Ne dites plus antifas, ne dites plus zadistes, dites Camille !

Le titre vous intrigue ? Tant mieux, c’est justement l’effet recherché !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
molotov cocktail source https://unsplash.com/photos/p3Wvxa8VTYI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ne dites plus antifas, ne dites plus zadistes, dites Camille !

Publié le 25 janvier 2022
- A +

Ainsi donc, à Nantes, vendredi soir, les « antifas », ces militants de l’ultra-gauche qui se flattent de lutter sans relâche contre la peste brune qui menace de répandre terreur et destruction dans les chaumières de France, nous ont offert, une fois de plus, l’affligeant spectacle de leurs propres violences et destructions. Je n’exagère nullement ; même la maire socialiste de Nantes Johanna Rolland a condamné les violences, quoiqu’elle semble avoir du mal à désigner nommément les fauteurs de troubles :

Léger problème aux entournures, cependant, dans les rangs de la majorité municipale nantaise, car l’un des adjoints, l’écologiste Tristan Riom, avait relayé cette manifestation sur Twitter avec un ravissement certain :


« Marche aux flambeaux contre l’extrême droite. Du monde, de la musique… De quoi interpeller la vie nocturne nantaise sur l’avancée des idées nauséabondes dans notre pays ! » (Tweet effacé depuis)

Sauf que la manifestation, qui entendait dénoncer « le fascisme, le capitalisme et l’autoritarisme » s’est déroulée aux cris de « À mort l’État, les flics et les fachos » et s’est achevée par le saccage de plusieurs vitrines de magasins et des envois de projectiles sur les forces de l’ordre :

On déplore aussi deux blessés et des vitrines brisées dans « un bar réputé pour accueillir des militants d’extrême droite », selon le média Nantes Révoltée qui organise et diffuse le calendrier des (nombreuses) luttes antifas dans la région. Aucun dérapage malencontreux en marge de la manifestation en l’occurrence, mais des dégradations délibérées. Les manifestants ont fait régner leur loi dans les rues de Nantes ; sans jugement, naturellement.

Réaction judicieuse des responsables du bar :

Les fachos ce n’est pas nous, ce sont eux, ceux qui cassent !

Avec toutefois un petit bémol car, poursuit l’un des responsables du bar, « nous ne sommes pas des fascistes, nous avons toujours défendu le mariage pour tous. Ils se trompent de cible. » Comme si une cible mieux choisie aurait pu être l’objet de légitimes violences…

       
Les vitrines de l’Irish Bar et du magasin Zara de Nantes ont toutes été brisées.

Mais bref, bien embêté qu’il était, Tristan Riom, après coup. D’où une nouvelle série de tweets dès le samedi matin où il tente désespérément d’expliquer que non, pas du tout, il ne soutient ni la violence ni les dégradations. Ah, si seulement il avait pu prévoir ! D’ailleurs, il n’était même pas dans la manifestation, seulement dans un bar où il a vu s’enclencher de très intéressantes discussions citoyennes, très courtoises, sur les dangers de la montée de l’extrême droite, etc.

Si j’avais su que ça allait tourner comme ça, je n’aurais pas fait ce tweet qui signalait cette manifestation, ça c’est clair. Je pense que je n’ai pas eu assez d’éléments, j’ai fait peut-être une mauvaise analyse de la situation.

J’hésite : naïveté ou hypocrisie ? Car franchement, où a-t-on vu une manifestation « antifa » se dérouler dans la sérénité ?

Pas à Nantes en tout cas, qui bénéficie depuis quelques années de la présence de tous les zadistes, autrement dit de tous les groupuscules actifs dans les luttes sociales et écologistes d’extrême gauche qui ont convergé en Loire-Atlantique pour s’opposer au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Le projet, pharaonique, mal goupillé et au fond inutile, a été abandonné au début du quinquennat Macron, à juste titre selon moi, mais les zadistes, encouragés par ce qu’ils prennent pour une grande victoire de la convergence des luttes « fin du monde – fin de mois », sont toujours là.

Ils sont toujours là et bénéficient d’une évidente mansuétude de la part des pouvoirs publics. Ce n’est pas nouveau : déclarez-vous de gauche, et l’on vous pardonnera beaucoup, même le pire. Pourquoi ? Parce que, quoi qu’elle fasse, la gauche s’est persuadée et a réussi à persuader une belle part de l’opinion publique qu’elle avait le « monopole du cœur ». Aucun de ses échecs, nulle part, n’a réussi à entamer cette belle réputation auto-proclamée.

C’est exactement ce que Jean-François Revel dénonçait sous le nom de « clause du totalitarisme le plus favorisé » lorsqu’il voyait la gauche française monter au créneau contre Pinochet toutes griffes dehors (et à juste titre) tout en détournant pudiquement les yeux de ce qui se passait chez Fidel Castro – et c’est là que le prétendu humanisme de gauche se fracasse lamentablement dans ses contradictions délétères.

Le résultat politique de ce « deux poids deux mesures » est absolument dément : il est devenu totalement naturel pour toute la gauche et une bonne partie de la droite de n’avoir d’autre projet politique que de « faire barrage à l’extrême droite » alors que la bienveillance envers les zadistes, antifas et autres black blocs, une bienveillance qui n’a rigoureusement rien à voir avec la justice et l’État de droit censé protéger les personnes et leurs biens, peu importe leurs opinions politiques, concourt à renforcer l’attrait des partis d’extrême droite tandis que la gauche, au moins électoralement, s’effondre.

Tant que nos dirigeants, nationaux et locaux, de gauche et de droite, n’agiront pas contre l’ultra-gauche, et plus largement contre tous les militants violents de quelque cause que ce soit avec la même impartialité, ils ne seront pas crédibles. Il n’y aura aucune chance de voir refluer le constructivisme d’extrême droite et, parallèlement, aucune chance de voir émerger un discours politique en rapport avec les difficultés effectives de la France, autrement dit son État dominant qui entrave le plein accès des citoyens à la prospérité économique et aux libertés individuelles.

Pourtant, à Nantes, ne parlez surtout pas de zadistes au préfet Claude d’Harcourt qui y était en poste jusqu’à l’été 2020, car il vous taperait sur les doigts en ces termes :

Cessez de dire que ce sont des zadistes. Ce sont des porteurs de projets !

Encore un bel exemple d’aveuglement, car la ZAD (ou zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes se voit et se vit clairement comme une base arrière de toutes les luttes sociales et sociétales du moment : lutte anticapitaliste contre les implantations d’Amazon, lutte féministe contre le patriarcat, solidarité avec les zapatistes mexicains, le tout sublimé chaque année dans un grand happening intitulé… « rassemblement intergalactique » – non , je ne plaisante pas ! – qui est parvenu à attirer 2000 personnes l’été dernier.

Quant à nos charmants zadistes, apparemment, ils s’appellent tous ou se font tous appeler Camille. Et là non plus, je ne plaisante pas. C’est du moins ce qu’il ressort d’une enquête du quotidien régional Ouest France sur la situation dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes trois ans après l’abandon du projet d’aéroport :

Tous les autres habitants (de la ZAD) restent considérés comme squatteurs de leurs habitats, constate l’un des zadistes, qui se fait appeler Camille.

Le combat a été extrêmement difficile […], résume un autre occupant de la ZAD, lui aussi surnommé Camille.

On veut être une base arrière pour les luttes sociétales, leur permettre de s’organiser, décrit un autre Camille.

La ZAD est un lieu d’expérimentation précieux, décrit encore une autre Camille.

Conclusion de Camille, à moins que ce ne soit Camille, voire Camille ou même Camille : « Construire et déconstruire, c’est ça la ZAD ! »

On pense immédiatement aux activistes des Nuits Debout, enivrés par le lyrisme révolutionnaire de pacotille d’un Lordon ou d’un Ruffin. Ou aux jeunes en grève scolaire pour le climat, toujours prêts à « redécorer » la propriété d’autrui si autrui ne se conforme pas à leurs (très primaires) injonctions climatiques.

Camille ou Nuit Debout ou Youth for Climate, des enfants gâtés devenus de véritables petits tyrans manipulés et manipulateurs. Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • La mansuétude envers l’extreme gauche ne vient elle pas que les absurdités sur lesquelles repose son^ ideologies sont admises , égalité , pauvre =victime..et sont la bases de notre ‘système social ».

    Donc ce sont des gens qui scandent des choses « bien ».. mais qui font aussi la démonstration de leur absurdité..

    c’est l’enfant qui revient de l’ecole ayant donné la moitié de ses affaires à ses petits camarades. On ne peut pas le gronder sur le fond , l’altruisme!!! mais quand même.. tu comprends papa et maman ont beaucoup travaillé pour TE donner cela..
    ah..le réalité ..Vivre qui exige qu’on soit ET altruiste ET égoïste..

    l’extrême droite par contre.. c’est ce qu’il faut « refouler »..

  • Il y a un politique qui s’oppose à tout cela, qui appelle ces gens comme il se doit à savoir l’extrême-gauche et qui les condamne, qui rappelle qu’ils s’auto-proclament antifascistes alors qu’il y a belle lurette qu’il n’existe plus de fachistes tandis que leur violence, elle, est bien réelle, c’est Zemmour.
    Il faudra ouvrir les yeux un jour, mais pour cela, il faut déjà commencer par l’écouter (lui, et non les politiques-journalistes qui rapportent ses propos en les déformant).

    • Rhoo comme c’est touchant.
      Je résume.
      « Vous n’êtes pas avec moi, donc vous êtes aveugle car sourd »
      Zemmour, avec sa culture, son intelligence, ses arguments n’arrive pas à me convaincre, forcément, puisque je suis aveugle et sourd, aussi je ne vois pas bien comment votre argument à 2 balles qui est une insulte à l’intelligence y parviendrait.

      -4
      • Bah oui, vous n’êtes pas d’accord certains, alors ouvrez les yeux en ouvrant auparavant vos oreilles, vous comprendrez si ça fonctionne :
        Comme ce commentateur auquel je m’en prends, je considère que seuls mes idées sont le rempart contre le fascisme. Ouvrez les yeux.
        C’est bon, vous êtes devenu libertarien ?

        -1
  • Ne rigolez pas j’ai une rejetonne de la famille qui gratte son instrument de musique à nos frais dans ce marigot. Elle coche toutes les cases pour espérer un jour sortir du lot. J’imagine qu’elle devait faire partie du truc, elle était à nuit debout . Encore une victime maintenant consentante de la boboïtude maternelle .

  • Faut faire avec, cette population est devenue trop nombreuse, on ne peut plus s’en debarasser sans casse. Au moins, ils ont un objectif de vie, pourrir la nôtre , restons positif.

  • Ça ne vous rappelle pas novembre 1938, la « nuit de cristal » pendant laquelle les nazis (SA, SS, SD, HJ..) saccagèrent synagogues et magasins tenus par des juifs?

  • Iel s’appelle Camille !

  • Mode vieux c*n : « on ».
    Ma grand-mère qui avait 20 ans en 1914, allait s’occuper des soldats blessés qui arrivait par trains entiers, qui par ailleurs devait chaque jour descendre à l’école du village (plusieurs kilomètres) , remonter le pétrole pour les lampes, s’occuper des bêtes etc… aurait dit :
    « Une bonne guerre ça leur ferait du bien ».
    Le sens des priorités change complètement…
    A chaque époque ses contraintes mais pour moi ces « Camilles » ne sont que des « tigres de papier ».
    Desproges : « Facile de critiquer Pinochet à plus de dix mille kilomètres de Santiago du Chili ».
    Dommage qu’ils ne s’en rendent pas compte. En tout cas le ridicule ne tue pas.

  • Les Zadistes sont toujours là ? Ben ouais, mais fallait pas les inviter. Sans le projet hyper-foireux de NDDL, bel exemple de capitalisme de connivence, jamais la ZAD ne se serait constituée. Ce truc aurait du être tué dans l’oeuf, si l’État avait eu une fois dans sa vie un soupçon de lucidité.
    Les Zadistes sont le symptôme des projets coûteux et inutiles. La collectivité devrait leur ériger une statue.
    On évitera de faire de même pour les Black Blocks et les Antifas, ainsi que de les inviter à la cérémonie ; les statues, ces imbéciles les déboulonnent.

  • Un rappel mixologique ! Camille , la recette originale du Cocktail Molotov , c est bien 50% de RIBBENTROP de pure extraction !
    Ps : Le Coton peut etre Bio !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi donc, et j'approuve, la FNAC a mis fin à son cafouillage initial en réintégrant dans son offre le jeu de société Antifa Le Jeu quelques heures après l'avoir retiré suite aux remarques peu amènes émises ce week-end sur Twitter par le Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN) et un peu plus tard par le député du Rassemblement national (RN) Grégoire de Fournas.

Ce « jeu » est en vente à la Fnac. @Fnac un commentaire pour ainsi mettre en avant les antifas, qui cassent, incendient et agressent dans ... Poursuivre la lecture

Les grandes illusions idéologiques (marxisme, fascisme, nazisme) ont à peu près disparu. Mais une radicalité de gauche (écologisme radical, intersectionnalité, wokisme, racialisme, dévoiement du féminisme) est apparue, qui n’a apparemment aucune des caractéristiques des anciennes idéologies.

Il s’agit de mouvances intellectuelles disparates que la notion d’intersectionnalité permet d’unifier. En récupérant le concept d’analyse systémique à des fins purement politiciennes, l’intersectionnalité étudie les interrelations entre les facteur... Poursuivre la lecture

C’est ballot, mais c’est ainsi. Les artisans de la réforme constitutionnelle au Chili, des activistes de gauche, parmi lesquels le jeune président du pays, Gabriel Boric, animés par un agenda d’un politiquement correct rarement atteint auparavant, avaient totalement oublié la majorité silencieuse.

Concentrés sur leurs ambitions d’un renouveau social et politique radical incluant la suppression du Sénat - l’assemblée la plus respectée des Chiliens - et l’annonce d’un État désormais « plurinational », respectant la parité des genres, l’é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles