Qwant : il faut débrancher les subventions

Malgré une bonne idée initiale, Qwant montre aussi les lacunes du système français en matière d’innovation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ordinateur portable Travail (public domain)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Qwant : il faut débrancher les subventions

Publié le 5 février 2022
- A +

Les internautes ont tranché depuis longtemps. Qui utilise aujourd’hui Qwant, le moteur de recherche européen qui fonctionne avec des technologies américaines et des partenaires chinois mais surtout grâce à des subventions 100 % françaises ? Comment en sommes-nous arrivés là ?

Des millions d’euros engloutis

À l’origine les fondateurs ont vendu leur projet comme un produit français (puis européen, sans qu’il ne ne devienne) avec son propre moteur respectueux de la vie privée (sur le papier).

Fleuron de la French tech, pour atteindre la souveraineté technologique, le projet a d’abord été financé par l’État français à travers son principal actionnaire la Caisse des dépôts et consignations et le groupe privé de média allemand Axel Springer.

Mis en ligne en 2013, Qwant annonce ainsi depuis son lancement ne pas tracer ses utilisateurs, ni vendre leurs données personnelles afin de garantir leur vie privée, et se veut neutre dans l’affichage des résultats.

L’entreprise est pourtant au cœur de nombreux paradoxes que j’avais déjà dénoncé par exemple en 2019 :

 

Malgré plusieurs dizaines de millions d’euros de subventions pour lui permettre de concurrencer Google, il affiche un déficit chronique et n’a toujours pas rencontré son public alors qu’il est le moteur de recherche par défaut de toutes les administrations.

Les nombreux paradoxes de Qwant

En réalité, bien que surfant sur la vague des scandales relatifs aux atteintes à la vie privée, Qwant n’a jamais réussi son pari et s’appuie majoritairement sur les services de tiers.

Il dépend par exemple à plus de 60 % de Bing, le moteur de recherche de Microsoft, alors qu’il était censé être une alternative souveraine et respectueuse de la vie privée.

Le comble : à l’occasion d’un contôle en 2015, la CNIL avait signifié à Qwant que ses mesures d’anonymisation n’étaient pas suffisantes. Qwant affirme s’être amélioré depuis, mais aucun régulateur ou tiers certificateur n’est en mesure de l’attester. Plus ironique encore, l’entreprise tricolore a demandé en juin 2021 à ses actionnaires d’approuver un prêt d’environ 8 millions d’euros du géant chinois Huawei.

Des zones d’ombre et des pertes considérables répétées

Le 28 janvier, la Lettre A rapportait que l’exécutif corse était décidé à recouvrer la subvention de près de 500 000 euros accordée à Qwant Music en 2017 dans le cadre du fonds européen Feder après la suppression d’une trentaine de postes sur l’Ile de Beauté. Cette filiale était destinée à « créer un index mondial du catalogue musical, un outil pour détecter les talents ». Qwant illustre les lacunes du système d’innovation en Europe et particulièrement en France. Ce système n’est pas adapté au marché numérique. Les institutions publiques qui soutiennent l’innovation ont trop souvent tendance à sur-estimer les business plan au détriment d’une analyse poussée de l’environnement (technologique utilisées, usages, concurrents, cibles…) et des usages en cours.

On finit trop souvent par privilégier une approche normée de l’innovation, de sorte que l’on passera à côté d’une bonne idée, mais qu’on acceptera tous les dossiers biens ficelés. Certaines entreprises en ont même fait leur métier.

À l’heure de la surenchère souverainiste entre les candidats à la présidentielle, il est urgent de s’intéresser sérieusement aux nouvelles grammaires technologiques qui sous-tendent le fonctionnement du monde d’aujourd’hui. Il ne suffit pas de déclarer l’innovation pour qu’elle se produise.

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il serait nécessaire d’avoir des alternatives à big Google, mais en subventionnant des entreprises privées : regardez ce qu’est bison futé par rapport à Waze… Le public est omniprésent bien qu’incompétent et gaspilleur. Changeons cet État, l’ami qui vous veut du mal !

    • Ces alternatives existent. Et certaines d’entre elles font mieux que Qwant pour le respect de la vie privée.
      On a fait la même chose avec l’appli Covid, un truc dans notre coin, pour ne pas dépendre de Google ou d’Apple.
      On devrait commencer par lancer une étude sur « pourquoi on foire tout ce qu’on fait ».

  • Ce foirage, le vaccin covid qu’on attend toujours, l’absence de constructeur moto (pour aller sur des métiers plus basiques – on est pourtant premier marché europeen !) prouvent que la France est vraiment nulle.
    Le colbertisme, c’est fini !

  • Quand quelque chose marche bien, autant l’utiliser au lieu d’essayer de concurrencer par moins bien ! Par contre, il serait intelligent de penser à des innovations dans certains domaines, sauf que là, la France avait à offrir, par exemple avec le nucléaire, mais a tout bradé pour des fadaises coûteuses et inutiles.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
5
Sauvegarder cet article

Comme chaque année les chiffres de la balance commerciale sont minorés et présentés en retirant les frais de transport du montant de nos importations. 

Les frais de transport sont pourtant une partie intégrante du coût de revient et sont répercutés sur le prix de vente au consommateur. Mais pourtant, ils sont retraités afin de les comparer aux chiffres des exportations qui, eux, n’intègrent pas les frais de transport. L’opération semble contestable… 

Les « vrais » chiffres de la balance commerciale de 2022 avaient ainsi frôlé le... Poursuivre la lecture

Il y a 120 ans, par une froide matinée d’hiver, les frères Wright font décoller l’avion sur lequel ils travaillent depuis des mois. C’est une machine très complexe à piloter. Ce jour-là, ils réussissent à effectuer quatre vols de seulement 30 à 260 mètres qui se terminent chaque fois assez brutalement. Mais la boîte de Pandore est ouverte.

On peut tirer au moins cinq leçons de cet épisode.

 

Il est difficile d’estimer la portée d’une invention sur le long terme

Le 17 décembre 1903, personne n’imagine ce que d... Poursuivre la lecture

Sommes-nous heureux ? Qu’allons-nous devenir ? Pourquoi j’existe ?

Des questions bien trop nébuleuses pour le penseur de l’économie, des questions qu’il préférera résumer en une seule : quel PIB par habitant ? Un indicateur critiquable, mais quantifiable.

Le PIB par habitant reste l’indicateur le plus utilisé pour évaluer nos progrès, notre rang, notre niveau de vie. Or, c’est justement sa mesure qui inquiète aujourd’hui. Le PIB par habitant croît toujours, mais de moins en moins vite, et l’horizon pourrait s’assombrir davantage... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles