Ayn Rand : les universités devraient l’enseigner avec Marx

Atlas Shrugged - Ayn Rand by Marc van der Chijs (CC BY-ND 2.0)

Le projet Open Syllabus montre que Karl Marx est le philosophe politique le plus enseigné sur les campus universitaires. C’est un problème.

Par Jon Hersey.
Un article de la Foundation of Economic Education.

L’étude du Manifeste du parti communiste et de ce qu’il a entraîné dans la pratique est d’une importance monumentale pour comprendre l’histoire du XXe siècle – non pas parce que le communisme a fonctionné, mais parce qu’il a été si destructeur.

Les étudiants doivent apprendre quelles idées ont animé la révolution bolchévique en Russie et conduit à la mort des dizaines de millions de personnes sous Lénine et Staline. Ils devraient apprendre quelles sont les idées qui ont précipité le « Grand Bond en avant » de Mao et ont ainsi causé la mort de dizaines de millions de Chinois.

Ils doivent apprendre comment ces idées ont inspiré Pol Pot et ses Khmers rouges à tuer des millions de Cambodgiens. Il est urgent que les étudiants apprennent que ceux qui agissent selon les idées de Marx ont tué environ 100 millions de personnes au cours du siècle dernier. Il est vital qu’ils sachent que ceux qui continuent d’agir sur la base du Manifeste du parti communiste aujourd’hui continuent d’accumuler les morts du communisme.

Mais ce n’est pas l’objet de la plupart des leçons sur le marxisme. Dans la mesure où les professeurs approuvent les présupposés et les prescriptions marxistes, ils rendent à leurs étudiants – et au monde – un très mauvais service.

Si les professeurs veulent préparer les étudiants au monde réel, ils doivent continuer à enseigner le Manifeste du parti communiste. Mais ils devraient l’enseigner en même temps qu’un livre qui permet aux étudiants de voir ses graves défauts – La Grève (Atlas Shrugged) d’Ayn Rand.

Escrocs ou capitalistes ?

Marx soutenait que ceux qui financent et dirigent des entreprises productives – quels que soient les fruits de ces entreprises – sont toujours et encore exploiteurs et mauvais. Un problème, écrit Marx dans le Manifeste du parti communiste, est que ces « bourgeois » ou capitalistes bousculent les gens en s’emparant des rênes du gouvernement.

Chaque étape dans le développement de la bourgeoisie s’est accompagnée d’un progrès politique correspondant de cette classe. La bourgeoisie a enfin, depuis l’établissement de l’industrie moderne et du marché mondial, conquis pour elle-même, dans l’État représentatif moderne, le pouvoir politique exclusif. L’exécutif de l’État moderne n’est qu’un comité chargé de gérer les affaires communes de toute la bourgeoisie.

Rand était d’accord pour dire que certaines personnes en exploitent d’autres et sont donc moralement répréhensibles. Mais elle fait la distinction entre les copains qui utilisent le pouvoir politique pour arracher de l’argent et des biens à leurs propriétaires légitimes et les vrais capitalistes qui s’engagent avec leurs employés et leurs clients sur une base volontaire pour créer les produits et les services qui permettent aux gens de vivre et de prospérer. Les premiers sont les méchants de son célèbre roman, les seconds en sont les héros.

Rand a montré que la racine de l’exploitation n’est pas la recherche du profit, comme le pensait Marx, mais le fait que dans une économie mixte comme celle que nous connaissons aujourd’hui, certaines personnes sont autorisées à utiliser le pouvoir gouvernemental pour violer les droits des autres.

Une société véritablement capitaliste, fondée sur le principe selon lequel tous les individus ont des droits égaux et aucun ne peut violer les droits des autres, empêche les copains, les lobbyistes et les bureaucrates d’utiliser la force du gouvernement pour exploiter les gens. C’est, selon Thomas Jefferson :

« la somme d’un bon gouvernement » – « un gouvernement sage et frugal, qui empêche les hommes de se faire du mal, les laisse libres de régler leurs propres activités industrielles et de perfectionnement, et ne retire pas de la bouche du travail le pain qu’il a gagné ».

Mais plus les bureaucrates ont le pouvoir d’intervenir dans la vie des gens et de violer leurs droits, plus les gens feront pression sur le gouvernement pour se protéger ou obtenir des richesses non gagnées. Le pouvoir du gouvernement, et non la recherche du profit, est le moteur de l’exploitation.

De plus, les bureaucrates ont tendance à utiliser le pouvoir du gouvernement pour accroître le pouvoir du gouvernement. La Grève illustre comment cela fonctionne.

Par exemple, après avoir décidé « qu’il était injuste de laisser un homme accumuler plusieurs entreprises commerciales, alors que d’autres n’en avaient aucune », les méchants du livre font passer la loi sur « l’égalisation des chances », qui rend illégal pour « toute personne ou société de posséder plus d’une entreprise commerciale ». Après que les entrepreneurs ont été contraints de céder un grand nombre de leurs entreprises à des opérateurs de troisième ordre, la production s’effondre. Cette politique et d’autres politiques malavisées provoquent la faillite de plus en plus d’entreprises.

Finalement, les personnes au pouvoir adoptent la directive 10-289, qui nationalise tous les droits de propriété intellectuelle et décrète que personne ne peut quitter son emploi ou être licencié, que toutes les entreprises industrielles doivent rester en activité, « qu’aucun nouveau dispositif, invention, produit ou bien de quelque nature que ce soit, qui n’existe pas encore sur le marché, ne doit être produit, inventé, fabriqué ou vendu », etc.

En bref, les bureaucrates adoptent des politiques qui étranglent la production, puis s’octroient des pouvoirs d’urgence pour en gérer les conséquences – comme l’ont fait Lénine, Staline, Hitler et, aujourd’hui, Maduro.

Ainsi, alors que Marx assimilait tous les capitalistes à des copains et des escrocs, Rand fait une distinction importante. Les vrais capitalistes gagnent quand leurs clients gagnent. Et la société qui laisse les individus libres de créer des valeurs utiles à la vie et de cultiver des relations gagnant-gagnant – le capitalisme – exige que le droit de chaque individu à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur soit respecté.

Le communisme, comme nous le verrons, ne le fait pas.

Esclavage ou liberté ?

Marx pensait que la source des problèmes du monde était la propriété privée, en particulier celle des riches, et il voulait l’abolir. « La théorie des communistes peut se résumer en une seule phrase : Abolition de la propriété privée », écrivait-il.

Les communistes avaient été accusés d’ignorer le fait que la propriété privée est « le fruit du travail de l’homme » et « le fondement de toute liberté, activité et indépendance personnelle ».

Ce n’est pas le cas, répondait Marx :

Propriété durement gagnée, acquise par soi-même, méritée par soi-même ! Voulez-vous dire la propriété du petit artisan et du petit paysan, une forme de propriété qui a précédé la forme bourgeoise ? Il n’y a pas lieu de l’abolir ; le développement de l’industrie l’a déjà en grande partie détruite et la détruit encore chaque jour.

Ainsi la charrue d’un pauvre paysan lui appartient, s’il peut la garder, sous-entendait Marx. Mais que se passe-t-il s’il consacre ses gains à l’achat d’un tracteur motorisé, et les gains de celui-ci à toute une flotte de tracteurs de ce type ? Que se passe-t-il s’il passe, par ses propres efforts, de la pauvreté à la richesse, comme cela se passe dans toute l’Amérique, alors même que Marx griffonnait ? En fait, les Américains se sont relevés par leurs propres moyens bien plus tôt.

Par exemple, Benjamin Franklin, dixième fils d’un savonnier, devint imprimeur, ouvrit sa propre entreprise, fonda un journal et un almanach, et fut si assidu et frugal qu’il put se permettre de prendre sa retraite à 42 ans. Il a ensuite révolutionné notre compréhension de l’électricité et est devenu, comme l’a écrit l’historien Gordon Wood, « le plus grand diplomate que l’Amérique ait jamais eu. » Aujourd’hui encore, Franklin est le symbole du fait qu’un homme libre peut s’élever aussi haut que son ambition le lui permet.

Cependant, Marx a nié que de tels hommes existent. Une personne peut être honnête ou riche, mais pas les deux. S’il a fait fortune, alors, de ce seul fait, ce n’était pas « une propriété durement gagnée, acquise par soi-même, méritée par soi-même ! » Au lieu de cela, c’était une « propriété privée bourgeoise ».

Et cette « propriété privée bourgeoise moderne est l’expression finale et la plus complète du système de production et d’appropriation des produits, qui est basé sur les antagonismes de classe, sur l’exploitation du plus grand nombre par le plus petit nombre. »

On pourrait demander à Marx : en quoi l’investissement de l’entrepreneur qui économise au compte-gouttes constitue-t-il une exploitation de quiconque ?

Ayn Rand a posé cette même question. Née à Saint-Pétersbourg en 1905, elle a été le témoin direct de la mise en œuvre des idées de Marx par la révolution bolchévique de 1917. La pharmacie de son père a été prise de force par le gouvernement communiste. Puis les communistes ont pris leur maison et tout ce qu’elle contenait. Fidèles à la vision de Marx, ils ont aboli la propriété privée et ont bientôt plongé le pays tout entier dans une pauvreté indescriptible.

À l’instar de John Locke et des Pères fondateurs de l’Amérique, Rand a compris que refuser à un homme le droit à sa propre propriété revient à lui refuser le droit à la vie.

Elle a écrit :

Le droit à la vie est la source de tous les droits – et le droit à la propriété est leur seule mise en œuvre. Sans droit de propriété, aucun autre droit n’est possible. Puisque l’homme doit maintenir sa vie par son propre effort, l’homme qui n’a aucun droit sur le produit de son effort n’a aucun moyen de maintenir sa vie. L’homme qui produit alors que d’autres disposent de son produit est un esclave.

Le travail prend du temps. Votre temps est votre vie. Si quelqu’un prend le produit de votre travail sans votre consentement, il prend une partie de votre vie sans votre consentement. En violant votre droit de propriété, il viole votre droit à la vie. Dans la mesure où vous êtes forcé de renoncer à votre vie, vous êtes un esclave.

Rand a reconnu que, peu importe combien vous gagnez, votre propriété vous appartient de droit – parce que votre vie vous appartient de droit. Vous pouvez l’utiliser ou en disposer comme bon vous semble, y compris en ouvrant une pharmacie ou en faisant des dons à des œuvres de charité. Mais dans la mesure où vous êtes contraint ou forcé de renoncer à vos biens légitimes – que ce soit par un vendeur véreux, un employeur malhonnête, un tyran politique ou une assemblée législative démocratiquement élue – vous êtes asservi. C’est cela l’exploitation.

Et c’est ce que Marx préconisait. Au diable les droits de propriété. La collectivité doit être habilitée à redistribuer les richesses « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins. »

Les conséquences pratiques de cette politique sont visibles dans les débris fumants du XXe siècle, et dans les gros titres d’aujourd’hui sur Cuba et le Venezuela. Mais n’importe qui peut mener l’expérience à un coût bien moindre.

Supposons que l’entreprise pour laquelle vous travaillez adopte une telle politique. Assumeriez-vous davantage de responsabilités si, au lieu d’une augmentation, une plus grande partie de vos revenus était reversée à vos collègues ?

Seriez-vous motivé à rester tard, à faire plus d’efforts, à créer de nouveaux produits ou services qui apporteraient de la valeur aux clients et généreraient de la richesse pour votre entreprise ? Ne vaudrait-il pas mieux se contenter de se laisser aller, de laisser les autres porter le fardeau, d’être un objet de « besoin » plutôt qu’une personne de « capacité » ?

Selon Rand, un homme a non seulement un droit moral sur le produit de ses propres efforts, mais sa capacité à bénéficier de ces efforts l’incite à créer davantage de ce que lui et les autres apprécient.

Ainsi, alors que Marx considérait que les droits de propriété étaient responsables du maintien des gens dans la pauvreté, Rand voyait qu’ils étaient la condition préalable à la richesse et à l’abondance. Et alors que Marx considérait que les droits de propriété étaient la racine de l’exploitation, Rand voyait qu’ils étaient ce qui empêchait un homme d’être exploité, la seule mise en œuvre pratique de son droit à la vie.

Guerre des classes ou association volontaire ?

La « solution » de Marx au « problème » des droits de propriété est l’aspect le plus destructeur de son manifeste. C’est aussi le plus orwellien. Il soutenait que le seul chemin vers la paix était la guerre : afin d’abolir la propriété privée et de mettre ainsi fin à l’exploitation, les pauvres doivent se soulever et exproprier les riches par tous les moyens nécessaires.

Leur victoire passe par une « guerre civile plus ou moins voilée, qui fait rage au sein de la société existante, jusqu’au moment où cette guerre éclate en une révolution ouverte, et où le renversement violent de la bourgeoisie jette les bases du règne du prolétariat ».

Rand a vu cela pour ce que c’est – un appel à la violation barbare des droits. Et, dans les rues de Russie, elle a été témoin du « renversement violent » que Marx avait prescrit. C’était sanglant, mais lorsque le « pouvoir du prolétariat » a été fermement établi sous Lénine, et plus tard Staline, il est devenu encore plus brutal.

En 1925, lors d’une réunion d’adieu avant que Rand ne s’échappe en Amérique, un jeune Russe lui dit : « Quand tu seras là-bas, dis-leur que la Russie est un immense cimetière et que nous sommes tous en train de mourir. » C’est ce que fit Rand dans son premier roman, le plus autobiographique, Nous les vivants. Mais ce n’est qu’en 1957, avec La Grève, qu’elle a expliqué en détail pourquoi la force ne fait pas le droit.

Forcer un homme à abandonner son propre esprit et à accepter votre volonté comme substitut, avec un fusil à la place du syllogisme, avec la terreur à la place de la preuve et la mort comme argument final, c’est tenter d’exister en défiant la réalité. La réalité exige de l’homme qu’il agisse pour son propre intérêt rationnel ; votre arme exige de lui qu’il agisse contre elle. La réalité menace l’homme de mort s’il n’agit pas selon son jugement rationnel ; vous le menacez de mort s’il le fait. Vous le placez dans un monde où le prix de sa vie est l’abandon de toutes les vertus requises par la vie et la mort par un processus de destruction graduelle est tout ce que vous et votre système atteindrez, lorsque la mort sera le pouvoir dominant, l’argument gagnant dans une société d’hommes.

Alors que Marx soutenait que la réalisation d’une société civile nécessitait une guerre des classes, Rand reconnaissait que la force n’est jamais appropriée qu’en réponse à ceux qui l’initient. Un homme a droit à sa propre vie et à ses biens, et il a également le droit de protéger sa vie et ses biens contre tout vandale, esclavagiste ou dictateur qui les menace.

***
Les professeurs d’université mènent la charge pour inculquer davantage de « diversité » à l’intérieur et à l’extérieur de l’académie. Ils se concentrent presque exclusivement sur des caractéristiques non choisies telles que le sexe, l’orientation sexuelle et la race – comme si les organes génitaux, les préférences sexuelles ou la couleur de la peau d’une personne déterminaient le contenu de son esprit et de son caractère. En fait, ils adaptent les mêmes vieilles idées marxistes de la guerre des classes pour instiguer des guerres de race et de genre.

C’est ironique, car, dans le contexte de l’enseignement supérieur, la seule diversité qui compte est celle des intérêts et des idées. Et il est difficile d’imaginer deux penseurs plus divergents que Karl Marx et Ayn Rand.

Ainsi, si les professeurs veulent promouvoir la diversité ou simplement mieux préparer les étudiants à la vie dans la société civile, ils devraient introduire un certain contrepoint dans le programme : enseigner La Grève à côté du Manifeste du parti communiste.

Traduction Alexandre Massaux pour Contrepoints.

Sur le Web

 

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.