Pourquoi le gouvernement ne craint plus les Gilets jaunes

Le contexte actuel évite un retour majeur des Gilets jaunes offrant au gouvernement peu de craintes en la matière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by ev on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi le gouvernement ne craint plus les Gilets jaunes

Publié le 31 octobre 2021
- A +

Par Samir Ayoub et Luc Meunier.

Le prix du carburant a atteint un niveau record à la pompe dépassant ainsi celui de 2018, qui avait déclenché le mouvement des gilets jaunes. Or, malgré les récents appels des leaders historiques pour reprendre le mouvement et une forte activité sur les réseaux sociaux, le bilan des premières mobilisations reste relativement mitigé.

Parallèlement, le gouvernement vient d’annoncer « une indemnité inflation » de 100 euros par personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois.

Cette indemnité est supposée compenser une hausse du prix des carburants et de certaines denrées alimentaires. Cette mesure à 3,8 milliards d’euros est à caractère non immédiat, puisque le public ciblé n’en bénéficiera au plus tôt que fin décembre.

C’est une mesure forte en symboles d’un gouvernement en apparence confiant, certainement rassuré par la faible mobilisation des Gilets jaunes. Il y a fort à parier qu’une attitude si bravache n’aurait pas été adoptée si le mouvement avait réellement été de nature à impacter le cours de la campagne présidentielle.

Alors pourquoi la mobilisation des Gilets jaunes peine-t-elle à reprendre ? En sera-t-il ainsi jusqu’à la fin de l’année ? Deux explications peuvent être avancées, une première d’ordre économique et une seconde d’ordre psychologique.

Un contexte économique plus rassurant  

La première explication est d’ordre économique. Avec une croissance annoncée de 6 % et un taux de chômage au plus bas, le contexte économique national est plutôt favorable. Le pouvoir d’achat des Français se porte d’ailleurs mieux qu’en 2018, malgré une perception inverse. Selon l’Insee, il est supérieur de 1,4 % à son niveau d’avant la crise économique.

De la suppression de la taxe d’habitation aux mesures de soutien aux entreprises pendant la crise covid, en passant par le bouclier tarifaire sur le prix de l’énergie, le gouvernement a œuvré concrètement en faveur du pouvoir d’achat. De plus, le « quoi qu’il en coûte » a montré aux Français que l’argent est disponible et facile d’accès.

Ensuite, les Français n’ont jamais autant épargné. Pendant la crise sanitaire ils ont épargnés plus de 150 milliards d’euros. Il s’agit bien entendu d’une épargne forcée due aux confinements successifs et d’une épargne de précaution.

Il n’en reste pas moins que cette épargne est disponible car majoritairement orientée vers les comptes courants et les livrets d’épargne. Ce bas de laine agit comme un airbag face à la hausse du prix des carburants.

Enfin, la possibilité du recours au télétravail et l’acculturation progressive des entreprises à cette pratique atténuent l’effet de la hausse du prix des carburants.

Nouvelle normalité et moral en hausse

Le second facteur pouvant expliquer que le mouvement des Gilets jaunes n’ait pas repris est psychologique. La crise du covid n’est pas encore derrière nous. Ce contexte d’incertitude et de peur est malheureusement devenu la norme et le nouveau point de référence pour beaucoup de Français.

Comme le soutiennent la plupart des modèles économiques comportementaux – dont la théorie des perspectives qui a valu un prix Nobel à son auteur Daniel Kahneman– les comportements des consommateurs dépendent très fortement du point de référence. C’est à celui-ci que vont être comparées les nouvelles situations, les perspectives.

Qu’on le veuille ou non, cette normalité et donc ce point de référence ont été bouleversés sur les deux dernières années.

Dans cette « nouvelle normalité » que nous vivons aujourd’hui, une augmentation du prix de l’essence apparaît relativement bénigne à l’aune de la crise du covid, ses 118 000 morts et ses impacts durables sur toute la société.

Notons à ce titre que selon les derniers chiffres de l’INSEE, le moral des Français est en hausse en septembre. Preuve que les ménages se montrent plus confiants sur leur niveau de vie et la situation économique du pays à venir sur les douze prochains mois. Ce fait suffisamment rare pour être signalé.

Dans ce contexte d’optimisme, alors que 94 % des Français se disent favorables à la baisse des taxes, le gouvernement opte pour une « indemnité inflation ». Les autorités font donc un pari politique et écartent pour le moment l’idée de réformes de fond en termes de taxation.

Cette solution, certainement plus facile à mettre en place qu’un « chèque carburant », enjoint les bénéficiaires à patienter jusqu’à la fin de l’année alors que les spécialistes s’accordent à dire que le prix des énergies et des matières premières continuera à progresser.

Une fois encore, le « quoi qu’il en coûte » est à la manœuvre : seulement un milliard sur les 3,8 que coûtera cette mesure sera financé par l’excédent de taxe récupéré grâce à la TVA sur le prix des carburants. Le reste de la mesure devrait être financé par la croissance.

Un deuxième pari que fait le gouvernement sur l’avenir et une énième perfusion qui semble parfaitement assumée avant l’année électorale à venir.

Les Gilets jaunes ont-ils pour autant dit leur dernier mot ? Rien n’est moins sûr. L’hiver arrivant avec son lot de factures de chauffage, concomitantes aux fêtes de fin d’année et à la surconsommation qu’elles entraînent traditionnellement y compris pour les ménages les moins aisés, de nouveaux ralliements au mouvement ne sont pas à écarter.

 

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • Beaucoup de gilets jaunes « historiques » se retrouvent dans les mouvements antipass, visibles ou non. Ils dénoncent souvent la récupération des GJ par les groupuscules gauchistes et ne souhaitent plus y participer.
    Par ailleurs, il est exact que le rouleau compresseur de la « crise sanitaire » a habitué la population à obéir, à se terrer et, plus important que tout, a anéanti l’esprit de rébellion. Le pouvoir a tout loisir d’imposer ce qu’il veut et il ne va pas s’en priver.
    Je suis convaincu depuis longtemps que cette « crise sanitaire » est la réponse de la caste mondialisée aux mouvements populistes / patriotes qui avaient le vent en poupe jusque là. Ils ne s’en cachent même pas, d’ailleurs: le « monde d’après », mis en place à coup de QR codes, d’injections et d’écrasement des opposants est le monde dont ils prônent l’avènement depuis longtemps.

    • Il ne faudrait pas oublier que ce « monde d’après » boosté grâce aux applications numériques est extrêmement fragile et pourrait être facilement paralysé par une destruction ciblée des nœuds de communication internet par des organisations terroristes. Parallèlement, cette crise peut être favorable au développement d’une économie souterraine évitant et court-circuitant les réseaux traditionnels. La combinaison des deux priverait la caste mondialisée de ses moyens d’action en créant un chaos mondial. Je ne dis pas que c’est souhaitable ( le chaos), mais c’est une évolution plausible et effrayante! CMEF ( ce monde est foutu)!

      • « destruction ciblée des nœuds de communication internet par des organisations terroristes. »

        En tant que professionnel, je demande vraiment à voir. Vous arriverez sans doute à ralentir quelque peu à coup de DDOS quelques pans de l’Internet, mais on ne casse pas comme cela un réseau censé être résilient à des attaques nucléaires.

        Mais je suis d’accord avec sur le second point: l’Internet offre un espace de Liberté sans aucune mesure, et qui peut parfaitement accompagner un exil intérieur.

        • « En tant que professionnel, je demande vraiment à voir. »
          Vraiment, en tant que professionnel, je ne vous souhaite pas de VOIR cela un jour. Cependant « le pire n’est jamais sûr mais fortement probable » comme dit le proverbe! C’est comme les accidents d’avion: les ingénieurs et les programmeurs professionnels avaient out prévu….. sauf l’imprévu! Comme le Rio Paris, les accidents des 737MAX etc….. Il ne faut jamais dire JAMAIS! Et seuls ceux qui ont douté un jour peuvent espérer des certitudes!

        • Il y a eu récemment une émission sur la fragilité d’internet dont 80% des communications passent par des câbles sous-marins (régulièrement réparés suite à diverses avaries: chaluts, ancres, mouvements telluriques etc….). Mais l’émission pointait que la vulnérabilité principale n’est pas sous les océans, mais plutôt aux points d’arrivée intercontinentaux qui centralisent un grand nombre de câbles, et qui pourraient facilement être mis hors service.

        • Si j etais un terroriste, je m embetterai pas a attaquer les noeuds de communication ou les cales. je ciblerai les serveurs (genre OVH a strasbourg mais en + grand). Voire encore mieux, je ferai tomber le reseau electrique (pas tres compliqué de faire sauter transfo et plylones). Ca fera bien plus de degats (plus d ascenseur, plus de transaction dans les commerces (les caisses enregistreuses sont electriques), plus d essence (les pompes) ni des cash (distributeurs))

    • Quand vous écrivez « crise sanitaire » avec des guillemets, tout est dit : ce virus, certes agressif, qui provoque une maladie certes à prendre au sérieux, ne justifiait absolument pas la « situation de crise » et même de « guerre » dans la quelle beaucoup de gouvernements, en particulier le gouvernement français, ont plongé leur pays. Il fallait juste faciliter le travail des médecins et autres soignants, et aider ponctuellement l’hôpital à faire face, quitte à mettre sur pied des hôpitaux de campagne comme l’ont fait certains pays.
      Ce virus a été et est encore le prétexte rêvé pour à la fois détourner l’attention de la population des autres (vrais) problèmes, et rendre beaucoup plus difficile l’organisation de l’opposition, avec des réunions soumises à toutes sortes de conditions voire d’interdictions pures et simples.
      Je n’irai pas jusqu’à dire que tout cela était planifié, je n’en sais rien – l’hypothèse d’une fuite du labo de Wuhan semble de plus en plus prise au sérieux, attendons la suite – mais que les politiciens de beaucoup de pays aient saisi la balle au bond pour affermir leur pouvoir me semble évident. Avec effectivement des mesures de traçage/contrôle allant dans le sens du « monde d’après » désiré par beaucoup d’entre eux. Voilà même qu’on entend parler de limitation drastique du droit de propriété et de revenu universel, sans parler de passeports intérieurs basés sur la conformité aux lubies (ou prétextes ?) écolos de l’époque.

    • « Je suis convaincu depuis longtemps que cette « crise sanitaire » est la réponse de la caste mondialisée aux mouvements populistes / patriotes qui avaient le vent en poupe jusque là »

      Ben, c’est plutôt raté. En France en tout cas. Jamais le bloc patriote/souverainiste (Le Pen + Zemmour + DA) n’a été aussi haut en France.
      Rien de tout ceci ne me semble avoir été planifié. Peut-on imaginer que la « caste mondialisée » réclame à la Chine un plan mondial de contamination virale.
      Au contraire : la Chine s’est fait déborder avec ce qui est le plus probable aujourd’hui, une fuite accidentelle de labo et a tenté de mettre la poussière sous le tapis avant d’avertir les autres pays du danger. Et, complètement paniqués, nous avons tâtonné jusqu’à pouvoir utiliser tous les « outils » dont nous disposions, sur le plan sécuritaire ou technique.
      Le danger aujourd’hui est que le peuple lui-même risque de s’y être accoutumé. Il suffit de constater le % de gens qui sont pour le pass. Et de se dire qu’un jour ou l’autre, des craintifs voudront qu’on les protège aussi de la grippe…

  •  » Le pouvoir d’achat des Français se porte d’ailleurs mieux qu’en 2018, malgré une perception inverse. »
    L’auteur peut-il me dire de combien nos retraites ont augmenté depuis 2018? Perso, elle n’a pas monté d’un iota!
    Donc si c’est vrai c’est que des biens « essentiels » (selon la formule en vogue depuis 2020) ont vu leur prix baisser: comme le gaz, les carburants, les restaurants,les fruits et légumes etc…..
    Ma perception inverse doit être défaillante, mais je me sens exclus du bien-être ambiant et de l’accroissement moyen du pouvoir d’achat!

    • Avoir confiance en l’INSEE pour le calcul du pouvoir d’achat va bientôt être comme avoir confiance en la Pravda dans l’ex-URSS. Charles Gave, à partir d’une approche plus simple et plus pragmatique, notamment concernant les ménages les moins aisés, montre qu’au contraire l’inflation qui arrive aura de très fortes répercussions sur le niveau de vie de beaucoup de Français (et l’aumône gouvernementale de 100 euros n’y changera pas grand-chose).
      De toute façon, quand un gvt passe son temps à mettre des bâtons dans les roues de ceux qui produisent de la richesse, et la crise fabriquée du Covid a encore été et est encore l’occasion d’en rajouter une couche, le pays ne peut que s’appauvrir, donc le pouvoir d’achat baisser. Une info a circulé ces derniers jours disant que le nombre de Français vivant sous le seuil de pauvreté est passé de 9 à 12 millions depuis l’élection d’E. Macron. J’ai du mal à croire que cela ne se traduise pas en parallèle par une baisse du pouvoir d’achat moyen, ou alors certains ont profité royalement de sa présidence.

    • @C2MR.
      Je suppose que vous coulez augmenter les impots. C est rare sur un journal liberal
      Car il faut etre clair, plus de retraités (baby boom + esperance de vie) c est plus d impots pour les actifs sans meme augmenter les pensions.
      Mais la ou il y a de la gene, il n y a pas de plaisir !

      • C’est surtout rare sur un site libéral de trouver un commentaire comme le vôtre! Vous supposez mal ( ce qui est déjà bizarre pour un prétendu libéral d’attribuer à quelqu’un des intentions sans preuve!). Si vous ne voyez comme solution au problème que la hausse des impôts,vous êtes hors sol!
        Quant aux retraités ( trop nombreux et qui vivent trop longtemps si j’ai bien compris votre propos), pour être clair comme vous dites, il faut savoir que ceux du privé ont COTISE dans le cadre d’un système de Ponzi ( la répartition, que vous semblez critiquer à juste raison), sans en avoir le choix, et que ce « pseudo contrat » leur ouvre des droits à pension ( souvent misérable – retraite sécu- et complétée par les complémentaires). Si ce mode de financement ne vous convient pas, faites le changer en allant voter ou en prenant un mandat électif!
        Je vous rappelle aussi que les retraites des agents du service public ne sont pas financées par des COTISATIONS, mais par l’IMPOT (payé par moins de 50% des français), mais aussi par la dette que notre système laissera à la charge des générations futures! Mais apparemment ça ne vous gène pas que ces mêmes retraités du public bénéficient de régimes spéciaux de retraite! Je me considère comme libéral, et ça ne me gène absolument pas d’exiger de l’Etat qu’il tienne ses engagements vis à vis des retraités du baby boom, puisqu’il a exigé de prendre seul la responsabilité des moyens de financement ( la répartition). Sachez également que je ne tire aucun plaisir de ce système qui pressure les actifs de moins en moins nombreux pour un nombre croissant de pensionnés! On connaissait malheureusement l’arrivée de ce problème lié à l’évolution démographique, à la désindustrialisation de la France, et aux promesses électorales jamais tenues car intenables sans une réforme de fond du système!
        Alors, vos suppositions à deux balles…….!!!!!!!!!!!!!!!

  • tant que l’argent coule à flot , il y aura un semblant de paix sociale ;

  • Il me semble que le pouvoir d’achat que je qualifierais plutôt de vouloir d’achat est passer après le pouvoir identitaire face au grand remplacement de notre civilisation judéo-chrétien occidentale

    • Le pouvoir d’achat (ou le chômage ou…) a tjs été devant les craintes de l’immigration.
      Et ce dernier point n’a jamais vraiment été au coeur des préoccupations affichées par les GJ.

  • Le gouvernement ne craint plus les gilets jaunes, ni qui que ce soit d’autre : maintenant, ils ont tous les outils pour éteindre les incendies dès les premières fumées.
    Un exemple ce weekend en Bretagne : le préfet a interdit les rave-partys dont les forces de l’ordre ont entendu parler sur les réseaux sociaux (et oui, on n’arrive pas à suivre correctement les fichés S mais par contre les teufeurs on leur colle au slip). Il a aussi interdit la vente d’alcool dimanche et lundi sur la région de Rennes, par « crainte des débordements ».
    Le message est clair : vous avez le droit de ressentir un peu de joie seulement quand et où le gouvernement vous en donne le droit.
    Et pourtant, personne n’a bronché. Il y a quelques années, interdire la vente d’alcool en Bretagne lors d’un weekend rallongé, c’aurait été un coup à déclencher une révolution : gilet jaune, bonnet rouge, caleçon vert, tous dans la rue !
    Là, rien de rien.
    Les gens ont sagement suivi les consignes, sans broncher.
    Et maintenant que l’hiver arrive, on va avoir droit à des courbes qui font peur, donc une augmentation des consignes sanitaires, donc une restriction supplémentaire de nos droits fondamentaux, donc encore moins de chance de voir un mouvement de contestation.
    Il aurait fallu se réveiller bien avant malheureusement.
    LREM 2022 : une autoroute bien droite, balisée depuis longtemps, et interdite aux autres véhicules que la limousine royale.

    • Les GJ ne retrouveront jamais le devant de la scène, justement parce que leur seul programme serait de permettre les débordements alcoolisés les weekends prolongés et de bloquer les honnêtes citoyens pendant des heures le samedi après-midi en criant « Liberté ! ».

      • « leur seul programme serait de permettre les débordements alcoolisés »
        Bien que n’ayant jamais été favorable à ce genre d’action, je pense qu’il faut reconnaître à l’origine du mouvement une motivation tout à fait réaliste qui aurait dû être prise au sérieux par le gvt. Mais il a préféré envoyer ses casseurs pour discréditer le GJ et leur coller l’image que vous évoquez! Et effectivement les GJ convaincus du début du mouvement ne referont sans doute pas la même erreur. (les considérer comme des demeurés incapables de réfléchir me semble bien présomptueux alors qu’ils étaient soutenus au départ par des professionnels parfaitement intégrés dans la société civile).

        • Oui, leur programme ne se résume peut-être pas à ça, mais ils n’ont pas profité de leur exposition médiatique pour montrer autre chose, et maintenant l’occasion ne se représentera pas.
          Ce ne sont pas les casseurs qui les ont définitivement grillés, c’est, je persiste, leur conception que le problème ne survient que quand le quoi qu’il en coûte ne frappe pas que les autres, les riches, ceux qui peuvent et doivent payer.
          Il leur faudrait demander des abolitions de charges au lieu des exemptions, parce que le soutien ne peut venir de ceux qui n’auraient droit à rien parce qu’ils ne seraient pas « bons GJ ».

  • Il faut se souvenir du pourquoi du déclenchement de cette crise :
    – le 80 km/h
    – le CT durci
    – la TC qui flambe.

    Le 80 km/h est partiellement et progressivement supprimé dans de plus en plus de départements.
    Le CT moto a été ajourné sine die par le président lui-même, avouant qu’il faut arrêter d’emm.rder les Français.
    Le prix des carburants a été bas pendant la crise sanitaire, et dès sa remontée, le gouvernement fait un geste.

    Macron donne donc l’impression d’avoir compris que la voiture et la moto sont désormais à respecter sinon à sacraliser. D’autant que sur d’autres fronts, comme l’interdiction des vieux véhicules dans les ZFE, on risque de nouveau une sacrée fracture sociale…

    • Autre motif du « calme »: l’augmentation de 2021 est dûe aux producteurs étrangers et on manifeste difficilement contre l’étranger. En revanche, l’augmentation de 2018 était provoquée par une augmentation des taxes, goute d’eau supplémentaire qui a fait déborder le vase.

  • « l’aune de la crise du covid, ses 118 000 morts »

    Je réfute catégoriquement ce chiffre.

    • On doit pas en être loin si on additionne :
      – ceux qui sont morts du Covid,
      – ceux qui sont morts d’autre chose (grippe, vieillesse, infarctus, chute…) en étant positifs au Covid,
      – et ceux qui sont morts des effets des mesures sanitaires (personnes âgées privées de tout contact humain, suicides en confinement…) ou des rares effets secondaires des vaccins.

  • Je ne sais pas pour les autres, mais pourquoi je me déplacerais pour manifester aujourd’hui alors que le 10 avril prochain je pourrai exprimer mon désaccord en une seule sortie et un seul geste ?

    Et surtout plus efficacement que de se les geler à faire le pingouin sur un rond-point ?

    Par de raison que je prenne un chamallow aujourd’hui quand je peux en avoir deux dans 6 mois…

  • « Un deuxième pari que fait le gouvernement sur l’avenir »…

    depuis le temps qu’il fait des paris…. et qu’il les perd, on comprend qu’il n’a rien appris!
    Ou alors il est comme ce fou qui mettant une pièce dans le distributeur de boissons recommence chaque fois que tombe une canette! A son voisin étonné qui lui demande pourquoi? Il répond: tant que je gagne je joue! ( pour le gvt remplacer gagner par perdre)!

    • Le gvt, c’est le casino, les parieurs, c’est nous, le casino gagne toujours.

      • Ou bien le gouvernement est le parieur, mais il joue n’importe comment parce qu’il s’en fout, vu que ce n’est pas son argent mais le nôtre.
        Et en plus, il reçoit probablement des dessous de table de la part du casino pour continuer à ramener du pigeon à plumer.

  • Glandeur Jaune un jour, Glandeur Jaune toujours !

  • Article vraiment optimiste, pour ne pas dire aveugle. Evidemment, si on s’en tient aux chiffres gouvernementaux (insee), la France a belle allure. Record du baisse du chômage record du rebond du PIB, record dans la maîtrise de l’inflation (2 fois moins que nos voisins). Avant nous, l’Urss, la Pravda, le Vénézuela, voire la Grèce ont paradé statistiquement parlant. Entre la minoration de l’inflation, la chute du commerce extérieur, le poids croissant de l’activité non marchande (autrement dit étatique), quand on gratte un peu, le monstre apparaît. Mais manifestement l’auteur goûte avec plaisir le rose gouvernemental.

  • on peut comprendre que ceux qui ont perdu un œil la première fois n’ont pas envie de perdre le deuxième…

  • Il y a peut-être une autre raison, plus pragmatique.
    Les gilets jaunes ont manifestés, se sont bougés, largement au départ par réaction contre des restrictions légales (principalement le passage à 80km/h sur les routes et les taxes sur le diesel). Il y a eu une réponse à ce « laissez nous vivre tranquille, arrêtez d’emmerder les français des banlieues et des campagnes » :
    – récupération par les mouvements gauchistes qui ont rapidement été les seuls « GJ » à avoir une présence médiatique
    – mise en place d’un comité Théodule citoyen qui a débouché sur des trucs « écolo-conscientisés » à l’oposé polaire des revendications initiales des GJ.
    – En bref, noyage de poisson et noyautage de mouvement généralisé.

    A quoi bon recommencer ? Je sais bien qu’on explique partout que ces Gilets Jaunes, ces français des campagnes et des lointaines banlieues sont des idiots, des ignares, des moins que rien… mais je suppose qu’ils ne sont pas idiots, comme tous les humains, hormis les socialistes, fonctionnaires et politiciens. Si quelque chose n’a pas marché une fois, pourquoi recommencer ? les manifs anti-pass ont bien confirmé que pour une fois, le gouvernement ne tient pas compte de « la rue »… puisque les médias sont orientés dans son sens.

    Les anciens gilets jaunes feront peut-être quelque chose, mais ce sera sans doute différent…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles