Pass sanitaire : un refus libéral

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
passport source https://unsplash.com/photos/jXxdtXFEjcc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass sanitaire : un refus libéral

Publié le 6 janvier 2022
- A +

Par Yves Bourdillon.

Admirons l’exploit. En rendant de facto la vaccination obligatoire pour adultes et adolescents, la France entre dans un club comptant… le Turkménistan. Même la Chine totalitaire, où seulement 50 % de la population a reçu une première dose, contre 57 % en France, ne l’envisage pas. Il n’y aurait pas là matière à gamberger ?

Eh bien non, selon les sondages, la majorité de nos compatriotes seraient favorables à ces mesures :

  • hyper liberticides, puisque privant les réfractaires de quasiment toute vie sociale ;
  • discriminatoires, puisque des restrictions ciblant les cas à risque, qui auraient eu un sens prophylactique, avaient été écartées à l’automne dernier au nom de l’égalité devant la loi et de la Constitution ; cette dernière a beaucoup vieilli en dix mois…
  • disproportionnées, comme on le verra plus loin au vu de la situation épidémique.

Baston chez les libéraux

Les deux tiers de notre devise nationale par terre. L’étonnement bascule dans la sidération quand il apparaît que des libéraux, ou simili tels, approuvent ces décisions.

Certains, d’habitude mieux inspirés, comparent les mesures annoncées par le président de la République le 12 juillet au port de la ceinture en voiture, ou affirment qu’elles « n’entravent aucune liberté fondamentale » !

Aucune, en effet, juste celles de prendre le train, travailler, se rendre dans un lieu public, scolariser ses enfants collégiens, ou être maître de son propre corps, sans doute la plus importante de toutes. Les réfractaires à la vaccination vont même subir un confinement par certains aspects, pire que celui de mars-avril 2020, puisqu’ils ne pourront plus se rendre à l’hôpital, ou dans certains commerces.

Et si certains professionnels, policiers, enseignants, seront curieusement exemptés de l’obligation vaccinale, ils devront en fait s’y plier pour prendre le train ou entrer dans un restaurant…

Il ne s’agit, au passage, pas là d’une de ces disputes dont les libéraux raffolent « tu n’es pas un vrai libéral puisque tu n’es pas pour le port d’arme, la GPA ou la légalisation des drogues » (cochez la case inutile), mais d’un débat essentiel ; peut-on approuver une intrusion exorbitante dans la propriété de son propre corps au nom de la défense du « bien commun », concept honorable mais dont on sait combien il peut être dévoyé et instrumentalisé ? Et s’agit-il vraiment de « perdre temporairement quelques libertés pour en regagner bien d’autres et notamment celle de mener une vie normale » ? Les précédents historiques montrent que les libertés perdues se retrouvent rarement.

Une chose semble sûre, en tout cas, il est éthiquement indéfendable d’obliger des enfants de douze ans à se vacciner contre une maladie qui ne les concerne pas (un seul décès sans facteur de comorbidités pour les moins de vingt ans en France depuis le début) pour protéger des cas à risque qui ne veulent pas se protéger.

Dilemme trompeur

Évacuons d’emblée le faux dilemme « vaccination obligatoire ou reconfinement », piège ou chantage diraient certains, imposé par les pouvoirs publics en taisant l’alternative « ni l’une ni l’autre » choisie par nombre de pays pourtant confrontés à des flambées d’infections.

Tels le Royaume-Uni, retourné à une vie normale, ou les États-Unis, dont une bonne moitié des États1, pas tous mieux vaccinés que la France, interdisent que le pass sanitaire puisse être exigé à l’entrée d’un lieu public.

Quand bien même les infections augmenteraient très rapidement, un reconfinement n’aurait, contrairement à la vérité établie du moment, rien d’automatique, puisqu’il n’est instauré dans aucun des pays qui ont déjà affronté la vague Delta, ni même de légitime, ne serait-ce que parce que son efficacité ne saute pas aux yeux ; les 32 pays ayant imposé un lockdown strict au printemps 2020, interdiction sous peine d’amende de sortir de chez soi sauf motif impérieux, figurent presque tous parmi les cinquante à plus forte mortalité covid en proportion de leur population.

Ne pas se tromper de responsabilités

Le pass sanitaire, c’est-à-dire vaccinal (personne ne se fera tester longtemps tous les deux jours pour se rendre dans un lieu public ou à son travail) approuvé par certains libéraux paniqués à l’idée qu’on les prenne pour des partisans de l’égoïsme, serait justifié par la responsabilité incombant à chacun de contribuer à l’immunité collective.

Voilà là un étrange et double glissement du principe de responsabilité. Si un cas à risque refusant imprudemment de se faire vacciner est contaminé par un jeune, qui est responsable ? Le premier, non ? Attention, quand « chacun est responsable de tout le monde » cela sonne bien sous la plume de Saint Ex par temps de guerre, mais cela présagerait ici surtout d’une solidarité dévoyée en totalitarisme.

D’autant plus que le vaccin fait courir un risque, certes minime mais non nul, de myocardite et péricardite, aux jeunes. On peut demander parfois à ces derniers de prendre des risques pour, par exemple, protéger la patrie, ou participer à l’immunité générale contre une maladie, mais cela n’est acceptable que si elle a une létalité bien plus élevée que celle du covid, comme la variole ou la diphtérie et la polio.

Quant au « vous êtes responsable du fait qu’on ne puisse pas reprendre une vie normale » lancé aux réfractaires, il oublie simplement que, par définition, la responsabilité d’une décision incombe à celui qui la prend. En l’occurrence, les pouvoirs publics s’ils jugeaient un reconfinement nécessaire en septembre.

Delta seulement deux fois plus létal que la grippe

Certes, si les non vaccinés ne mettent en danger qu’eux-mêmes et leurs homologues, ils pourraient contribuer à une quatrième vague débordant les services de soins. Un scénario inquiétant brandi pour obtenir l’assentiment, mais très improbable.

Il ne reste plus que cinq millions de cas à risque (plus de 60 ans, voire plutôt 75 ans, obèses, diabétiques, hypertendus non traités) non vaccinés et sans doute moins de deux millions fin août, alors qu’il a fallu 17 mois au covid pour infecter six millions de personnes dans une France où le vaccin n’avait pas encore cours.

Le nombre de patients en soins intensifs est tombé à 890 contre 7000 en avril. Et la létalité du variant delta, responsable des flambées d’infections actuelles, semble huit à douze fois moindre que celle de ses prédécesseurs au vu des flux de décès au Royaume Uni, Floride, Texas, Israël, etc., trois semaines (délai correspondant à incubation + maladie) après le début du regain de cas.

Cette létalité de 0,15 % serait à peine deux fois supérieure à celle de la grippe. La suprématie d’une souche peu létale correspond d’ailleurs à une évolution logique sur le plan darwinien et observée dans maintes épidémies ; elle supplante celles qui se tirent une balle dans le pied en tuant leur hôte.

L’argument « les cas d’aujourd’hui sont les réas de demain et les décès ou covid longs d’après-demain » ne semble donc plus valable, les épidémiologistes reconnaissant que ce lien a été cassé en maints pays. Ce qui montre combien le pass sanitaire méconnait le principe de proportionnalité au cœur d’un État de droit.

Défiance envers les discours officiels

La vaccination obligatoire serait aussi justifiée parce que les réfractaires seraient des égoïstes tirant les marrons du feu en profitant de l’effort de la majorité. Des passagers clandestins en quelque sorte. Mais de quel paquebot ? Car les quatre cinquièmes des réfractaires sont des jeunes qui ne profiteront pas de cette fameuse immunité, puisqu’ils ne souffrent de toute façon pas, sauf cas de covid long (1 % d’entre eux) de la maladie.

Certains réfractaires, pas tous anti-vax ou anti-science contrairement à ce que prétendent certains médias, doutent simplement du discours officiel riche en approximations, revirements (vous vous souvenez de « le masque ne sert à rien » en mars 2020 ?) et contradictions.

Le président de la République, notamment, affirmait l’été dernier que « si quelqu’un vous dit qu’un vaccin peut être prêt avant la fin de l’année c’est qu’il vous ment », ou il y a à peine trois mois que le pass sanitaire ne serait jamais instrument de discrimination. Des arguments factuels en faveur de la vaccination (dont l’obligation semble justifiée pour certains soignants, dans les services d’urgences, en gériatrie, ou en EPHAD) seraient bien plus efficaces et légitimes que les spots à base de piquousés souriants, ou la condescendance et les menaces.

On peut en outre s’interroger sur la proposition « vaccinés puis libérés » des pouvoirs publics, puisque l’obligation du port du masque sera vraisemblablement maintenue dans les lieux publics pourtant fréquentés seulement par des vaccinés. Et le secrétaire d’État aux affaires européennes a envisagé, ce lundi, un retour du couvre-feu, alors que la vaccination obligatoire est censée précisément déboucher automatiquement sur le retour à une vie normale.

Les pouvoirs publics sont-ils passés, sans le dire vraiment, de la stratégie officielle « empêchons le débordement des services d’urgence » à celle du quasiment zéro covid ? Ce qui impose 100 % de vaccination… dans le monde entier. Attention aux désillusions dans ce cas, car si des études indiquent que les vaccins réduisent nettement le risque de contagiosité, c’est loin d’être définitivement prouvé au vu de la flambée actuelle en Israël (Pfizer), à Gibraltar, où 99 % de la population est vaccinée, ou Malte (79 %) à l’Astra Zeneca. Une stratégie zéro covid pourrait bazarder droits et libertés pour rien…

Un précédent dangereux

Ne pas oublier non plus combien le pass sanitaire crée un précédent dangereux. Il nous fait basculer dans une société de surveillance généralisée, où commerçants, employeurs, tenus de licencier les récalcitrants après deux mois de mise à pied, et enseignants (bonne chance pour la rentrée de septembre) sont nommés supplétifs de police pour traquer le non vacciné.

Une société de défiance où il faut montrer dix fois par jour son attestation de vaccination contre, aujourd’hui le covid delta, demain la grippe, après demain quoi encore ? Montrer qu’on a payé ses impôts et n’a pas attrapé de gastro-entérite pour entrer dans un restaurant ?

L’administration peut croire désormais qu’elle peut exiger de larges atteintes à la vie privée ou restrictions sans susciter de réactions. L’espace public ouvert et anonyme risque d’être transformé en une succession de sas sanitaires, voire sociaux et moraux, minant l’État de droit, met en garde le philosophe Gaspard Koenig.

Et Vincent Laborderie, politologue à l’université de Louvain, craint que les pouvoirs publics français lancent le pays dans une « aventure dystopique » où « beaucoup vont prendre goût aux pulsions mauvaises de surveillance et délation du voisin. Une société éclatée entre bons citoyens et réfractaires. »

Une énième dissension, après celle des pro et anti Gilets jaunes, gauche-droite, etc., dans notre pays qui ressemble de plus en plus au village de gaulois bagarreurs d’Astérix. L’humour en moins.

 

Un article publié initialement le 21 juillet 2021.

  1. Alaska, Alabama, Arizona, Arkansas, Floride, Géorgie, Idaho, Illinois, Indiana, Iowa, Dakota du nord, Dakota du sud, Nebraska, Montana, Missouri, Mississippi, Michigan, Massachusetts, Minnesota, Texas, Kansas, Kentucky, Maryland, Vermont, Utah, Washington et Wyoming.
Voir les commentaires (104)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (104)
  • Tout ça donne furieusement envie de faire son sac et de partir sillonner le pays, à l’écart du monde, par les déserts ou par les chemins noirs, tel Kwai Chang Caine ou Sylvain Tesson, ou de s’y trouver un Walden, tel Thoreau, en fredonnant « Adieu les c.ns ! »…

  • Otez moi d’un doute :
    A partir du mois d’août, le pass sanitaire devra réellement s’appliquer dans les hôpitaux ?
    C’est sûr qu’avec cette mesure, les taux d’hospitalisation devraient baisser drastiquement …

    • Non, c’est pour les personnes rendant visite à un malade.
      Les urgences seront toujours ouvertes aux dissidents (sinon c’est retoquage obligé du Conseil constitutionnel).

      • Aussi pour les consultations et examens de suivi

      • Je vous trouve bien optimiste quant à la réaction supposée du Conseil constitutionnel.
        Je suis sidéré par le suivisme de la plupart des partis politiques, ça me fait mal au cul de constater que seul le RN va défendre nos libertés.
        Je suis sidéré par la complaisance des médias et par la propagande diffusée à longueur de journée.
        Permettez moi une réflexion personnelle à propos des chiffres des nouvelles contaminations:
        1) 96% des nouveaux cas sont des non vaccinés, c’est normal puisque seuls les non-vaccinés ont besoin de se faire tester pour retrouver une vie normale
        2) Une majorité de nouveaux cas concerne les jeunes, là aussi c’est normal puisque ce sont surtout les jeunes qui se font tester pour pouvoir partir en vacances.
        3) Malgré une progression du nombre de contaminations « exponentielle », terme si cher aux alarmistes, le nombre de patients hospitalisés et en réa ne cesse de décroitre.
        Comment se fait-il qu’aucun journaliste, dont certains semblent avoir fait 10 ans de médecine, n’ait relevé ces petits détails qui font quand même un peu tâche dans la dramatisation outrancière de cette crise sanitaire.
        Craindraient-ils de n’avoir plus rien à nous dire quand tout ira mieux ?
        Quant à l’argument de l’altruisme, qui justifie qu’on se fasse tous vacciner, pourquoi ne pas l’appliquer au don du sang par exemple?
        Si on obligeait chaque Français en bonne santé à donner son sang une fois par an, on éviterait de solliciter toujours les mêmes.
        La comparaison est peut-être moins idiote qu’il n’y parait:
        En donnant son sang, on sauve des vies.
        Il y a peu d’effets secondaires à court terme et aucun à long terme.
        Et pourtant, le dong du sang n’est pas obligatoire et ne le sera jamais, j’espère.

        • @Jean-Paul
          Je vous rejoins complètement sur le manque total de recul de la quasi totalité des journalistes.
          Ils prennent des informations brutes, sans les mettre en perspective, comparent très souvent des choses de nature différente (mon instituteur aurait dit « on n’additionne pas des choux et des carottes ») et semblent totalement ignorer ce qu’est une « règle de trois », qui est pourtant le pilier de tout raisonnement chiffré.

        • Le RN va se bouger le c.? Vous êtes sûr? Pour le moment je ne vois que Philippot, Poisson, N.D.A., bref les souverainistes mouiller la chemise avec plus ou moins d’implication. La grosse Marine va rester à la maison avec ses chats, ddans la droite ligne de sa « stratégie » de dédiabolisation.

        • Je vous rejoins sur le silence des partis politiques et même la très timide réaction des syndicats.

          Mais le Rn ne fait pas exception. Ce n’est que du bout des lèvres que Marine réagit et encore, en ramenant ça aux migrants qui ont plus de droits. A côté comme toujours.

          Les seuls qui se bougent vraiment ce sont Phillipot et Dupont Aignan ce depuis le début du covid.

          Mais ceux que je ne comprends pas ce sont les syndicats ! Comment ils peuvent laisser faire qu’une personne soit licenciée ?? Comment ils peuvent laisser passer une obligation vaccinale avec des vaccins dont il n’y a aucun recul ??

          • J’ai croisé des syndicalistes (soignants) en manif. Mais en effet les centrales bien embourgeoisées n’ont pas réagi bien fort.

          • Vous avez raison en ce qui concerne les syndicats.
            Actuellement, il n’existe plus aucun contre pouvoir et c’est très inquiétant pour notre démocratie.

  • Dans des sociétés clairsemées d’handicapés et d’abouliques, la liberté, confondue dans le droit, n’est qu’illusoire. Le principe d’égalité de ces sociétés malades ne profite jamais qu’aux médiocres. Le moralisme est un égoïsme hypocrite.

  • Il faut bien comprendre une chose cette maladie n’a pas de remèdes donc il faut vraiment tous être vacciné du bébé de 6 mois au vieillard de 100 ans…. Ha, si il y avait des remèdes cela serait une autre histoire.. Mais le grand ministre et docteur à dit non, y a pas, il n’y aura jamais , de nombreux charlatans vont essuyer les foudres de la loi…. Plus sans doute des millions de médecins dans le monde, qui, c’est insensé, guérissent.
    Faut qu’ils arrêtent , y en a vraiment marre. Ça plus le climat……

    • S’il n’y a pas de traitement, c’est parce que, dès le départ, ce « gouvernement » ne voulait pas qu’il y en ait. Ça a été bien clair quand l’ hydroxychloroquine a été inscrite par Buzyn au tableau des substances « dangereuses », quelle que soit par ailleurs l’efficacité réelle de ce produit pour le traitement du Covid. Dès le début de l’épidémie, « on » ne voulait pas de traitement, pour favoriser les fabricants de vaccins.

      • C’est un truc bizarre, parceque c’est sanofi l’instigateur bien avant le début de l’epidemie, et ce même sanofi n’a pas eu de vaccins.., je ne sais pas mais a mon avis ne pas faire peut être aussi rémunérateur aupres des gens qui font.. Plutôt mal quand va dans le détail.

  • Le laisser-passer vaccinale est, depuis le début de l’ingénierie sociale à ce sujet, ma limite démocratique absolue, malgré le fait que je me sois fait vacciné. Ça être drôle d’entendre les arguments de ceux qui veulent forcer le pass pour tous ?

    Résistance au tyran inscrit dans Déclaration des Droits de l’Homme… Tout ça, tout ça.

  • Ce président, ces députés, ces sénateurs, ce gouvernement, cette administration a entériné que la fin justifiait les moyens, du mensonge au reniement en passant par la manipulation et la violence de la répression. Outre la honte et la tâche morale qui, je le crains, ne les empêcheront pas de dormir, ils ont fait voler en éclat une partie de ce qui permet à une société de fonctionner sans s’entretuer.

    • Honte aux complices de mai 2017.

    • Le jour où la foule hurlante les accrochera aux lampadaires, je fermerai mes fenêtres et m’étalerai dans mon fauteuil relaxant en écoutant ‘Peer Gynt’…

      Merci le triple vitrage que ces messieurs/dames m’auront imposé…

    • La fin justifiant les moyens, c’est la ligne de démarcation entre une démocratie et un régime autoritaire (euphémisme traduisant une dictature)…

    • On est en plein retour en force du pétainisme dans toute sa splendeur

  • Excellent article 🙂
    Chaque paragraphe est une raison de plus d’aller rejoindre un des nombreux rassemblements prévus samedi. Tapez « manifs 24 juillet 2021 » dans votre moteur de recherche favori et faites votre choix!

  • Et quid Des Français infectés par le SARS Cov 2 qui ne sont pas vaccinés et qui présentent une bien meilleure immunité, spécialement au nouveau variant, qu’on oblige à une injection politique qui ne leur apporte strictement rien.
    D’après l’article, 6 millions de personnes tout de même. Ça serait beaucoup mieux que les jeunes puissent acquérir l’immunité naturelle en étant contaminé.
    Dire que le virus va plus muter si il circule plus est assez inexact, de toutes les façons il mute et si il ne rencontre que des personnes vaccinées il va sélectionner un mutant qui arrivera à les infecter.

    • Si j’ai bien compris, la HAS déconseille la vaccination dans les six mois suivant l’infection et l’interdit dans les trois mois (surprotection trop risquée). Donc les mieux immunisés sont purement et simplement privés de pass sanitaires jusqu’à la fin de l’année ?

      • Le pass sanitaire accepte les tests pcr positifs de moins de 6 mois et de plus de 15 jours, donc c’est bien pris en compte

        • Beaucoup d’infectés, asymptomatiques ou non, n’ont jamais subi de test PCR mais possèdent les anticorps spécifiques. Apparemment cette preuve de guérison n’est pas admise et ils sont obligés contraints de se faire vacciner inutilement, avec un risque accru de complications.

          • Il doit y avoir moyen…
            J’y pense depuis un moment : un test sérologique qui montre que vous avez eu le virus + un PCR qui montre que vous ne l’avez plus, un médecin pas débile qui fait un certificat de rétablissement et hop, pass sanitaire.

            Seulement, faire ça c’est aussi un peu céder à la dictature du pass.

            • Après vérification, ca ne marche pas… Le test sérologique n’est pas acceptable pour le pass sanitaire. Semble-t-il on peut être négatif mais l’avoir eu quand même (ou commencer à l’avoir) ou être positif mais ne l’avoir pas « assez eu »… Comme le PCR, en fait, mais là ça marche.
              Seul bénéfice, si le dosage d’IgG est assez élevé vous n’avez qu’une dose de vaccin, mais faut quand même attendre un RDV puis 7 jours après l’injection.

        • D’ailleurs c’est pour cela que certaines personnes essayent d’être contaminés. C’est en effet la façon la plus rapide d’obtenir le passe sanitaire, 15 jours seulement.

  • Pass sanitaire + vaccin imposé = viol.

    Je fais mes courses au même centre commercial depuis plus de vingt. Son directeur recevra un courrier de boycott.

  • La seule question pertinente qui reste ouverte est de savoir que faire face à la croissance rapide du variant Delta ? Personne ne peut prouver que la situation sans vaccin serait meilleure, idem au sujet de la ceinture de sécurité. De plus imposer le vaccin aux jeunes ne me semble pas du tout un acte barbare comme les envoyer au front dans un passé pas si lointain….

    -1
    • « Personne ne peut prouver que la situation sans vaccin serait meilleure, idem au sujet de la ceinture de sécurité. »
      Euh? la ceinture de sécurité n’empêche pas l’accident, elle peut juste en diminuer la gravité. Et ça a pu être prouvé par des tests. Pour le vaccin, la preuve est actuellement impossible à apporter, seules des statistiques sur le long terme pourront donner une indication, mais jamais de preuve absolue.

    • Il faut être très satisfait qu’un variant supplante les autres partout et en plus il est très.. Cool, c’est le signe de fin d’epinemie meurtrière et de disparition des corona virus…

    • J’espère qu’à la prochaine épidémie de gastro vous serez OK pour avoir un pass sanitaire aussi pour accéder aux lieux publiques…

    • Eh bien si le variant Delta est vraiment sérieux, en tant que président je commencerais par dire que j’ai été nul car, bien qu’ayant anticipé, je n’ai pas ouvert de lits, embauché en urgence des personnels, supplié les pays voisins de prendre des patients en plus (contre rémunération), payé les gens qui acceptent de se vacciner au pro rata du risque qu’ils encourent.
      Oui, au pro rata du risque, soit 400 fois plus un vieux de 80 ans qu’un homme de 30 ans, ou 8000 fois plus qu’un mineur.
      Et oui, vacciner qqn de 80 ans est équivalent à vacciner 8000 mineurs!
      J’ajusterais mon projet de loi en fonction de cela, et j’essaierais de minimiser l’impact sur les libertés (en gros attendre que la situation devienne ingérable pour y songer en désespoir de cause).

  • Ce pass sanitaire constitue un risque d’engrenage. En flicant les gens grâce à un QR code, la prochaine étape peut être : vos gosses sont refusés à l’école si pas vaccinés; réduction drastique des déplacements personnels d’agrément, vous polluez et mettez en danger le reste de la population (RCA); etc…

    • Il n’y a pas de flicage les informations ne sont pas stockées !
      Vous parlez sans savoir…
      La CNIL, même avec ses nombreux travers veille.
      Il y a une problématique de precedence des libertés. La plus importante est la liberté collective puis l’individuelle. La CNIL défend l’utopie de la liberté individuelle, malheureusement même sur une île déserte la liberté individuelle ne peut s’exprimer, elle est toujours contrainte : vous devez survivre et ne pouvez faire n’importe quoi.

      • Au contraire, sur une ile déserte, la liberté s’exprime pleinement et même sans limite! En effet, sa liberté s’arrête là où commence celle des autres, si on est seul pas de limites donc… Je vous invite à lire l’article sur les notions de liberté.
        Seul sur une ile déserte, c’est sûr que vos possibilités d’agir seront limités, mais par la physique, pas par la contrainte d’êtres humains, vous serez donc pleinement libre de vos choix…

  • Augmentation des cas de 150% en une semaine. Et alors ? Combien de cas bénins, combien de cas très graves, combien de morts ? Nada dans les médias. Justification du pass ? Vous repasserez. On gouverne par la peur; ça mate le peuple.

    •  » Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes  »

      Machiavel

      • Machiavel, ne serait-ce point l’un des auteurs que notre Suprême Commandeur avait choisi pour sa thèse de philosophie ?
        Il faut croire que le diplôme ne lui a pas suffi, et qu’il a décidé de tester les hypothèses de Machiavel en conditions réelles.

    • Depuis le début, le nombre de cas mesurés par les tests PCR n’est que le nombre de détections de présence de fragments de virus sur les muqueuses nasales, et pas un nombre de malades. Comme on ne nous informe jamais sur le suivi réel de ces cas, on peut en déduire que ça sert juste à entretenir la peur chez les hypocondriaques!

      • Surtout qu’il a été admis qu’il y avait une surestimation du nombre de positifs car une personne peut être comptabilisée deux fois !

      • Si, si… on a la part des tests positifs ou le nombre de tests pratiqués par test positif. Les deux indicateurs vont en ce moment dans le sens d’une augmentation de la circulation du virus (il faut moins de test pour arriver à 1 test positif, et le taux de postivité des tests augmente). Après il y a d’autres effets : les hypocondriaques étant sans doute tous vaccinés et grace aux médias convaincus qu’ils ne peuvent pas attraper le virus, ils ne sont plus testés ou presque (baisse des négatifs). Les gens vivant une situation où ils doivent « prouver » des trucs souvent sont vaccinés en grand nombre : plus tant de tests « juste pour prendre l’avion » (baisse des négatifs). Restent quasi uniquement les gens qui pensent qu’ils sont malades.
        Bientôt une remontée du nombre de tests par cas, je suppose, puisqu’on aura des tas de gens obligés de faire des tests pour aller au resto, prendre le train, faire du sport, visiter un proche hospitalisé, faire des courses en centre commercial…

      • Il vous est donné le taux de positivité des tests effectués. Mais les journalistes ne savent pas faire la division qui permet de déduire le nombre de tests du nombre de positifs…
        10949 positifs le 17/07, taux de positivité 2.58%, donc environ 425000 tests ce jour-là, non ? Et un mois plus tôt, 2786, 1.05% et donc 265000 tests. Et comme les 160000 tests supplémentaires ne concernent pas du tout les mêmes catégories sociales, on ne peut rien en conclure.

    • Heureuse coïncidence, bien aidée par l’augmentation d’environ 25% en un mois des tests effectués.
      Et à la surprise générale, dans l’effarement feint avec grand talent par Véreux & Cie, on découvre plus de tests positifs quand on fait plus de tests. C’est tout bonnement incroyable hein.

  • Tout cela résulte de ce foutu principe de précaution qu’il dévoie à souhait pour se protéger de leurs propres impérities. Mais comme un train peut en cacher un autre, toutes ces gesticulations n’ont-elles pas comme but de nous cacher des stratégies encore plus inavouables?

    • Attention avant de traverser une crise sanitaire, un train de mesures peut en cacher un autre…

    • Le principe de précaution est bien piétiné par l’injection [obligatoire] de « vaccins » qui n’ont jamais été testés.

    • La suite des mesures liberticides et brutales est en route, avec le vote de la loi « climat ». Sous couvert de « protection de la planète », qui vit sa vie tranquille depuis 4, 5 milliards d’années, et de « lutte contre le réchauffement climatique », qui n’est pas prouvé, qui ne sera prouvé, s’il existe, que dans 2 ou 3 siècles, on va nous imposer des contraintes auprès desquelles le confinement est une aimable plaisanterie (parce qu’il est temporaire)

      • Vous avez peut-être raison! C’est peut-être la stratégie cachée. Faire avancer les lois climats liberticides derrières le camouflage de la pandémie.
        Dans le même esprit, il vont bien arriver à nous faire croire que la multitude de féminicides qui se produisent ont pour cause le réchauffement climatique?
        Nous sommes devenus fous.

  • Je ne suis nullement anti-vaccins y compris pour ces vaccins anti-Covid19 bien que je comprenne – étant donné la rapidité de leur mise sur le marché et la probité légendaire des labos comme Janssen ou Pfizer, tous déjà lourdement multi-condamnés par la justice américaine! – la défiance de certains.
    Mais je suis absolument hostile à cette atteinte gravissime à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 qu’est cet ignoble passe sanitaire, un accroc supplémentaire mais gravissime à la démocratie.

  • Il me semble que la première préoccupation d’un président devrait être les droits fondamentaux et la constitution mais chez les psychopathes l’ego doit primer. L’état de droit est devenu le droit de l’état qui croit avoir le pouvoir de tout contrôler. A part la guillotine ou l’internement des soi disant elites, je ne vois pas de solutions.

    • Le psychopathe, c’est Veran. Cf par ex ce qu’il a dit hier au sujet des parlementaires.
      Macron est un faible incapable de dire non.

      • Le profil comportemental de Véran a des points communs avec celui du psychopathe en effet, mais ce n’est peut-être que de l’autoritarisme d’un personnage bouffi de vanité.
        Par contre, assimiler Macron à un faible incapable de dire non, c’est vraiment à côté de la plaque. Macron est clairement un manipulateur, il dit à chacun ce qu’il a envie d’entendre, c’est un menteur pathologique, il a une très haute idée de sa personne et de son destin qui fait soupçonner chez lui un sentiment de toute-puissance, sa manière de centraliser tout l’exercice du pouvoir autour de sa personne, et les mesures totalitaires, socialement brutales, qu’il a prise contre les non-vaccinés lui font un beau profil de dictateur, si ce n’est celui de psychopathe.
        Les manipulateurs sont devenus ainsi pour se protéger, c’est un mécanisme de défense pour pallier en effet des faiblesses, des traumatismes et/ou des maltraitances. Et si les manipulateurs ne savent pas dire oui ou non simplement et naturellement, c’est certes dû à des failles psychiques mal compensées, mais ce n’est pas dû à une faiblesse de caractère ordinaire, comme on le dirait de ceux qui manquent d’assurance ou d’amour-propre, qui sont bien plus sains que les manipulateurs.

        • Bah, tous les Présidents « adaptent » leurs discours au public (habitude de la fonction ?). De Sarko aux agriculteurs avec « l’environnement ça commence à bien faire » (2 ans après le Grenelle) à Macron contre le 80 km/h à la présidentielle mais qui laisse faire Philippe.
          Tout comme le limogeage de De Villiers, dont on découvre après coup que c’est Darmanin, ministre du Budget qui a réclamé sa tête. Macron avait pourtant assuré le general de son soutien peu de temps avant.
          Idem ici. Il y a peu, il jurait que « jamais le pass… ». Lemaire ne voulait pas de son élargissement, Veran si…
          On imagine bien le dialogue :
          – Monsieur le Président, on a 9 millions de doses sur les bras ! Les carnets de RV sont vides…
          – Et alors ?
          – Heu, il faudrait un peu tordre le bras des Français…
          – Donc vous me demandez de me dédire ? ! Je fais comment ?
          – Ben, en dramatisant à outrance, ça peut le faire !

          Pour ce qui est de la manipulation, vous démontrez, nolens volens, que c’est une des caractéristiques des faibles, et apportez de fait de l’eau à mon moulin.

      • Non non c’est aussi un psychopathe avéré

  • En plus ils sont betes comme ils nous le prouvent tous les jours, un vacciné est aussi contagieux qu’un autre si il a chopé le petit monstre…

  • Article de philosophie politique très intéressant sur le fond. Une décision aussi radicale, au sens littéraldu terme, devrait être évaluée scrupuleusement par nos représentants (représentatifs et scrupuleux dans un idéal utopique).
    Je déplore cependant une dérive généralisée dans notre pays vers une science populiste mettant à jour les pires biais cognitifs dont notre espèce est friande (lire Bronner ou autre…).

    1. Oui notre chef de l’état, et sa majorité vassale, prennent des décisions unilatérales sous couvert de démocratie
    2. Oui la majorité ou poursuite des français s’est vaccinée par conviction scientifique, et non par simple panurgisme méprisant
    3. Oui l’état de l’art de la science (académique j’entend) tend à montrer que la vaccination peut être considérée comme efficace et sure. Oui les cas de thrombose existent. Mais oui aussi les effets secondaires tarifs sont TRÈS peu probables.
    4. Oui tout le monde ment, par omission souvent, par malhonnêteté souvent :
    – cherry picking : la Suède s’en sort (oui mais quelle densité de population, responsabilisation des personnes à risque?)
    – science du bon sens sans protocole clinique : ivemectine/Inde
    – chiffres non sourcés : mortalité du Delta à 0,15% (source, population vaccinnee? …)
    – paradoxes : refus du vaccin au nom du principe de précaution tout en regrettant à raison le principe de précaution
    et je pourrais continuer longtemps…

    Si je veux être aussi radical que cet article que j’apprécie, je dirais que oui la science n’est plus le sujet, le covid à peine plus, la division découlant simplement de notre basculement vers une apocalypse cognitive et d’un refus d’appréhender la complexité de notre monde, et je le déplore…

    • L’état de l’art montre que le vaccin est efficace et sur ? Ceux là ?
      https://www. openvaers.com/covid-data

      Ceux avec lesquels Gibraltar pourtant vacciné à 100% deux doses fait face à une vague épidémique ? Ceux avec lesquels Israel et la GB, très vaccinés aussi ont des hordes de vaccinés deux doses dans les hôpitaux et les urgences (peut-être un peu moins que de non-vaccinés en proportion, mais infiniment plus que ce qu’on attendrait d’un vaccin « lambda » plus ou moins efficace en pratique).

      • L’obscurantisme a de beaux jours devant lui.
        Malhonnêteté : Vous associez soit par ignorance, soit par malhonnêteté ce bilan des adverse event a de la causalité, alors que les chiffres reportés sont ceux reportés APRÈS la vaccination, et non A CAUSE de la vaccination.
        Biais d’échantillonnage : pour Gibraltar, oui plus on regarde un petit échantillon, plus on a de chance de mettre en évidence un effet extraordinaire. Vous trouverez forcément une petite commune en France ou le vaccin ne semble pas efficace.
        Angleterre/Israel : votre INTUITION ne saurait convaincre un scientifique des faits que vous dénoncez. J’attends une étude sérieuse, bien menée, chiffrée

        • C’est la même chose pour tous les vaccins et médicaments. On au de l’auto déclaration.
          Hors des pays très « anti-vaccin-COVID » comme la France (peut-être à cause du gouvernement et de ses politiques) ces vaccins ont été accueillis par l’immense majorité comme « le messie ». les anti-vax par contre n’ont pas attendu le COVID pour l’être. On ne peut donc pas prendre les chiffres « en soi » mais les comparer aux autres vaccins et aux années précédentes fait sens.

          Et fait peur.

          Sinon l’intuition c’est la base de la science (pas toute la science bien sûr, mais la base) Si vous étiez scientifique vous le sauriez.

        • Et pour les études bien menées il y en a des paquets, faut juste aller les chercher, elles sont le plus souvent en littérature grise, les gros éditeurs ne veulent pas aller contre les extrémistes forcenés (comme vous ?) ou les gouvernements.

      • VAERS ne peut strictement pas être utilisé pour ça. Allez voir par vous même ce qu’il y a dedans si vous avez des doutes… https://forum.liberaux.org/index.php?/topic/55963-vaccin-quand-qui-comment/page/86/&tab=comments#comment-1874985

        Dans les morts, vous avez du suicide par balle, une moyenne d’âge de 75 ans, donc de personnes qui sont très probablement mortes d’autre chose.

        Soyons sérieux un moment.

        • cf supra…
          Je suis assez déçu de Contreproints et de son évolution récente, cela dit, votre commentaire ne me surprend donc nullement…

          • Votre réponse plus haut continue à lier des choses dont le lien de causalité n’est absolument pas prouvé. Dans VAERS, c’est de l’auto-déclaration non revue, quelque soit le vaccin. Quelques exemples, presque « pour rire » :
            1 115 cas de « Pfizer vaccine administered after being stored at a regular freezer temps longer than recommended. Dose determined invalid, client contacted and recommended repeat dose. »
            568 cas de « adverse events: none ». 568 cas avec marqués « pas d’effets secondaires » donc. Dans une base d’effets secondaires… C’est à partir de ça que vous voulez tirer des conclusions ?

            Mais surtout, à accepter votre point de départ, comparer les effets secondaires auto-déclarés pour différents traitements de maladie sans aucun rapport, cela n’a pas grand sens pour savoir s’il faut se faire vacciner ou non. La principale question à se poser est celle du risque évité (celui de la maladie) vs les effets secondaires du traitement proposé. Et ce calcul, même quand vous prenez VAERS sans aucun filtre ni esprit critique, semble aller largement dans le sens de la vaccination, sans même prendre en compte les avantages que la protection peut apporter à ses proches.

            Le sujet doit être abordé sans caricature ni déformation, ne pensez-vous pas ? Alors pourquoi renvoyer non pas à la base de données elle-même (malgré tous ses défauts), qui précise en long en large et en travers ce que j’ai énoncé plus haut ? Pourquoi passer uniquement par une mauvaise copie, qui déforme volontairement l’information et efface tous les caveat de la donnée source (openvaers, dont les pratiques sont documentées ici ) ?

            Quelqu’un « avec deux doctorats, 3 masters » comme vous semblez prompt à le rappeler à tout instant même si aucun ne semble lié au sujet d’après vos propres mots, quelqu’un d’éduqué devrait en convenir, non ? Vous ne trouverez pas sur Contrepoints de défense de l’obligation vaccinale, encore heureux, mais un appel systématique à la raison. De grâce ne sombrons pas dans la déformation et la caricature, avec la reprise des pires poncifs et âneries.

            • hé ben… on dirait que quelqu’un est vexé ???!

              J’ai assez souvent donné ici l’adresse de VAERS directement (le même décalage se trouve dans toutes les bases de pharmacovigilance aussi) mais semble-t-il les lecteurs veulent du « condensé simplifié ». OpenVAERS donne ça (et donc forcément sans les caveat qu’il faudrait sans doute… mais les caveat méthodologiques etc. on ne les trouve pas non plus sur Contrepoints sur ce sujet comme sur des tas d’autres, et c’est normal). Après, Newsweek comme source pour critier OpenVAERS c’est à mourir de rire.

              Quant à mes diplômes oui, ils sont en économie et en maths appliquées. Mais… maths appliquées, stats, traitement des données et modélisation des épidémies, j’y vois un petit lien, étroit.. Et cette « habitude des données de masse »… induit plus qu’un de suspicion sur ces vaccins, tant niveau effets secondaires (qui semblent bien plus importants qu’avec d’autres traitements) qu’efficacité (qui serait déjà sous 40% en Israel https://www.cnbc.com/2021/07/23/delta-variant-pfizer-covid-vaccine-39percent-effective-in-israel-prevents-severe-illness.html et va continuer à diminuer)

              Cela dit, ma déception vient d’une multiplication des articles « libéraux » en façade et largement socialistes dans le fond… Sur le « pass » pour l’instant rien à redire, points de vue divers et plutôt bien argumentés.

  • Un petit Pas-Sanitaire pour nous français et un grand pas dans le vide pour ces autoritaristes sans discernement.
    Vaccin oui, pass-sanitaire non.
    Quand aux partis d’opposition, que signifie leur assourdissant silence ? Après ils se disent étonnés des abstentions dans les urnes. Car bien évidemment que l’on peut lutter de façon plus respectueuse de l’humain. Les mesures prises sont celles de dirigeants en incapacité de convaincre sur la vaccination et sur leurs décisions. Bien sûr nous ne sommes pas en dictature mais ce qui se passe est très sournois, comme par exemple le fait de transformer les dirigeants de nos entreprises en supers flics. Sans le vouloir ces décisions rapides entre soi, installent sournoisement les prémices d’une société dure à vivre. Si cette pandémie continue durant des années le vivre ensemble à la française sera juste survivre sans saveur. Je n’attends plus rien des décisions de ceux actuellement nous dirigent, mais que proposent intelligemment les autres de façon humainement acceptable. Pour moi: Rien.

    • Vu l’ambiance, c’est pour les partis, la foire à la déc.nne !
      Le PS réclame l’obligation. LR, un poil plus rusé, réclame l’ouverture du débat.
      Alors que tout le monde sait que c’est pour l’instant impossible.
      Ça surfe sur les sondages qui donnent une longueur d’avance aux pro-obligation.
      Et ça changera d’avis si les questions de libertés individuelles deviennent prégnantes.

  • Le pass sanitaire, c’est surtout le symbole du vide sidéral de propositions alternatives pragmatiques et libérales pour une vie raisonnablement sûre malgré le covid. Comment être surpris quand on laisse la question en suspens et le champ libre à l’Etat, qu’il bousille le truc ?

    • Pourquoi d’un coup il faudrait une vie « sûre » ? C’est le propre de la vie, l’incertitude et le risque… Les maladies sont partout, on vous rend la vie sure vs. le COVID, mais alors les maladies cardio-vasculaires ? les cancers ? Les autres maladies infectieuses ? les accidents ? Tout ça on s’en fout ?

      • Il faut des sécurités là où on peut les assurer pour encourager à prendre des risques juteusement profitables ailleurs. Sinon, pourquoi faire des ponts qui ne s’écroulent pas ? Puisque de toutes façons, en ce qui vous concerne, ce pont vous permet d’atteindre un hôpital où on ne vous sauvera pas de votre maladie cardio-vasculaire…

  • Pour exprimer sa liberté, il faut que les besoins de base soient comblés.
    Je refuse donc maintenant de payer mes repas au nom de l’expression pleine et entière de ma liberté.

    • @vVDB
      Pour combler vos besoins, la liberté de travailler suffit,
      Le Pass Sanitaire nous privera de la liberté de travailler. Or cette liberté concerne tout le monde car même un retraité ne cesse jamais de travailler et même un enfant commence très tôt à travailler.

      Contre le Pass Sanitaire, pour la liberté de travailler, pour la liberté.

      « Sauvons la liberté, la liberté fera le reste ». (réminiscence de Victor Hugo).

  • Pass sanitaire obligatoire dans les restaurants ?
    Pas problème quand on mange à la cantine de l’assemblée !
    Pass sanitaire obligatoire dans les transports ?
    Pas problème quand on a un véhicule avec chauffeur !

    Et tout ça est financé par l’argent des gens à qui on demande de badger à chaque déplacement. Machiavélique et écoeurant.

  • @machin
    Disons que nous avons affaire à des mafieux qui recyclent des stratagèmes d’abus de pouvoir puisés à des sources diverses, de l’Allemagne nazie à la Chine communiste en passant par le jeu du poker menteur.

    Donc le Pass Sanitaire est un mixte de tous ces ingrédients qui nous révulsent.

    Les députés se préparent à écarter leurs gosiers dangereusement pour avaler cette nouvelle couleuvre à la dimension d’un monstre. S’ils font taire leur conscience pour avaler ça, ils vont en étouffer.

  • Je veux bien croire que ce soit ça le doux rêve de nos gouvernants, mais il ne faut pas croire que ce soit notre futur. L’identité numérique aura été utilisée pour nous faire parvenir des publicités ciblées pendant des décennies avant que l’Etat ne parvienne à la faire marcher à son profit… en supposant qu’il y parvienne un jour.

    • Quand le logiciel fait parvenir l’avis de redevance ordures ménagères à l’ancien propriétaire et au nouveau, parce que déjà l’an dernier mais la personne à laquelle ça a été signalé n’a pas corrigé, vous avez raison mais ça n’est pas ce qu’on appelle « marcher à merveille » dans le privé, où mécontenter le client nuit.

  • Je découvre aujourd’hui que les golfs (qui ont pourtant été autorisés pendant le dernier confinement et qui sont supposé être des endroits où il n’y a pas de contamination -plein air- et bon pour la santé -exercice en partie aérobie et en partie anaérobie- en permettant de booster l’immunité, donc excellent) sont interdits sans pass sanitaire/vaccinal.

    Illustration parfaite du fait que ce pass et ces interdictions n’ont pas de visée de santé publique (réduire les contaminations, permettre que seuls les gens sans risque se retrouvent dans des zones où les contaminations sont possible) mais sont plus simplement des instruments de chantage :
    « Faites ce qu’on vous dit, ou on vous prive de dessert. Mais attention, on ne vous oblige pas, donc pas possible de vous retourner contre nous si vous avez des effets indésirables maintenant ou plus tard suite à ce « vaccin » expérimental »

  • Encore un tas d’inepties aussi bien dans l’article que dans les commentaires. Le vacciné en a marre de continuer à porter le masque et de payer les frais d’hospitalisation pour une minorité incapable de comprendre (ou sourds). Quant à votre notion de « liberté », ce n’est pas la mienne. Relisez la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui stipule dans son article 4:
    La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi. Fin de citation.
    Et « la loi », c’est le Gouvernement et Macron, parfaitement dans leur droit.
    Les emm … que vous soulignez par le pass sanitaire vous ne les devez qu’à vous même.

    -1
    • Les gens qui travaillent et gagnent bien leur vie en ont marre de payer pour l’hospitalisation des vieux qui ne cotisent plus ou presque, des pauvres qui payent moins et des étrangers… Mais eux on s’en fout.
      Si vous êtes vacciné et que le vaccin (payé aussi par les non-vaccinés, faut-il le rappeler, puisque ces sous hommes payent aussi -plus même, peut-être- leurs impôts) marche, soyez content et vivez à l’abris de la maladie. S’il ne marche pas, ou pas bien, pourquoi vouloir l’imposer à tous ?

      Sinon, en passant et parmi des tonnes d’autres erreurs, le gouvernement n’a jamais eu pour rôle de faire la loi, juste d’appliquer la loi, même si depuis quelques années de dérive on peut se demander. La loi c’est l’AN et le Sénat, et eux seuls.

      • Inexact : le gouvernement est également à l’origine des lois et plus précisément des projets de loi !

        • il peut supporter ou apporter des projets de loi, oui. Mais la loi ne devient « La Loi » qu’une fois votée par l’AN après navette avec le Sénat. Ou alors on a changé drastiquement la constitution sans passer devant le congrès ni en parler ? Il aurait été bien que vous nous teniez informés, vous et notre cher Jupiter de l’Elysée.

          • vous savez lire : « à l’origine …. » ? non ? alors relisez … sereinement.

            • Vous savez vous lire vous même ? « la loi c’est le gouvernement et Macron »… Le rattrapage aux branches du post suivant relève du chimpanzé habile, mais au départ il y a chute ! Sereine…

    • Dans ce site, si on émet un avis contraire sur la vaccination et/ou le pass sanitaire, on se récupères quelques pénalités…. Je suis fort étonné de la position et de l’arrogance de beaucoup des commentateurs de ce site.

      • C’est cela la démocratie des pour et des contre. De plus, ici nous ne sommes pas sur un forum Lrem. Si sur ce site les avis sur vaccin et pass étaient les mêmes que ceux des médias aux ordres, il n’y aurait plus d’intervenants. Continuez vos commentaires et de temps à autres faites plaisir aux lecteurs par des propos plus libéraux, votre moral remontera avec des +1.

        • Alors continuons quel que soit le nombre de-1. Ne vous inquiétez pas pour mon moral. Chaque article sur ce sujet confirme que la très grande majorité de commentateurs, plus anarchistes que libéraux, sont bourrés de certitudes.

    • en quoi ne ps se vacciner nuit aux autres?
      et d’une façon qui ne permette pas de TOUT interdire..

      non tout comme la ceinture de sécurité obligatoire c’est une atteinte à la liberté individuelle..

      la vaccination obligatoire ne me choque pas plus que ça… banal.. mais si il ya un emballement c’ets parce qu’il y un emballement des mesures liberticides et ça les gens le sentent..

      • La vaccination obligatoire n’a jamais empêché quiconque de non vacciné d’aller faire ses courses, aller à l’hopital, faire du sport ou prendre le train. J’ai découvert récemment que j’avais deux ans de retard sur le DT-Polio+coqueluche, un cocktail des vaccins a rappels obligatoires. Personne ne me l’avait même fait remarqué, ni la sécu ni mon médecin que je vois pourtant assez régulièrement.
        Donc oui, vaccin covid obligatoire comme ça ? Pas de souci, d’autant qu’étant obligatoire on peut se retourner contre l’Etat en cas d’effets indésirables graves (mais ils sont près de 100 fois plus fréquents pour les vaccins covid que pour les autres d’après toutes les bases de pharmacovigilance)

  • Et ce n’est qu’une mise en bouche, attendez de voir tous les interdits qui vont pleuvoir pour protéger le climat !!!

    • He ce n’est pas faux, quand on accepte n’importe quoi, on accepte tout même si cela ne sert à rien.. 50 % en France ce n’est pas égal à 50% en moins en Allemagne.. En fait pour nous c’est impossible.

    • Ça a commencé. Voyez CritAir qui discrimine tous ceux qui n’ont pas/plud la bagnole qui va bien. Pourtant dûment achetée et dûment homologuée. La société à 2 vitesses, c’est maintenant.

    • plus

  • Entendu aujourd’hui :
    – le pass sanitaire n’est pas une atteinte aux libertés, il va viser à les promouvoir (Castex)
    Toute ressemblance avec « la liberté c’est l’esclavage » n’a rien de fortuit…

  • Québécois lucide
    22 juillet 2021 at 18 h 33 min

    Tout comme en France, l’idée d’un passeport vaccinal est en train de faire son chemin au Québec. Et tout comme une majorité de français, une majorité de québécois semble prête à courber l’échine au motif que le «gain» sanitaire surpasse la restriction de nos libertés. Car ne nous trompons pas: le passeport vaccinal devenant exigible dans une multitude de circonstances équivaudrait à de la vaccination obligatoire.

    De deux choses l’une: le vaccin est efficace, ou il ne l’est pas. S’il s’avère inefficace, pourquoi poursuivre cette discussion? S’il est efficace et que vous l’acceptez, vous êtes protégé, même si vous deviez être la seule personne vaccinée dans votre entourage. Alors pourquoi rendre la vaccination obligatoire?

    Les gens de mon entourage ont une réponse toute faite à cette question: «mais il faut se faire vacciner pour éviter d’engorger les urgences de nos hôpitaux !»

    Voilà en quoi je diffère de mon entourage. J’ai accepté de me faire vacciner pour la seule raison que j’y vois plus d’avantages que d’inconvénients. Cela dit, je n’imposerais jamais la vaccination à qui que ce soit. Quant aux gens de mon entourage, ils ne se font pas vacciner pour se protéger: en réalité, ils le font pour protéger le système de santé public du Québec. Un système soviétisé, reconnu pour son inefficacité et ses coûts exorbitants, même en temps normal. Alors imaginez en temps de crise, comme c’est le cas actuellement… Pauvre Québec!

    • L’argument de l’engorgement hospitalier est entendable.
      Mais alors l’objectif doit être la vaccination des personnes à risque, pas des trentenaires en bonne santé ou des gosses de 12 ans.

    • Avec l’argent dilapidé en confinements, tests et vaccins gratuits partout puis presque forcés partout on aurait pu construire, équiper et « peupler » des dizaines d’hôpitaux de pointes, mener des tas de recherches cliniques sur les protocoles de soin précoce du COVID… et cette discussion n’aurait pas lieu, les soignants en surnombre se tourneraient les pouces et il n’y aurait sans doute plus vraiment de peur de la maladie…

  • Etonnant que personne n’a découvert qu’après les propos de macron, le pass vaccinal est un certificat de citoyenneté déguisé pour un futur contrôle à la chinoise !
    Prochaine étape, pass vaccinal pour aller voter, si on en a pas, on n’est pas citoyen et on n’a pas le droit de vote

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Les choix techniques faits lors de la conception du pass sanitaire ne protègent pas le citoyen face aux abus de l’État. Bien au contraire, ils facilitent trois types d’abus dont deux sont déjà exploités.

Faciliter les décisions arbitraires

L’État a changé le pass sanitaire en pass vaccinal.

En pratique, il n’y a techniquement aucun changement de pass. Le pass sanitaire ne contient aucun laisser-passer, il doit en fait plutôt être baptisé certificat sanitaire car il contient uniquement votre parcours de santé.

Il ne porte ... Poursuivre la lecture

Par Bernard Landais.[1. Bernard Landais est l’auteur de Réagir au déclin ; une économie politique pour la droite française, VA éditions, 2021.] Un article de Conflits.

Le Traité de Rome de 1956 instituant le marché commun pour les six pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) a inauguré une ère de grande prospérité pour ces pays et plus récemment pour la plupart de ceux qui ont adhéré, même tardivement. Les principes économiques sous-jacents sont la valorisation des avantages comparatifs et l’extensi... Poursuivre la lecture

Marquée par une explosion de cas de Covid-19 en raison de la progression « fulgurante » du variant omicron en France, la trêve des confiseurs a vu réapparaître avec force les « discours de la peur » sur la sauvegarde de l’hôpital et le rôle des non-vaccinés dans sa submersion annoncée. Notamment, l’avocat et chroniqueur Charles Consigny s’est offert quelques minutes de célébrité dans l’émission Les Grandes Gueules de RMC du 20 décembre dernier en préconisant de faire payer aux non-vaccinés leur accès hospitalier aux soins covid :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles