Les confessions d’Elon Musk chez Babylon Bee

Extraits de l'interview d'Elon Musk par Babylon Bee sur les impôts, le Metaverse, le rôle de l’État, et comment la gauche tue la comédie.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Elon Musk - The Summit 2013 on wikimedia commons - Creative Commons Attribution 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les confessions d’Elon Musk chez Babylon Bee

Publié le 26 décembre 2021
- A +

Ce dimanche, Elon Musk s’est entretenu avec Seth Dillon, président du site satyrique Babylon Bee, ainsi qu’avec Kyle Mann et Ethan Nicolle pour une interview approfondie sur les impôts, le Metaverse, le rôle de l’État, et comment la gauche tue la comédie.

Elon Musk est un entrepreneur. Il est le fondateur, président et ingénieur en chef de SpaceX, investisseur initial, président et architecte produit de Tesla, Inc., fondateur de The Boring Company, co-fondateur de Neuralink et de OpenAI.

Avec une valeur nette de ses actifs estimée à environ 265 milliards de dollars en décembre 2021, il est la personne la plus riche du monde.

L’interview est très longue (et la loi américaine n’autorise de toute façon que la reproduction partielle d’extraits à des faits de « travaux de commentaire, de critique, de recherche, d’enseignement ou de reportage. ») et couvre de nombreux sujets mais les lecteurs de Contrepoints voudront peut-être lire quelques brefs extraits traduits en français :

  • « Tesla vaut mille milliards de dollars sur le marché public. Et je possède 20 % de l’entreprise. [Ma richesse] ne correspond pas à de la thésaurisation. […] C’est simplement que […] 20 % de 1000 milliards de dollars d’évaluation équivaut à 200 milliards de dollars. »
  • « SpaceX et Tesla ont frôlé la faillite à plusieurs reprises. Et même lorsque la faillite était littéralement à quelques semaines, je n’ai pas vendu d’actions. »
  • « J’ai construit ces deux entreprises et c’était extrêmement difficile, incroyablement douloureux et gratifiant aussi. »
  • « Cette année, je paie littéralement plus d’impôts que n’importe qui dans l’Histoire » [NdT : 15 milliards de dollars soit à peu près le PIB du Brunei, de Madagascar, de la Jamaïque ou de la Mongolie.]

Sur le gauchisme :

  • « La wokeness (éveil) permet d’être méchant et cruel tout en étant blindé de fausse vertu. »
  • « La wokeness est source de division, d’exclusion et de haine. »
  • « Je ne suis pas assez pervers [pour aller sur CNN]. »

Sur le rôle de l’État :

  • « Ceux qui n’aiment pas les entreprises ne devraient pas penser que l’État est bien meilleur. Il est l’entreprise ultime avec un monopole de la violence. »
  • « Si vous avez une société privée monopolistique, l’encouragement à servir le client est faible, mais au moins les sociétés privées peuvent faire faillite alors que l’État ne le peut pas. »
  • « Je pense être assez modéré. Je ne suis pas une sorte de libertarien extrême. Je pense que certaines missions peuvent être dévolues à l’État. Comme je ne pense pas que nous voulions nécessairement une armée privée ou une force de police privée [… ] Il y a, vous savez, certaines choses qui relèvent probablement de l’État, mais tout ce qu’il fait va être inefficace du fait de son monopole. »
  • « Vous pourriez demander « quel pourcentage de la production économique devrait revenir à l’État ? », vous savez. Et, peut-être, peut-être, un tiers ou quelque chose comme ça. Vous savez, une fois que vous commencez à dépasser 50 % d’État, je pense que c’est problématique. »
  • « Sachant que l’État est aussi inefficace que le serait n’importe quelle grande entreprise monopolistique – et il est l’ultime grande entreprise monopolistique – nous devons minimiser ce qu’il fait, le limiter à ce qui est essentiel et ne pas aller au-delà. »

Sur l’environnement :

  • « La Terre est loin d’être surpeuplée, loin, loin d’être surpeuplée. »
  • « La wokeness est un virus mental répandu et sans doute l’une des plus grandes menaces pour la civilisation humaine. Le manque d’enfants aussi. Si vous regardez simplement les statistiques du taux de natalité, vous pouvez prédire à quoi ressemblera l’avenir en vérifiant combien d’enfants sont nés l’année dernière. […] Vous n’avez pas besoin d’être un statisticien ou quelque chose comme ça. Vous pourriez simplement vérifier le nombre de naissances l’année dernière, la tendance est bien en deçà du taux de remplacement. Dans de nombreux pays, les taux y sont depuis longtemps bien inférieurs. »
  • « Pour minimiser les changements chimiques dans l’atmosphère et les océans il est nécessaire de passer à la production et à la consommation d’énergie durable […] principalement l’énergie solaire, éolienne, géothermique, hydroélectrique et nucléaire. Encore qu’ils ferment toutes les centrales nucléaires, ce qu’ils ne devraient pas faire ! Alors oui, vous pouvez en quelque sorte rayer celles-ci de la liste. Il faudrait simplement maintenir le nucléaire, […] à moins qu’une centrale soit située dans une région de grandes catastrophes naturelles, d’instabilité ou autre. Personne ne souhaite être victime d’une catastrophe mais un tel risque n’existe pas en France ou en Allemagne, l’énergie nucléaire y est donc très sûre. »

Sur la politique :

  • [Si j’étais président des États-Unis], j’aspirerais probablement à réduire la taille de l’État, à examiner la situation réglementaire et à m’assurer simplement du bon tri à faire en matière de réglementations. […] Dans les civilisations qui vieillissent sans guerre, de nouvelles lois et réglementations sont créées chaque année et il y a donc de plus en plus de contraintes relatives à ce que vous pouvez faire mais très peu d’efforts sont déployés pour supprimer les lois et les réglementations. C’est donc comme une athérosclérose de la civilisation. Comme Gulliver, vous êtes juste attaché par des milliers de petites cordes, et ce n’est pas comme si une seule corde particulière était le problème, mais il y en a tellement que vous ne pouvez rien faire. Vous savez que c’est l’une des raisons qui ont motivé mon installation au Texas. Il y a juste moins de cordes qui vous attachent. »
  • « La Californie était le pays des opportunités et maintenant elle est devenue, et de plus en plus, le pays de la réglementation excessive, des litiges et de la taxation. »

Enfin, alors que les Français se préparent à choisir leur prochain dictateur quinquennal – parmi un vieux syndicaliste, deux énarques, une marchande de poisson, un journaliste, et une douzaine de parasites –, je finirais ces courtes citations en laissant les lecteurs de Contrepoints méditer sur le président idéal :

  • « En politique, la valeur d’un dirigeant très compétent est sous-estimée chez un président. À quel point vous êtes doué pour gérer les choses. Et les faire avancer. Parce que si vous êtes le président, vous êtes un peu comme le PDG du pays. »

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Elon Musk n’est qu’au début de son enrichissement. Les politiques ne vont pas supporter un tel danger pour leurs combines et leurs petits pouvoirs. Cet homme est en sursis….

  • A peu près d’accord sur tout sauf sur la démographie où Elon Musk ne regarde pas plus loin que le bout de son nez. Je le plains par ailleurs car toute une partie de l’establishment veut sa perte en occultant simplement l’intérêt américain.

  • Vladimir Vodarevski
    27 décembre 2021 at 9 h 48 min

    Musk critique l’état, mais ses affaires Tesla et Space X font du CA grâce à l’argent public, et au réglementations aussi pour Tesla.

  • ça reste le grand problème du libéralisme..

    si vous avez un esprit libéral, vous êtes peu enclin à aller défendre un programme politique qui consiste essentiellement à affirmer que » la politique ne doit pas se mêler de ça »… et le recul de l’etat si il est souhaitable, est une horreur à gérer sans souffrance.. il n’y pas de transition simple et rapide d’un système collectiviste à un système libre qui n’impliquepas un effondrement économique ou des injustices à mon opinion.. dire à un taxi qui a acheté un licence fort cher..que demain la pratique est libre..

    mais aussi dire à un médecin que demain quiconque pourra écrire sur sa porte je vous soigne pour pas cher..en se revendiquant non pas d’un diplôme universitaire mais d’une longue tradition..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe.

La campagne électorale pour l’élection présidentielle part mal. Comme les précédentes au demeurant. La pauvreté des débats, le flou des programmes, le pragmatisme revendiqué à l’envi par la plupart des candidats n’augurent rien de bon. La médiocrité de beaucoup de nos hommes politiques les plus connus, obnubilés par la pandémie, ne peut que produire un débat atone, réduit aux petites phrases et aux coups tordus, loin des grands principes. Parmi ceux-ci, la subsidiarité fait une nouvelle fois figure de paren... Poursuivre la lecture

À l’occasion du 400ème anniversaire de la naissance de Molière le 15 janvier 1622, j’ai le plaisir de vous proposer la relecture de cet article écrit en avril 2015 :

Les réseaux sociaux, et même la presse la plus conventionnelle, s'étaient bien amusés en découvrant les  programmes scolaires prévus pour la rentrée 2016. Ces derniers étaient en effet truffés d’expressions compliquées d’apparence ultra-savante qui donnent à la moindre activité scolaire un vernis hautement intellectuel, et surtout prétentieux, à défaut de proposer un conte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles