Taxation mondiale des grandes sociétés : injuste et contreproductive

OPINION : le problème de la taxe mondiale proposée par le G7 n’est pas seulement l’attaque des grandes entreprises multinationales. C’est aussi et surtout l’idée que le secteur privé doit payer pour la crise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxation mondiale des grandes sociétés : injuste et contreproductive

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 juillet 2021
- A +

Par Alexandre Massaux, Chercheur Associé à l’Institut Économique de Montréal.

Impulsé par le G7 et l’OCDE, l’idée d’une taxation minimum des grandes entreprises a été acceptée par 130 gouvernements. Même des dirigeants de certains GAFAM, comme Jeff Bezos, semblent y être favorables alors que leurs entreprises seraient concernées. En effet, l’accord prévoit que les entreprises réalisant un chiffre d’affaires de plus de 750 millions d’euros seraient imposées au minimum à 15 % dans les pays participants.

On pourrait penser que ce système ne touchant que les grandes multinationales, cette taxation serait inoffensive. Néanmoins, une analyse plus en profondeur démontre une posture beaucoup plus hypocrite, une situation de plus révélatrice d’une tendance inquiétante visant à faire des entreprises un bouc émissaire.

Les gouvernements des pays riches renforcent leur contrôle au niveau global

Plusieurs aspects montrent que cet accord a été fait sur mesure par certains pays riches.

Tout d’abord, et comme l’indique le projet :

Les entités publiques, organisations internationales, organisations à but non lucratif, fonds de pension ou fonds d’investissement ne sont pas concernés par ces règles.

Les gouvernements et entités internationales se sont bien gardés d’être concernés par les mesures qu’ils imposent.

De plus, un certain nombre d’États ayant un impôt sur les sociétés faibles sont souvent des petits pays avec un PIB peu élevé : comme l’Irlande avec un taux à 12 %  qui était, il y a 10 ans, l’un des pays pauvres de l’Union européenne et qui a pu se relever grâce, entre autres, à une faible imposition des sociétés. Même phénomène avec la Hongrie et son taux à 8 %.

Une fiscalité avantageuse était pour eux un moyen d’attirer des entreprises et donc de développer leur économie. L’Assureur Allianz a calculé que cela pourrait coûter 2 points de croissance potentielle à l’Irlande et 1,7 point à la Hongrie. En les empêchant de descendre au-dessous du seuil de 15 %, les grandes puissances à l’origine de cet accord pénalisent les autres pays.

D’autant plus que l’on peut se demander si ces premières sont les mieux placées pour critiquer les paradis fiscaux. Faut-il rappeler que la plupart de ces pays possèdent des territoires qui sont qualifiables de la sorte ? Les États-Unis avec le Delaware, la France avec Andorre qui a pour coprince le président de la République française, la Chine avec Macao et Hong Kong ou le Royaume-Uni avec les nombreuses îles sous souveraineté de la Couronne.

Compte tenu que l’accord laisse une large liberté aux États pour le mettre en œuvre, nul doute que les États sus-cités vont l’adapter pour ne pas être pénalisés. Un accord profondément inégalitaire qui va profiter aux pays riches au détriment d’autres plus pauvres. Ironique pour une disposition présentée au nom de l’équité et de justice.

À bien des égards, cet accord est davantage une posture médiatique et politique utilisant les multinationales comme boucs émissaires dans un contexte de crise économique et de hausse des dépenses publiques. Néanmoins, le discours sous-jacent est néfaste.

Un souhait de plus en plus fort de contrôler le secteur privé

Le problème de cette taxe mondiale ne constitue pas seulement l’attaque contre les grandes entreprises multinationales. C’est aussi et surtout l’idée que le secteur privé doit payer pour la crise. Un des arguments de ceux qui sont en faveur de cette taxation est de faire payer les entreprises ayant profité de la crise pour s’enrichir.

Mais les géants numériques ont pris de l’ampleur grâce aux restrictions gouvernementales imposées sur les commerces « physiques », éliminant de fait une grande partie de leur concurrence.

Enfin, l’idée d’augmenter la taxation pour sortir de la crise économique devrait alerter tout le monde. Certes, cette taxe affectera directement les grandes entreprises mais rien ne dit que demain le reste de la population ne sera pas concernée directement ou indirectement par une hausse ou de nouvelles taxations.

De plus, une augmentation de l’impôt sur les sociétés va pousser ces dernières à compenser leurs pertes par moins d’investissement et/ou moins de recrutements : deux éléments pourtant vitaux pour une reprise rapide de l’économie.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • J’imagine que les impôts pour eux c’est « si ça ne marche pas, c’est qu’on n’y est pas allé assez fort ».

  • Conclusion: tous les politiciens ne sont que des mafieux cherchant à racketter la société!

  • Remarque: le secteur privé est le seul à produire de la richesse, presque par définition. C’est donc le seul à pouvoir payer quoi que ce soit, donc en particulier la crise…

    • En effet. Mais pour le comment il peut payer, on retombe sur Laffer et sur la concurrence fiscale. La taxation mondiale, si j’ai bien compris, est paradoxalement un élément de plus de cette concurrence fiscale, une taxe partie pour rester éternellement suspendue et pour apporter un soutien moral/électoral aux taxateurs mais un avantage pratique aux suspenseurs…

    • Remarque : pendant les confinements seul le secteur privé a été strictement arrêté, les indemnisations ont été de 84 % avec de l’argent emprunté alors que le secteur public n’a subit aucune perte de traitement en restant pour la plupart confortablement chez lui. Il faudrait que seule une partie du secteur privé soit mis à contribution. Mais quand donc les élus et les fonctionnaires prennent-ils leur part de solidarité ?

  • Le socialisme, l’étatisme et les dinosaures donnent un bon exemple de la sélection naturelle par pompage:
    Celui qui a le plus gros bâton maltraite celui qui a le plus de talent qui donc périclite avant qu’à son tour Goliath ne s’autoextermine.
    Exemple, les champions du monde de la fiscalité (nous et nos complices) vont torpiller les refuges fiscaux (l’Irlande) avant de sombrer dans leur propre cloaque.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles