L’intelligence artificielle créera-t-elle un paradis socialiste ?

L'idée que l'intelligence artificielle puisse rendre efficace un régime socialiste se heurte à plusieurs problèmes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Matrix source https://unsplash.com/photos/iar-afB0QQw

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intelligence artificielle créera-t-elle un paradis socialiste ?

Publié le 9 janvier 2022
- A +

Par Doug French.
Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l’économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l’ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l’époque, selon les mots de Maltsev, « [Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l’année suivante serait prêt, avec l’aide des ordinateurs, dans 30 000 ans. »

L’intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Victor Shvets pense que la puissance informatique a rattrapé son retard et que « la technologie pourrait bientôt créer un environnement dans lequel la planification étatique pourrait être en mesure de fournir des résultats économiques acceptables tout en supprimant simultanément les libertés sociétales et individuelles. » M. Shvets a travaillé dans le monde entier en tant que banquier d’affaires et a maintenant consigné ses idées dystopiques du futur dans le livre The Great Rupture : Three Empires, Four Turning Points, and the Future of Humanity.

Shvets admet que l’histoire nous dit que la liberté est synonyme de productivité, de prospérité et de bonheur, alors que la planification à la soviétique engendre la criminalité, la corruption et la famine. Son utilisation des « bonnes intentions » soviétiques amène le lecteur à s’interroger sur sa naïveté.

L’auteur pense que d’ici 2030, l’intelligence artificielle (IA) « remplacera la plupart des fonctions de recherche et ira au-delà en anticipant les changements et en faisant des découvertes. »

L’IA sera capable de prendre toutes ces vilaines décisions que les entrepreneurs peinent à prendre. Les capitaux seront déployés à la perfection. Les besoins et les désirs des consommateurs seront anticipés sans effort.

Shvets écrit :

L’IA moderne est capable de manipuler une quantité inouïe d’informations et, par conséquent, on peut penser qu’elle pourrait orienter les investissements d’une manière plus productive que ne l’a jamais fait la main invisible d’Adam Smith.

Il pense que la planification scientifique et le contrôle de l’État de Nikolaï Boukharine « n’étaient peut-être pas du tout erronés, mais avaient simplement un siècle d’avance sur leur temps. Aujourd’hui, la puissance de calcul pourrait permettre une telle planification sans créer la stagnation et l’inefficacité du système soviétique. » Il poursuit en disant que les idées de Hayek pourraient finir sur le tas de ferraille de l’histoire et que le capitalisme de marché libre sera considéré de la même manière que le « bûcher des sorcières ».

Tout cela après avoir consacré la majeure partie de son livre à expliquer que la liberté est la raison pour laquelle l’Occident a prospéré alors que l’Empire ottoman, la Chine et la Russie se sont enlisés dans la pauvreté. Or, aujourd’hui, les Américains sont assis devant la télévision et jouent sur leur ordinateur au lieu de lire. Selon M. Shvets, la collision entre la financiarisation et la technologie a conduit à la désintégration civile, « tous les ingrédients du pain et du cirque romain ». L’évasion, la stagnation des revenus et l’augmentation des inégalités caractérisent la plupart des sociétés occidentales, le secteur public intervenant pour distribuer le pain gratuit.

Les plus jeunes sont plus favorables que leurs parents à ce que le gouvernement résolve les problèmes. Les parents du baby-boom ont créé des enfants dépendants, habitués à gagner « des prix pour les perdants« . Shvets pense que cette ère est plus toxique que le tabagisme, avec la solitude, l’augmentation des suicides, le déclin de l’alphabétisation, les dépendances numériques et l’altération de la capacité d’analyse.

Selon lui, le nouveau monde sera juste, équitable et bénéfique pour la société, plutôt que la liberté et l’individualisme.

Ses prédictions sont basées sur le fait qu’un quart des millenials pense que la démocratie est mauvaise pour la société et moins d’un tiers qu’elle est essentielle. Moins de la moitié des millennials européens soutiennent la démocratie malgré une expérience directe du fascisme et du communisme.

Shvets voit un monde où l’IA prend le dessus et où seuls 5 % des gens travailleront et où les 95 % restants n’auront pas à le faire, vraisemblablement soutenus par les impôts payés par les 5 %. Selon lui, « Le communisme de Karl Marx sera notre avenir commun ». La société atteindra un tel niveau de productivité « qu’elle libérera les humains de la nécessité de travailler dur pour survivre, et à ce stade, il est probable que d’autres voies de satisfaction personnelle apparaîtront également ».

La réponse de Ludwig von Mises

Mises ne croit pas à tout cela :

Aucun homme [ou machine] ne pourra jamais maîtriser toutes les possibilités de production, aussi innombrables soient-elles, au point d’être en mesure d’émettre directement des jugements de valeur évidents sans l’aide d’un système de calcul […]La répartition entre un certain nombre d’individus du contrôle administratif des biens économiques dans une communauté d’hommes qui participent au travail de production de ces biens et qui y sont économiquement intéressés, entraîne une sorte de division intellectuelle du travail, qui ne serait pas possible sans un système de calcul de la production et sans économie.

Il ne peut y avoir une telle chose qu’une forme de communisme de loisir.

Mises expliquait :

C’est donc cela, la liberté dans la vie extérieure de l’homme – qu’il soit indépendant du pouvoir arbitraire de ses semblables […] Une telle liberté n’est pas un droit naturel. Elle n’existait pas dans les conditions primitives. Elle est apparue dans le processus du développement social et son achèvement final est l’œuvre du capitalisme mature.

M. Shvets, il existe un capitalisme mature ; et ce n’est pas le communisme, marxiste ou autre.

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • une intelligence non intelligible.. c’est la messe en matin quand on ne le parle pas..

    il a peut être existé des êtres à la capacité d’abstraction si poussée qu’ils ont été vus comme fous..

    le problème de l’intelligence artificielle , c’est de croire sans comprendre..

    et il ya un problème, on jugera non pas de l’intelligence mais de ses « résultats ».. et nous commettons une erreur qui est de penser que le progrès vient de gens intelligents, il vient souvent de gens qui pensent hors cadre.

    si un bidule produit des résultats tangibles ..nous dirons c’est intelligent..au lieu de dire c’est génial..

    le culte de l’intelligence est un obscurantisme à mes yeux..

  • En même temps, avec un orteil dans la modernité et le reste de la carcasse, y compris ses neurones em-brouillées, dans le monde primitif des vieux instincts naphtalineux, on ne peut qu’imaginer une telle société scléro-nécrosée!
    Un mot au « rêveur d’autodafés marchand d’énième modèle social fumeux, fini et rikiki » : j’adore le Château Petrus Pomerol 1996…mais JAMAIS en intraveineuse!

  • Un Paradis ne peut-etre que socialiste ! Mais pour Loger les Vierges va falloir agrandir.

  • Ce qui a fait la Société c est l Energie : le feu en premier a permis de sortir des cavernes vers une liberté extérieure !
    Avec le temps et l évolution des techniques , Les « « nutriments naturels » » pour machines ont rendus « l etat d esclave  productif » trop couteux a entretenir !
    On envisage toujours pas la rarefaction des sources d enegies disponibles aisement , a l origine de notre productivite mondiale !
    Marx Voyait le Capitalisme a energie constante , Mises également ! L AVENIR proche corrigera les Copies !
    Sinon a une prochaine fois au moment de l arrachage des betteraves : danger route glissante !
    Le panneau n existe plus !!!

  • Les articles sur l’IA….. Que des fantasmes. L’IA n’est qu’un outil, entre de mauvaises mains….. Et il n’y a que des mauvaises mains…. Et si elle tombe entre de bonnes mains, rares, C’est sans doute pire…. Mais heureusement, elle n’existe pas sinon elle détruirait le monde pour sauver la terre d’elle même.

  • Moi, ça me gêne beaucoup qu’un banquier nous donne son « avis d’expert » sur la « puissance informatique », la « puissance sociale » et la « puissance psychologique ».

    Dans un roman de SF, toute idée est intéressante et bonne à approfondir. Dans la réalité, qu’il commence à nous expliquer pourquoi on ne possède pas les voitures volantes de « Retour vers le futur ». Et comme il ne doute de rien, il nous planifie ça dans moin de 10 ans. Un nouveau Picketty ?

    Il me semble surtout que plus le citoyen est aisé, oisif et materné par de l’état, plus il coupe les cheveux en quatre pour s’inventer des problèmes et le monde devient kafkaïen. Le bannissement des sapins de Noël, les bûchers de livres woke ou la vaccination obligatoire contre un variant de virus obsolète sont des signes …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Shostak.

 

La demande de biens s'explique par les avantages perçus. Par exemple, les individus demandent de la nourriture parce qu'elle les nourrit. Ce n'est cependant pas le cas des morceaux de papier que nous appelons monnaie, alors pourquoi les acceptons-nous ?

Selon Platon et Aristote, l'acceptation de la monnaie est un fait historique entériné par un décret de l’État. C'est ce décret, dit-on, qui fait qu'une chose particulière est acceptée comme moyen général d'échange. Néanmoins, Carl Menger doutait d... Poursuivre la lecture

uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Dans un article récent du Wall Street Journal intitulé "Inflation Surge Earns Monetarism Another Look", Greg Ip écrit qu'une récente poussée d'inflation n'est pas susceptible d'amener les autorités à réapprendre le monétarisme. Selon Greg Ip, la masse monétaire n'a pas réussi à prédire l'inflation américaine en raison de problèmes conceptuels et de définition qui n'ont pas disparu.

Le chef de file de l'école monétariste, feu Milton Friedman, soutenait que l'inflation est toujours et partout un phénomène monétaire. Friedman et d'autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles