Le Pass sans fin

Le pass sanitaire pourrait être prolongé jusqu’à l’été prochain alors que le niveau d’infections lié au Covid-19 est tombé à un niveau relativement bas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gabriel Attal chez Europe 1 sur youtube https://www.youtube.com/watch?v=nm98TVlq7Ds

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Pass sans fin

Publié le 30 septembre 2021
- A +

Par Yves Bourdillon.

Vous aviez cru que le pass sanitaire serait supprimé comme promis le 15 novembre et que vous pourriez, selon la formule consacrée, « reprendre une vie normale après la campagne de vaccination de masse » ? Raté. C’était un leurre. Le porte-parole du gouvernement a annoncé ce mercredi 29 un projet de loi donnant la possibilité de rétablir le pass, normalement suspendu le 15 novembre à tout moment… jusqu’à l’été prochain.

Alors que les flux d’infections ont été divisés par trois depuis fin août et ceux des décès par deux, pour tomber au niveau relativement bas de respectivement 6000 et 60 par jour.

Une prolongation injustifiée

La crainte d’une saturation des services de soins intensifs, mise en avant pour justifier l’instauration du pass le 12 juillet, est on ne peut moins d’actualité puisqu’ils ne comptent plus que 1800 patients covid. Un chiffre qui recule de 40 patients par jour actuellement, au point qu’il ne serait pas impensable qu’il soit tombé à presque zéro le jour où le pass sera prolongé…

Un éventuel prolongement dans ces conditions discrédite complètement l’argumentaire de l’exécutif selon lequel, pour reprendre les mots du ministre de la Santé, Olivier Veran, en juillet, le pass ne serait « pas maintenu une minute de plus que nécessaire » au vu des indicateurs épidémiques. Le gouvernement excipe désormais d’un risque de reprise de l’épidémie cet hiver, ou au printemps, dont on ne peut évidemment rien savoir. Troublante évolution de l’argumentaire donnant l’impression qu’il est un arbitre de foot changeant les règles et bougeant les poteaux en plein match.

Surtout, un prolongement du pass n’a pas grand sens sur le plan prophylactique, puisqu’il visait avant tout à obtenir que la plupart des Français soient vaccinés. Le résultat est atteint désormais (même si son rôle dans cette affaire ne saute pas autant aux yeux que le prétendent les éléments de langage officiels comme l’indique cette courbe https://datavaccin-covid.ameli.fr/pages/type-vaccins/) : plus de 84 % de la population éligible est entièrement vaccinée et surtout, 92 % des personnes de plus de 65 ans, celles à risque important.

Or, qu’affirme le gouvernement pour motiver un prolongement ?

Qu’il faut pouvoir utiliser le pass « en cas de résurgence de l’épidémie ». Mais, à l’inverse d’un reconfinement qui serait rationnel sur le seul plan sanitaire (quoiqu’avec des résultats pas toujours convaincants au vu de comparaisons internationales), que serait censé obtenir le pass dans ce cas ? On va dévacciner les gens pour les revacciner ? Avoir à l’usure les 8 % de cas à risque récalcitrants ? Une sorte d’obligation vaccinale ciblée qui n’aurait pas grand-chose à voir avec la flambée épidémique évoquée.

Les problèmes éthique et juridique du pass

Rappelons au passage que si le pass constitue en fait une obligation vaccinale qui ne dit pas son nom, surtout avec la fin du remboursement des tests, cela pose un problème éthique et juridique.

En effet, les normes internationales, notamment la convention d’Helsinki, exigent un consentement « libre et éclairé » pour les injections en phase expérimentale, ce qui est le cas actuellement puisque les vaccins ont été homologués par l’Agence européenne des médicaments dans le cadre d’un « essai clinique », avec publication des résultats attendue entre mai 2022 et fin 2023.

Est-ce libre et éclairé d’être contraint de se faire vacciner pour ne pas perdre son emploi ?

La France pourrait donc être à partir de mi-novembre, avec peut-être l’Italie, le seul pays au monde à exiger un vaccin pour s’asseoir à la terrasse d’un café. En effet, contrairement aux éléments de langage des pouvoirs publics, l’alternative, le piège diront certains, n’est pas du tout « le pass ou le confinement », pour la bonne raison que 190 pays dans le monde, généralement moins vaccinés que la France, répondent « ni l’un ni l’autre ».

Le pass n’est pratiqué qu’en Europe (ainsi qu’en Israël, à New York et en Chine),et surtout pour des évènements sportifs et culturels à forte jauge. Il est requis dans les restaurants dans dix pays européens (Allemagne, Autriche, Grèce, Irlande, Pays Bas, Portugal, Slovénie, Tchéquie, Suisse), où au vu de la dynamique actuelle il sera sans doute levé d’ici mi-novembre.

Le projet de prolongement du pass n’a donc rien de prophylactique, mais tout de politique : puisque les Français s’y sont, pour la plupart, habitués et réclament parfois la vaccination obligatoire des derniers récalcitrants, il aurait désormais pour seul but de rassurer la population et surtout des dirigeants paniqués à l’idée qu’on puisse leur reprocher de ne pas avoir tout fait, quoiqu’il en coûte, quitte à prendre des mesures peu cartésiennes. Le pass semble être simplement devenu une sorte de doudou dont on ne parviendrait plus à se passer.

Bien sûr, ce projet de loi pourrait être censuré par le Conseil d’État, qui n’avait validé le précédent qu’à condition qu’il soit limité dans le temps. Hélas, comme disait Milton Friedman, « il est peu de choses plus permanentes qu’une mesure gouvernementale temporaire ».

 

Yves Bourdillon est journaliste au service international du quotidien Les Échos et vacciné depuis avril dernier.

[Texte corrigé le 30/09/2021 à 19h20]

Voir les commentaires (69)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (69)
  • le gouvernement veut s’identifier tout à fait au vaccin..

    « sans nous point de vaccin »,et il ne met pas en exergue n’importe quel opposant.

    il faudra bien qu’il soit associé au final avec un truc qui a marché..

    on en arrive à espérer que la vaccination soit un échec sur le moyen terme..

    faisons simple….si contaminer involontairement une personne est un crime _ il n’y pas pas de raison d’ailleurs que la gravité importe _à chaque nouveau contaminé faisons une enquête et « punissons ».

    on voit l’absurdité..chaque coupable est aussi un ancienne victime..

    • on pourrait ajouter l’aspect puant du pass.. exclure les impurs..

    • Contaminer involontairement est un crime dites vous ? demain vous avez une grippe hivernale, vous la passez à une personne fragile qui en décède comme plusieurs milliers chaque hiver alors si je suis votre raisonnement cela fait de vous un criminel! mesurez vous l’absurdité de votre raisonnement ?
      les vaccins ne sont pas fait pour éviter la propagation d’une épidémie ce que personne ne sait faire mais pour se protéger soi même. toute épidémie virale finit par se tarir elle même cf la grippe espagnole

    • Techniquement le vaccin « protégerait » des formes graves mais n’empêche pas d’avoir la maladie ni de contaminer (vérifié par des amis vaccinés qui se sont contaminés les un les autres).

      Le pass a deux actions
      – punir ceux qui ne se sont pas fait Vacciner,
      – limiter le contact dans les lieux publics entre les potentiels poteurs de la maladie (les vaccinés) et ceux qui ne sont pas vaccinés.

      C’est tout. Faut pas chercher autre chose.

  • pourquoi préciser à la fin de l’article « vacciné depuis avril » ?
    bientôt seuls les vaccinés auront le droit de s’exprimer ?

    • Je suis vacciné contre la grippe depuis octobre 2007 : ça marche aussi ?

    • Pour casser la propagande étatique qui cherche à faire croire que seuls les antivax extrémistes s’opposent actuellement aux mesures oppressives du gouvernement.

    • Medias et gouvernement tentent de discréditer les anti-pass en les traitant d’anti-vaxx.

      Bien sûr l’effet est l’inverse de ce qu’ils voulaient (depuis quand l’Etat réussirait-il quelque chose ?) puisque des gens tout à fait « pro-vaxx » en général en viennent à avoir des réticences et à conduire des calculs risque-bénéfice y compris sur d’autres vaccins que ceux anti-COVID…

  • Ce pass est une version numérique du carnet de vaccination, cette limitation dans le temps va donc sauter rapidement et n’existe que pour rassurer les électeurs. Avec un piqûre tous les 6 mois, pour le suivi ce pass semble obligatoire. Reste l’usage que veut en faire le gvt et là , ça craint, sauf si le CC donne enfin son veto. Un juge vient de l’interdire à Rio pour des raisons d’apartheid et d’étoile jaune.

    • Reste l’usage que veut en faire le gvt et là , ça craint

      On a de bonnes raisons de croire – sachant que les Français y ont adhéré majoritairement – que le pass va être non seulement maintenu, mais que son usage va être élargi, probablement au bilan carbone des gens (c’est tendance), et de plus en plus jusqu’à devenir une forme de contrôle social à la chinoise.

    • Grosse, énorme différence… Le carnet de vaccination est conservé par le vacciné et lui seul. Personne d’autre ne sait s’il est ou pas vacciné.
      Le « pass » et les certificats de vaccination COVID sont eux centralisés, et publics. Pour le COVID, n’importe quel médecin peut aller voir si vous êtes vaccinés, quand, par qui, avec quel produit. Pour les autres vaccins, même obligatoires, même votre médecin traitant ne peut le savoir que si vous lui montrez votre carnet de santé. S’il en prend note et conserve cette info par devers lui, il commet un délit…

      Non, ce pass est une abomination qui force des tas de gens à violer des tas de lois ( secret médical, refus de vente, discrimination à l’emploi sur base médicale, etc.) pas une « simple version numérique » d’un truc pré-existant.

  • « Bien sûr, ce projet de loi pourrait être censuré par le Conseil d’État »
    On peut toujours rêver mais je n’y crois guère, s’il l’a validé une fois, il n’y a aucune raison pour qu’il ne récidive pas cette fois-ci.
    Le gouvernement nous ment une fois de plus, il peut tout se permettre puisqu’il n’existe plus aucune opposition dans ce pays !
    La seule raison pour que Macron se dégonfle d’ici le 15 novembre, c’est la flambée des prix de l’énergie.
    Je sais, ça n’a rien à voir avec la crise sanitaire mais le risque social va rapidement devenir explosif !
    Il est temps que ce pouvoir s’occupe de tous les Français et pas seulement des plus trouillards !

    • Ce gouvernement ne fait que mentir et se renier : une illustration de plus !
      Ce gouvernement ne fait que piétiner les lois et les engagements internationaux : une illustration de plus.
      le cliquet coercitif continue de se serrer pour la plus grande joie des fonctionnaires qui nous gouvernent.
      Reste-t-il quelqu’un pour arrêter cette course à la folie ?

    • « s’il l’a validé une fois, il n’y a aucune raison pour qu’il ne récidive pas cette fois-ci. »
      Il l’a validé une fois pour une durée déterminée avec une date de fin au 15/11/2021. Il n’a aucune raison de le valider pour une nouvelle durée si les arguments sanitaires ne sont pas là!

      • Bah le CE l’avait validé le 6 juillet sous forme « +1000 personnes » en arguant explicitement que c’était parce que ça ne concernait pas la vie quotidienne : faire ses courses, aller au restaurant, au bar ou se faire soigner. Tout ça pour, trois semaines plus tard à peine, ne pas voir de problèmes à ce qu’il s’applique à… faire ses courses, aller au restaurant, au bar ou se faire soigner.
        C’est un ramassis de politiques sans vraie connaissances juridiques et de juges à carrière purement politique, qui ne veut qu’une chose : ne pas déplaire au pouvoir en place pour avoir des prébendes, des cures et des offices bien payés.

  • Il fallait être naÏf pour ne pas croire que cette prolongation était déjà dans les cartons …

  • Nous avons une constitution qui, en principe, aurait du nous protéger de toutes ces dérives. Mais la république des juges, non élus, a permis à ce gouvernement de déraper, glisser vers un dirigisme nauséabond. L’oligarchie socialiste contrôle tout: le pseudo conseil scientifique, l’illégal conseil de défense, les ARS, l’APHP, les ministères et l’assemblée. Notre santé s’est décidée au niveau gouvernemental et pour la première fois un gouvernement a interdit aux médecins de soigner les malades.
    Cet entre-soi des élites socialistes va continuer de plus belles sauf si elles n’arrivent pas à embobiner une fois de plus les français aux prochaines élections.

    • Si avoir une Constitution protégeait vraiment de quoi que ce soit, ça se saurait.

      • Cela dépend de ce qu’on met dans cette Constitution.
        La nôtre n’est plus qu’un tissu de verrues contradictoires et bavardes: c’est une non-constitution laissant le champ libre à un « Conseil Constitutionnel » composé de politiciens recyclés.

      • Les Suisses la respectent. C’est donc possible.

        • Si ça marche chez eux, c’est à cause de leur Constitution ? Ca ne serait pas plutôt que les Suisses étant ce qu’ils sont, ça marche et ils ont même une Constitution ?

        • C’est un des peuples les plus armés au monde. Et comme c’est une « armée de milice » le peuple a également des mirage, des tanks, des batteries anti-aérienne. Dur pour le gouvernement de tourner à l’australienne dans ce cas !

      • Ca pourrait marcher si on avait gardé le port d’arme.
        Un gouvernement qui craint ses citoyens c’est la liberté, des citoyens qui craignent leur gouvernement c’est la tyrannie.
        Hélas beaucoup craignent plus leur voisins que leurs politiciens, et beaucoup considèrent qu’un uniforme, un « chapeau » ou un titre (voire une élection) font de quelqu’un un sage juste et qui ne peut pas commettre d’erreurs. Un peu comme d’autres pensent qu’un doctorat immunise contre les biais, la sottise ou les conflits d’intérêt.

    • L’oligarchie socialiste contrôle tout

      Vous oubliez les médias, déjà sous perfusion et qui ont bénéficié d’aides exceptionnelles durant la « crise » du Covid :
      https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/covid-19-l-elysee-debloque-483-millions-d-aides-exceptionnelles-a-la-presse-27-08-2020-8374314.php
      La boucle est bouclée… et le problème est que beaucoup de Français semblent aimer ça, être sous le contrôle du gouvernement.

  • Ils n’ont jamais eu l’intention de lever le pass : c’est la carotte nécessaire pour la 3ème injection, et les suivantes.

  • Ne pas confondre la fin et les moyens. La « crise sanitaire » est le moyen, l’aubaine en or, et le pass – et son évolution vers l’ID numérique forte, la monnaie virtuelle et le contrôle social- est la fin.

  • Article qui fait la part belle aux « antipass » ; la « pass » a permis d’éradiquer en grande partie la propagation du virus et le nombre de décès . . . l’auteur ne précise pas tout en disant qu’il est vacciné ! donc il est antipass mais pas antivax : on s’en fout non ? tellement antipass qu’il maîtrise petitement ses arguments : il écrit que « le pass n’est pratiqué qu’en Europe (ainsi qu’en Israël, à New York et en Chine) » !!! écrire « le pass n’est pratiqué qu’en Europe , en Israël, à New York et en Chine » aurait été plus juste et moins « marqué » !

    • le pass , ce n’est pas « la passe » 🙂 !! le gouvernement nous a fait un tour de pass-pass ?

      • J’ajoute que ceux qui prennent pour argument le fait que le « pass » aurait permis de limiter les contaminations (soit directement soit indirectement grâce à l’augmentation du nombre de vaccinés) montrent qu’ils sont dans une recherche de « risque zéro » qui ne dit pas son nom. Or cette recherche, ici comme ailleurs, coûte généralement beaucoup plus cher qu’elle ne rapporte, en termes de libertés (dont ils se fichent, enfin surtout celle des autres) mais aussi économiques (avec toujours à moyen terme des conséquences en termes de décès supplémentaires, car on n’a pas encore démontré comment un pays, en s’appauvrissant, pouvait élever son espérance de vie).

    • la « pass » a permis d’éradiquer en grande partie la propagation du virus et le nombre de décès

      Bien sûr que non : c’est la vaccination, spécialement des personnes à risques Covid, faite pour l’essentiel volontairement, qui a permis de limiter le nombre de décès, associée à une moindre dangerosité du variant delta.

      Faut-il rappeler par ailleurs que les chiffres officiels, dans les pays ayant correctement géré l’épidémie, montrent que nous sommes beaucoup plus proches avec le Covid d’une mauvaise grippe saisonnière que de la grippe espagnole ? Et que donc le principe de proportionnalité des mesures prises par rapport à la menace n’aurait jamais dû conduire à toutes les mesures liberticides – et destructrices de l’économie et des relations sociales – qui nous ont été imposées, y compris ce maudit « pass sanitaire » ? Les exemples de pays ayant beaucoup plus respecté leur population que la France existent, et leur bilan est généralement de beaucoup meilleur que le nôtre. Mais quand on est trouillard et qu’en plus on s’en fout de la liberté, surtout celle des autres, peut-on seulement comprendre cela ?

      • « C’est la vaccination, spécialement des personnes à risques Covid, faite pour l’essentiel volontairement, qui a permis de limiter le nombre de décès, associée à une moindre dangerosité du variant delta. »

        Bien évidemment ! il faut suivre !! sans le pass, la vaccination en France n’aurait pas été aussi importante car ne pas pouvoir sortir, aller boire un verre . . . c’est cela qui a motivé les gens à se faire vacciner, rien d’autre !

        • @echo,
          Bonjour
          Vous dites clairement que le vaccin avait besoin d’être injecté de force sans demander leur avis aux principaux intéressés soient les injectés. =>coercition. Bien !!

        • Sauf que les gens qui craignaient de ne pouvoir boire une bière en terrasse, aller au cinoche, courir les parcs de loisirs avec leurs gosses, ce sont ceux-là mêmes qui sont allés se faire vacciner et ce ne sont pas eux qui seraient allés encombrer les réas ou pire les cimetières…

        • Donc vous êtes partisan du « chantage à la liberté » comme manière de gouverner. Vous avez une drôle de conception de la démocratie.

          En attendant de nous sortir des preuves concrètes de l’efficacité de cette mesure liberticide, expliquez-nous pourquoi, avec 85% de la population vaccinée, ce passe inique est reconduit jusqu’à l’été 2022. A part une volonté de nuire de la part du gouvernement en place, je ne vois pas !

        • Sauf que les dates ne correspondent absolument pas avec les arguments gouvernementaux que vous répétez.
          Il faut avoir les moyens de comprendre.

        • C’est très largement faux : la plupart des gens fragiles étaient déjà vaccinés quand le gvt a mis le pass sanitaire en place : ce dernier a surtout visé à faire se vacciner des gens plus jeunes, jusqu’aux enfants, donc très majoritairement des gens ne risquant rien du Covid.
          Pfizer, Moderna and co remercient chaleureusement le gvt français, eux qui ont vu leurs bénéfices exploser cette année. Typiquement, on appelle cela du capitalisme de connivence.

    • Toutes les épidémies passées se sont éteintes d’elles-mêmes sans passe-sanitaire, et là, puisqu’il y a eu un passe (et des vaccins), ce serait grâce au passe? ce me semble un raisonnement peu solide et d’une grande crédulité.

      • « Toutes les épidémies passées se sont éteintes d’elles-mêmes sans passe-sanitaire » . . . et ça a pris combien de temps pour la grippe espagnole ?????

      • Sans oublier les 50 millions de morts !

        • Forcément, la létalité était supérieure à 10 %…

        • La grippe espagnole n’avait à peu près rien à voir avec le Covid : déjà, elle a tué des gens âgés majoritairement entre 20 et 40 ans, moyenne d’âge 30 ans. Alors que le Covid tue des personnes âgées pour l’essentiel, de plus de 80 ans de moyenne d’âge et fragilisés par diverses pathologies : des gens qui seraient décédés de toute façon dans les mois ou années à venir, à qui les virus et autres maladies hivernales auraient donné le « coup de grâce » comme cela arrive tous les ans depuis que le monde est monde.
          Strictement rien à voir.

  • Je ne connais personne que ce passe ai convaincu, il a pu accélérer la vaccination de ceux qui voulaient déjà se faire vacciner…
    Dans mon entourage, plutôt jeune et sportifs, un grand nombre ne sont pas vaccinés. On arrive toujours à trouver des choses qu’on peut faire tous ensemble, et même dans les endroits où le pass est normalement nécessaire certains sont plutôt souples. Quand on passe à un bar, on prend simplement à emporter
    Quand au restaurant, le greg du coin nous embête pas avec le pass sanitaire et les autres restos sont un peu chers pour certains alors…
    Par contre le nombre de problèmes colossaux qu’il a créé par ailleurs est sans commune mesure avec ses maigres avantages
    Mais bon, c’est leur politique : monter les gens contre les autres, forcer sans distinction.
    Il existe des gens qu’on ne peut pas convaincre du fait de leur vécu, est-ce si grave s’ils ne se vaccinent pas? Il en restera toujours, mais la très grand majorité est vaccinée donc s’ils ont peurs de saturer les hôpitaux ça devrait être suffisant.
    A la 3e injection obligatoire, les anti-pass seront bien plus nombreux juste en discutant autour de moi je vois bien que beaucoup qui ont acceptés tout de suite la 1ere vaccination ne suivront pas

  • Et maintenant pass obligatoire pour les ados ! Quand 10 % des vieux ne sont tjs pas vaccinés…
    Ce gouvernement est dingue !

    • Il n’est pas dingue, il suit un programme pour soumettre les peuples avant la suite qui n’est pas piquée des vers, inflation pour détruire l’épargne , suppression de la propriété individuelle, etc… Vu l’augmentation soudaine de l’énergie sans aucune raison , la misère arrive pour bcp d’européens.

      • Je crois que nos gouvernants n’ont pas les capacités intellectuelles pour jouer au billard à trois bandes. Ils sont juste couards et incompétents.

      • La planche à billets généreusement utilisée les années passées pour financer le déficit des États, notamment l’État français, n’est pas pour rien dans l’inflation qui nous tombe dessus. Les gens qui nous gouvernent sont des irresponsables (qui pourtant ne peuvent ognorer ce qu’ils font), des gens sans foi ni loi.

    • Non, il n’est pas dingue. Il veut du volume. Pour frimer au près d’autres gouvernements ou pour recevoir des pots de vin des « big pharma » ou simplement par ce qu’il est un tas de petits comptables bas du front pour qui 1 vacciné est 1 vacciné, qu’on parle d’un gamin de 13 ans sans aucun souci de santé ou d’un nonagénaire cancéreux et diabétique mal équilibré… Dans les bilans ça « fait pareil ».

  • Aux States, dans un projet de loi à 3500 milliards de dollars, une entreprise qui aurait un employé non vacciné pourrait écoper d’une petite amende de sept cent mille dollars.
    Dans le même pays, des policiers démissionnent depuis l’annonce de la vaccination obligatoire les concernant.
    Les héros de jadis (il y a un an en fait) encensés par Joe Biden lui-même, sont tout simplement virés car non vaccinés. On en compte des milliers dans tout le pays, alors que leur nombre est en pénurie dans ce qui est toujours décrit comme une crise. Il s’agit des infirmières.

    • L’apartheid sanitaire, ni plus ni moins !

    • En fait ça c’est l’effet d’annonce de Biden il y a trois semaine. En réalité rien ne se passe depuis parce que c’est juste anti-constitutionel, que l’OSHA (Occupational Safety and Health Administration) n’a pas les pouvoirs de coller des amendes aux employeurs pour des choses de ce genre et que les pouvoirs des états sont tels (et 29 d’entre eux, il me semble se sont dit contre) que le pouvoir fédéral ne peut juste pas passer en force sur des points de ce type.

  • Les Lumières se sont éteintes dans ce pays, remplacées par la contrainte infinie et l’arbitraire malveillant. C’est triste.

  • En tant que non-vacciné, je n’oublierai jamais ce que nous a fait subir ce gouvernement pendant des mois, à ma fille et moi-même.

    • Pourquoi n’êtes-vous pas vacciné ?

    • Idem pour moi et je réglerai mes comptes en mai au 2e tour

      • Perso j’aimerais bien les régler au premier tour: Que Macron et sa clique ne participent pas au second tour! de toutes façons, avec les autres ça ne peut pas être pire!

        • Je précise: aller dans le mur le plus vite possible pour virer tous ces politicard incapables et peut-être, comme les Belges ( une fois) être un certain temps sans gouvernement histoire de se retourner et réfléchir calmement à l’avenir!

          • Aller dans le mur n’a jamais rien résolu. En particulier, on n’a jamais vu ceux qui sont allés dans le mur réfléchir calmement et trouver miraculeusement quelque chose à proposer.
            Ce sont toujours des pires qui émergent quand on croyait que ça n’était pas possible, si on n’a pas construit son alternative avant.

            • « si on n’a pas construit son alternative avant. »

              Oui et…..? Qu’est-ce qu’on attend alors? Ah ben oui, ceux qui sont encore capables de construire quelque-chose, ils se sont barrés ou envisagent de le faire pour ne pas couler avec la grosse majorité de ceux qui comptent encore sur l’argent des autres!

  • Le pass sanitaire est une honte.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah, enfin, ça y est : comme Olivier Véran l'a annoncé en tirant une triste mine il y a quelques jours, c'est aujourd'hui la levée de l'obligation des masques dans les transports en commun, là où le virus s'était retranché. Manifestement tabassé de tous les côtés par les fines décisions politiques d'un gouvernement au taquet, il a finalement laissé tomber et ne rôdera plus dans les rames bondées de la RATP.

Le soulagement est intense. La victoire quasi-totale.

Et finalement donc, après deux ans d'acharnements divers et variés de ... Poursuivre la lecture

l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

article 24 France libéral
3
Sauvegarder cet article

100 % anti libérale. C’est une présidentielle désastreuse pour les partisans des libertés qui s’achèvera le 24 avril.

L'intégralité des douze candidats a défendu des plateformes suprêmement indifférentes au premier terme de notre devise nationale. On peinait à y déceler des mesures qui auraient été, même vaguement, d'inspiration à rebours de l'État-nounou/État-père fouettard, ou même un seul discours éloquent sur les libertés publiques.

Le libéralisme absent du programme des candidats

Les douze pétochards se sont plutôt livrés à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles