Pourquoi la séparation de la banque et de l’État est si importante

Pendant des siècles, l’influence et la prospérité extraordinaires de la minuscule République de Gênes n’ont pas été le fait d’un dirigeant politique mais d’une banque privée bien gérée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Etienne Martin on Unsplash - https://unsplash.com/photos/2_K82gx9Uk8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi la séparation de la banque et de l’État est si importante

Publié le 23 janvier 2022
- A +

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l’État (politique et politiciens) de beaucoup de choses – l’église, la famille, les affaires, l’éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d’une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale continue à alimenter l’inflation des prix, les vieux débats sur la séparation de l’État et des banques reviendront sur le devant de la scène. Pour ma part, je l’espère.

En attendant, il peut être instructif d’explorer ce que l’histoire nous offre sur la question des États et des banques. Voici une histoire que vous ne connaissez peut-être pas car, malheureusement, elle est largement oubliée. C’est une histoire de séparation de l’État et des banques si remarquable et si complète qu’elle mérite d’être dépoussiérée et racontée à nouveau.

Le pays était la République de Gênes, connue également sous le nom de République ligure, dans ce qui est aujourd’hui le nord-ouest de l’Italie. À la fin du Moyen Âge et avant l’unification de l’Italie au XIXe siècle, Gênes était l’une des plus fascinantes des nombreuses « républiques maritimes » qui jalonnaient la Méditerranée. Les autres étaient Venise, Pise, Amalfi, Ancône, Gaète et, de l’autre côté de l’Adriatique, l’incroyable République de Raguse.

La République de Gênes est très intéressante, mais en tant qu’économiste et historien du marché libre, je trouve qu’une institution financière située dans ses frontières l’est bien plus. Elle était connue sous le nom de Bank of St. George (l’Office de Saint Georges). Considérez cette description étonnante tirée du livre de James Theodore Bent, Genoa : How the Republic Rose and Fell, publié en 1881 :

L’Office de Saint Georges, sa constitution, son bâtiment et son histoire constituent l’un des vestiges les plus intéressants de l’activité commerciale médiévale… Ailleurs qu’à Gênes, nous cherchons en vain un parallèle avec l’existence d’un corps de citoyens distinct du gouvernement – avec ses propres lois, ses magistrats et son autorité indépendante – un État dans un État, une république dans une république. Tous les rapports avec le gouvernement étaient volontaires de la part de la banque. Sur leurs délibérations [de la banque], le gouvernement et les sénateurs génois ne pouvaient exercer aucune influence, ni interférer avec leurs assemblées générales sans violer les serments les plus stricts, et sans détruire la base même de la constitution.

La fondation officielle de la banque a eu lieu en 1407, lorsqu’elle a pris son nom et que son statut d’entité indépendante – essentiellement un État dans l’État – a été établi. Mais pendant les deux siècles précédents, ce qui est devenu l’Office de Saint Georges était une fédération peu structurée d’hommes d’affaires et de créanciers qui jouissaient d’un grand respect de la part des Génois. En effet, en 1371, l’un d’entre eux a renfloué l’État et le pays par un don généreux. Bent explique le contexte :

À cette époque, la détresse était si grande que le gouvernement en était réduit à imposer des taxes sur certaines des choses les plus scandaleuses, comme les cadavres, etc. Aucune possession, aucune industrie, aucun trafic n’était exempt de taxes ; les charrettes de sable et d’ordures ne pouvaient être emportées sans taxe ; un homme ne pouvait même pas balayer la neige sur le pas de sa porte sans payer… À ce moment critique, un homme digne de ce nom s’est avancé pour sauver son pays, un nom presque perdu pour l’histoire [mais] revendiquant des mérites bien plus élevés en tant qu’homme d’État et patriote que beaucoup de ceux dont la vie a réclamé des volumes.

Cet homme était un certain Francesco Vivaldi, un homme d’affaires et prêteur d’argent très prospère et riche. Voyant Gênes et son gouvernement endettés et au bord de la faillite, Vivaldi a fait don de ses actions bancaires au trésor public à condition que leur valeur soit utilisée pour assainir les finances du gouvernement et réduire la dette et les impôts. Cela a fonctionné. Le don de Vivaldi a inspiré la confiance et une générosité similaire de la part d’autres personnes à Gênes.

Lorsque l’Office de Saint Georges a été officiellement ouverte en 1407, c’était dans un contexte de reconnaissance publique de ce que les dirigeants de son précurseur avaient fait pour Gênes plus de 30 ans auparavant, ainsi que de la nécessité, une fois de plus, que quelqu’un vienne renflouer l’État. La banque allait s’avérer être le fondement des 400 années suivantes de commerce, de prospérité et d’empire génois. Bent observe,

Le gouvernement de Gênes a toujours respecté les libertés de la banque, et la banque a toujours fait de son mieux pour aider le gouvernement en cas de détresse pécuniaire. Et tandis que l’État était convulsé par des révolutions continues de l’intérieur et des tyrannies de l’extérieur, l’Office de Saint Georges a toujours gardé un cap égal, n’a jamais dévié de ses voies de justice, a grandi en richesse et en crédit – bref, a été le cœur de la République ligure (génoise).

À plusieurs reprises, lorsque le gouvernement de la République s’est retrouvé en grande difficulté financière, il a utilisé ses possessions d’outre-mer comme garantie pour des prêts de la banque. Pendant des années ensuite, la banque a gouverné ces territoires jusqu’à ce que la République paie ses dettes.

La gestion et les pratiques de prêt de la banque étaient solides. Bent note, par exemple, qu’elle « n’émettait que du papier pour les pièces qu’elle possédait réellement ». L’inflation n’a jamais été un problème tant que l’Office de Saint Georges existait. Pour renforcer son indépendance, elle adopte en 1528 une politique selon laquelle aucune personne ayant servi dans le gouvernement génois ne peut occuper de poste au sein de la banque.

L’Office de Saint Georges et l’un de ses directeurs, Benedetto Centurione, ont ouvert la voie à des siècles de croissance économique lorsqu’ils ont recommandé, en 1447, que les partenaires commerciaux européens adoptent un étalon-or pour les transactions internationales.

En 1768, le gouvernement de la République de Gênes a vendu son île de Corse à la France. Quelques mois plus tard, un garçon nommé Napoléon Bonaparte est né sur l’île. Si sa naissance avait eu lieu alors que la Corse était génoise, il ne serait peut-être jamais devenu citoyen français, et encore moins empereur de France. Quelle ironie que ce soit un Napoléon envahisseur qui mette l’Office de Saint Georges en faillite en 1805. Pour un tyran qui veut tout contrôler, une banque privée qui refuse de lui donner de l’argent est une gêne constante.

Des personnalités historiques que la plupart des amoureux de la liberté reconnaîtront attestent de l’excellente réputation de l’Office de Saint Georges.

Thomas Babington Macauley, dans son History of England, la mentionne en ces termes élogieux, ainsi que la Bank of Amsterdam de la Hollande :

Les immenses richesses dont disposaient ces établissements, la confiance qu’ils inspiraient, la prospérité qu’ils avaient créée, leur stabilité, mise à l’épreuve par les paniques, les guerres, les révolutions et qui s’est révélée à l’épreuve de tous, étaient des sujets de prédilection. L’Office de Saint Georges avait presque achevé son troisième siècle. Elle avait commencé à recevoir des dépôts et à faire des prêts avant que Colomb eût traversé l’Atlantique, avant que Gama eût tourné le Cap, quand un empereur chrétien régnait à Constantinople, quand un sultan mahométan régnait à Grenade, quand Florence était une République, quand la Hollande obéissait à un prince héréditaire.

Le philosophe écossais des Lumières David Hume, dans Essays : Moral, Political, and Literary, a noté le contraste frappant entre l’Office indépendante de Saint-Georges de Gênes et le gouvernement de la République de Gênes :

Car tandis que l’État était toujours plein de séditions, de tumultes et de désordres, l’Office de Saint Georges, qui était devenue une partie considérable du peuple, a été dirigée, pendant plusieurs âges, avec la plus grande intégrité et sagesse.

Même le philosophe italien Niccolò Machiavelli a fait l’éloge de l’Office de Saint Georges. Il la mentionne dans Istorie Fiorentine :

Cet établissement présente un exemple de ce que dans toutes les républiques, décrites ou imaginées par les philosophes, on n’a jamais pensé à faire : exposer dans la même communauté, et parmi les mêmes citoyens, la liberté et la tyrannie, l’intégrité et la corruption, la justice et l’injustice. Car cet établissement préserve dans la ville de nombreuses coutumes anciennes et vénérables ; et s’il arrive (comme cela peut facilement arriver avec le temps) que la [Banque de] San Giorgio prenne possession de toute la ville, la république deviendra plus distinguée que celle de Venise.

En 2017, Matteo Salonia, de l’université de Liverpool, a rédigé un petit volume riche en informations, intitulé Genoa’s Freedom : Entrepreneurship, Republicanism and the Spanish Atlantic. Il attribue la liberté relative de la République au fonctionnement de la banque :

En effet, les Génois ont montré une tendance à limiter les effets perturbateurs des conflits entre factions et des dépenses publiques incontrôlées, afin de préserver leur idée dynamique, orientée vers les affaires et pragmatique de la libertà [liberté]. Ils y parviennent, du moins en partie, grâce à la création de l’Office de Saint Georges, une association unique de créanciers qui acquiert rapidement des pouvoirs politiques, fiscaux et diplomatiques.

La chute de Constantinople aux mains des Turcs ottomans en 1453 a sonné l’alarme dans toute l’Europe chrétienne. Pour les Génois, cela signifiait des pertes humaines et matérielles dans la région, ainsi qu’une menace imminente pour les colonies de la République en Méditerranée orientale et dans la mer Noire. La réaction des Génois pourrait vous surprendre. Comme l’explique Salonia,

Dans cette situation d’urgence, face à l’une des crises les plus dramatiques de l’histoire de la république, les Génois ont refusé de confier plus de ressources financières ou plus de pouvoir au doge [le personnage politique suprême]. L’idée de lever un impôt d’urgence ou de permettre au gouvernement d’emprunter plus d’argent n’a jamais effleuré l’esprit des Génois.

Les marchands engagés dans le commerce de la Méditerranée orientale, sous la direction de l’Office de Saint Georges qui finançait ce commerce, assumèrent la défense des colonies génoises menacées. Indépendamment du gouvernement, note Salonia, ils acceptèrent entre eux de « garantir l’argent nécessaire à la défense des colonies et de se charger des délicates relations diplomatiques. »

Cet épisode remarquable est une preuve supplémentaire de l’inclination génoise « à protéger l’État de droit, à limiter le pouvoir du doge, à créer une autonomie financière et à préserver la prospérité économique. » Peut-être sous-estimons-nous aujourd’hui la puissance de l’initiative privée dans le domaine important de la défense, souvent considéré comme le devoir monopolistique du gouvernement.

L’économiste Douglass C. North a écrit dans The Journal of Economic Perspectives en 1991 : « Un marché des capitaux implique la sécurité des droits de propriété dans le temps et n’évoluera tout simplement pas là où les dirigeants politiques peuvent saisir arbitrairement des actifs ou modifier radicalement leur valeur. » En imposant des limites au pouvoir des politiciens de Gênes, la Banque a effectivement assuré les conditions nécessaires à l’épanouissement d’un marché des capitaux.

Gênes devint ainsi l’un des plus importants prêteurs d’Europe et un lieu sûr où même les gouvernements européens pouvaient ouvrir des comptes et déposer des fonds. Parmi les clients de la banque figurent les monarques Ferdinand et Isabelle d’Espagne, qui empruntent à la banque pour financer des projets tels que les explorations du plus célèbre de tous les Génois, Christophe Colomb.

Peu avant de partir pour son quatrième voyage, Christophe Colomb a écrit une lettre aux gouverneurs de l’Office de Saint Georges. Son appréciation de leur bon travail était tout à fait évidente :

Bien que mon corps soit ici, mon cœur est toujours près de vous. Notre Seigneur m’a accordé la plus grande faveur qu’il ait jamais accordée à quelqu’un d’autre que David. Les résultats de mon entreprise se font déjà sentir et brilleraient considérablement si les ténèbres du gouvernement ne les dissimulaient pas. Je repartirai aux Indes au nom de la Sainte Trinité et j’en reviendrai bientôt. Mais comme je suis un mortel, j’ai ordonné à mon fils Don Diego de vous donner chaque année, pour toujours, le dixième de tous les revenus obtenus, en paiement de l’impôt sur le blé, le vin et les autres provisions.

L’Office de Saint Georges a supervisé les finances de la famille Colomb pendant des décennies jusqu’au XVIe siècle.

Qui peut se rappeler le nom d’un seul dirigeant politique de la République de Gênes ? Un nom, celui d’Andrea Doria, n’est retenu que par une poignée d’historiens. Mais le mandat d’un homme aussi sage et célèbre que Doria n’a été qu’un moment éphémère.

Pendant des siècles, l’influence et la prospérité extraordinaires de la minuscule République de Gênes n’ont pas été le fait d’un dirigeant politique, mais d’une banque privée bien gérée et des limites de l’État qu’elle a contribué à maintenir.

Et c’est un État étranger – celui du dictateur Napoléon Bonaparte – qui a mis fin à tout cela. Quelle honte !

 

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

https://www.youtube.com/watch?v=GMF5v6ImGqQ

 

La propagande gouvernementale affirme que la guerre à l’Ukraine, qui multiplie par cinq le prix du gaz en Europe, devait (selon RTE, un appendice de l’exécutif) entraîner en France une hausse du prix de l’électricité de 35 %.

Mais dans sa générosité, notre gouvernement a mis en place un « bouclier » qui va limiter cette hausse à 4 % en 2022, et à 15 % en 2023. Vous êtes invité à dire bravo et merci. En réalité, un quintuplement du prix du gaz européen n’a qu’un effet très... Poursuivre la lecture

Drapeau marocain du Maroc
0
Sauvegarder cet article

Avant de parler de l’éducation en tant que secteur public ou domaine relevant des responsabilités de l’État, il est incontournable d’évoquer sa dimension spirituelle. Elle est la voie de la vertu, le pouvoir de l’être humain d'agir sur sa vie et décider librement ce qu'il envisage pour son avenir. La gestion du secteur est attribuée exclusivement à l’État tandis que la responsabilité à assumer est partagée entre celui-ci, les parents, les élèves et les enseignants.

L’État est appelé à assurer une offre inclusive en qualité et en quanti... Poursuivre la lecture

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles