Un pass vers le meilleur des mondes

Le pass vaccinal est une boite de Pandore qui pourra étre utilisé pour un grand nombre d’autres situations.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
manifestation pass sanitaire Trocadero (Crédits FMas) https://www.instagram.com/explore/tags/lforliberty/

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un pass vers le meilleur des mondes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 février 2022
- A +

Par Nicolas Hague.

Le pass sanitaire devenu vaccinal fait partie de notre vie quotidienne depuis le 21 juillet 2021 et force est de constater qu’il est rapidement entré dans les mœurs. Même si quelques irréductibles résistent encore et toujours, la plupart d’entre nous préparent instinctivement leur pass à l’entrée des cafés et restaurants et certains ressentent même un agacement quand ils ne sont pas contrôlés.

Un contrôle social

Pourtant derrière ce geste banal, se cache une révolution dans notre droit et dans la façon de concevoir le rôle de l’État.

Tout d’abord, il a été créé une nouvelle sanction, à côté des habituelles amendes, peines de prison : l’interdiction d’accès aux lieux de loisir et de convivialité (entre autres). Dans ce cas une personne n’est pas sanctionnée pour avoir enfreint une loi puisque le vaccin n’est pas obligatoire, mais pour son comportement qui n’est pas considéré assez citoyen.

Jugé d’ailleurs en l’absence de tout contrôle judiciaire. Dans une situation normale, c’est le juge qui détermine la peine ou qui examine les recours, par exemple dans le cas d’une amende pour excès de vitesse.

En l’espèce il n’y a pas de recours possible. Le dernier point à relever c’est que ce n’est pas la police qui contrôle l’application de cette sanction mais des acteurs privés : cafetiers, restaurateurs, vigiles… La police n’est là que pour surveiller les contrôleurs et les sanctionner si besoin.

Nous avons donc une sanction inédite appliquée par des acteurs privés sur des citoyens n’ayant enfreint aucune loi et sans contrôle judiciaire.

Alors évidemment pour éviter de trop s’appesantir sur tout ce que cela implique on va souligner que les circonstances sont exceptionnelles et que ces mesures sont provisoires. Sauf qu’on a déjà pu constater dans cette crise que le provisoire était une notion très vague avec un renouvellement quasi automatique des mesures au-delà de la date initialement prévue. Pour rappel, le pass devait prendre fin le 15 novembre 2021. Même s’il est probable qu’il soit mis en pause à un moment, il existera toujours ce précédent et il pourra être rétabli plus tard à la faveur d’un évènement exceptionnel.

Là aussi la notion d’évènement exceptionnel est très floue. En l’espèce on peut considérer que c’est la saturation des réanimations à cause d’un virus inconnu. Mais dans ce cas si les réanimations sont saturées, comme chaque année, pour une maladie que l’on connaît déjà (grippe, autres coronavirus…), cela est-il moins grave ?

Si le pass a été créé pour empêcher les personnes non-vaccinées d’accéder à certains lieux, l’infrastructure informatique mise en place a montré une grande capacité d’adaptation. Sur les conditions d’attribution du pass, les règles changent déjà au bon vouloir des dirigeants : nombre de doses requises, durée entre les doses…

Celui-ci peut aussi s’adapter un profil de chacun puisque par exemple un adolescent n’a pas besoin du même nombre de doses qu’un adulte. On peut également modifier les règles en fonction des lieux : dans les hôpitaux, le test PCR est encore valable alors qu’il ne l’est plus dans les restaurants.

Un dangereux système de pass applicable à toutes les situations

On voit bien qu’avec cet outil on a ouvert une boite de Pandore et créé un dangereux précédent car ce pass est un outil formidable pour nos gouvernants. Il permet de pallier l’impuissance de l’État puisqu’il n’a plus qu’à énoncer des règles (ce qu’il sait très bien faire) puis à déléguer le contrôle de leur application (ce qu’il sait ne plus faire) au privé.

Pour finir, voyons quel pourrait être l’avenir du pass. Déjà du point de vue sanitaire il y a beaucoup à faire.

Les hôpitaux sont saturés chaque année par les épidémies de grippe et il semblerait logique de commencer par y ajouter le vaccin contre la grippe, du moins pour les plus âgés. Mais aussi les vaccins pour les enfants et des vaccins spécifiques pour voyager. En dehors du sanitaire, les personnes ayant commis des agressions sexuelles devraient être bannies des discothèques.

On devrait également contrôler un pass avant d’embaucher un animateur en contact des enfants pour vérifier qu’il n’a pas d’antécédents de pédocriminels. L’interdiction de certains lieux de loisir pourrait également être une peine alternative pour des petits délits très rarement sanctionnés : harcèlement de rue, vol à l’arraché… Je m’arrête là car il est très facile de tout réglementer quand on voit l’étendue des possibilités.

Alors évidemment on peut faire confiance à nos dirigeants pour ne pas céder à la tentation et agir avec discernement comme ils l’ont fait avec brio depuis le début de cette crise. Ils ont toujours su maintenir le délicat équilibre entre liberté publique et lutte contre l’épidémie et il est impossible de voir un jour à la tête de l’État quelqu’un qui abuse de ce pouvoir… Néanmoins il aurait été plus avisé de ne pas prendre ce risque.

 

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • C’est exactement l’outil utilisé pour le contrôle social chinois, outil lui-même inspiré de ce qui a été fait aux Etats-Unis pour réduire les fraudes aux crédits: https://www.youtube.com/watch?v=Jt2HA7jfzj8

  • Le pass est censé gérer une situation de crise et nous aider à surmonter nos peurs.
    Donc, le plus probable à moyen terme, c’est le pass vaccinal, tellement l’eco-anxiété fait recette.
    Anecdote : le QR code envahit nos vies. Il est maintenant sur notre carte d’identité.

  • Le dernier paragraphe est une blague, on est d’accord ?

    • Le dernier paragraphe, oui, la dernière phrase, c’est plus mitigé. Le refus de tout au prétexte que certains pourraient en faire mauvais usage nous ramènerait avant l’ère de la pierre taillée. Faut-il rappeler les conditions de vie avant que quelqu’un ait eu l’idée d’éclater un silex ? Il faut lutter contre les mauvais usages, pas contre les progrès techniques eux-mêmes.

      -1
      • Le passe sanitaire n’a rien d’un progrès technique. C’est un usage (abusif) du QR-Code, qui seul peut être considéré comme un progrès technique (encodage de données dans une évolution du code-barres).

      • Il faut lutter contre les mauvais usages, pas contre les progrès techniques eux-mêmes.
        Exactement. De ce point de vue, le pass n’est pas un progrès technique (le QR code existe depuis bien longtemps). Le pass sanitaire est un passeport intérieur, un usage inacceptable.

      • Je suis d’accord, c’est justement l’utilisation que je critique. Laisser le système Qr-Code se développer comme c’était déjà le cas avant la pandémie, ok. Utiliser ce système pour mettre en place un contrôle des gens, non. Mais vu qu’on n’est plus en démocratie, comment faire pour limiter les usages ? Attendre que la roue tourne, encore 5 ans….

    • L’auteur n’est pas h16, je crains donc que ce ne soit pas de la plaisanterie. Auquel cas, ça discrédite grandement l’article.

    • C’est effectivement de l’ironie. Mais la dernière phrase est très sérieuse.

  • « Alors évidemment on peut faire confiance à nos dirigeants pour ne pas céder à la tentation et agir avec discernement comme ils l’ont fait avec brio depuis le début de cette crise. Ils ont toujours su maintenir le délicat équilibre entre liberté publique et lutte contre l’épidémie et il est impossible de voir un jour à la tête de l’État quelqu’un qui abuse de ce pouvoir…  »
    ??? il n’y plus que Dard malin qui le croit

  • Oui! Oui, et Non. Alors effectivement ce n’était ni le Typhus, ni le Choléra mais Bon ! Personne ne savait trop, le fameux principe de précaution que normalement tout le monde réclame à cors et à cris, (sans compter les procès dans un sens comme dans l’autre), s’est appliqué et à tout prendre mieux vaut la vaccination que les morts qui s’accumulent. Par contre effectivement le QR code a fait son entrée Royale sachant qu’il est (était) déjà en voie de couronnement, avec bien sûr le Portable, déjà carrément Impérialisé avec tout ce que cela implique (sans parler du compteur Linky etc…). Se focaliser sur l’arbre (épisodique et somme toute sujet à controverse) qui cache l’immense forêt déjà préexistante et en pleine expansion, ne me semble pas le meilleur Combat ni le plus urgent. Aujourd’hui l’Etat a déjà la main mise sur presque tout sans que visiblement personne ne s’en offusque. Alors le vaccin en cas d’épidémie ….

    -1
  • Comme disait Leeloo dans le 5ème élément : Multi-Pass, Mooouuuulti-Paaassss

  • Attention : au travers des zones ZFE c’est un nouveau passe que est en place…..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

https://www.youtube.com/watch?v=YvpXn-Iki8o&t=439s

 

Jordan Peterson est un psychologue, conférencier et intellectuel canadien qui a l'avantage de faire enrager les élites de la gauche et de l'establishment. C'est un trait de caractère précieux en soi, mais les contributions plus sérieuses de Peterson à la vie culturelle et intellectuelle des années 2010 et 2020 résident dans ses conférences sur YouTube, ses livres (principalement 12 règles pour une vie et le récent Beyond Order) et ses conférences publiques qui ont att... Poursuivre la lecture

Sandrine Rousseau écologisme politique
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe

On pourrait prendre à la légère la dernière sortie de Sandrine Rousseau, l’ancienne candidate à la candidature verte à l’élection présidentielle. En effet, l’égérie de l’écoféminisme à la française vient de suggérer de créer un délit de non-partage des tâches domestiques. En cause, l’inégalité entre les hommes et les femmes dans la réalisation des tâches ménagères, une question sans doute primordiale à l’heure de la guerre en Ukraine et des finances publiques à l’agonie. Un mauvais... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions. Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réalisation... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles