Entreprise : 4 réactions salvatrices face à une crise

Il y a une règle intangible dans le traitement des difficultés. Plus tôt on les détecte, meilleures sont les chances d’en sortir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Partenariat - Entreprise - Personnel (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Entreprise : 4 réactions salvatrices face à une crise

Publié le 19 décembre 2021
- A +

Il y a deux façons d’affronter une crise : l’une est de refuser de voir la réalité des indicateurs qui en signalent l’arrivée et, surpris, se retrouver en position de survie, mal préparé, dirigeant au réflexe et à la peur ; l’autre, au contraire, est de l’avoir anticipée et conduire la sortie de crise avec difficulté, certes, mais en confiance et dans la sérénité.

Ne parlons pas de la première hypothèse ; elle est généralement fatale. C’est pourquoi chaque entrepreneur doit être convaincu de la nécessité de maîtriser l’évolution de ses principaux indicateurs.

Quelle que soit l’entreprise ils sont au nombre de six :

  1. Chiffre d’affaires
  2. Prix de revient des ventes
  3. Marge brute
  4. Frais variables
  5. Frais fixes
  6. Besoin en fonds de roulement prévisionnel

 

Soyez intransigeants sur la remontée régulière de ces indicateurs qui vous permettront d’anticiper les difficultés à venir.

Il existe une règle intangible dans le traitement des difficultés. Plus tôt on les détecte, meilleures sont les chances d’en sortir.

L’échec n’est plus aujourd’hui infamant et c’est heureux. Il n’est donc plus nécessaire d’aller jusqu’au bout coûte que coûte avec l’espoir insensé de trouver la formule magique qui permettra de rebondir. Chacun peut et doit, lucidement, appréhender les menaces qui s’annoncent et prendre les mesures qui s’imposent. Elles sont au nombre de quatre :

 1. Garder un mental d’acier

Le chef d’entreprise est celui qui, auprès de ses collaborateurs, incarne la responsabilité, le respect, la confiance, la stabilité, bref… le leadership. S’il se laisse submerger par la peur d’un avenir qu’il estime compromis, il sera incapable de manœuvrer. Que dirait-on d’un capitaine de navire paniqué en pleine tempête ? Au contraire, il doit incarner la sérénité de celui qui sait où il va. Le management de crises est d’abord du management.

2. Se faire aider s’il bute sur les solutions à envisager

Dans des situations hasardeuses, le chef d’entreprise peut être insuffisamment préparé ou n’avoir pas la compétence pour surmonter les obstacles qui s’annoncent. Être lucide, c’est aussi savoir s’entourer des experts susceptibles de l’aider à trouver une solution. Il n’y a aucune honte à cela, bien au contraire.

3. Renforcer la cohésion de ses équipes

C’est déjà très important en eaux calmes. Cela devient déterminant lorsqu’on anticipe des difficultés. La manœuvre devient plus précise et exige une parfaite coordination entre tous les membres de l’équipe, soudée autour de son chef.

4. Prendre les décisions qui garantissent la pérennité de l’entreprise

Ne jamais être tenté de choisir les expédients qui sauvent le court terme au détriment des mesures qui garantissent le long terme. Garder un sureffectif, par exemple, parce que le coût du licenciement est exorbitant est une mauvaise décision. Il existe aujourd’hui des moyens amiables ou judiciaires permettant d’éviter ces arbitrages douloureux.

Affronter une crise n’est certes pas une partie de plaisir mais chaque entrepreneur aura, au cours de sa vie, l’occasion d’en affronter plusieurs tant les choses changent vite de nos jours. Il vaut donc mieux s’y préparer et l’anticiper. « Si tu oublies de te préparer, tu te prépares à être oublié » disait déjà Confucius, il y a vingt-cinq siècles.

Credits photo : Partenariat-Entreprise-Personnel-partnership-public-domain

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

Nous vivons une époque de très grande incertitude, où nombre de prédictions et de croyances fortement ancrées ont été brutalement démenties par les faits, notamment depuis les trois dernières années. Et pourtant nous continuons à faire des prédictions. Cela semble rationnel : nous voulons nous protéger contre les mauvaises surprises et nous préparer au pire.

Mais cette préparation au pire a un coût important.

Le pétrole et le gaz naturel dont nous dépendons pour 75 % de notre énergie s’épuisent. La production mondiale de pétrole... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes, vieux comme le monde, continuent de pré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles