Vaccination obligatoire : les dangers de la planification de Bayrou

OPINION : Les souhaits de la vaccination obligatoire du commissaire au plan Bayrou risque de créer davantage de méfiance envers l’ensemble des vaccins.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Bayrou By: Jacques Paquier - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vaccination obligatoire : les dangers de la planification de Bayrou

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 décembre 2021
- A +

Par Denis Dupuy.

J’ai analysé maladroitement la situation en Guadeloupe dans un article récent publié par notre précieux Contrepoints et un commentateur m’a justement reproché ma légèreté. Je passais en revue les inepties gouvernementales, en réaction à une épidémie guère menaçante passé mars 2020.

Je faisais référence à l’opposition métropole/outre-mer et aux pressions syndicales locales sans plus m’attarder. Je voyais la combinaison des deux maux, politique de santé aberrante et particularismes insulaires. Je minimisais les oppositions locales, même si je ne retire rien concernant l’action du ministre Véran.

Un de mes anciens associés a dû quitter l’île de la Guadeloupe lors d’une précédente crise, ses enfants et lui étant menacés de mort. J’ai passé outre ce trait guère flatteur et j’ai eu tort. Je n’ai que mépris pour les haines systématisées. Être membre de la classe des nantis, de telle ou telle ethnie ou de la communauté de ceux qui copulent comme ci ou encore comme çà encore, ne fait évidemment pas d’un brave innocent un coupable ou un bouc émissaire.

Réduire la pensée à ces a priori revient à fouler aux pieds l’intelligence. Nous avons tous nos « tous pourris », ici journalistes, là politiciens, médecins, juges, fonctionnaires… Luttons contre ce travers mortifère.

Usons de raison plutôt que de passion. Parlons du maire de Pau, recasé au commissariat au plan, une administration en laquelle se joue essentiellement l’avenir… du commissaire au plan. Parce qu’en dehors de son matricule, je ne vois rien qui justifie cette agitation dans les couloirs de cette énième verrue administrative fondée en 1946, à l’heure où, plus à l’Est, se succédaient d’autres gosplans destructeurs…

Souffler sur les braises de la peur

Alors, monsieur Bayrou, quel est-il ce plan salvateur concocté dans vos dispendieux services ? Vacciner par la contrainte afin de préserver des bébés, menace à laquelle notre société ne résisterait pas… Ouf… Rappelons, au risque de lasser, que le vaccin n’est pas stérilisant, qu’un vacciné peut être vecteur du virus et contaminer ses proches voire se trouver lui-même amputé transitoirement de l’odorat après une troisième, voire une quatrième ou même une cinquième dose.

Soulignons que certains auteurs pensent que l’épidémie poursuivra son chemin, vaccin ou pas, et que, personne ne lisant l’avenir avec grand bonheur depuis le début de cette enrichissante période, décréter que ces derniers se fourvoient relève de la spéculation.

Tournons nous vers le passé et observons que les dernières épidémies depuis un siècle se sont achevées après deux à trois ans sans le moindre vaccin. Les fameuses PCR systématisées, outre leur performance contestable, reflètent un « taux d’incidence » dont on ne manque de se gargariser.

Cette expérimentation consistant à dépister en masse n’a jamais été menée de la sorte, ni pour le terrifiant Sida, ni pour la fourbe grippe saisonnière ni même pour l’aigre et pestilentielle gastro-entérite. On conçoit mieux les errements des administrations dotées de ce nouvel arsenal statistique mais les voir répéter systématiquement les erreurs pourrait apparaître lassant…

Et que dire des victimes de la peur, cloîtrées à distance de l’horrible virus et des innombrables défauts de soins qui découlent de la politique de l’hystérie ? Ne serait-il pas temps de remiser le meurtrier chiffon rouge ? Chaque variant étant une forme dégradée et moins létale du virus, le taux d’incidence finit par ne plus signifier grand-chose si l’on ne corrige pas les rétro-actions dans les simulations (reconnues fiables à échéance de deux semaines). En se concentrant sur les taux d’occupation des services de réanimation, on a tôt fait de se rassurer.

Ainsi, 187 patients sont actuellement pris en charge parmi les 6 millions d’Occitans qui m’entournent, certains n’y étant pas intubés grâce au merveilleux Optiflow. La pente des admissions est ascendante, certes, mais bien mollement et félicitons-nous de ce énième prévisible échec des prévisionnistes.

En novembre 2020 ou en septembre 2021, il en fut de même et il serait temps que la population fasse connaître à ses pythies son agacement, ce qui ne sous-entend pas de mettre le pays à feu et à sang à la manière de certaines îles, si vous comprenez l’allusion…

Contraindre dans le domaine de la santé est cruel car si certains craignent les vaccins pour de mauvaises raisons, ils les craignent tout de même authentiquement. Nous avons ainsi perdu 10 % des infirmières, au terme de milliers de démissions : chapeau bas messieurs les planificateurs…

La vaccination obligatoire et la planisme de Bayrou vont créer des générations de réfractaires aux vaccins

Nous sommes en train de fabriquer des générations de réfractaires aux vaccins, quand ces derniers nous sont tellement précieux. Hâter le développement et, surtout, la mise sur le marché de molécules extrêmement prometteuses a constitué une erreur mais quelle autre perspective s’offrait donc ?

Je gage que les entreprises pharmaceutiques auront du mal à écouler leurs doses auprès d’un pourcentage de la population (déjà élevé avant l’épidémie en France), une fois la crise passée et les pass aux oubliettes… 25 % de Françaises sont vaccinées au Gardasil qui protège d’un cancer du col de l’utérus de jeunes femmes à l’occasion : à combien le taux va-t-il chuter, grâce à monsieur le commissaire ?

Si vous revenez à mon premier paragraphe, vous allez constater combien je tombe aisément dans les travers que je dénonce. Je dispose cependant de ce privilège puisque je rédige l’article.

Les citoyens ont eu comme jamais l’occasion d’ouvrir les yeux sur la réalité de la politique : tout ce que l’on confie au politicien, ici bas, s’achève en catastrophe, en gâchis et en agitations stériles. Sciences, climat, industrie, énergie, enseignement, santé, la politique, la politique, c’est le cimetière des ambitions…

Les raisons ? Tellement banales… Des représentants intellectuellement médiocres, culturellement à la traîne, bridés par des idéologies de pacotille en guise d’éthique, sont en réalité inaptes en tout domaine sauf en celui qui consiste à éviscérer tout opposant.

Ils sont prêts à se rallier à toute cause servant les intérêts de leurs partis, ces boutiques dont le chiffre d’affaires se chiffre en voix et le bénéfice en postes prestigieux. La république des vertueux n’a jamais existé que dans l’esprit de Platon.  Les citoyens ne le sont guère plus que les dirigeants. Machiavel s’est donc imposé comme unique modèle : le but de l’action politique est de gagner le pouvoir et de le conserver.

Bien, mais nous sommes en 2021, à l’heure de la révolution du grand réseau mondial. Ne pourrait-on concevoir un système moderne, réactif, moins autoritariste, allégé de ses ambitieux, de ses moralisateurs, de ses carriéristes, de ses incompétents, de ses bandits ?

Un truc 2.0, vous savez… Il apporterait durant quelques années un souffle de renouveau, avant que chacun ne retombe dans ses travers récurrents. L’humain 2.0 n’existe pas : tournez-vous vers les épidémies précédentes et vous y trouverez dans le détail tout ce que vous vivez aujourd’hui.

Jamais je n’ai maudit ainsi ces dirigeants qu’un pauvre virus ridiculise et qui s’agitent à nos dépens afin de laisser penser qu’ils dirigent un monde qu’ils encombrent… Monsieur Bayrou, vous n’échappez en rien à la règle : peut-être est-ce pourquoi votre carrière fut si longue !

En résumé, vous souhaitez imposer une thérapeutique sans effet sur la diffusion d’un virus guère létal, responsable d’une épidémie en fin de course, détériorant ainsi durablement l’image déjà bien écornée de thérapeutiques ayant contribué à l’augmentation de l’espérance de vie. La nation devra-t-elle vraiment vous remercier ?

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Le professeur François Balloux, qui exprimait encore récemment (sur Contrepoints) des réserves quant à la vaccination des enfants, conteste la baisse de virulence des variants au fil du temps. Selon lui, le variant Delta était plus mortel que les précédents. Il avance qu’un variant plus contagieux devrait logiquement être plus virulent car il libère plus de virions, qui détruiront plus de cellules.

    • la mortalité d’un virus ne dit pas tout…

      le nombre de morts.. en fait par unité de temps ( quand on compte les bouses ) et par tranche d’âge est plus parlante… en gros le risque de mourir pour un individu en fonction de son âge..

      donc ça implique de regarder la « contagiosité » et aussi l’âge des personnes qui décèdent …

      la mort d’un enfant n’est pas équivalente à celle d’un vieux…

      On a le droit de n’apporter que peu d’importance à la mortalité causé par la pollution atmosphérique en France.

      Désolé de répéter, mais puisque que le covid est supposé toucher tout le monde et est vu comme une crise sanitaire , en terme de danger et risque , l’impact sur l’espérance de vie nous donne la meilleure clef de lecture… sinon de comparaison avec d’autres crises sanitaires.. c’est significatif ..pas catastrophique..
      Le covid n’est d’ailleurs pas un crise sanitaire globale… tout comme la canicule des années 200n.

      c’ets littéralement comme la grippe, ça touche les vieux et les faibles..age moyen de décès plus de 80 ans.

      le gros de la réponse sanitaire doit porter sur cette population… parce que le risque porte sur eux.

      le gain deprotection à cette population via une approche de ralentissement épidémique apporté par le fait d’emmerder tout les autres est douteux hypothétique et en plus très couteux… et ce ralentissement fait gagner des semaines…parfois un an… un peu comme pour les épidémie de grippe d’ailleurs..
      enfin bref..

      ils sont bien gentils les médecins… mais leur boulot est de soigner de nous rappeler le risque, pas ce qu’on doit faire.

      • ce que je veux dire avant tout est qu’il n’y pas de clef de lecture donc d’approche rationnelle mais surtout objective…

        c’est qui paye quoi et combien pour diminuer de combien le risque de mourir et éviter un risque accru de qui et combien de faire mourir autrui… !!!

        dans ce genre de bordel mieux vaut s’en tenir à
        des choses simples… et ne pas refuser de changer radicalement de comportement..
        tant collectivement qu individuellement.

      • Je vous avoue avoir publié ce commentaire dans l’espoir qu’on me donne tort. J’espère aussi qu’il s’atténue avec le temps.

    • « un variant plus contagieux devrait logiquement… »

      La logique est utile pour émettre des hypothèses, mais est indispensable pour établir des résultats. La méthode scientifique est incontournable.

      Tant qu’on échange des opinions, on est au stade de l’hypothèse. J’avoue avoir pensé à un moment ou un autre tout ce qu’on peut lire comme opinion tranchée sur tous les sujets, jusqu’à constater que c’était faux, partiel ou sans intérêt, car contredit par les faits.

      Les politiques sont piégés d’une part par leur amateurisme scientifique, technique et même organisationnel et d’autre-part par l’hystérie qu’ils génèrent dans la population. Sans même parler du changement des priorités à l’approche des élections…

    • Le problème sur la létalité du Delta c’est qu’on est (encore !) dans des approches théoriques, personne ne voulant de l’empirique « presque pur » ou « pur » (entendre non-paramétrique et « model-less »).
      On a donc grosso modo deux écoles : l’une suppose les vaccins très efficaces et constate que « malgré les vaccins top moumoute il y a encore des morts » donc le Delta est très méchant. L’autre postule que les vaccins ne marchent pas du tout. On a nettement moins de morts par cas, donc Delta est presque gentil.
      La vérité est difficile à mesurer dans un contexte de vaccination très majoritaire mais surtout sur les populations à risque et qu’on ne veut (comme l’auteur de l’article) surtout pas avoir l’air de critiquer. Il semble bien qu’en utilisant des méthodologies et des échantillons « pas trop pourris », on trouve que les vaccins anti-covid basés sur l’ARN sont « pas super efficaces contre la contamination, mais un peu, mais pas longtemps » et finalement pas du tout aussi « efficaces contre les formes graves » que vendu au peuple (même médecin). Donc le Delta est sans doute pas trop virulent.

      Après si on veut faire de la théorie sur la virulence dans le temps, les approches évolutionnistes font autant sens que celles de Balloux. Mais elles ont le (petit) avantage de bien mieux coller à la réalité observable des autres épidémies virales ayant existé… Ce qui ne garantit pas que ça soit le cas ici aussi.

      Les données, par contre…

  • la santé est de fait « planifiée » en France.. et le plan c’est la prétention à la juste spéculation de l’état planificateur.. le plan d’etat , LE plan pas MON plan….

    le monde libre le c’est des tas de plans reposant sur la spéculation des individus.

    et quand le monde réel ne suit pas le plan… le planificateur fronce les sourcils et accuse le planifié..

    que des hôpitaux débordent est quasiment inévitable…parce que TOUT prévoir est simplement trop cher. et oui la santé ça a un cout..et oui faire des choix est inévitable…

    la grand problème est que la crise passée on n’aura titré aucune leçon et on va s’enfoncer encore plus profondément dans le mythe de l’etat qui nous protège de tout.. on va faire un plan épidémie, qui va supposer que la prochaine épidémie sera conforme au plan… on entend déjà le « plus de sous pour les hôpitaux ».. qui fait écho à plus de sous pour l’education comme « solution » à nos résultats dans les classements où l’on va de mal en pisa..

    sauf qu’ affamer le gamin et baisser le chauffage pour pouvoir payer le précepteur n’est pas nécessairement uns bonne idée;.les sous ne tombent pas du ciel…assurer l’avenir du gamin passe d’ABORD par assurer qu’il y arrive.

    le plus ridicule est la banalité crasse de ce virus!!!! mon dieu il mute!!! quelle surprise!!!! , il est intelligent parait il , voire diabolique, certainement chinois ou puisque chinois…

    c’est une grippe sur-vitaminée mais bien entendu « incomparable » à la grippe..

    macron agit!!!! son problème est qu’il prétend ne pas agir à vue et à court terme..il prétend contrôler le virus…or non le virus et l’épidémie, on les subit pour l’essentiel..

    et oui en France dans un pays dit moderne, et encore « riche » , la possibilité un jour que les hôpitaux ne soit pas en mesure de vous soigner et donc de mourir existe..en fait , c’est normal , des tas de gens meurent pour des raisons de moyens..et d’argent …rien de scandaleux en soi..

  • Bayrou termine sa carrière de façon peu glorieuse.
    Il a tellement peur de se faire voler la vedette par Edouard Philippe qu’il est prêt à tout pour exister !
    Cette crise nous aura démontré qu’il n’est pas nécessaire de voter pour des partis extrémistes pour que nos libertés soient menacées.
    Je n’entends aucune voix dans les partis réputés respectables pour s’opposer à cette dérive très inquiétante.
    La tutelle de la Commission européenne n’y est sans doute pas pour rien.
    Songeons aux conséquences de l’interdiction des moteurs thermiques dans les véhicules neufs à partir de 2035.
    Comment vont vivre les Français des zones rurales, eux qui n’ont déjà plus ni commerces ni médecins ?

    • Le truc c’est que si ce n’était lui, ça serait quelque autre politocard naphtaliné… Les médias le mettent en avant non pas parce qu’il a du poids mais parce qu’ils veulent ce qu’il raconte.

      C’est comme les « scientifiques », les « experts ». Il semble n’exister dans certains domaines une forme étonnante (pour qui connaît le monde académique) de quasi unanimité. En fait c’est faux, juste qu’on ne tend le « gros micro mou » (TM H16) qu’à ceux qui ne diront que ce que les journalistes veulent, plus à quelques autres qui font suffisamment « gourou » ou « fou fou » ou « extrémiste » pour que le spectateur voie bien qu’il n’est pas crédible et juste un faire valoir utile.

      Pourtant des médecins, des virologues, pas du tout convaincus par l’innocuité et l’efficacité des virus anti-COVID, il y en a des paquets. Des épidémiologistes qui pensent que cette stratégie du tout vaccin avec contrainte ne peut pas marcher, c’est pas si rare. Des climatologues qui pensent que le climat a toujours varié et que si on ne peut pas exclure une petite contribution du CO2 anthropique l’évolution actuelle des climats n’a rien de préoccupant, c’est loin d’être rare… Seulement ils ne passent pas a la télé (et s’ils y passaient ils n’oseraient sans doute pas dire ce qu’ils pensent… il faut bien continuer à publier, pour manger, mon bon monsieur).

  • Supprimons le principe de précaution et le problème sera résolu. Nos élus ne se feront pas attaqués en justice au nom de ce principe et auront plus de flexibilité.
    Quant à Bayrou, qu’attend il pour partir à la retraite ? Ses indemnités de fonction sont elles si élevées qu’il ne veuille partir ?

    • JR , si bayrou part à la retraite , on ne parlera plus de lui , et cabotin comme il l’est ….

    • Il est retraite depuis des années mais comme pour tout le monde sa retraite ne lui suffit pas.. Il doit entretenir des danseuses sans doute, enfin, des pouliches… Et puis, tant qu’on est vivant…. Franchement on n’a pas ce reproche à lui faire, il a bien d’autres tares même si il a pu être utile au Béarn.. Et oui, les béarnais l’aime bien.

    • C’est pas le principe de précaution qu’il faut supprimer… C’est le principe d’action politique étatique (ou de politique étatique tout court).
      De toutes façons ils s’agitent et légifèrent dans tous les sens pour avoir l’air de faire quelque chose. Puisque faire quelque chose est le meilleur moyen pour qu’on parle de vous, et que quand on parle de vous (en bien ou en mal) vous êtes plus connu et avez donc plus de chances d’être élu…

  • Bayrou……. Que dire de ce type, grand navigateur en eaux troubles , n’a pratiquement jamais travaillé, n’a que les idées qui vont bien pour son plan com, son plan de carrière, ne pas aller à contre courant.
    Alors, il est pour la vaccination obligatoire, un peu tard, les vaccins sont tous dans les choux, comme le virus.

  • Pour prendre leur injection, il faudra d’abord qu’ils me mettent une balle. J’ai été content de vous connaître.

    • Ils se contenteront de vous priver de vos ressources. Voyez quel niveau atteignent les amendes annoncées en Autriche et n’oubliez pas qu’en France, les citoyens ont permis à l’État de piocher directement dans les comptes bancaires des « assujettis ».

      Notez que certains se feront probablement tuer par balles si cette course abjecte tyrannie.

      • Ouvrir un compte au Luxembourg est devenu un jeu d’enfant.
        Tout à fait légal à condition de le déclarer, et j’oubliais: particulièrement difficile à saisir.

        • Étant Belge et ayant travaillé 25 ans en institutions financières ayant des succursales au Gran-Duché, je suis bien d’accord avec vous.
          Cependant, il y a fort probablement une grande majorité des Français qui ignore cette possibilité ou pense que ce n’est pas pour eux.

    • Message parti prématurément, pardon.

      … si cette course abjecte vers l’avenir tyrannie se poursuit.

    • Décidément, le « correcteur » et le clavier du portable sont redoutables.
      L’article « la » s’est transformé en « l’avenir ». Désolé.

    • Je prendrai aussi une balle. Peut-être pourions-nous la partager, la prendre à deux? Ou deux balles, chacun une ou deux fois?
      Une chose est certaine : je ne m’abaisserai pas. Quitte à prendre une balle.
      Mais pour éviter une balle, il y a de multiples moyens. Sans se compromettre.

  • Pourtant la mesure existe 2 mandats electifs max de quelque nature que ce soit. Ensuite retour au boulot

    • Ça et la suppression de toutes les subventions à la presse, de tous les avantages fiscaux pour les journalistes… et de tous les achats de presse/publicité par les administrations.

  • Merci pour le commentaires. Je me permets de signaler une coquille : 138 personnes étaient en réa quand j’ai écrit l’article et elles sont 155 à l’instant. Fasse que les prédictions soient fausses à nouveau…

    • « Fasse que les prédictions soient fausses… ».

      Prophétie autoréalisatrice.

      Par l’incitation au dépistage pour les cas, par le séquençage pour les malades.

      • Oui, encore que… je songeais en fait à la baisse spontanée de la létalité, dont la variant Omicron semble attester et aux erreurs systématiques depuis 18 mois. Les logiciels de simulation de répartition par compartiment sont fiables à échéance de 15 j selon leurs concepteurs!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christian Monson.

En 1939, l'Allemagne avait un PIB de près de 400 milliards de dollars, ayant dépassé l'URSS pour en faire la deuxième économie la plus puissante du monde, derrière les États-Unis. En 1946, après des années de guerre, le PIB de l'Allemagne était tombé à seulement 160 milliards de dollars, soit moins que le Royaume-Uni et la France. La production alimentaire avait été réduite de 50 %, le parc immobilier de 20 % et la production industrielle de 33 %.

Pourtant, en 1955, le PIB allemand était revenu à près de 40... Poursuivre la lecture

Je ne sais si nous aurons froid cet hiver par manque de gaz et d'électricité - la faute au covid et à la guerre russe en Ukraine, et c'est tout (sic), d'après nos dirigeants. Mais nous sommes d'ores et déjà saisis d'un tournis épouvantable par le seul fait de suivre les oscillations frénétiques du discours gouvernemental sur la question, entre rassurance pas très sereine sur les approvisionnements en énergie, alarmisme hyperbolique d'Emmanuel Macron et prétexte inespéré pour obtenir une baisse des émissions de CO2. Petit condensé des déclarat... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles