Les non-vaccinés seront des citoyens de seconde zone

Entrée interdite BY Cory Doctorow(CC BY-SA 2.0) — Cory Doctorow, CC-BY

Emmanuel Macron vient de franchir la ligne rouge en désignant ouvertement de potentiels coupables d’une quatrième vague de covid.

Par Margot Arold.

 

Emmanuel Macron l’a annoncé lundi soir en toute décontraction : il est normal que les non-vaccinés soient progressivement exclus de toute vie sociale, parce qu’ils ne sont pas altruistes, n’ont pas fait preuve de « civisme » en se faisant vacciner :

Partout nous aurons la même démarche : reconnaitre le civisme et faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous […] Seuls les vaccinés, et les personnes testées négatives pourront accéder à ces lieux, qu’ils soient clients, usagers ou salariés.

Nous nous poserons la question de l’extension du pass sanitaire à d’autres activités encore.

Non-vaccinés : responsables, bientôt coupables ?

De façon totalement incroyable, le président de la République, en personne, pointe du doigt une catégorie de la population. En faisant cela, non seulement il stigmatise les non-vaccinés en laissant penser que c’est à cause d’eux que le virus continue à s’étendre, et qu’ils seront les seuls responsables d’un nouveau confinement, mais il fait bien pire : il fait lui-même tomber les barrières du « collectif », du « socle commun », de « la Nation », de « l’unité », en donnant véritablement un feu vert pour une chasse aux sorcières.

Dès à présent, puisque le Président vous l’a dit, vous pouvez vous aussi jeter le discrédit sur votre voisin ou votre proche non-vacciné, puisque c’est lui qui vous met en danger.

Emmanuel Macron franchit la ligne rouge

Emmanuel Macron vient de franchir une limite. Pour mettre en place sa stratégie du zéro covid (qui est en réalité une impossibilité scientifique et médicale), il assume de cliver la société, de jeter l’opprobre sur une partie de ses concitoyens.

Ce feu vert donné à la population vaccinée d’ostraciser les non-vaccinés est dangereux. Les Français se retournent les uns contre les autres. Certains vont trouver normal qu’on restreigne les droits des non-vaccinés. D’autres, comme Olivier Véran, menacent également de priver de salaire les soignants non-vaccinés (et demain, à qui le tour ?).

Cette privation du droit à vivre comme tout le monde était pourtant ce contre quoi luttait activement le gouvernement : que chacun ait le droit de vivre normalement, avec les même droits, qu’il soit Noir (Black lives matter), homo ou LGBT (PMA pour toutes), il critiquait également le gouvernement hongrois et sa loi « anti-homosexualité ».

Aujourd’hui, privés de restaurants, de cinéma, de théâtre… Et demain ? D’inscription à l’école ? D’activités de loisirs ? De sport ? De travail ? Faudra-t-il exhiber son statut vaccinal covid pour avoir le droit de vivre normalement ? De vivre tout court ?

Notre corps nous appartient. Nul n’a le droit, quelles que soient les circonstances, de nous priver de notre liberté de disposer de notre corps comme nous le souhaitons.

Stigmatiser une partie de sa population en la présentant comme potentiellement dangereuse, voire coupable, est une expérience que les Français ont déjà traversée, en d’autres temps. Nul besoin d’évoquer un Point Godwin : on commence par diviser, puis on désigne des coupables. Ensuite, on purge. Bienvenue dans le monde d’après.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.