incertitude donnant ainsi l’avantage aux dictatures qui ont le monopole de la peur.

      •  » … cette vue théorique … »

        N.B. Mon commentaire concerne l’article et n’est pas une réponse à gilib.

  • C’est le rôle des politiques de ne pas nous mettre dans l’incertitude : gouverner, c’est prévoir.
    Et en particulier, la souveraineté est la meilleure garantie contre l’incertitude.
    Si les politiques se fichent de la souveraineté, ils créent de l’incertitude : exemples :
    – l’absence de masques lors du début de la pandémie,
    – l’interdiction de prospecter le gaz et le pétrole, dans notre propre sous-sol (qui nous fait importer du gaz de schiste US, ou du gaz russe,
    – l’arrêt du nucléaire,
    – son remplacement par des éoliennes et du photovoltaïque, dont l’intermittence nous oblige à importer de l’électricité ou du gaz (en plus des éoliennes et des panneaux photovoltaïques eux-mêmes),
    – le principe de précaution, qui nous prive de toute innovation française,
    – …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Une crise alimentaire sévère se profile à court terme. Pour certains la planète alimentaire serait même au bord du gouffre.

 

Une planète alimentaire au bord du gouffre

Avant la guerre en Ukraine la situation des marchés agricoles était déjà tendue pour des raisons à la fois climatiques et logistiques. Le conflit à haute intensité qui se déroule sur le sol européen n’a évidemment rien arrangé. Il met aux prises deux puissances dont les exportations cumulées représentaient récemment encore près de 30 % du commerce mondial du... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles