Pass sanitaire : des manifestations plus importantes que prévues

OPINION : le mot que scandaient tous les manifestants ce week-end était simple, clair et audible. Liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
manif pass sanitaire (credits Fmas)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass sanitaire : des manifestations plus importantes que prévues

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 juillet 2021
- A +

Par Olivier Maurice.

Ce samedi 17 juillet 2021, avaient lieu un peu partout en France des manifestations contre les annonces d’Emmanuel Macron visant à généraliser le passeport sanitaire et dès le lendemain, le gouvernement en panique était aussitôt à la manœuvre pour tenter par tous les moyens de désamorcer l’événement.

Pendant que Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, déroulait dès potron-minet les éléments de langage à diffuser : c’est un mouvement d’antivaccins minoritaires, de capricieux, de défaitistes (et en sous-entendu, instrumentalisé par des extrémistes farfelus et ridicules)… Christophe Castaner lançait la croisade pour crucifier pour l’exemple la députée ex-LREM et médecin Martine Wonner afin de donner un peu de réalité aux gesticulations médiatiques de l’équipe au pouvoir.

Ne soyons pas naïf, le gouvernement a parfaitement les moyens de connaître exactement l’ampleur des manifestations. Une rapide visite sur les réseaux sociaux permet d’ailleurs de se forger très rapidement une idée, quand on a l’intention de s’y intéresser.

Mais ce sont les vacances, et le pari se tente que la grande majorité des Français pense plus à la plage et au soleil (qui vient finalement de réapparaître après un bon mois de mise en confinement du réchauffement climatique) qu’aux sujets liés de près ou de loin à un virus que tout le monde aimerait bien qu’il n’ait jamais existé.

Sauf que, malgré toute la rhétorique haineuse et condescendante sur la dernière espèce de sous-homme (en français de bistrot, on appelle cela un con, en novlangue de plateau télé, on appelle cela un antivax) et les multiples efforts pour tenter de décrédibiliser le mouvement, la réalité refuse obstinément de se plier aux fantasmes et aux invectives.

Il y a bien chez les manifestants du 17 juillet comme un air de déjà vu, une odeur que l’on avait déjà senti un certain 17 novembre sur les ronds-points : celui de la France invisible, de la France silencieuse, celui de la France qui a comme logiciel système d’exploitation une version qui n’est pas écrite avec le même langage que celui qu’on apprend à l’ENA, à sciences po et dans les écoles de journalisme et qui reste pour les diplômés de ces centres de formatage un énorme mystère.

Et comme le 18 novembre 2018, le gouvernement français commet exactement la même erreur politique qui a débouché sur les extrémismes aux Champs-Élysées et ailleurs dont tout le monde se souvient : il crie à qui veut l’entendre qu’il a choisi de mentir effrontément et de rester sourd et aveugle à ce qu’il s’est passé.

Le pompier pyromane

Un peu comme s’il disait : « Quoi ? Vous n’avez pas fait assez de bruit ! Vous n’avez tué personne, vous n’avez rien saccagé, vous n’avez rien pillé, brûlé, frappé, vous n’avez pas plongé le pays au bord de la guerre civile ! On ne vous entend pas ! Vous pouvez crier plus fort ? »

En 2018, Nicolas Sarkozy avait déjà tenté d’expliquer à l’équipe au pouvoir que cela ne servait à rien de nier l’évidence, qu’il valait mieux ouvrir au plus vite les arroseurs à pognon pour tenter d’éteindre l’incendie tant que c’était possible. Décidément, l’équipe au pouvoir n’a pas l’air d’avoir compris ou alors elle aime clairement jouer avec le feu.

Certes, les circonstances ne sont pas identiques. Certes, nous sommes entre le 14 juillet et le 15 août, au plus fort de la saison estivale. Mais ne perdons pas de vue que pour pas mal de gens, pas loin de la moitié de la population, la saison estivale risque bien de s’arrêter brutalement le 1er août, dans un joli capharnaüm de fraudes obligées, d’abus de pouvoir ou de laisser aller des nouveaux auxiliaires de police de la République et de tracasseries administratives.

Opposition : silence radio

Comme le 18 novembre 2018, la classe politique « républicaine » essaye de se relever de l’uppercut et essaye, les yeux embués, de choisir entre se réfugier dans le coin du soigneur ou se lancer dans le combat.

Le mot que scandaient tous les manifestants étaient pourtant simples, clairs et audibles. Liberté.

Mais ce mot n’a dans la bouche des manifestants absolument rien à voir avec la définition officielle. Et c’est pour cela que la classe politique et médiatique ne le comprend pas.

La liberté dont parlent ces Français ordinaires et divers, non-violents et bien intégrés socialement, qui paient leurs impôts et ont été vaccinés est à mille lieues du « droit de montrer son zizi en classe » qui sert de caricature à la liberté pour le pouvoir et certains autodésignés intellectuels.

Cette liberté, c’est tout simplement le fait d’être le seul à être capable de décider de ce qui est bon pour soi, et pour ses proches, ceux dont j’ai la responsabilité. On ne la reçoit ni ne la crée, on en est juste plus ou moins conscient.

Don’t tread on me

On dit souvent que les libéraux n’existent pas en France. Mais c’est exactement la même erreur que de dire en regardant de loin un tas de pierres en plein été, que les serpents, les araignées, les scorpions et toutes ces petites bêtes qui piquent n’existent pas.

Les libéraux n’existent pas en France sous forme de mouvement politique. Et c’est totalement compressible : pourquoi un libéral irait se transformer en collecteur d’impôts vivant du fruit de ses rapines et distribuant les privilèges ?

La société française de 2021 ne peut être que libérale parce que le monde dans lequel nous vivons est libéral. Pas politiquement, pas philosophiquement, pas moralement, mais concrètement libéral.

Même les monopoles étatiques les plus restreignants n’empêchent pas cette liberté. On vit avec, c’est tout. On vit avec la SNCF et ses continuels dysfonctionnements. On vit avec la sécu et ses multiples tracasseries administratives. On vit avec l’école, l’administration, la police, les informations officielles, les baratins politiques continuels

Au plus l’État tente d’étendre son socialisme, au plus la population s’adapte. La technologie et la richesse productive ont d’ailleurs grandement amplifié et accentué cette capacité d’adaptation.

On s’adapte, sauf quand le gouvernement dépasse clairement les bornes, lorsqu’il gouvernement remue le tas de pierres et dérange toute la petite vie qui dormait tranquillement à l’abri du soleil.

Certains ont choisi le pari de croire que la vaccination les protégera, non pas du virus, mais de la folie liberticide des hypocondriaques enfermistes. Si leur pari se révèle perdant, ce n’est plus une pierre que le gouvernement aura remuée, mais le tas tout entier.

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • Excellent article qui s’oppose au prêt-à-penser insupportable des zélites.

    • Bien vu, je me suis fait vacciner les 23/3 et 19/4 parce que c’était mon choix libre eu égard à mes caractéristiques personnelles et je suis résolument opposé à ce pass sanitaire discriminant qui installe l’apartheid, le contrôle de ma liberté de circuler et de passer des transactions. LREM = LDEM, la dictature en marche.

    • Oui, avec en prime ce magnifique paragraphe « DON’T TREAD ON ME », qui montre ce que cette crise peut révéler dans les consciences d’une population depuis 40 ans doucement et régulièrement mithridatisée au collectivisme.

  • Les « spin doctors » sont à l’œuvre et préparent tout doucement la population à la problématique de l’efficacité des vaccins.
    Depuis quelques jours on entend ci et là
    – immunité faible des personnes âgées
    – boost de la troisième dose

    Quand un grand nombre de citoyens sans risque majeur face au Covid prendront conscience que le deal vaccin = liberté est pourri, la question suivante sera posée :
    Que se passe-t-il après une hystérie collective ?

    • « Que se passe-t-il après une hystérie collective ? »

      Personnellement, je me sens trop vieux pour m’adapter au « monde d’après » et encore plus pour jouer les survivors et attendre le monde d’après le « monde d’après ».

  • Hâte de voir le gigantesque foutoir que va provoquer l’application du pass dans la vie de tous les jours, les premières mises à pied pour défaut de vaccination et aussi les parents tout contents à l’idée que l’on commence à toucher aux enfants. Forcément, cela va bien se passer.

    • @Waren : je connais pas mal de parents qui ont envoyé leurs gosses se faire vacciner (ils vont tuer pépé et mémé sinon). C’est horrible

  • Bien inutile tout ça, ça se finiera à la matraque, aux mains arrachés etc. Ils sont droit dans leurs bottes et la main droite tendue vers le ciel. Ils vont même jusqu’à faire incendier quelques centres de vaccinations pour que la pilule passe mieux et que les députés, qui n’ont pas vraiment besoin de ça, vote bien. Le denier variant un peu dur était le beta, le delta est devenu un corona habituel d’où L’Angleterre qui met fin à cette histoire.

  • Bel article, merci.

  • « il valait mieux ouvrir au plus vite les arroseurs à pognon pour tenter d’éteindre l’incendie tant que c’était possible »
    Le truc, c’est qu’il n’y a plus beaucoup de pression dans le tuyau, les gouvernements ont un trop irrigués ces dernières décennies…

  • un mot clair :  » liberté  » L’auteur a beaucoup de parti pris ou est sourd car en fait de liberté j’ai entendu une infirmière se déclarer opposé à la vaccination en raison du fait qu’elle n’était pas obligatoire pour tous !!! ( autrement dit elle ne réclamait plus de liberté mais au contraire moins !!! paradoxal non ???? ) Toujours en écoutant les interventions ce député RN s’opposant à la vaccination au prétexte que les errements passés du gouvernement devraient lui interdire de proposer des solutions c’est à dire demander à l’état de poursuivre ses erreurs ou de ne rien faire !!! brillante orientation pour un parlementaire ???? Pour conclure de mon temps on apprenait que la liberté individuelle s’arrêtait là où commençait celle de l’autre !!! nos manifestants sont très très loin de cette limite restrictive !!!

    • Il y a plus de 100 000 manifestants qui ont tous des raisons différentes. Ne vous focalisez pas que sur ce qui vous arrange. Même des vaccinés sont contre le pass sanitaire car ce qui est en jeu n’a rien à voir avec la santé publique.

    • L’argument de la liberté qui s’arrête là où commence celle des autres à la même valeur pour ces autres

    • « nos manifestants sont très très loin de cette limite restrictive !!! »
      Et la très grande majorité des commentateurs de Contrepoints aussi !!!

    • Avez-vous une source pour votre 1ère phrase SVP ?

      (sinon, ne pas confondre mortalité et létalité)

      • Et mortalité c’est le mot français qui dit bien ce qu’il veut dire en français courant : chance de mourir si on attrape la maladie en question. La « létalité » c’est du jargon d’épidémiologiste… personne ne devrait s’en servir sinon les épidémiologistes entre eux s’ils n’ont pas de meilleurs expression (mais en vrai ils « parlent » en anglais, langue dans laquelle ils publient, s’ils publient).

        • Désolé, mais vos réponses sont incomplètes :
          1- le taux de létalité, cela fait plus d’un an que tous les commentateurs, sans être épidémiologistes, l’utilisent, y compris sur CP. La taux de mortalité, c’est le % de décès par / à la population totale, y compris ceux qui n’ont pas contracté la maladie. Désolé d’aimer la précision,
          2- Guillaume P, qui est quelqu’un de précis et de courtois, me répondra lui-même quant à ses sources. C’est bien la comparaison du % d’effets adverses enregistrés pour les vaccins Covid d’une part, avec d’autre part le % d’effets adverses enregistrés pour les autres vaccins, qui compte.
          Je crois moi aussi que les effets adverses sont proportionnellement nettement plus importants pour les vaccins Covid que pour les autres, mais j’aimerais une source sûre. Nous devons répondre à la désinformation (éventuelle) par une information inattaquable.

          • J’ai demandé poliment à Guillaume P, ne vous déplaise. C’est vous qui m’avez pris de haut, tout en confondant létalité et mortalité.

            Peu importe, j’ai trouvé, mais pas grâce à vous. Grâce au Pr McCullough.
            Pénible ces gens à qui on n’a rien demandé et qui viennent faire la leçon…

            • Je vous apporte la réponse à votre question. Posée… vaguement poliment dira-t-on. Vous prenez ma réponse de travers. Grand bien vous fasse. Vous ne m’y prendrez plus jamais à vous apporter quelqu’aide que ce soit.
              Quant à la différence entre létalité et mortalité dans le « nouveau parler », je la connais très bien. Les chiffres donnés par Guillaume P sont évidents, il s’agit clairement de létalité (case fatality rate) ce que vous auriez pu « deviner » tant c’est évident.
              Mais bon, dire merci vous arracherait la gueule, votre suffisance vous permet de trouver l’info après, sans aide, mais après avoir demandé et obtenu quand même.
              Souffrez donc que je vous donne ici une petite leçon de politesse puisque vous êtes visiblement un cuistre mal élevé.
              Bon soir quand même…

              • Donc vous postez des liens pour être remercié, curieuse conception du service.
                Je ne remercie pas les cuistres, désolé.
                Et quand je poste un lien, je m’arrange pour aiguiller les gens, quand il nécessite une recherche pas évidente au premier abord.
                Bien d’accord avec vous sur ce point : évitons-nous désormais. J’a trouvé mes réponses (vous n’avez manifestement pas compris ma question) grâce au Pr McCullough, ainsi que je l’ai écrit plus bas (message en modération).

              • Sur les termes « létalité » et « mortalité », désolé encore d’aimer la précision. « mal nommer les choses ajoute au malheur du monde ».
                Quand je parle de létalité – ailleurs que sur CP, il est vrai, je parle de létalité, autrement dit de % de décès/malades. Et quand je parle de mortalité, je parle de % de décès/population. Les deux chiffres ont leur intérêt, mais employer l’un à la place de l’autre ne peut qu’engendrer la confusion, surtout auprès de ceux ne maîtrisant pas bien ces concepts. Mon côte scientifique, peut-être. Et si vous n’aviez pas jugé utile de me faire la leçon sur ce point, j’aurais peut-être été plus agréable avec vous.

        • J’ai un début de réponse à partir du site https://wonder.cdc.gov/controller/datarequest/D8;jsessionid=76E951422DACD88386C1C978F555

          En sélectionnant comme critères « vaccine » et « Event category » en même temps, on a les décès déclarés par vaccin.
          Résultats :
          – 5913 décès rapportés pour les 4 vaccins Covid
          – 10578 pour les autres vaccins

          mais on ne sait pas sur quelle durée ni sur quel nombre de vaccins (en particulier pour les vaccins autres que ceux contre le Covid) cela porte…

          • J’ai trouvé, grâce à l’intervention de Peter McCullough à l’IHU de Marseille :
            – 182 décès pour 27 millions de vaccins Covid aux USA (janvier 2021)
            – vs 158 décès par an pour 500 millions de vaccins autres

            soit facilement 20 fois plus de décès signalés pour les vaccins Covid.

          • Je n’arrive décidément pas à poster…

          • en modération, ça va finir par venir 😉

    • La liberté individuelle doit s’arrêter où commencent celle des autres et cela est complètement réflexif. Un non-vacciné n’empiète pas sur votre liberté de vous faire vacciner. Vous avez toute liberté de vous protéger comme vous l’entendez : vaccins, masques (deux ou trois si ça vous chante), vous avez la liberté de vous auto-confiner, de refuser d’approcher les autres, bref vous pouvez vous enfermer dans un coffre-fort, personne ne vous en empêchera.

  • Oui c’est fascinant cette expérience de Milgram in vivo.

  • c’est totalement compressible / au plus la population s’adapte / lorsqu’il gouvernement remue / Le mot … étaient pourtant simples / que tout le monde aimerait bien qu’il n’ait jamais existé
    RELISEZ VOUS. Ou faites vous relire. Comment Contrepoints peut publier ÇA ?

    • Mieux vaut un écrit imparfait venu à temps qu’un écrit parfait venu trop tard.
      J’exprime ma gratitude envers l’auteur qui, grosso modo, a très bien exprimé ce qui devait l’être rapidement. Il y a urgence à défendre notre liberté et pas forcément le temps de se relire!

  • Donc 35% n’y sont pas prêts. Et la question du sondage est toujours aussi perverse. Et puis c’est le Point…

    • Tous ces sondages en lignes ne veulent rien dire, entre les questions floues et l’exploitation tendancieuse, la vérité a beaucoup de mal à apparaitre. Il suffit de se souvenir : Macron + de 50% de satisfaits et 3% des voix à la dernière élection.

    • C’est plus simple d’aller se faire vacciner (moins risqué aussi) en cédant au chantage que d’aller manifester. Ca prend moins de temps aussi. Et peut-être, si on a un peu peur de la maladie, on aura un peu de protection avec ce vaccin et des chances d’attraper l’affreux virus si on manifeste. Quant aux effets secondaires du vaccin, en France ils n’existent quasiment pas. Juste, parfois, une célébrité qui a « un peu mal au bras pendant 3 h »…. et des mentions de « thromboses mais tellement rares…. elles seraient surement arrivé sans vaccin, d’ailleurs ».

  • toute la presse est subventionnée par le pouvoir pour qui le mensonge est un outil comme un autre.

  • Encore une fois, le gouvernement veut imposer, par coercition, ce qu’il n’a pas été capable de faire accepter par la pédagogie, à cause de l’arrogance de ses membres qui, sachant tout mieux que tout le monde, prenaient quand même la précaution de se retrancher derrière des avis scientifiques qui allaient dans leur sens! et on s’étonnera après ça que les Français soient vent-debout contre ce « pass-sanitaire » dont on ne connait pas exactement les modalités d’application! Notez bien que le gouvernement essaie d’amalgamer ce refus de contrôle supplémentaire et le refus de la vaccination.

  • Les manifs , il y en a toujours eu. Mais ce qui change radicalement c’est qui y va . Avec LMPT , les GJ , Jour de colère et maintenant contre le pass nous n’avons pas du tout les mêmes profils . On peut avoir un écolo qui manifeste avec un filloniste . Les lignes politiques bougent . Le gens se rendent compte que le « en même temps » c’est surtout « le n’importe quoi » associé à « ta gueule » et ça ne passe pas , mais alors , pas du tout .

  • En faisant un peu de mauvais esprit, depuis le temps qu’on nous parle du devoir de mémoire, et que, quand le gouvernement commence à faire des listes, à exclure des gens de certaines professions, instaure un laisser passer intérieur, désigne des boucs émissaires, etc, ça fasse pour le moins tiquer bon nombre de personnes, ça devrait être bien perçu non ? 🙂 ééé

  • Après Merluchon et Autain qui braillent et défilent avec les ulémas islamistes, voici Corbière et bientôt Garrido qui braillent avec les anti vaccins et anti pass……pour faire oublier la divulgation des revenus et du patrimoine de Merluchon…..qui fait très peu France Insoumise…..Waf…..Waf….

    • Faut pas faire attention à LFI, quoi que soient les décisions du gouverne-ment, il est contre. Donc, si la vaccination avait été interdite (comme les masques jadis) mélenchon aurait été pour l’obligation.

  • Ce qui manque à ce pouvoir, ce sont des relais de terrain qui pratiquent les bistrots de campagne où l’on croise de moins en moins d’alcooliques mais plutôt des personnes qui cherchent un minimum de vie sociale.
    Ce qu’on y entend est loin d’être caricatural et est souvent plein de bon sens.
    Je pense que le pouvoir n’a pas pris la mesure de la contestation, qui se nourrit d’une part par attitude arrogante et brutale de la macronie et d’autre part par le matraquage des médias qui ne nous informent plus mais nous donnent des leçons de civisme ou d’altruisme.
    C’est devenu insupportable pour beaucoup de gens et nos dirigeants qui se fient un peu trop aux sondages pourraient bien s’en mordre les doigts.

  • Vous verrez que plus les gens seront vaccinés, même s’ils sont contre le pass sanitaire, s’éloigneront du mouvement, car au final, les restrictions ne les concernera pas… 😉

  • je ne crois pas aux manifestations, parce qu’invariablement je me retrouve entouré de gens qui veulent faire passer plus que le dénominateur commun..

    la france n’est pas un pays de liberté…il est difficile sinon néfaste de la réclamer ponctuellement.

    liberté de se soigner comme on veut , fin de la sécu…

    la sécu… c’est ; vous ne pouvez pas vous soigner comme vous voulez et vous ne connaissez même pas votre propres besoins de soins.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles