Protonmail mis sous pression par la France

L’État français a contraint ProtonMail à révéler l’adresse IP d’un militant au nom de l’antiterroriste. Un risque de surveillance de masse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Arthur Mazi on Unsplash https://unsplash.com/photos/a8CxRWIu8yw

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Protonmail mis sous pression par la France

Publié le 18 septembre 2021
- A +

Par François Jolain.

L’État français a forcé l’entreprise ProtonMail à révéler l’adresse IP d’un militant écologique au nom de la lutte antiterroriste. Pour en comprendre l’importance, il faut rappeler qu’une adresse IP permet au gouvernement de remonter au domicile de l’internaute, brisant ainsi son anonymat.

ProtonMail a donc contribué à l’arrestation du militant. Or, ProtonMail est une entreprise de mails suisse se proclamant protectrice de la vie privée et ne collectant par défaut aucune donnée personnelle.

Ce par défaut est au cœur de l’affaire qui ternit l’image de l’entreprise, car il montre que certes, l’entreprise ne collecte aucune donnée en temps normal, mais peut s’y voir obligée sur demande du gouvernement.

En effet, que ce soit aux États-Unis après le 11 septembre 2001 (Patriot Act) ou en France après le 13 novembre 2015 (Loi Rensignement), les gouvernements ont voté des lois obligeant les entreprises à livrer les données de leurs utilisateurs en cas de menace terroriste. Or la définition est très vague. Le Code pénal définit l’acte terroriste comme un acte se rattachant à une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur.

Ainsi, l’État se trouve maintenant en position de forcer la collecte de données chez les entreprises du numérique pour de vagues prétextes.

Que peuvent faire les entreprises pour résister ?

Déjà peu d’entreprises tentent d’y résister. On peut citer quand même Signal, ProtonMail ou Apple comme entreprises essayant de s’opposer à l’intrusion de l’État dans leurs données. Mais la loi est très claire : les entreprises ont obligation de collaborer (LSCPT Suisse).

Les entreprises résistantes ont donc opté pour le chiffrement du bout en bout. Ainsi, tout ou partie des données qui transitent sur leur serveur sont illisibles même pour l’entreprise, seul l’utilisateur possède le mot de passe de déchiffrement. En soi, l’entreprise peut toujours les collecter et les partager avec l’État, mais comme personne ne dispose du mot de passe, les données restent illisibles.

L’entreprise peut aussi proposer son service à travers TOR ou un service VPN pour éviter de connaître l’adresse IP de ses utilisateurs. C’est ce que propose ProtonMail, mais qui n’a pas été utilisé par le militant.

En soi, l’histoire de ProtonMail est un exemple d’entreprise résistante, puisqu’elle n’a pu donner qu’une adresse IP. Si le militant utilisait Gmail, LaPoste ou Orange, alors le gouvernement aurait mis la main sur l’ensemble de ses mails et de ses correspondants. Or grâce au chiffrement mis en place, ProtonMail est techniquement incapable de livrer toutes ces données.

Contre-attaques étatiques

Évidemment, cette sensation d’impuissance agace le désir de contrôle absolu de nos gouvernements. Ils pensaient s’arroger légalement une surveillance de masse, mais voilà que des technologies comme le chiffrement, le réseau TOR, les services VPN ou même Bitcoin réduisent la portée de leurs lois.

Nous assistons donc en Franceen Australie ou aux États-Unis à une volonté des gouvernements d’interdire le chiffrement et d’autres technologies, afin que plus aucune entreprise ni aucun citoyen ne puisse résister face à la surveillance.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Si l’accusation est sérieuse et les faits graves (je n’ai pas lu l’article en anglais), où est le problème ?
    Ps: « militant écologiste », pas « écologique ».

    • « Climate and anti-gentrification protesters had occupied buildings near Place Sainte Marthe in Paris’s 10th Arrondissement »

      Alors qu’il suffisait de poursuivre pénalement ce petit monde lors de l’occupation de l’immeuble,

      • squatter n’est pas nécessairement un délit ..
        « C’est l’article 226-4 du Code pénal qui définit ce qu’est un squat. Selon la loi, on parle de squatteurs lorsqu’un individu entre dans un logement qui ne lui appartient pas. Si cette occupation illégale est le fait d’une effraction, il s’agit d’un délit. »

        or donc…cela est sujet à interpretation qui a commis l’effraction non? vous envoyez un pote peter la serrure vous repassez le lendemain.. vous ne faites que squatter..

        hypocrisie…on tolère des situations scandaleuses de squat…

    • Ou est le problème ? Il y a plusieurs problèmes.
      1) Utiliser ProtonMail ne suffit pas à rester caché. C’est important de connaître les limites du service offert par cette entreprise.
      2) L’Etat français peut obliger une entreprise suisse opérant en suisse a lui communiquer des infos concernant un utilisateur situé hors de la Suisse. La encore il me semble important de prendre conscience que la frontière est poreuse.
      3) La qualification de terroriste est très floue. En montant un dossier bien ficelé un État peut poursuivre à peu près n’importe qui. Pour ceux qui ont des doutes je rappelle que ce n’est pas vous qui décidez que ce que vous faites est bien ou mal. Ce sont ceux qui vous surveillent qui décident si ce que vous faites est tolérable ou pas.

      • pour ceux qui se croient en securité en france, je rappellerait l hsitoire de sirlandais de vincennes (ou la gendarmerie a amené les explosifs qu on allait decouvrir chez eux, ce qui a permit de les faire passer pour de dangeureux terroristes)

  • si vous êtes accusé d’un crime l’état vient fouiller votre maison lit, vos lettres et ça ne choque personne..

    le problème est d’etre suspect par principe et surveillé partout, ajoutez une extension de la notion de crime à par exemple l’expression de certaines ‘opinions..

    « en cas de menace terroriste… » ben sans précision, c’est partout tout le monde et tout le temps..

    • mais être surveillé tout le temps et en plus « anonymement.. … c’est « juste étouffant car la vie normale en société implique une certaine hypocrisie…

      mais i on révèle des aspects honteux de sa vie à un médecin..
      on peut casser la gueule au médecin si il rompt son serment..

  • Vous avez dit Démocratie ?

    • Les mots… Faites donc une recherche sur « République Démocratique », et vous constaterez combien les mots comme les principes peuvent se détourner. Même pour la liberté, il faut savoir distinguer entre préserver la liberté du citoyen lambda et préserver celle du criminel avéré.

  • « Le Code pénal définit l’acte terroriste comme un acte se rattachant à une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur. » Un peu comme un gouvernement, en fait ?

  • C’est un assez bon exemple car il montre les limites de ce type de service face à la puissance des États. Au USA, le Patriot Act donne des pouvoirs extraordinaires au FBI. Au vu des dérives actuelles, est-ce qu’un groupement anti-vaccins pourrait être un jour considéré comme « terroristes » ? Je pense qu’actuellement les gens ne sont pas assez sensibles à la perte des libertés individuelles et de leur libre-arbitre. L’intolérance de la masse est devenue oppressante.

  • Internet ne doit pas être le Far West sans foi ni loi. On ne peut y accepter ce qui est condamnable en dehors : le terrorisme ou la pédophile ou autre pratique condamnée par la loi ne peuvent pas être impunies sur le net. Il ne peut y avoir 2 poids 2 mesures.

    • la pédophilie est une perversion.. un pédophile non transgressif et un type qui rêve de violer des femmes..mais qui ne le fera jamais..

      donc pédophile différent de violeurs ou abuseurs d’enfants..

      le terrorisme tout pareil.. c’estavant tout un projet politique…pas les attentats..

      dans les deux cas vous voulez condamner sans nécessairement qu’il y ait acte… et donc crime..

      quand un type coupe la tête à un loustic..qui ne lui a rien fait.. les motivations je m’en fous… quand un type a sur son ordinateur le « projet » de tuer macron… quel crime a t-il commis??

      et pareil être communiste..

      • Quand un type incite sur le net à couper la tête de quelqu’un et qu’une personne le fait réellement parce qu’il l’a vu sur le net, et uniquement pour ça (ex Samuel Patty), on peut se poser la question de la responsabilité de l’incitateur.
        Peut être que s’il y avait moins d’appel au Djihad mais plus d’appels a la tolérance, il y aurait moins d’attentats.
        Mais visiblement certains défendent l’appel à la haine…

        • Dans ce cas on devrait condamner Sarkozy : il a nommé ministre de la culture un homme qui se vantait d aller se taper des gamins en Thailande. Pire une fois l histoire publique, il l a soutenu au lieu de le virer

          PS: terrorisme et pedophile sont les 2 arguments qui sont avancé pour toute regression des libertés. et une fois la regression actée, il ets facile de l etendre petit a petit a autre chose. par ex
          terrorisme -> criminalité organisée -> criminalité -> PV pour exces de vitesse -> tout le monde

        • @ JR

          Evidemment que l’incitateur a une responsabilité morale très forte, et qu’il mériterait d’être puni, mais dans ce cas, il n’a fait que citer le coran, c’est le coran qui demande littéralement à tuer les infidèles. Voulez-vous aussi interdire le coran?

          Et que penser de cet assassin qui a senti un appel au meurtre dans une chanson des Beatles, voulez-vous également interdire les chansons des Beatles?

          Faut-il aussi mettre en prison tous les commentateurs qui souhaitaient la mort d’une personne, comme c’était le cas de beaucoup de gens vis-à-vis de Donald Trump, par exemple?

          Le libéralisme ne demande pas à l’Etat d’être le garant de la morale, mais seulement de défendre ceux qui sont agressés. Si l’appel au meurtre est dans la sphère publique, il peut être condamné, car il s’agit d’une agression verbale. Mais si cet appel est limité à la sphère privée, il appartient à la liberté d’expression et ne devrait pas être condamnable.

          La page d’accueil d’un site internet doit être considéré comme la devanture d’une maison. Si celle-ci invite tout le monde à entrer, le site devrait être considéré comme public et dans ce cas, on peut exiger la censure de toute attaque verbale, mais si la page d’accueil présente le site comme dédié à certaines personnes seulement, dans ce cas, le site devrait être considéré comme privé, et la liberté d’expression devrait être totale.

          Il en va de même pour des photos ou vidéos: tant que celles-ci restent dans la sphère privée, aussi immorale soient-elles, elles ne peuvent pas être considérées comme une agression, et devraient être autorisées.

  • Toujours surpris d’apprendre que des gens pensent être anonymes sur internet grâce à ces sociétés bidons. Idem pour le fameux secret banquaire.. Secret bien gardé jusqu’à ce qu’il saute lorsqu’on le demande avec fermeté.

    • Celui qui est bidon c’est le gars qui s’est protégé à moitié. Il aurait utilisé un VPN ou Tor, son IP n’aurait pas pu permettre de l’identifier. ProtonMail n’a jamais promis une protection sans faille. En revanche, les enquêteurs ou la justice ne pourrait pas faire grand chose avec les emails du gars en question puisqu’ils sont chiffrés.

  • apparemment, tout le terrorisme sera bientôt transféré à l’écosystème Utopia. Plus que nulle part.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gabriel Robin.

 

Il arrive parfois que la Cour nationale du droit d’asile ait à traiter des affaires géopolitiquement plus sensibles que le tout-venant. C’est notamment le cas du milliardaire Moukhtar Abliazov, recherché notamment par les justices britannique et kazakhe. La juridiction administrative traite des demandeurs d’asile qui ont vu leurs dossiers refusés par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).

Alors que le président de la République du Kazakhstan s’apprête à rendre visite à... Poursuivre la lecture

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles