Le paracétamol rend zen, qui l’eût cru !

Selon une étude récente, le paracétamol aurait un effet apaisant sur nos émotions…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le paracétamol rend zen, qui l’eût cru !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 février 2022
- A +

Par Jacques Henry.

zen en jean credits Arsian (CC BY-NC-ND 2.0)
zen en jean credits Arsian (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Il est bien connu qu’une poussière dans l’œil amplifie la moindre contrariété au point qu’on peut devenir irascible. Une petite douleur nous rend plus sensible aux émotions. C’est le cerveau qui gère nos réactions et nous devons faire preuve d’une grande maîtrise de nous-même pour dominer nos réactions. D’ailleurs ces émotions peuvent être positives ou négatives, c’est selon. Le centre de gestion des émotions se trouve être le système limbique. En d’autres termes, tout ce qui se trouve à l’intérieur du cortex cérébral gère aussi la douleur, signal provenant le plus souvent du tronc cérébral car le cerveau lui-même est indolore. C’est schématique et un spécialiste dirait que j’écris n’importe quoi. Mais si on entre dans les détails, le cerveau étant un organe tellement complexe, on ne comprend plus rien. Toute cette introduction pour discourir du paracétamol ou acétaminophene, l’analgésique le plus populaire et le plus vendu dans le monde.

Le paracétamol agit assez rapidement sur la douleur et son mode d’action est, encore schématiquement, supposé stopper les signaux indiquant une douleur remontant du tronc cérébral vers le cerveau mais après avoir été couplé à de l’acide arachidonique, modification qui le rend plus activement analgésique. Et quand on soulage une douleur, on devient également moins sensible aux émotions négatives. Si cela paraît logique, il n’en est pas de même de l’autre effet du paracétamol qui amenuise également les émotions positives et… la perception du plaisir.

Système limbique / Jacques Henry

Difficile à croire et pourtant une étude parue dans le journal Psychological Science tend à prouver que les choses se passent ainsi. Le paracétamol aurait-il donc plusieurs modes d’action, l’un au niveau de la transmission du signal de la douleur et l’autre au niveau du système limbique ? Et comment le prouver ou du moins obtenir quelques indications sur ces mécanismes ? Tout simplement en effectuant des tests simples sur un nombre suffisant de personnes afin d’être certain que le résultat final est encourageant pour une recherche plus approfondie.

Le Docteur Geoffrey Durso, un psychologue de l’Université de l’Ohio, a donc demandé à 82 étudiants en bonne santé et ne souffrant d’aucune douleur de prendre 1 gramme de paracétamol pour la moitié d’entre eux, et un comprimé de placebo pour l’autre moitié. Une heure plus tard, le temps que le paracétamol soit actif sous forme d’ester d’acide arachidonique, le test a consisté à montrer à chaque personne une série de 40 photos choisies pour entraîner de fortes réactions émotionnelles, comme des photos d’enfants mourant de faim ou au contraire bien-portants et heureux et jouant avec leur petit chat. On a demandé aux étudiants de classer les photos de – 5 pour les plus négatives à + 5 pour les plus positives au niveau émotionnel. Puis on leur a demandé d’examiner à nouveau les photos et de les classer à nouveau de 1 à 10 selon leur niveau émotionnel.

Les membres du groupe ayant reçu du paracétamol ont systématiquement noté comme moins négatives les photos suscitant pourtant une émotion dérangeante et moins positives les photos « joyeuses », en quelque sorte un nivellement des émotions. Il est certain que les différences entre groupe placebo et groupe paracétamol n’étaient pas immenses, loin de là, mais le résultat laisse clairement entrevoir que cette molécule chimique agit également sur le système nerveux central. Autrement dit quand on s’administre de bonnes doses de paracétamol on devient zen et tout vous glisse dessus comme l’eau sur les plumes d’un canard. Avis aux émotifs, mais pas d’excès non plus…

Article publié initialement le 23 avril 2015.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • les rastas vont fumer du doliprane après cette étude…

  • Avant on donnait de l’huile de fois de morue aux enfants, maintenant ce sera paracétamol…
    Quels sont les biais de cette etude cher auteur? Vous la résumez en 5 lignes, je suis sceptique sur le protocole expérimental! Mais merci, c’est interessant 🙂

    • Il est clair qu’une fourchette à 2 branches avec 43 sujets de chaque côté, c’est pauvre. La vision d’image (par rapport à une situation vécue, par exemple, c’est faible aussi. Maintenant que le désintérêt pour ce qu’on ressent fasse partie d’un pouvoir anti-douleur me semble logique: les personnes souffrant d’arthrose (exemple) souffrent moins en étant occupées à une autre tache!

    • le paracétamol est un antalgique de niveau 1 du coup je pense que si il est prix hors usage médical ça doit apaiser légèrement mais bon je vois pas du tout l’intérêt

  • Le nom générique du doliprane, c’est le prozium.

  • Mouais, j’obtiens des résultats plus visibles avec de la Jack Error ou de l’Amnesia.
    ( avec modération évidemment)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn.

Le gouvernement français veut donc relocaliser toute la chaîne de production de paracétamol en trois ans. Médicament le plus vendu en France avec 500 millions de doses par an, il est utilisé comme antalgique.

Annoncé en fanfare, le plan de relocalisation est une réponse aux ruptures d’approvisionnement durant la crise du coronavirus, mais il pose des questions fondamentales sur la notion de souveraineté et sur les croyances qui sous-tendent la conception qu’en a la France.

Connaissez-vous le pembr... Poursuivre la lecture

Par Gérard Maudrux.

Suite à de nombreuses constatations et témoignages, tout le monde semble d’accord pour dire que l’épidémie de Covid-19 traînait ici et là dans le monde depuis octobre.

Il en est ainsi de tous ces militaires français qui se sont rendus à Wuhan en octobre pour les jeux mondiaux et ont présenté sur place et à leur retour nombre de pneumonies et épisodes grippaux atypiques.

Il en est ainsi de nombreux témoignages de confrères, surtout dans l’Est, qui ont eu à traiter un nombre anormal de pneumonies atypiqu... Poursuivre la lecture

Par Laetitia Devel[1. Anthropologie visuelle : image, photographie et culture visuelle contemporaine, Université Bordeaux Montaigne.

Un grand merci à Aurélie Chêne, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université Lyon – Université Jean Monnet Saint-Étienne, pour sa relecture bienveillante et ses conseils avisés.]. Un article de The Conversation

La crise sanitaire que nous traversons l’exige : lorsque nous sortons de chez nous, dans de nombreuses situations, nous devons désormais être mas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles