Zemmour vs Le Maire : le débat du néant

Le débat Bruno Le Maire vs Zemmour aura été vide : des postures politiciennes, de l’invective et aucune piste pour réformer le pays en profondeur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2021-09-30 at 08-43-19 ERIC ZEMMOUR, JUSQU'OÙ PEUT-IL ALLER - INTERVIEW COMPLÈTE - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Zemmour vs Le Maire : le débat du néant

Publié le 10 décembre 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Hier soir, Éric Zemmour a débattu sur France 2 avec les journalistes Léa Salamé et Laurent Guimier puis avec Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance. À bien des égards, sur la forme comme sur le fond, le niveau du débat a été peu satisfaisant.

Il a été révélateur de la déliquescence de la classe politique française et montre que le pays n’est pas prêt à être réformé par le haut.

Un débat chaotique et agressif sur la forme

Au début de l’émission, Zemmour a débattu avec les journalistes, puis avec Bruno Le Maire à partir de 22 heures. Du début à la fin, le ton a été houleux et marqué par l’invective. Les coupures de paroles ont été très nombreuses, aussi bien entre les journalistes et Zemmour qu’entre ce dernier et Bruno Le Maire. Plus le débat avançait et plus le ton montait.


Il a été peu agréable à suivre tant les protagonistes étaient dans l’affrontement constant et ne laissaient pas s’exprimer leur adversaire.

Il est intéressant de comparer sur la forme un tel débat, qui oppose un candidat à la présidentielle à un ministre, à ceux qui ont lieu dans d’autres pays. J’ai pu en suivre personnellement, à l’occasion des élections législatives canadiennes en 2019 ainsi qu’en République tchèque. Le calme et le respect du temps de parole de l’adversaire primaient.

Dès lors, l’agressivité et l’aspect chaotique des débats français n’ont-ils pas contribué à cette hausse de tensions politiques et à la polarisation ?

L’absence de volonté de vraies réformes et de courage politique

Le débat a porté sur les thèmes de l’économie et l’immigration. Le premier sujet était particulièrement intéressant compte tenu des problèmes actuels du pays. Néanmoins, il n’a pas débouché sur grand-chose.

Le Maire a adopté un point de vue technocratique défendant logiquement son bilan au ministère face à Zemmour pointant les faiblesses et les erreurs du gouvernement Macron. Mais aucun des deux n’a proposé de grandes réformes. Leur débat sur la CSG en est un exemple : Zemmour souhaite la diminuer pour les bas salaires tandis que Le Maire estime illégale la mise en place de ce projet. Tous deux ont avancé des calculs et des considérations à la véracité douteuse.


Aucun des deux n’a prôné une vraie baisse des impôts ou des dépenses publiques, Zemmour se bornant à vouloir supprimer les allocations aux étrangers.


Tous les deux ont eu des positions caricaturales à propos de la situation économique du pays : Zemmour insiste sur une situation qu’il estime catastrophique et parle de grand déclassement, tandis que pour Le Maire la situation est bonne. Ici, aucune pondération et analyse réaliste.

Le reste du débat s’est déroulé dans le même état d’esprit.

Au final, ce débat aura été vide : des postures politiciennes, de l’invective et aucune piste pour réformer le pays en profondeur.

Voir les commentaires (51)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (51)
  • Bruno Le Maire drapé dans sa suffisance hautaine comme s’il avait sauvé la France avec ses quatre sous…
    Le débat était visiblement à charge comme entendu entre les journalistes et B Le Maire. L’impolitesse de ce ministre étant courante chez les politiciens pour empêcher l’autre débatteur de poursuivre sa démonstration. Petitesses de l’énarque sur toute la ligne qui s’en va penaud sans dire au revoir… curieux !
    E Zemmour aurait dû se douter du piège il ne m’a pas suffisamment maîtrisé.
    Au final ennuyeux mais à la hauteur de ce qu’est devenu notre pays avec des occupants médiocres de l’espace
    Dommage

  • Il y a quand même eu ce moment particulièrement appréciable où le Maire a eu le culot de donner des leçons sur le déficit et où Zemmour l’a remis à sa place en lui rappelant les dépenses complètement folles de la crise covid.

    • @Brique- c’est exact et c’est pourquoi j’écrivais ci-devant « comme entendu entreBLM et les journalistes « 
      E Zemmour étant aussi nul/compétent queBLM il aurait dû le coincer dès le début et venir sur son programme, mais la stratégie était en place d’après moi, EZ n’a pas encore l’habitude de ces traquenards d’antennes mis il lui reste 4 mois. Je ne suis pas Zemmourien/riste mais vu les moyens employés on a envie de l’aider

  • Il fut un temps où certains (à gauche ?) voulaient fusionner IR et CSG pour rendre celle-ci progressive…
    Personne à l’époque ne s’était permis de qualifier ce projet d’illégal.
    Mais quand c’est Zemmour qui fait une proposition voisine et simplifiée, cela le devient.
    Marrant, non ?

    • L’électeur moyen pense, à tort, que l’augmentation de son petit salaire net lui sera profitable (il ne peut pas comprendre la rétroaction négative pour tous de l’inflation redistributive).
      Il est donc normal que tout candidat cherche à accroître ses chances en ratissant plus large pour aguicher plus de naïfs ou de jaloux par ce genre de proposition. C’est aussi le cas de Pécresse, et bien sûr de toute la gauche, Le Pen comprise.

    • @Jeremy- BLM surf sur la mémoire à trois mois de la plupart des gens. Il est dans le temps présent pour lui tout en réclamant des comptes du passé aux autres. C’est un politicard de la pire espèce avec son visage poupon sans expression seul son parcours personnel l’intéresse il ne sait pas encore que son « intelligence «  est has been

    • Ça me fait rire d’entendre un Le Maire dire que la proposition du Z ne passerait pas le conseil constitutionnel parce que l’impôt doit s’appliquer à tous… alors qu’on n’a que 46% des foyers qui paient celui sur le revenu…

      • Et que la suppression de la taxe d’habitation n’est pas valable pour tout le monde!

        • Exact !
          Et à ceux qui s’insurgent que certaines allocations ne soient plus versées aux étrangers, il répond qu’elles ne sont pas versées aux personnes gagnant plus d’un certain revenu et « ça ne vous choque pas ».

  • La position de Zemmour est claire : la priorité est l’identité, le reste passe après. Quand la maison brûle, on ne va pas sortir le linge de la machine à laver;

  • La suffisance de Bruno Lemaire est véritablement une insulte à la France et aux français. Un énarque dans toute sa splendeur dont les erreurs vont être payées et remboursées par nos petits enfants.
    Donner des leçons quand on a littéralement cramé la caisse, c’est un comble!
    Quand aux pseudos journalistes de cette soirée, défenseurs du système, pourris jusqu’à l’os: honte à eux!

    • A cette suffisance s’ajoute la moraline déversée par tombereaux par Samia Ghali, entre ses dessins d’enfants et sa posture multiculturelle qui vante les quartiers Nord de Marseille. Elle habite dans les beaux quartiers et ses enfants sont dans le privé. Une hypocrisie portée au sommet.

      • Ella a empilé les lieux communs et déployé son origine berbère en étendard pour appuyer son discours creux, en étalant sa propre méconnaissance de l’histoire berbère… ridicule

        • J’ai aimé quand Zemmour l’a obligé à dire contre qui la Kaïna avait lutté, bravo à lui. Sa culture est immense, ses connaissances étendues et sa capacité de réflexion intense, les autres ne lui arrivent pas à la cheville.
          Samia Ghali a dit une chose très importante selon moi mais qui est passé inaperçue : elle admet que les jeunes à problèmes sont la 4e ou 5e génération d’immigrés, ce qui prouve le total échec de leur intégration (ne parlons même pas d’assimilation) et le fait que, bien qu’ils soient Français par les papiers, ils sont à compter parmi les étrangers. Ils ont d’ailleurs une double nationalité.

          • Faut peut être pas exagérer non plus sur les facultés de Zémour, mais faut reconnaitre que ça change du discours du politicien moyen adapté à un auditoire au QI de poulet .

      • @ragnatok – et le pire c’est lorsqu’elle a prétendu, après toute la moraline déversée sur les « quartiers difficiles » (contre lesquels jadis elle souhaitait envoyer l’armée !!! il faut se souvenir !) : « vous me faites peur M Zemmour ! On rêve ! et les journaleux (Salomé est insupportable, désagréable, ne peut laisser s’exprimer un opposant à ses convictions, sans lui couper la parole), prompts à chercher un pou dans la tête de Zemmour, n’ont absolument pas relevé l’incohérence de Ghali, pourtant de la taille de l’éléphant !

        • Mais ils sont tous à lui reprocher de jeter de l’huile sur le feu, de diviser la société, de mener à la guerre civile etc, refusant de voir que tout ceci est déjà là et qu’il ne fait que dire le réel.
          Je ne comprends pas comment on peut être à ce point collabos, comment on peut à ce point refuser de voir ce qui est.
          Ça me dépasse.
          Z0ZZ

          • Oui collabos, courtisans, serviles,
            On se croirait en 1939 époque que je n’ai pas connu mais que je n’ai pas envie de vivre du tout alors en avril je vote pour n’importe quoi au deuxième tour du moment que c’est contre Macron en espérant de tout cœur que ça passe et si c’est zemmour c’est une bonne chose car encore une fois rappelons-le il est le moins illibéral de tous les candidats.

            • Je n’étais pas né en 1939 mais, depuis la politique « sanitaire », j’ai une petite idée (petite, j’insiste) de ce que les gens ont subi à cette époque-là.

            • Quand le front populaire était au pouvoir, ils ont laissé l’Allemagne s’armer, sans s’en soucier au point que l’armée française, technologiquement dépassée, fut balayée en quelques jours.

              Gouverner c’est voir loin, ce que la gauche est incapable de faire car myope et réitère sans arrêt ses erreurs. La mettre au pouvoir est un gage de déclin qui finit soit en dictature, soit en catastrophe.
              Quand la situation est rétablie, ils reviennent en trouvant toujours des bouc émissaires (ici pétain ) pour se soustraire à la responsabilité de leur forfait…

  • Zemmour ne s’en est pas trop mal sorti car Le Maire ne connaît pas non plus la doctrine, il fait des magouilles comptables. Zemmour a perdu les nerfs car, sans doute, il était fatigué de ces multiples attaques; il a encore besoin d’entraînement. Il a dû évoquer le confinement excessif, comme quoi la politique « sanitaire » est un sujet incontournable; étant dirigiste, il devrait avoir un programme pour anticiper les prochaines crises. Le Maire a tout de même reconnu que les statistiques publiques étaient difficiles à obtenir. Concernant le financement de ses mesures, Zemmour aurait ou parler de l’effet Laffer…

    • Je pense qu’il perd le contrôle de lui-même quand trop c’est trop. C’est pénible cette manière qu’ils ont de le couper au bout de 3 secondes, de l’empêcher de répondre et que le journaliste ne rétablisse pas le droit à la parole ! Je boue à chaque fois. Il a été obligé de faire réagir les journalistes, et il a bien dit « ils sont là pour ça », mais ils ne le font pas spontanément, et après on s’étonne que Zemmour n’ait pas dit grand chose de son programme ou qu’il s’agace ! Mais c’est à lui de parler le plus, il est là pour ça ! Alors que ceux qui lui posent les questions en profitent pour déblatérer pendant 5mn et le coupent dès qu’il commence à répondre. C’est vraiment pénible et ça commence à se voir, que c’est fait exprès. Il va falloir imposer des durées de parole…

    • @Tomek- La statistique publique est d’une part le monopole de l’INSEE qui ne publie que pour lui-même dans une accessibilité déroutante et régulièrement changeante pour fatiguer le curieux qui chercherait à s’informer. Les autres informations statistiques détenues par les organisations de l’état sont chasse gardée, ainsi l’on vous distribue régulièrement du pourcentage sur des assiettes non chiffrées comment dans ces conditions réussir un chiffrage ?
      B LM ministre de l’économie / patron de Bercy a toute l’information à sa disposition mais il ne sait qu’en faire, son agrégation de lettres modernes à ce poste ne lui sert à rien. Les trois graphiques présentés lors de l’émission TV ont été choisis par BLM et les présentateurs TV à dessein mais pas question de la dette supplémentaire de 680 milliards depuis le début du mandat Macron, pas plus d’ailleurs que des plans de financement européens pour le climat et de la future monnaie digitale en gestation par la BCE, du coût pharaonique de la transition énergétique etc
      Pourtant ce sont des sujets de candidats à la présidentielle. Je n’ai pas abordé la crise sanitaire qui n’en finit pas avec rappelons-nous le meilleur système de santé au monde.

  • On peut déplorer l’absence de solutions des débatteurs, ainsi que le manque de tenue du débat.
    Il n’empêche que l’émission était à charge et que cela ressemblait plus à un tribunal. Notamment du côté des journalistes.
    C’était édifiant.

    • Tout à fait d’accoird, dès la première seconde on savait que les journalistes traiteraient Zemmour en paria ! Donc ce sont pas des journalistes puisqu’ils ignorent l’objectivité ! S’il faut supporter Salomé pendant toute la campagne ce sera très difficile !

  • Bruno Lemaire a fait la démonstration, brillante, qu’il était un chevalier de l’apocalypse, un valet du Néant et du Mensonge (la leçon sur les dépenses publiques, il fallait avoir le toupet de la donner!). Léa Salamé, brouillonne, désordre et agitée, a démontré une nouvelle fois qu’elle était une caricature de ce que devrait être une journaliste politique.
    Dans ce contexte, Eric Zemmour a tenté de faire un exposé de ses idées mais dans le même confort que celui dont bénéficierait un soldat à l’entrainement devant parcourir un champ de tirs à balles réelles.
    Résultat: Bruno Lemaire devrait avoir honte de sa malhonnêteté et de sa suffisance, Léa Salamé devrait retourner à l’école de journalisme (on lui apprendra peut-être à ne pas couper systématiquement ses interlocuteurs), et Eric Zemmour devrait quitter le plateau la prochaine fois qu’il constate qu’il est tombé dans un piège.

  • Si le débat a été chaotique, la responsabilité en revient surtout à Léa Salamé, qui a mis un point d’honneur a paraître ce qu’elle est : prétentieuse et stupide. Zemmour ne pouvait pas commencer une phrase sans être aussitôt interrompu.
    Mais au fond, c’est tant mieux pour lui. Des journalistes comme Salamé, grossiers et partisans, c’est à chaque fois quelques voix en plus pour celui qui est interrogé par eux.
    J’imagine néanmoins que ce doit être une lourde épreuve pour les nerfs que de ne pas envoyer cette péronnelle sur les roses.

    • EZ s’est un peu vengé de LS. BLM ne cessant de l’interrompre, EZ a appelé LS à l’aide et quand BLM s’est moqué de lui (« Vous avez besoin de Léa Salamé! » ou qc. comme ça), il lui a répondu: « C’est son travail! ».

      J’ai trouvé Zemmour pas mal sur le COVID, la fin de vie, l’abolition du mariage homosexuel (pas une priorité du quinquennat), le rétablissement de la peine de mort (idem). Concernant l’avortement, il faut limiter les dégâts; mais l’autorisation de l’avortement est un dogme en France – contrairement aux Etats-Unis…

      • C’est précisément sur le Covid, et le passe sanitaire, que je trouve Zemmour un peu faible. C’est un sujet « clivant », et peut-être en a-t-il d’assez nombreux pour ne pas ajouter celui-là. Mais c’est à mon avis un pari. Dans quelques mois, l’opinion peut basculer, et il serait le premier des politiques à surfer sur cette « vague ».

        • Je pense qu’il ne sait franchement pas quoi en penser.

          On le voit pour tout le reste : Zemmour ne pratique pas la langue de bois et n’a pas peur de choquer. (C’est même justement son problème par moments).

          Alors quand il dit qu’il hésite sur le passe, je le crois sincère.
          De plus, il en a marre qu’on parle de tout cela, l’essentiel étant ailleurs.

          • Je ne sais pas si Zemmour est sincère, mais il a bien évolué au sujet du COVID. Certes, les gens en ont marre d’entendre parler du COVID, mais cette maladie a bien fait apparaître les défauts de la macronie. Et au-delà. J’ai entendu Zemmour dire, en 2020, que son jacobinisme avait été ébranlé par la manière dont l’Etat avait géré cette maladie. Une personne attachée à l’Etat devrait présenter un plan pour anticiper les futures crises; ce plan devrait étroitement associer les corps intermédiaires.

            Lors du débat avec Le Maire, Zemmour a été amené à évoquer les gaspillages au prétexte du COVID. Il pourrait aussi répondre à ceux qui l’accuse de fascisme, de division et d’alarmisme, que c’est sous Macron que la France est gouvernée en conseil de défense, qu’un ministre a crié aux parlementaires « Sortez d’ici! », que l’on divise avec notamment le pass sanitaire, que l’on fait des annonces apocalyptiques.

        • J’ai trouvé qu’il avait bien répondu : en gros « puisque les vaccinés transmettent, à quoi bon ce pass ? » c’est cohérent. De même, il n’appelle pas à se faire vacciner en expliquant pourquoi et précise qu’en revanche il est préférable que les personnes à risques le fassent.
          C’est lorsqu’ils ont pris leurs airs outrés en disant que c’est une maladie qui a tué X personnes qu’il aurait pu leur demander les chiffres des morts depuis mai de cette année…

    • J’ai noté aussi, et surtout, qu’à la fin les journalistes oubliaient de le saluer, c’est lui qui les a obligés à revenir sur le plateau…
      Beau désastre de Salamé, surtout dans l’absence totale de tenue de son émission, alors que c’est la base. Mais on sait bien que, hélas, le mérite n’a à pas sa place dans la carrière des journalistes.

    • J’avoue qu’étant familier de la rhétorique et de l’oral, et me mettant à la place de Zemmour, j’aurais eu quelque mal à me contenir.
      C’est extrêmement difficile de se contenir quand la meute hurle.
      Ceci dit mon commentaire est sur la forme pas le fond. Chacun peut voir dans ce débat ce qu’il souhaite ou analyse.

  • C’etait le but de l’emission et de B Le Maire. Tout est parfait pour France 2.

  • Concernant la facture énergétique, il est inquiétant de voir BLM nous expliquer ce qu’est l’ARENH ? quelle est sa compétence de négociation avec l’Europe ?

  • On n’a pas du voir la même émission ! Ou vous n’avez écouté que Le Maire

  • Le Maire a été minable avec ses sorties préparées à l’avance sur Vichy et autre. Il n’avait rien d’autre à dire ? Pour le reste, je trouve Zemmour plutôt convaincant. Mais pourquoi accepte-t-il d’être interrogé par la femme d’un député socialiste ? Il aurait au moins pu le rappeler aux téléspectateurs…

  • 1er article réaliste et non partisan que je lis, merci à son auteur.
    Zemmour est un entrant en politique, les tenants (ou ex-tenants) du pouvoir vont utiliser tous les moyens pour le détruire. Qu’on me parle de démocratie après ça n’arrange pas le cas des auteurs mais pour la France c’est plus que regrettable.
    Le Maire fidèle à lui-même, imbu de sa personne qui n’a jamais perçu le sens de l’économie autrement que par le pouvoir qu’il a à Bercy et la soussission dont il fait preuve à l’Elysée. Caméléon !
    Salamé, grande traitresse, toujours à se mettre en vedette en posant des questions dont elle craint tellement de ne pas comprendre la réponse qu’elle passe à la question suivante.
    Combat de bravoure pour Zemmour qui doit tout prouver, abus d’autorité et de mensonge pour Le Maire… Son côté homme de lettres peut lui permettre cela mais jamais il ne comprendra que la richesse d’une nation se répartit selon le principe des vases communicants : on en prend où elle est pour en mettre où ça manque. Suite au Covid il y a eu création d’argent magique pour soutenir et relancer la machine, Le Maire feint, au mieux, de ne pas savoir ou d’utiliser abusivement cette réalité, au pire toujours possible, il n’a rien compris. Forcément cette manne arrange son bilan mais ce n’est qu’une image brouillée que le temps contribuera à clarifier en diluant la dette qu’il ne parviendra jamais à renier l’explosion. Donc sous le tapis…
    Zemmour fait des propositions qui sont ce qu’elles sont. Son constat de l’état de la France permet au moins de donner la possibilité à ceux qui ont les yeux ouverts d’en parler. Les 1ers à contester sont aussi les 1ers à s’en emparer dans les débats de leur primaire. Tiens donc, ils parleraient de choses virtuelles et inutiles ? Non, Zemmour a tout simplement secoué le tapis et la poussière les suffoque. Le Maire n’a pas le sens de l’économie, seulement d’en faire de la littérature, Zemmour je ne connais pas son niveau mais au moins il en a un sens pratique : à même niveau de richesse il veut changer le mode de redistribution en excluant des ayants doits dont on peut douter de l’utilité et de l’intégration dans notre république.

  • difficiles ces débats :

    1- extreme médiocrité des journalistes ,
    2- BLM : oui , une suffisance plutôt incomprehensible.On sent très bien qu’ il ne maitrise pas son sujet .Que fait ce personnage dans un poste de Ministre de l’ Economie ?
    3- EZ : il faut qu’ il travaille mieux les thèmes économiques .On sent qu’ il n’ y est pas encore très à l’ aise .
    4- La senatrice socialiste de Marseille : ok on comprend mieux pourquoi la gauche est absente de ces présidentielles !!!!

    Il faudrait que les chaines trouvent des journalistes compétents et soucieux d’ élever le débat .Tant que que nous en resterons au ras des pâquerettes ( petain , doigt d’ honneur etc .. ) on n’ ira pas bien loin .EZ doit impérativement  » recadrer  » les chaines et exiger une meilleure tenue des débats ; il faut impérativement trouver de bons journalistes , je pense que ça doit bien exister .

  • Ce commentaire arrive un peu tard. Je suis tombé par hasard sur l’émission de Ruquier « on est en direct «  sur France 2, ce samedi soir où avec Léa Salamé il recevait B Le Maire et la teneur de cette émission était la franche camaraderie où Léa Salamé s’est trahie en tutoyant BLM… Autrement Ruquier a interprété le débat avec E Zemmour en précisant qu’il ne l’aimait pas. Enfin BLM est un grand homme et E Zemmour un paria.
    Léa Salamé était une autre journaliste avec trois questions qui auraient dues être posées deux jours avant.
    Soyons rassurés nous avons découvert un grand homme comme on en rencontre peu BLM et une racaille EZ et tout ça sur une chaîne publique… Cette émission étant bien entendu produite par les deux animateurs et vendue aux contribuables fort chère pour la fortune des deux associés, serait-ce du capitalisme de collusion ?

  • « Léa Salamé prétentieuse et stupide », ai-je lu dans un de ces commentaires: c’est exactement ça. Salamé: direction Pôle Emploi, avec à la clef un stage « technicien de surface » (pardon pour les techniciens de surface).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Éric Zemmour n’a peut-être qu’un seul et unique sujet politique en tête, à savoir sauver la France de l’effondrement civilisationnel qui la guette du fait de « l’immigration incontrôlée et de l’islam conquérant » ainsi que n’a pas manqué de le rappeler son lieutenant Nicolas Bay le week-end dernier lors de la première université d’été de leur parti Reconquête! Il n’est cependant pas homme à mépriser les bonnes idées d’où qu’elles viennent, surtout si elles peuvent servir ses intentions. Prenez le féminicide, par exemple. Très intéressant, le ... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles