Comment bien gérer la France

Il faut s'inspirer des réformes Schroeder en Allemagne pour mieux gérer la France et permettre au pays de se développer.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment bien gérer la France

Publié le 25 décembre 2021
- A +

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres dans une concurrence qui depuis un certain temps est devenue internationale.

Le moins que l’on puisse dire est que la France a atteint, voire largement dépassé cette limite. Elle est le pays le plus taxé en Europe avec un prélèvement obligatoire de 47,4 % du PIB, soit 7,2% de plus que la moyenne européenne donc 173 milliards d’euros de trop.

Ensuite, la dette est devenue la préférence du gouvernement, car il ne lui est plus possible de taxer davantage.

Mais là également ont été enfreintes toutes les règles pourtant acceptées et signées avec les partenaires européens lors des accords de Maastricht lesquels limitait à 3 % le taux de déficit annuel et un endettement ne devant pas dépasser pas 60 % du PIB.

À 65 % du PIB, la France était au même niveau que l’Allemagne en 2007. Aujourd’hui l’écart s’est envolé puisque l’Allemagne est à 70 % et la France à 115,7 en 2020.

Enfin, le choix d’une meilleure gestion est celui pour lequel il existe une grande marge de trésorerie. En effet, le moins que l’on puisse affirmer c’est que le pays a un rapport efficacité/coût des plus mauvais avec une dépense publique qui, depuis 1960, est passée de 30 % du PIB à 56 % ces dernières années voire 61,8 % pour 2020 à cause du covid.

La France peut et doit donc faire des économies sans dégrader le service public, voire même en l’améliorant.

Je citerai donc quatre domaines où les économies seraient les plus spectaculaires.

Fraudes sociales et fiscales

Selon le rapport de Charles Prats cette fraude s’élèverait à 100 milliards d’euros par an et se décompose en fraude sociale et en fraude fiscale.

Dans Cartel des fraudes il traite de la fraude sociale qui atteindrait 52 milliards par an avec 5 millions de fraudeurs. Ce livre-témoignage est commenté par Alain Mathieu, président de Tous contribuables.

Dans Cartel des fraudes 2 il aborde de façon documentée la fraude fiscale (incluant la fraude à la TVA). Elle s’élève à environ 30 milliards d’euros.

Ce sont donc plus de 80 milliards (valeur minimale) qui sont détournés annuellement. L’État ne se mobilise guère pour y remédier.

Éliminer la totalité de ces fraudes est quasiment mission impossible, mais il ne semble pas inaccessible de la réduire fortement, de l’ordre de 50 milliards, avec seulement un peu de volonté de nos gouvernants !

Gestion de la fonction publique

Le coût d’un fonctionnaire ne se limite pas à son salaire, il faut y ajouter locaux et frais de gestion afférents.

Une estimation a été faite du coût d’un fonctionnaire : chaque embauche coûte à la nation 3,5 millions d’euros.

C’est une somme colossale et c’est donc sur ce poste de dépense qu’il convient de réduire le train de vie de l’État.

Actuellement, 5,6 millions de fonctionnaires sont en exercice en France alors qu’ils n’étaient que 2,5 millions en 1980.

L’avènement de l’informatique et le développement d’une gestion optimisée constatés dans le secteur privé auraient dû permettre, à effectif équivalent, de satisfaire aux exigences actuelles.

C’est l’auto-alimentation d’une administration devenue ingérable et donc d’une inefficacité notoire qui a conduit à la création de plus de trois millions de postes supplémentaires.

Rien ne semble arrêter cette inflation administrative malgré les engagements de tous les candidats à la précédente élection présidentielle. Elle a encore augmenté de 44 000 alors qu’Emmanuel Macron s’était engagé à une modeste diminution de 120 000. Il y a eu 11 600 fonctionnaires en moins, mais 55 600 contractuels supplémentaires.

Bien que les domaines de la santé, de l’éducation et de la sécurité disposent actuellement d’un effectif supérieur à la moyenne européenne, je pense que les besoins spécifiquement français exigés pour une adaptation n’auraient pas dû dépasser 1,1 million de créations de nouveaux postes. En réalité au minimum deux millions de fonctionnaires sont en trop, et trois millions si on veut optimiser au maximum cette fonction publique.

Sachant que chaque embauche de fonctionnaire coûte 3,5 millions d’euros, cette gabegie a coûté 7000 milliards (2 000 000 x 0,0035). Sur une carrière moyenne de 40 ans, on atteint tout de même 175 milliards annuels !

Tous ceux qui pensent qu’on ne peut pas baisser le nombre d’infirmières et de policiers ont raison : faisons-les travailler durant toute leur carrière autant que leur équivalent allemand, c’est-à-dire débuter plus tôt dans la vie professionnelle, temps de travail annuel, assiduité et surtout départ à la retraite à 65 ans aujourd’hui et déjà programmé à 67 ans en 2029, ce qui représente 30 % de plus.

30 % correspondent à 1 698 000 équivalents temps plein. Il restera donc 300 000 suppressions réelles de poste d’administratifs dont la nocivité est démontrée avec la crise covid.

Gestion du chômage

La France est le seul pays à ne pas avoir su régler son problème de chômage. Elle doit refondre complètement son système et enfin le gérer véritablement.

La France s’enorgueillit d’un taux à 7,5 % alors que celui de nos voisins allemands est de 3,1 %.

Il existe donc un problème typiquement français qui a deux origines.

– Trop forte indemnisation du chômage et manque de contrôle encouragent de trop nombreux chômeurs à s’installer dans cette situation. Des réformes bien ciblées devraient le réduire de 3,5 % pour atteindre 4 %.

– Perte de compétitivité de l’industrie française passée de 22 % du PIB en 1970 à 16 % en 2000 et 10,1 % de nos jours (source INSEE). L’Allemagne est actuellement à 25 %.

Ce sont donc 1,6 million de chômeurs à sortir de l’indemnisation pour un coût moyen de 907 euros par mois (sans compter les frais de gestion) soit 10 884 euros annuel (source www.insee.fr indemnisation du chômage)

Si le chômeur retrouve un emploi il va générer en moyenne un versement de charges sociales de 54 % sur un salaire annuel moyen de 28 800 euros soit 15 552 euros.

Au total ce sera la somme de 10 884 + 15 552 = 26 436 euros x 1,6 million soit 42 milliards de trésorerie en plus pour le pays.

Rien que pour ces trois domaines, fraudes, fonctionnaires et chômage c’est une économie de gestion annuelle de 267 milliards dont le pays aurait bien besoin de nos jours.

Environnement entrepreneurial

Cela fait déjà vingt ans que je dénonce la désindustrialisation du pays. Il est logique que notre tissu industriel se dégrade fortement depuis qu’en 2001 le dirigeant d’Alcatel Serge Tchuruk rêvait d’une entreprise sans usine, depuis que la valeur du travail n’est plus reconnue avec la mise en place catastrophique de la semaine de 35 heures, depuis que les gouvernements successifs ont ajouté en permanence des contraintes supplémentaires à une industrie déjà plombée par une taxation la plus élevée des pays de l’OCDE.

Les incantations du ministre des Finances n’y feront rien, les industriels créeront en France, se développeront en France et relocaliseront en France seulement s’ils retrouvent une taxation et des contraintes normatives équivalentes à leurs concurrents étrangers.

Nos industriels ont tellement été trompés que ces mesures de bon sens doivent être inscrites dans la Constitution afin que le gouvernement suivant ne puisse pas les remettre en cause.

La France est le seul pays qui n’a pas compris que trop d’impôts tue l’impôt et l’entreprise. L’exemple de la flat tax sur les dividendes est éclairant. En la limitant à 30 %, prélèvements sociaux compris, l’État confirme avoir obtenu de meilleurs résultats.

La même logique peut être appliquée aux charges sociales et autres impôts de production. Ce sont ces prélèvements excessifs qui ont fait perdre plus de la moitié du tissu industriel français. En adoptant les mêmes règles que l’Allemagne dans ces deux domaines le pays retrouverait à terme une part dans le PIB de 24 % soit 364 milliards de plus et en partie dans le déficit commercial constaté depuis 2004 (source www.insee.fr solde balance commerciale).

Le résultat serait un PIB par habitant qui passerait de 43 551 dollars à plus de 50 000 dollars, rejoignant ainsi l’Allemagne.

En extrapolant nous pourrions passer d’un effectif de 3,18 millions de salariés de l’industrie à plus de 7 millions soit la création de 4 millions d’emplois qui résoudrait le problème de chômage et procurerait un emploi aux deux millions de fonctionnaires dont le poste serait supprimé.

Conclusion 

Je défie tout contestataire de mettre en défaut ma démonstration. Certains hommes politiques en sont conscients mais manquent de courage et ne veulent pas affronter une contestation qui, par méconnaissance généralisée des syndicalistes, ne manquera pas de mettre dans la rue un grand nombre de Français, mais pas une majorité.

Gérard Schroeder l’a fait, il y a eu des contestations, il a tenu bon, il n’a pas été réélu, c’est Angela Merkel qui en a profité et qui n’est pas revenue sur les réformes Hartz 10.

Les résultats sont incontestables, alors qu’attendons-nous ?

 

 

Un article publié initialement le 7 novembre 2021.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Le chômage est également du à une décorrélation entre emploi et formation. Combien de chômeurs ont le bagage pour les emplois proposés? Et je ne parle pas d’équiper à Mcdo. Je parle des métiers dans l’industrie (oui oui, il en reste), de l’informatique, l’artisanat (un plombier à son compte peut gagner autant qu’un médecin).

    Il y a aussi un thème qui n’est pas abordé: le salaire complet. Avec ce dernier, vous doubler le salaire net sans rien demander aux entreprises (à part les soulager d’une partie de la paperasse). À chacun de s’assurer librement.

  • La niveau élevé du chômage en France à 2 causes:
    – le SMIC trop élevé qui n’est pas compétitif par rapport à des produits importés à des exportations
    – la non l’incitation au travail : on peut rester au RSA 20 ans ou plus sans que cela ne choque personne. Qui peut dire qu’en 20 ans il n’a pas trouvé de job, à par celui qui ne cherche pas?
    Les fonctionnaires n’ont aucun risque de licenciement, sont souvent mieux payés, auront une meilleure retraite que dans le privé (+ d’autres avantages). Donc à quoi cela sert-il qu’ils fassent leur travail avec la rentabilité qui devrait être la leur ? Vaut mieux être 3 pour discuter qu’un seul à travailler.
    Nos politiciens n’ont cure de résoudre ces problèmes. L’important c’est d’être élu, pas de sauver la France : le prochain le fera…

  • Pour réduire la fraude fiscale, rien de plus simple il suffit de diminuer les impôts. Pour réduire la fraude sociale, rien de plus simple il suffit de réduire les aides sociales.
    Enfin l’auteur sous estime la nocivité de la partie administrative. Les employés administratifs sont non seulement en trop, mais ils captent une partie du temps de travail de ceux sur le terrain.
    On imagine l’administratif passant son temps à lire des rapports. Mais il faut aussi que les acteurs de terrain écrivent ces rapports, remplissent les évaluation etc… La police par exemple, passe plus de 50% de son temps à remplir des formulaires.
    La voie de l’augmentation du temps de travail n’est possible que s’il y a augmentation du salaire (policier, soignant et enseignants sont des métiers en tension), ce qui n’est pas possible budgétairement.
    Si la fonction publique est réduite brutalement, la coupe sera faite dans les acteurs de terrain (oui oui!), dégradant encore plus la situation. Je ne vois rien de possible sans une forme de privatisation pour que la notion d’efficacité revienne.

    • « La police par exemple, passe plus de 50% de son temps à remplir des formulaires »
      Le pire c est que ca influe meme sur leur travail. par ex Sarkozy avait deployé des statistiques. donc la police avait tout interet a traquer le fumeur de shit (1 fait constaté -> 1 fait resolu) et dissuader les victimes de cambriolages de porter plainte (vu que le coupable sera jamais retrouve il va degarder les % de faits resolus)

  • Les articles de Claude Goudron reflètent le vécu d’un chef d’entreprise qui a consacré la moitié de son activité à se procurer les moyens financiers pour gérer ses obligations de paiement des charges fiscales et sociales de sa société.
    Ces même charges représentent des couts incompressibles dont la nature et les modalités de calcul et de paiement sont déterminées par des hommes politiques qui, majoritairement, ne sont pas issus du monde de l’entreprise…
    Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que nos élites, issues de nos universités et de nos grandes écoles, manifestent tant d’engouement pour des exercices professionnels donnant accès aux tétines Étatiques…

    • Bon inventaire M. Goudron ; je me permet de faire remarquer que ces constats sont connus depuis 20 ans. Si rien n’a été fait, c’est que les coupables n’ont pas intérêt à ce que ça change et vous pointez fort justement les 3 millions de fonctionnaires en trop, des administratifs pour la plupart chargés de contrôler le travail des autres (je suis plus poli que Pompidou) . Il convient de rajouter la mère de toutes les réformes : l’abolition du statut de la fonction publique, scorie de la collaboration imposée par les communistes du CNR en 45. Et aussi l’inéligibilité des fonctionnaires pour éviter les conflits d’intérêts ou l’obligation de démissionner définitivement de la fonction publique s’il sont élus.

  • « Des réformes bien ciblées devraient le réduire de 3,5 % pour atteindre 4 %. » NDL : vous vouliez écrire 7,5% pas 3,5%

  • L’Allemagne possède encore de l’industrie car elle est reconnue mondialement pour son savoir faire en terme d’automobiles, d’outillage et de sidérurgie qui alimente les 2 premiers. En France on a quoi à vendre au niveau mondial ? Le rafale ?
    Qu’est ce qui va générer 4 millions d’emplois pour produire industriellement ce que nous Français ou x pays mondial ne pourra acheter moins cher ailleurs ? Même si en France la qualité de fabrication par nos ouvriers est mondialement reconnue, cela ne justifie pas de l’acheter beaucoup plus cher pour la majorité des acheteurs. Même si on faisait du « Europe first » ça ne marcherait pas, le coût dérisoire actuel du travail en Asie et en Afrique ne laisse aucune chance à notre société de « consommation » qui a vu le jour en 1970, bien avant les méchants « socialistes » que l’on accuse de tous les maux de la terre.

    Donc SVP, pouvez vous argumenter et developer votre raisonnement en prenant en compte l’hypothèse de coût de consommation si il était fabriqué en France et non en Asie et la probabilité de vente de produits à l’extérieur générant 4 millions d’emplois ?

    -1
    • Moins de sociale = moins de taxe sur le travail = baisse du coût de la main-d’œuvre à salaire également = augmentation de la compétitivité.

      • Pour faire moins de « social » il faut plus d’emplois réels, faites le calcul des offres par rapport aux demandes et vous verrez que le compte n’y est pas. En parlant d’offres je ne parle pas de celles que vous pouvez consulter en lignes qui sont pourvues depuis 6 mois. Ok il y a des abus au niveau de pôle emploi, les fainéants patentés existent depuis la nuit des temps. Beaucoup de faux emplois (administration »ont étés créés par les gouvernements successifs pour absorber les flots de chômeurs qui cherchaient réellement du travail. La solution réside en plusieurs facteurs qui ne peuvent être tous réunis ensemble depuis lors.

      • @JR
        le gros des taxes sur la travail sert a financer les retraites puis les soins medicaux. Le RSA c est peanuts
        Donc si vous voulez que le cout de la main d oeuvre baisse sensiblement (pas de 0.25 %) il faut donc tailler dans le gros de depenses: pensions et remboursement des soins
        C est evidement possible voire souhaitable mais ils faut vous attendre a une levee de boucliers de ceux qui en beneficient (et qui votent !)

        La solution la plus simple serait de faire des assurance medicales privees et de basculer sur la capitalisation des retraites. Mais quid des retraités actuels (dont une bonne partie va vivre encore 25 ans)

  • Je crains que nos politiciens ne soient tout à fait conscients de cet état de fait, tout autant que attaquer résolument le problème implique leur non-réélection…

    Donc, dans une fuite en avant (très « humaine »), ils tentent d’imposer notre modèle de décrépitude au reste du monde. (Le système ne va s’écrouler que parce que d’autres pays en profitent).

    Bizarrement, malgré les COP ou autres barnum, ils reçoivent des réponses du genre « cause toujours tu m’intéresses », que nos médias traduisent par « être passé à un micron d’un accord » (on garde le nanomètre pour se donner de la marge).

  • « Je défie tout contestataire de mettre en défaut ma démonstration »
    C est assez facile
    1) Sur la fraude.
    Vous pensez recuperer plus de la moitie (50 sur 80 milliards). Comment ? et surtout ca va couter combien (un fiscaliste pointu c est pas gratuit. pour la fraude sociale il faut faire des descentes chez les gens, la aussi ca coute (surtout dans certains quartiers ou ca va faire des emeutes)). Et n oubliez pas qu une partie de ces prestations achetent la paix dans certaines zones. coupez le robinet et il va falloir deployer la police (voire l armee). La encore c est pas gratuit (et vous risquez meme d avoir un refus si vous voulez les faire travailler jusqu a 65 ans et augmenter leurs heures de travail). Et quand ils auront tout cassé qui va payer ?

    2) effectifs de fonctionnaires. Si Sarkozy n y est pas arrivé c est qu il y a des raisons. deja ceux ci ont la garantie de l emploi. Vous comptez la supprimer ?
    Ensuite si vous comptez faire travailler plus longtemps jusqu a 65 ans les policiers ou les profs vous allez avoir des problemes de recrutement (deja visible par ex sur les profs de math). Vous risquez meme d avoir un phenomene de corruption (je prend des pots de vin comme ca je me fait ma petite pelote pour partir a la retraite plus tot, tentant pour un policier et courant dans les pays sous developpés). Au lieu d avoir la religion du chiffre on devrait reduire la haute fonction publique. Virer un chef de cabinet permet de payer 5 cantoniers !
    De toute facon vous allez avoir des problemes car 1 fonctionnaire n est pas egal a un autre. si vous avez des sureffectifs dans l administratif a paris vous allez pas pouvoir en faire une infirmiere a Rodez !

    gestion du chomage. Tout a fait d accord pour reduire l indemnisation. Personnellement je pencherai pour un systeme a l anglaise : une alloc basee sur les besoins (un celibataire touche moins qu un homme marie avec des enfants) et inferieur au smic. Mais vous ne pouvez pas mettre ca en place en taxant toujours autant les cadres … Donc vous ferez des economies sur les alloc mais vous aurez moins de rentrees

    Sur la reindustriablisation, vous etes dans l incantation. Pire vous allez manquer de main d oeuvre quand les francais vont se rendre compte qu ils gagnent plus a l etranger (regardez deja le cas des zones frontalieres allemandes et suisses). Ensuite vous allez avoir un probleme de formation. Il faut des annees pour former un ingenieur ou simplement un operateur sur machine numerique. Et en france contrairement a la suisse ou la RFA vous avez pas cette volonté des entreprises de former les gens

    Il y a des choses dont on peut s inspirer de la RFA que vous n avez pas cité:
    – le poids des retraites est enorme (on est les second de l OCDE). On les reduit au niveau allemand
    – l assurance maladie peut se faire sur une caisse privée (ce qui avantage les jeunes en bonne santé)
    – en cas de prestation sociale (Hartz IV) on prend en compte le patrimoine. Autrement dit, vous vendez votre maison avant de demander a l etat de vous nourrir
    – les diverses subventions qui sont du capitalisme de connivence. Supprimer par ex le PTZ et le Pinel est facile et si ca va faire raler les promoteurs ca devrait etre limité. L audio visuel peut aussi etre mit a la diete (ca fera plus de vagues mais la TV de nos jour c est plus ce que c etait en 1990. par ex la moyennne d age des JT est de 60 ans)

  • Pour supprimer la fraude a 100%, c’est simple il suffit de supprimer la spoliation correspondante. Pou memoire l’IR a été instauré en 1916, la secu en 42 et l’urssaf en 57

  • Certains hommes politiques en sont conscients mais manquent de courage et ne veulent pas affronter une contestation

    Les sans-dents d’en bas n’ont rien à attendre des sans-couilles d’en haut.

  • En changeant tout d’abord une équipe incapable et pleutre!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Pierre Baudry. Un article de The Conversation.

Angela Merkel a incontestablement marqué l’histoire moderne de l’Allemagne. Son arrivée au pouvoir en 2005 et son exceptionnelle longévité – comparable uniquement à celles de Konrad Adenauer (1949-1963) et de Helmut Kohl (1982-1998) – font d’elle une figure centrale de la politique allemande et européenne contemporaine.

Toutefois, après la fin de son dernier mandat en 2021, son parti (CDU-CSU, démocrate-chrétien) et son successeur désigné, Armin Laschet, ont été vaincus dans les urn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

L’équilibre mondial des relations entre les nations est sous tendu par une guerre féroce, celle de l’accès à l’énergie, et notamment au gaz. Ce dernier se révèle de plus en plus nécessaire pour le chauffage et la production d’électricité dans une Europe voulant réduire le nucléaire, le charbon, et promouvoir les énergies renouvelables intermittentes.

En ruinant son système électrique par manque de vision stratégique, l'Europe ne mesure pas les conséquences de son impéritie qui conduit à l’augmentation de sa dépendance au gaz, et à son ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles