La guerre en Ukraine : un futur inquiétant pour l’agriculture

La récente invasion de l’Ukraine par les troupes russes vient de mettre à mal l’agriculture française.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tractor Fertilize Field Pesticide And Insecticide By: Aqua Mechanical - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre en Ukraine : un futur inquiétant pour l’agriculture

Publié le 7 mars 2022
- A +

L’homme n’étant pas conçu pour vivre isolé, la vie harmonieuse est basée sur l’équilibre des échanges. Depuis le troc du temps des cavernes jusqu’au commerce moderne, la paix, la stabilité et la sécurité de la vie quotidienne ne peuvent subsister que par des échanges équitablement consentis dont les clauses sont réciproquement respectées.

La récente invasion de l’Ukraine par les troupes russes vient de mettre à mal ce fragile équilibre pour une durée qu’il serait présomptueux d’évaluer. Les dispositions de coercition envisagées contre la Russie et leurs conséquences vont donc bouleverser le quotidien du monde de manière difficilement estimable, mais dont on peut présager la réalité de beaucoup d’entre elles.

L’agriculture française (et européenne), dépendante de la Russie

Selon l’AGPB :

  • 30 % des importations d’engrais de l’UE sont d’origine russe
  • Russie et Ukraine sont les premiers exportateurs mondiaux de blé et deuxième exportateurs d’orge
  • La Russie et l’Ukraine fournissent également 79 % des exportations mondiales en huile de tournesol
  • L’Ukraine est le troisième exportateur de maïs
  • La Russie est le premier exportateur d’engrais azotés
  • Russie et Biélorussie sont le premier exportateur d’engrais potassiques.
  • La Russie représente désormais 28 % des importations françaises de produits pétroliers raffinés (12 % en 2002) et 17 % des importations de gaz

 

En maîtrisant les matières premières, gaz naturel et engrais azotés, mais aussi les produits alimentaires, la Russie se trouve en position d’arbitrage de notre autonomie alimentaire.

L’Union européenne a abandonné durant les années 1990 son objectif d’autosuffisance alimentaire au profit de mesures privilégiant le pouvoir d’achat du consommateur et la défense de l’environnement.

Cette politique a pour effet d’augmenter les importations de produits agricoles à bas prix et qui ne respectent pas les normes européennes.

L’impact de l’embargo prévisible des exportations russes et ukrainiennes de céréales sur les prix reste temporairement différé par notre stock existant, mais ce stock est tombé à un niveau bas fin 2021.

A contrario, après les sanctions occidentales adoptées qui avaient suivi l’annexion de la Crimée en 2014, la Russie a renforcé ses investissements dans l’agriculture, en devenant autosuffisante en céréales et quasiment en viande porcine et poulets !

L’arrêt de l’importation de céréales russes et ukrainiennes

Les embargos sur les échanges en provenance des pays en guerre vont désorganiser le marché des céréales.

Dans un premier temps, cela va supprimer la concurrence des produits habituellement importés donc diminuer l’offre et influer à la hausse sur les prix. Cela pourrait être temporairement bénéfique pour les céréaliers français. Cependant, l’augmentation des prix des fertilisants, notamment azotés, sera probablement supérieure aux gains obtenus par la hausse des cours induite par la diminution de l’offre.

De plus la pénurie d’approvisionnement d’azote qui se fait déjà sentir fait que de nombreux agriculteurs ne peuvent couvrir leurs besoins de fertilisation. Cela se traduira par une baisse significative des rendements des futures récoltes. Sans compter sur la baisse de la valeur boulangère des blés panifiables, un taux de protéines trop bas dépendant de la fertilisation azotée, déclenchant un déclassement du grain récolté.

L’augmentation du prix des céréales sera fatale pour nombre d’éleveurs, étranglés par les prix élevés de l’aliment et l’aval des filières qui ne jurent que par des prix bas aux consommateurs.

À tout cela s’ajoute l’augmentation drastique du prix des carburants qui, sans un ajustement du prix des produits alimentaires issus de l’agriculture, ne permettra pas à un très grand nombre d’exploitations de subsister. Toutes les productions seront impactées.

Les exportations vers les pays en guerre

Les producteurs français seront impactés par l’arrêt des exportations. Cela avait été le cas en 2014 lors de l’embargo russe décidé par le Premier ministre Medvedev en réponse aux sanctions occidentales contre Moscou.

Les producteurs de champagne qui ont exporté en 2020 1,9 million de bouteilles en Russie sont doublement pénalisés, la Russie leur ayant interdit d’apposer le mot champagne sur leurs bouteilles et devant se contenter de la mention vin pétillant.

Les producteurs de cognac, ont exporté en 2020 pour 12 970 000 euros de cognac vers la Russie, en baisse de 21,8 % par rapport à 2019 (source BNIC).

En 2021, la Russie a importé pour presque 198 millions d’euros de vins depuis notre territoire. Cela en fait le quinzième marché pour les producteurs français, d’après le magazine Réussir qui s’appuie sur les chiffres de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS).

Toutes ces ventes qui seront probablement interrompues pendant le conflit, et peut-être plus longtemps, vont aggraver le déficit de notre balance commerciale et affaiblir notre économie.

Un risque de déstabilisation mondiale de l’agriculture

Le conflit en Ukraine va fortement perturber la production de céréales dans ce pays et diminuer de façon significative la disponibilité des céréales alimentaires dans les pays importateurs.

À l’instar des émeutes de la faim qui avaient embrasé en 2008 les populations de l’Égypte, du Burkina Faso, de la Mauritanie, de la Côte d’Ivoire, du Mexique, de la Thaïlande, du Sénégal, de Madagascar, d’Haïti qui avaient pour origine l’augmentation soudaine et importante du prix des denrées alimentaires de base, la conjonction d’une pénurie de denrées et de l’augmentation de leur prix pourrait avoir des conséquences explosives. À titre d’exemple, le Liban importe la moitié de son blé d’Ukraine et de Russie. Et selon le porte-parole des importateurs de cette filière, le Liban a seulement un mois et demi de stock pour l’instant. En Tunisie, 50 % du blé vient d’Ukraine.

Quelques raisons d’espérer ?

Les producteurs les moins impactés pourraient être les agriculteurs bio. N’étant pas dépendants des fertilisants azotés chimiques, ils seraient exemptés des inconvénients précités. Mais ils seraient eux aussi impactés par la hausse des prix des carburants. Par conséquence de la pénurie occasionnée par l’arrêt des importations et de la hausse des prix de l’énergie, les prix des produits conventionnels pourraient égaler ceux des produits bio. Mais il n’est pas certain que les producteurs conventionnels abandonneraient pour autant les produits de protection des cultures pour se convertir en bio. Les producteurs bio ont besoin des effluents des productions animales pour la fertilisation azotée dans leurs terres. Mais les associations du bien-être animal sont opposées à l’exploitation de l’animal par l’Homme…

Et la généralisation de la bio risque d’avoir les mêmes effets qu’au Sri Lanka qui a dû faire rapidement marche arrière sur sa décision du 100 % bio.

La baisse de rendements induite par le manque ou la cherté des fertilisants se traduira par une hausse générale des prix à la consommation fatale pour les consommateurs aux bas revenus.

Une économie dépendante de l’énergie et des échanges

Au regard de la progression de l’armée russe en Ukraine et de la volonté affichée de son dirigeant de mettre en œuvre des moyens effrayants, notre économie pourrait être rapidement paralysée par des frappes de missiles sur nos centrales électriques. Plus d’électricité, cela signifie plus d’informatique, plus de distribution d’eau, de carburants, de nourriture, engorgement des réseaux d’eaux usées, etc.

L’agriculture serait rapidement impactée, les groupes électrogènes ayant vite consommé les citernes de carburant.

À terme, l’agriculture pourrait se libérer au moins partiellement de la dépendance énergétique en affectant des surfaces aux cultures énergétiques pour produire du bio-carburant.

Mais ces surfaces viendraient en déduction des surfaces consacrées aux productions alimentaires, ce qui aggraverait la pénurie alimentaire décrite plus haut.

La production de biogaz est un autre volet de l’indépendance énergétique de l’agriculture, mais le rendement en biomasse qui alimente les digesteurs est lui aussi tributaire de la fertilisation azotée.

Conclusion

La mondialisation, qui a séduit les populations en proposant aux citoyens des pays pauvres des débouchés rémunérateurs et à ceux des pays riches de pouvoir acheter à des prix bas trouve dans ce conflit l’illustration de ses limites.

La perte de notre autonomie déjà illustrée par le manque de masques, de médicaments, de composants électroniques, va atteindre un niveau critique supérieur, car manger ne se diffère pas et ventre affamé n’a plus d’oreilles. Les affrontements ont toujours existé, depuis les clans des cavernes jusqu’à nos économies modernes. Le meilleur moyen d’éviter la guerre, c’est de s’y préparer (Patricia Mirallès, LREM).

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Si vis pacem, para bellum ( Vegece)

  • L’arrêt du commerce est le choix de NOS dirigeants. Ses conséquences catastrophiques ne diminuent pas d’un iota le soutien que ces dirigeants obtiennent dans la population, comme s’il suffisait de s’opposer à Poutine pour devenir en toute chose un héros bienfaiteur de l’humanité. Etrange…

    • Regardez, il suffit de l’apparition d’une guerre, d’un virus, ou de tout autre objet n’ayant pas la faculté de parler pour que Macron grimpe dans les sondages. C’est à dire qu’on n’attend même pas qu’il y ait une action réfléchie ou un résultat positif, le simple fait d’être chef pendant une épreuve lui apporte le soutien de certains.
      D’où l’intérêt de créer des épreuves…

  • La mondialisation, c’est beau lorsque tout « baigne dans l’huile » mais au moindre pépin, les dominos cascadent et le consommateur paie les pots cassés!

    -1
    • Enfin, en ce moment, c’est bien du refus de la mondialisation à l’occasion de la guerre en Ukraine que le consommateur paie les pots cassés !

    • L’ouverture du commerce avec prudence et équilibre vers la Russie était une bonne idée … avant que les Allemands en fassent une solution à leurs délires anti-nucléaire et que les US les punissent …

  • Ouais donc mon post n’a pas plu, tant mieux ce site devient exécrable comme quoi le libéralisme bourgeois ne vaut pas un clou.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles