Les religions ne sont pas contre les opinions

mariage homo credits Peetje2 (licence creative commons)

Les religions ne se positionnent pas contre les opinions, à l’inverse, ce sont les opinions qui évoluent pour se placer contre les religions.

PA Berryer réagit à un article de notre collaborateur Patrick Aulnas publié quelques jours plus tôt sous le titre « Mariage gay : les religions contre l’opinion ».

mariage homo credits Peetje2 (licence creative commons)
mariage homo credits Peetje2 (licence creative commons)

Cher Monsieur,

Je dois vous avouer que la lecture de votre article m’a beaucoup attristé. Sans vouloir présumer de vos opinions, je crains que vous n’ayez une vision faussée des choses. Les religions ne se positionnent pas contre les opinions, à l’inverse, ce sont les opinions qui évoluent pour se placer contre les religions.

À vous lire, les religions devraient suivre l’opinion publique, s’y adapter. L’opinion serait le critère pour déterminer le dogme. C’est méconnaître le caractère spécifique des religions. La religion relève de la Foi, de la croyance, pas de la rationalité brute. Avoir la Foi c’est croire en une Vérité, c’est-à dire quelque chose qui reste vrai toujours et partout. À l’inverse, il n’y a rien de plus versatile que l’opinion. Vouloir que les religions se conforment à l’opinion c’est dénaturer totalement le fait religieux. Il est en outre particulièrement étrange de vouloir réclamer aux religions de faire ce que l’on reproche à maints politiciens…

Le but d’une religion n’est pas de complaire à l’opinion, c’est de la convaincre, de la persuader de la justesse de son message. Les religions sont dépositaires, si l’on a la Foi, de la Vérité et veulent la transmettre. Si cela ne vous plait pas ne suivez pas de religions, soyez agnostique ou athée, trouvez-vous la spiritualité qui vous convienne mais ne cherchez pas à les dénaturer, le monde y perdrait beaucoup.

On entend souvent l’argument qui veut que le décalage de la religion avec l’opinion fait baisser le nombre de fidèles. Rien n’est plus faux. Prenez l’Anglicanisme. Cette religion a souscrit à tous les dogmes du modernisme (mariage de prêtres, ordination des femmes et des homosexuels). Quel en a été le résultat ? Un schisme avec le refus de l’actuel primat de convoquer la Conférence de Lambeth car il sait que cela officialiserait la séparation avec les communions les moins progressistes. Et en Angleterre, le comble, il y a davantage de catholiques qui vont à la messe que d’anglicans ! Bref, l’anglicanisme est devenu un club de progressistes sans fidèles…

Bref, quand on adhère à une religion ce n’est pas pour suivre l’opinion commune, c’est pour étancher sa soif de Vérité. Les religions qui durent sont justement celles qui restent fidèles à leur message et leur enseignement. L’Église Catholique existe depuis 2000 ans, elle a vu naître et s’effondrer maints empires et royaumes et Elle est encore là, à transmettre le même message. Ce message n’a pas à changer parce que le monde change, il s’adresse à l’Humanité et cette dernière, si elle a changé dans sa forme, est toujours là même quant au fond. Quand l’Église défend la dignité absolue de chacun des êtres humains, qu’ils soient les esclaves au XVème siècle, les handicapés ou les juifs sous l’Allemagne nazie, ou encore l’enfant à naître aujourd’hui, c’est toujours la même dignité qui est défendue. Ce n’est pas parce qu’il est socialement admis que l’on puisse tuer un enfant dans le sein de sa mère que cela change quelque chose ou alors pourquoi la remercier de ses combats passés ?

Pour conclure, l’Église Catholique, étant donné que c’est surtout d’Elle dont vous parliez, s’inscrit dans l’éternité, pas dans la dernière mode ou le dernier sondage. Elle n’est pas archaïque, ou alors l’amour du prochain l’est également, Elle est un ilot de stabilité dans un monde qui en manque cruellement. Elle n’est pas contre l’opinion car elle ne change pas son message, c’est l’opinion qui a décidé que son message ne lui convenait plus.

Voilà, j’espère que ces quelques lignes auront au moins servi à vous montrer que les choses ne sont pas toujours ce qu’elles sont.
Cordialement,

PAB.