Pass sanitaire : arrêtons les frais !

Au vu de la couverture vaccinale obtenue par Macron, ne serait-il pas temps de mettre fin à la sinistre blague du pass sanitaire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vaccine BY VCU Capital News Service(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass sanitaire : arrêtons les frais !

Publié le 1 septembre 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Alleluia, Emmanuel Macron a réussi son pari vaccinal ! L’objectif de 50 millions de primo-vaccinés à fin août débordera nettement sur le mois de septembre, mais après un démarrage laborieux, et grâce à des menaces, pardon, des méthodes de persuasion redoutablement, pardon, démocratiquement efficaces du style « pas de vaccin → pas de cinéma, pas de restau, pas de job », la France est parvenue à se hisser au cinquième rang mondial pour la couverture vaccinale, devançant l’Allemagne, les États-Unis et même les champions des débuts comme Israël et le Royaume-Uni !


Dans ce graphe du site Our World in Data, les chiffres France sont arrêtés au 26 août 2021.

D’après les données du gouvernement au 29 août 2021 reprises par le site covidtracker, 72 % des Français ont reçu au moins une dose de vaccin et 65,1 % ont reçu toutes les doses requises. Si, plus logiquement, on ne considère que la population éligible, c’est-à-dire les personnes âgées de 12 ans et plus, ces taux montent à 83,7 % et 75,6 % respectivement :

   

Et finalement, si l’on ne considère que la population majeure, on arrive même à un taux de 78,6% de personnes complètement vaccinées :

On se rappelle tous qu’Emmanuel Macron s’était engagé à ne pas rendre le vaccin obligatoire, pays de Pasteur et des Lumières, raison, science, blablabla :

On se rappelle tous ensuite qu’il avait promis que le pass sanitaire ne serait jamais un outil de discrimination entre les Français et qu’il ne concernerait pas les actes de la vie quotidienne :

Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis. – La Provence, 29 avril 2021

Mais bref. Au vu de la couverture vaccinale obtenue et si, comme se plaisent à le répéter partout les macronistes, ces reniements successifs de la parole présidentielle n’avaient d’autre objectif que de pousser les Français récalcitrants vers la vaccination sans trop le dire explicitement, ne serait-il pas temps de mettre fin à la sinistre blague du pass sanitaire ?

Notons d’abord qu’à la veille de l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron instaurant l’obligation de présenter ce pass dans les lieux réunissant plus de 50 personnes (et non plus 1000 comme décidé seulement un mois auparavant), le point vaccinal atteint par la France était déjà excellent.

Dans la mesure où la vaccination fut d’abord ouverte aux populations à risque, c’est-à-dire aux personnes de plus de 65 ans ainsi qu’à toutes celles présentant un risque covid spécifique tel qu’obésité, diabète ou traitement anti-cancer, il était parfaitement normal de constater que la vaccination était la plus avancée dans ces catégories : au 11 juillet, plus de 75 % des personnes de plus de 55 ans et plus de 85 % des personnes de plus de 65 ans avaient reçu leur première dose de vaccin et allaient recevoir la seconde sous peu.

De plus, l’analyse INSEE de la mortalité en 2020 a clairement mis en évidence que si les plus de 65 ans avaient été touchés par une surmortalité significative due à la pandémie, celle des moins de 65 ans avait été « négligeable ».

Le Covid-19 ne se résume évidemment pas à une question de mortalité ; il signifie aussi maladie pénible et parfois longue, hospitalisations et passages en réanimation – donc possible embouteillage dans les services de soin et déprogrammation délétère de certains traitements. Mais comment justifier moralement que les Français eux-mêmes, via de multiples restrictions et maintenant via le pass sanitaire, deviennent la variable d’ajustement d’un système de santé dont la France se flatte souvent qu’il fait l’envie du monde entier et qui s’est pourtant montré incapable de s’adapter aux nécessités sanitaires de l’heure ?

Ensuite, et comme on pouvait le prévoir au vu de l’absurde bureaucratie qui a caractérisé la gestion des confinements et des couvre-feux, la mise en place du pass sanitaire s’est illustrée par de multiples incohérences : exigible dans les restaurants et les cafés, y compris en terrasse, il ne l’est pas dans la restauration collective ; imposé dans les TGV, il ne l’est pas dans les TER, etc.

Il respecte tellement bien les libertés individuelles et les besoins élémentaires des citoyens que plusieurs tribunaux administratifs (Versailles, Strasbourg) ont suspendu les arrêtés pris par les préfets pour rendre le pass sanitaire obligatoire dans les centres commerciaux de plus de 20 000 m2. Motif : entrave à l’accès des personnes sans pass sanitaire aux biens de première nécessité.

Enfin, comment expliquer que l’argument qui consiste à dire contre le gouvernement qu’il n’y avait pas lieu d’imposer le pass sanitaire et qu’il y a encore moins lieu de continuer à l’imposer aujourd’hui en raison d’un excellent taux de vaccination puisse sembler valable à nos ministres pour certaines catégories de population et pas pour la population générale ?

C’est pourtant l’argument retenu par Jean-Michel Blanquer (tweet ci-dessous) pour éviter d’avoir à en passer par une obligation vaccinale pour les enseignants et c’est également celui de Gérald Darmanin vis-à-vis des forces de police qu’il estime vaccinées à plus de 70 %.

En cette période de rentrée scolaire, Blanquer a peut-être surtout le souci d’éviter tout mouvement social parmi ses troupes (ainsi que l’a suggéré Le Canard Enchaîné) et il mesure peut-être le ridicule qu’il y aurait à imposer la vaccination à des enseignants auxquels il a refusé la priorité vaccinale quand ils la réclamaient à cors et à cris en début de campagne. Quant aux forces de l’ordre, quoi de plus grotesque qu’une grève contre l’obligation vaccinale alors que ce sont elles qui ont la charge de contrôler l’application du pass sanitaire ?

De plus, personne ne semble en mesure de confirmer les chiffres de vaccination annoncés par les ministres. Polémique assurée, mais là n’est pas le plus important. Ce qui compte pour nous autres, citoyens ordinaires, c’est de voir que lorsqu’ils ont besoin d’un argument présentable à l’opinion publique, Blanquer et Darmanin n’hésitent pas à mettre en avant la bonne avancée de la vaccination associée au sens des responsabilités des enseignants et des policiers.

Eh bien, il se trouve que la couverture vaccinale complète des Français majeurs frôle effectivement les 80 %. Difficile d’admettre qu’ils seraient moins responsables face au Covid que les enseignants et les policiers.

Cher M. Macron, vous qui êtes si attaché aux Libertés et aux Lumières, vous qui ne reculerez pas sur les caricatures, vous qui n’hésitez jamais à pourfendre de votre mépris les « démocraties illibérales », qu’attendez-vous pour lever la contrainte du pass sanitaire qui ravale la France à un vulgaire régime de contrôle social ?

D’entrée de jeu, c’était une grave erreur de principe de l’instaurer. À partir d’aujourd’hui, perseverare diabolicum.

Et pourtant, depuis hier, les salariés des établissements recevant du public sont tenus de le présenter. À défaut, leur contrat de travail pourra être suspendu jusqu’à régularisation de la situation.

Et pourtant, Olivier Véran envisage déjà de le prolonger au-delà du 15 novembre 2021, date de fin initialement prévue, « si le Covid ne disparaissait pas de nos vies ». Le fanatisme sanitaire du gouvernement semble inextinguible. Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • Le problème, c’est qu’ils ne peuvent pas s’arrêter. S’ils s’arrêtent, tous les problèmes qu’on a mis sous le tapis leurs pèteront à la figure; L’économie, le chômage, l’agitation sociale etc.. Ils sont allés trop loin, il n’y a plus de retour possible sans retour du bâton.

  • Principe de précaution 100% français. Le pass sanitaire exonère de responsabilité le gouvernement en cas de décès par Covid d’un non vacciné en le protégeant au mieux . Tout simplement.
    Pour les vaccinés, le gouvernement n’est plus responsable puisqu’il a délivré le vaccin.
    Tout débat est ainsi clos.

  • Cette stratégie sanitaire entièrement vaccinale est une effroyable c….e, que les variants divers, les oppositions de toutes sortes, les réticences, les suspensions administratives, les démissions de soignants ne vont faire qu’exacerber. Et attendons de voir les procédures aux prud’hommes. Ce gouvernement méprisant, ce conseil scientifique dévoyé ( il y a dedans le fameux Yazdan Yazdanapanah), cet ordre des medecins veule, ont créé un monstre qui leur échappe. Seules une solution associant vaccin et traitement précoce, et prophillaxie (zinc, vit D et C..) a des chances de réussir sur le long terme

    • Merci docteur pour vos conseils avisés, je m’en vais prendre mon shoot de zinc et lécher des barres de métro sans risque… 😉

      Et sinon…çà s’écrit « prophylaxie »

  • La rationalité sanitaire du pass est un mythe comparable à l’Immaculée Conception. Y adhérer relève uniquement de la foi, la raison n’a rien à voir là-dedans.
    Il est clair qu’aucun membre de la clique au pouvoir n’a jamais cru que ce dispositif servirait à quelque chose, sanitairement parlant. C’est un choix politique qu’ils ont fait. Caresser dans le sens du poil la foule des Covidiens hallucinés, ceux que vous voyez marcher dans la rue ou conduire avec leur masque, ceux qui passent leur temps à critiquer « l’irresponsabilité » des autres, ceux qui crèvent de trouille devant leur télé. Voilà le public que vise le pass sanitaire, voilà la clientèle électorale sur laquelle compte la Macronie pour 2022.
    Commencer un quinquennat avec la « start up nation » et le finir avec le « tout pour les Ehpad »: la farce tragique de la plus grande escroquerie politique de l’histoire moderne.

    • Le pass n’avait qu’un objectif et Mme Meyer s’est montré fort courtoise de ne pas utiliser le mot : chantage !
      Certains peuvent se rassurer en pensant que la fin – la vaccination – pouvait justifier n’importe quel moyen – y compris le chantage. D’autres jugent inacceptable ce contrôle social à la chinoise.
      Les premiers jugeront que l’opération était sanitaire. Les seconds liberticide.
      Les deux ont raison. Mais il y avait un autre moyen s’arriver au même résultat en respectant et le sanitaire et la liberté : se concentrer sur le public à risque comme cela a été fait dans d’autres pays. Car nous ne sommes pas bons sur le taux de vaccination des personnes à risque (plus de 65 ans ou plus de 50 ans avec comorbidités ou obèses). Or ce sont ces personnes qui iront encombrer les réas lors de la vraie prochaine 4ème vague…

  • Le fanatisme sanitaire du gouvernement semble inextinguible. Ça promet.

    Il y a tellement d’incohérences et de disproportionnalité dans nombre de mesures prises par ce gouvernement qu’il est difficile de croire que ses motifs réels soient uniquement sanitaires. Surtout quand le même gouvernement interdit de soigner précocement les patients, violant là une liberté fondamentale à la fois des médecins, et encore plus des malades.
    Il est de plus en plus évident que comme le dit Nathalie MP, l’objectif réel du pass sanitaire est de « ravaler la France à un vulgaire régime de contrôle social ».
    *****

    Mortalité due au Covid, Nathalie MP écrit : les plus de 65 ans avaient été touchés par une surmortalité significative due à la pandémie
    Ce n’est pas le cas dans plusieurs pays ayant « moins mal » géré cette épidémie que la France, cf les travaux de Pierre Chaillot, à partir des données d’Eurostat : le nombre de « décès standardisés » (à pyramide des âges constante) en 2020 a été le plus faible de leur histoire au Danemark et en Islande, et parmi les plus faibles en Allemagne, en Finlande et même en Suède. Dans ces pays où l’on n’a pas atteint les sommets d’absurdité et d’atteintes aux libertés que nous avons connus, la surmortalité engendrée par le Covid équivaut à celle d’une mauvaise grippe. Il se trouve que le Covid a remplacé, peu ou prou, les virus respiratoires habituels et frappe essentiellement le même public (personnes âgées et fragilisées).
    Dramatiser la situation comme cela a été fait et est encore fait est insensé. Il faut traiter cette maladie comme les autres.
    *****

    PS : quand je vois et entends nos ministres se féliciter du taux de vaccination des Français – obtenu en bonne partie grâce à la contrainte – et se comparer aux autres pays, j’ai l’impression désagréable d’une compétition puérile digne des cours de récréation. Je savais que le phénomène de mimétisme et de compétition idiote entre politiciens existe, mais là on atteint des sommets. Là, j’ai l’impression de revoir les images du film « le Dictateur », quand le dictateur Hynkel et le dictateur Napoleoni se livrent à un concours de celui qui aura le siège le plus élevé, pour pouvoir toiser l’autre. Pathétique, n’est-ce pas. Et ce sont les Français qui en paient le prix.

  • J’adore votre dernier commentaire monsieur Lenormand.
    peu de chance que ce pass disparaisse ou s’il disparait ce sera en février 2022 mais sans aucun rapport avec les élections bien sûr

    • Aux USA, l’administration Bidon parle d’avoir recours aux mail in voting pour les midterms de 2022…alors même que la cote de popularité de ladite administration est au plus bas au vu de ses récents errements…le SRAS-CoV-II et la maladie qu’il provoque semble être un animal politique hors du commun, bien pratique pour les authoritaristes fanatisés qui sont censés nous représenter.

      Si tout le monde pouvait arrêter sa télé et arrêter d’écouter leurs discours comme ce qui se fait en europe de l’est et dans une moindre mesure en Italie…la Belgique a montré il y a quelques années que l’on pouvait se passer de gouvernement…et l’URSS nous a montré à quel point les structures parallèles aux gouvernement officiel pouvaient s’avérer importantes en cas de crise majeure.

  • Une tranche d’histoire de France où on apprend que le français adore les contraintes et qu’il en redemande.
    Il semble maintenant inutile de pratiquer la démocratie passons à autre chose comme un président à vie comme en Chine je crois ou la russie avec poutine…. Enfin, bientôt une autre vague va commencer comme dans tous les pays fortement vaccinés…. Espérons que le vaccin limitera la casse.

  • Maintenant il va être intéressant de voir quand ce pass ignoble va être supprimé (ou au moins suspendu).
    Ça va dépendre évidemment de l’évolution de l’épidémie, mais si elle repart à l’automne il sera certainement maintenu et dans ce cas, on y aurait droit jusqu’à à la présidentielle, avec la probabilité de devoir le présenter pour accéder aux bureaux de vote…
    Quand on sait que de l’autre côté de la manche Boris Johnson a levé les contraintes sanitaires (« si on ne le fait pas maintenant, on ne le fera jamais ») au moment où Macron imposait le pass…

    • Ca va dépendre d’une seule chose : combien l’électorat estimera que laissée à elle-même, la population se comporterait spontanément de manière à ne pas négliger ou minimiser les risques.

    • Il y aura probablement une 4ème vague à l’automne – le phénomène de cet été n’en était pas une, il s’agissait en réalité d’un changement de « plateau » du à un variant plus contagieux.

      Mais on peut raisonnablement penser :
      1. qu’elle sera de moindre ampleur que les précédentes
      2. que le gvt pour ne pas se dejuger attendrait la dernière extrémité pour reconfiner le pays si le système hospitalier devait se retrouver en totale tension
      3. qu’au pire le confinement serait light et de courte durée
      Car il y a en effet Noël et les élections. Ce qu’a décidé Macron, le 12 juillet, sous l’emprise de La Vérole, ne lui sera pas pardonné si le pays devait à nouveau se claquemurer pour la dernière saison avant inventaire…

    • Ça va dépendre évidemment de l’évolution de l’épidémie, mais si elle repart à l’automne il sera certainement maintenu

      Remarquons pour commencer que l’épidémie liée au variant delta a provoqué beaucoup moins de décès que les précédentes (maximum d’un peu plus de 100 par jour en moyenne glissante) et n’a pas provoqué d’engorgement des hôpitaux, malgré la très mauvaise gestion de ceux-ci par les hommes de l’État.
      Pourtant, ces derniers ont mis en place le pass sanitaire de la honte et les obligations vaccinales diverses. Pourquoi, sinon dans la recherche frénétique d’un risque zéro fantasmé et/ou pour rendre service aux laboratoires fournisseurs des vaccins ?

      Comme nous sommes dans l’irrationnel de compétition, il n’y a même plus à se demander si nous aurons droit aux mesures punitives en cas de redémarrage de l’épidémie : nous y aurons droit. Et si d’aventure le Covid disparaissait de la circulation, la grippe saisonnière pourrait amplement justifier de pareilles mesures, avec les 10.000 victimes qu’elle fait en moyenne tous les hivers.

      L’objectif n’est plus sanitaire depuis longtemps : il est politique, dans le plus mauvais sens du terme. Celui de l’intérêt des hommes de l’État et de leurs amis (un maximum de pouvoir, le plus longtemps possible, le plus impunément possible, avec autant d’avantages pécuniaires ou en nature que possible).

  • C’est pas une auberge, c’est un asile de fous

  • bien sûr on peut m’accuser justement d’être un complotiste, mais trop souvent en France on oublie l’aspect mondial.
    Selon moi, il y au dessus la caste dominante et le monde de la finance.
    La finance étant en faillite, on a provoqué une crise avec le but de surnager à la fin. La crise sanitaire n’est qu’une partie du plan, et le passe sanitaire fait partie essentielle de la suite du plan pour contrôler la caste dominée, avec l’aide de intelligence artificielle. Tout sera interconnecté à la mode de Gle. et Bill G. En fait le passe c’est la clé de leur plan pour leur monde d’après, qui explique pourquoi autant de pays essaient de le mettre en place. Vont-ils réussir?

    • Je crois difficilement au complot. Néanmoins quand on voit la comédie qu’est ce covid à tous les échelons des institutions dites « de santé » (OMS en tête), ainsi que les campagnes de propagande et le refus systématique d’un traitement précoce, il y a de quoi se poser de sérieuses questions. Le capitalisme de surveillance approche à grands pas

      • Le capitalisme ? Mais le capitalisme c’est fatiguant mon bon monsieur, il faut toujours être au top pour vos clients, chercher de nouveaux marchés, innover. Un bon système de connivence dans des économie semi administré, ça c’est le pied… pour les élites.

    • Quand on voit la simultanéité avec laquelle un grand nombre de pays se jettent sur cette idée du pass, on peut effectivement se poser beaucoup de questions. On rappellera que la fusion des identités administratives, biologiques et numériques, première étape d’un gouvernement mondial, fait partie depuis un bon moment des objectifs du Forum Économique Mondial…

    • « The Sovereign Individual » de William Rees-Mogg & James Dale Davidson (1996), parle entre autre de l’utilisation du terrorisme et d’une pandémie pour permettre aux gouvernements de prendre le contrôle sur les individus…prise de contrôle qui – pour les auteurs – échouera car un certain nombre d’individus utiliseront de nouveaux moyens technologique pour se passer des gouvernements.

      Petite remarque concernant les auteurs, l’un était journaliste économique (et son fils est l’actuel leader du parti de Johnson dans la Chambre des Communes) et l’autre est journaliste et économiste.

  • Un médecin m’a affirmé hier qu’on allait vers une nouvelle « assignation à résidence ». Espérons qu’il ait tort. Mais je suis d’accord avec ceux qui disent que l’on vit dans le délire sanitaire ‘apprentis dictateurs!

  • Le pass sanitaire va permettre à Macron d’être réélu. Parce que les opposants au pass s’opposent d’abord à la vaccination et méprisent le risque, réel ou supposé, qu’ils font courir aux autres. A cette grande majorité de l’électorat qui préfèrent un mauvais dirigeant méprisant à cette incertitude tout aussi méprisante qui leur est promise par les anti-pass.
    Alors, pourquoi imaginer que Macron supprime l’outil de sa réélection ?

    • Les commentateurs peuvent me mettre des -1 ici, mais ça n’est pas ça qui changera la perception majoritaire dans l’électorat et le résultat des élections !

      • Rassurez vous, depuis plus d’un an je ne vous downvote plus.
        Vous êtes devenu un zombie perdu pour la cause libéral.
        Quand je lis vos interventions antérieures, vous étiez un libéral pur sucre.
        Mais là, vous êtes parti en vrille.
        La peur panique, sans doute

    • Vous avez des -1 parce que vous méprisez les anti-pass, justement quand vous les taxez de gens méprisants pour les autres. Vouloir une société de liberté vs une société de contrôle social à la chinoise au prétexte de la recherche du risque zéro, ce n’est pas être méprisant, c’est choisir un modèle de société libéral ; surtout quand les gens en question prennent toutes les précautions possibles, dans la vie courante, pour éviter de nuire à autrui.

      • Et si vous dites : je me borne à constater ce que pensent les Français, Contrepoints – et d’autres – est justement là pour détromper ceux des Français qui pensent antilibéral… habitués qu’ils sont à une approche collectiviste des choses.

  • Le pass sanitaire est effectivement stupide . . . l’obligation vaccinale aurait été bien plus claire mais ce gouvernement ayant à sa tête une bande d’incapables, c’était trop difficile de prendre une telle mesure quitte à se contredire en imposant le pass dans les lieux de vie communs tout en ayant dit le contraire quelques semaines avant !

    • Effectivement. Si (très important) on considère les vaccins (attention en plus à ne pas tous les mettre dans le même panier, l’efficacité et les risques sont très différents de l’un à l’autre) comme LA solution unique à cette « crise » (qui n’aurait jamais du en être une), l’obligation vaccinale bien mise en place était une bonne politique.
      On traite les français par ordre d’âge (et de co-morbidités) avec leur médecin traitant, on convoque à telle date, telle heure, jour d’absence automatiquement donné pour ça, et hop. Si les gens ne peuvent pas y aller, ils ont une seconde chance. Et hop. Au suivant.

      Seulement pour faire ça il aurait fallu une bonne logistique et un peu de courage (plus de petits problèmes légaux, basés notamment sur le fait qu’on parle de traitement expérimentaux et qui le resteront jusqu’en 2022 ou 2023… et qu’historiquement les vaccins « précipités » ont toujours donné lieu à des « petites catastrophes »).

      Mais s’ils avaient dans leurs « conseils scientifiques » ou « conseil de défense » de vrais scientifiques et des gens qui réfléchissent plus de 5s par jour à autre chose qu’à leur prestige et aux cocktails à s’enfiler, il était évident depuis le début que les vaccins ne pourraient jamais être autre chose qu’une aide, précieuse mais ponctuelle, pour les populations réellement à risque, et que la bonne approche de la maladie étaient bien plus large que ça.

      • 🙂
        Avez-vous regardé quelle proportion de Français n’a pas de médecin traitant ?

        • Pourquoi voulez vous avoir un médecin traitant quand vous êtes jeune en bonne santé ?
          A moins que vous soyez fanatique du DR Knock..

          • Si en plus le Doliprane est en vente libre, on ne voit ce qu’il pourrait apporter, sauf s’il brave les interdits.

          • J’ai revu le film Knock (1951) la semaine dernière, avec l’excellent Louis Jouvet. Ce film devrait être obligatoire (je sais, pas très libéral 😉 ) au lycée, ou au moins en première année de fac de médecine.

    • C’est pas encore possible l’obligation vaccinale pour les adultes en général, il faudrait aller encore plus loin dans la pariatisation qu’avec le pass, ou envoyer la police chez chaque personne avec le risque de ce faire mal accueillir
      Pour les autres vaccins elle est possible sur les enfants « grâce » à l’entonnoir de l’école, en vaccinant très tôt et en faisant déjà du chantage aux parents à l’accès à la crèche ou à l’école, et en utilisant déjà la technique des boucs émissaires, que c’est à cause des mauvais parents qui piquousent pas bien leur gamin que certaines maladies reviennent…
      Enfait ça fait déjà un moment (depuis marcon éé) que la vaccination est partie en délire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles