Le libre-échange n’est pas une fantaisie idéologique

Les avantages du libre-échange ne relèvent pas d’une position purement idéologique. C’est le protectionnisme qui semble idéologique, car il relève de croyances sentimentales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libre-échange n’est pas une fantaisie idéologique

Publié le 20 janvier 2022
- A +

Un article de l’Institut économique de Montréal

J’ai récemment fait une rencontre qui s’est d’ailleurs terminée de façon passablement abrupte et orageuse, avec deux personnes de monde des affaires. Nous discutions notamment du libre-échange et de son pendant inverse, le protectionnisme.

Cette rencontre m’a permis de réaliser à quel point certains concepts économiques de base demeurent au fond très incompris, et ce même chez des personnes éduquées occupant des positions importantes.

Depuis au moins deux siècles, la science économique démontre que, dans des conditions normales (en temps de paix, par exemple), le libre-échange international produit des avantages nets – alors que le protectionnisme entraîne l’effet contraire.

L’avantage de la liberté économique

Bien que relativement technique, cette démonstration confirme l’intuition que la liberté économique, entre pays comme à l’intérieur de chacun, conduit à la prospérité générale alors que sa suppression appauvrit le plus grand nombre. Le livre de Douglas Irwin, professeur d’économie spécialiste en économie internationale à Dartmouth College fait un tour d’horizon relativement peu technique de l’évolution de la pensée économique  : Against the Tide: An Intellectual History of Free Trade.

Un malentendu fréquent chez ceux qui connaissent mal la science économique réside dans l’intuition que le libre-échange exige des conditions égales. C’est le contraire qui est vrai. Imaginons deux individus ou deux pays qui feraient face à des conditions économiques identiques : dans ce cas, ils n’auraient aucun avantage à commercer puisque chacun pourrait produire n’importe quoi au même coût que l’autre.

La loi des avantages comparés

C’est précisément parce que les conditions ne sont pas égales que deux partenaires ont la possibilité d’échanger avantageusement.

Cette idée constitue l’essentiel de la loi des avantages comparatif, une théorie que l’on doit à l’économiste David Ricardo (1772-1823). Deux pays (ou deux régions, ou deux individus) confrontés à des conditions de production (incluant des conditions de distribution) différentes, et donc à des coûts relativement différents, ont intérêt à échanger.

Chacun se spécialise dans ce qui lui coûte relativement moins cher à produire et importe ce qui lui coûte relativement plus cher. La loi des avantages comparés s’applique même si un pays a une productivité moindre dans la production de tous les biens, car il sera relativement moins improductif dans la production de certains d’entre eux.

Spécialisation et échange

De cette manière, la quantité totale de tous les biens qui sont produits et consommés est maximisée. Les deux mots clés sont spécialisation et échange (commerce).

Tout manuel standard d’économie internationale contient la démonstration formelle de la loi des avantages comparatifs. Par exemple, on consultera le manuel de l’économiste, lauréat Nobel et chroniqueur au New York Times Paul Krugman, International Trade: Theory and Policy (co-auteurs : Maurice Obsfeld et Marc Melitz).

On trouve également des résumés de la démonstration : par exemple, dans le Primer on Free Trade de Pierre Lemieux, de l’Université du Québec en Outaouais, ou dans le bref article d’une autre économiste, Lauren Landsburg.

Une recherche sur le web révélera plusieurs autres résumés de nature universitaire qui vont dans le même sens. Une vidéo du professeur Don Boudreaux de la George Mason University résume le tout en termes simples.

Une loi scientifique

La loi des avantages comparés est une loi scientifique, c’est-à-dire une proposition dérivée logiquement et conforme à l’évidence empirique. Le lauréat Nobel d’économie Paul Samuelson, à qui un mathématicien demandait de lui citer une loi scientifique découverte par la science économique, cita la loi des avantages comparés.

Dans son article Ricardo’s Difficult Idea : Why Intellectuals Don’t Understand Comparative Advantage, reproduit sur le site du Massachusetts Institute of Technology, Paul Krugman explique pourquoi la loi des avantages comparés est difficile à comprendre pour ceux qui ne sont pas rompus à la démarche scientifique.

Dans un article du Journal of Economic Literature, le professeur Krugman suggère que les avantages du libre-échange sont tels qu’un pays a même intérêt à le pratiquer unilatéralement, c’est-à-dire à laisser à ses ressortissants la pleine liberté d’importer ce qu’ils veulent d’où ils veulent, même si les autres pays sont protectionnistes.

Productivité de la main-d’œuvre

Une manière de saisir la loi des avantages comparés est de comprendre que les salaires dans les pays pauvres s’expliquent par une faible productivité de leur main-d’œuvre.

Les faits confirment que les salaires entre les pays varient en fonction de la productivité de la main-d’œuvre : voir l’article de Kathryn Marshall, notamment p. 18 (cet article a été publié dans le Journal of International Economics en 1912). C’est pourquoi les pays ou régions pauvres sont incapables de faire concurrence aux pays riches dans tous les domaines ; ils ne sont concurrentiels que là où ils bénéficient d’avantages comparés.

La grande majorité des économistes ont tendance à appuyer le libre-échange, quelle que soit leur position idéologique – comme l’illustre le cas de Krugman et des autres économistes cités ci-dessus, dont les philosophies politiques diffèrent. Un sondage de 2010 (et ses données sous-jacentes) suggère que près de neuf économistes sur dix s’opposent à un protectionnisme accru. En matière de politique publique, c’est sur le libre-échange que les économistes affichent le plus fort consensus.

Le protectionnisme, idée prémoderne

Le protectionnisme, pour sa part, est une vieille idée qui relève d’une conception prémoderne de l’économie. Aux XVIe et au XVIIe siècle, le protectionnisme portait le nom de mercantilisme. Il été intellectuellement remis en question à partir du XVIIIe siècle par des économistes comme Adam Smith, Jean-Baptiste Say, James Mill, John Stuart Mill, David Ricardo.

Le livre de Douglas Irwin cité plus haut retrace cette histoire. La forme extrême du protectionnisme est l’autarcie, qui suppose la « souveraineté alimentaire », la « souveraineté de l’énergie », etc. (Le livre de Pierre Desrochers et Hiroko Shimizu, The Locavore’s Dilemma: In Praise of the 10,000-Mile Diet, qui traite certaines questions de souveraineté alimentaire, rejoint la pensée des économistes. Pierre Desrochers est professeur de géographie à l’Université de Toronto.)

À la question « Faut-il que les conditions du marché soient égales entre deux pays pour que libre-échange soit avantageux ? », l’analyse économique répond par la négative.

Le libre-échange n’est pas idéologique

Par exemple, les consommateurs d’un pays riche qui échangent avec les producteurs d’un pays pauvre obtiennent à moindre coût les produits nécessitant une main-d’œuvre non spécialisée, alors que les consommateurs du pays pauvre paient moins cher pour les produits à forte intensité en capital (machines, ordinateurs, etc.) et en main-d’œuvre hautement spécialisée.

Il est donc raisonnable de conclure que les avantages du libre-échange ne relèvent pas d’une position purement idéologique. C’est le protectionnisme qui semble idéologique car il relève de croyances sentimentales.

Quand on fait abstraction du nationalisme, par exemple, il est difficile de soutenir que le libre-échange international serait désavantageux alors que le libre-échange domestique (disons entre provinces) est avantageux.

Le fait que salaire horaire moyen soit 10 % plus bas en Nouvelle-Écosse que dans l’ensemble du pays, n’empêche pas le commerce avec cette province d’être avantageux pour les autres provinces.

Les réserves au libre-échange

Comme les arguments économiques pour le libre-échange sont de nature scientifique et non pas idéologique, il n’est pas étonnant qu’ils contiennent des réserves. Les exceptions sont rares et ne justifient le protectionnisme que dans des cas extrêmes et à condition de ne pas tenir compte du bien-être de tous les individus dans le monde.

Les références citées plus haut, notamment les écrits d’Irwin, de même que n’importe quel manuel d’économie internationale expliquent les conditions d’application de la théorie économique du libre-échange.

Quand il représente une philosophie morale, le terme « idéologie » n’est pas nécessairement péjoratif. Si l’on prend le terme en ce sens, on constate que le libre-échange tout comme le protectionnisme reposent ultimement sur une idéologie.

En effet, des critères moraux sont nécessaires pour évaluer la répartition (des revenus et des autres avantages de la vie sociale) qu’implique toute politique économique. À partir des années 1930, les économistes se sont penchés sur cette question et ont développé un nouveau domaine de l’analyse économique, l’« économie du bien-être », qui a donné naissance à une vaste littérature méthodologique.

Économie du bien-être

Ceux qui ont étudié l’économie du bien-être admettent que les évaluations morales ou jugements de valeur sont nécessairement externes à la science économique. Un récent article du Romanian Economic Journal donne un bref aperçu de l’économie du bien-être.

Une manière simple (et imparfaite) de concevoir la distinction entre la science économique et la morale est que le libre-échange maximise la taille du gâteau économique, alors la morale concerne la manière de le partager.

C’est pourquoi plusieurs économistes de la gauche démocratique comme Paul Krugman favorisent le libre-échange, quitte à redistribuer le revenu au moyen de politiques sociales. Par contre, les idéologues qui s’opposent à l’économie de marché elle-même (à l’extrême droite ou à l’extrême gauche) prônent le protectionnisme.

Sur le web

Un article publié initialement le 14 octobre 2017.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Un article sur ce sujet qui ne mentionne même pas Frédéric Bastiat, qui a lutté toute sa -trop brève- vie contre le protectionnisme avec des textes fondateurs. Si Ricardo est théoricien, Bastiat explique la théorie par des exemples très parlants, faciles à comprendre par tout le monde.
    Bref, il faut lire et relire Bastiat chaque fois qu’on parle de libre échange et de protectionisme.

    • Bien sûr, sauf qu’aucun étudiant français n’a jamais entendu parler de Bastiat alors que Ricardo est une vraie Rockstar.

  • En tant que libertarien tendance américaine, convaincu par Alex Jones et pro Trump, je conteste ce que vous dites. Ricardo résonnait en terme d’État nation, le concept du marché libre se déroule au sain d’une nation et non d’un marché mondial. Ricardo ainsi que comparses, Smith et économistes du modèle HOS ont démontré que des nations pour que leur marché libre intérieur soit plus intéressant doivent recourir a des accords de libre échange ciblés visant des productions précises. En d’autre terme c’est se spécialiser dans des productions précises où une nation est plus compétitive et abandonner des productions précises dans laquelle la même nation est moins compétitive, pour ensuite échanger lesdites productions supplémentaires contre les productions que la nation ne fait plus, avec l’autre nation qui a la capacité et l’intérêt a produire davantage les productions que le premier état nation a abandonné. Cela permet au marché libre de proposer les meilleures produits et les meilleures garanties des libertés individuelles aux habitants des états nation fonctionnant en économie de marché libre. En revanche un accord de libre échange sans productions ciblées entraîne un dumping social des classes moyennes. Hors les classes moyennes étant le moteur des économies capitalistes fonctionnelles et garantes des libertés individuelles, votre proposition est donc discutable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.

Quatorzième volet de... Poursuivre la lecture

libéralisme
1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles