VIDÉO : « Démocratie, le Dieu qui a échoué » de Hermann Hoppe

Il peut être dangereux de sacraliser la démocratie, mais les libéraux doivent convaincre que la liberté est ce qui donne un sens à la vie humaine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2021-04-28 Démocratie, le Dieu qui a échoué - https://www.youtube.com/watch?v=3KUPoGF7QRc

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

VIDÉO : « Démocratie, le Dieu qui a échoué » de Hermann Hoppe

Publié le 29 avril 2021
- A +

Par Jeunes Libéraux.

Nous avons écrit et monté cette vidéo dans le but de présenter les idées du premier chapitre de Démocratie, le Dieu qui a échoué de Hans Hermann Hoppe. Elle n’a pas pour objectif de recenser l’ensemble des imperfections de la démocratie, mais simplement de montrer qu’il est dangereux de la sacraliser.

Comme l’avaient prédit un certain nombre de penseurs et économistes (Hayek, Kant, Tocqueville ou La Boétie pour ne citer qu’eux) la démocratie peut faciliter la mise en place de mécanismes qui entravent les libertés civiles et économiques.

Malheureusement, les débats actuels (et c’est un point que nous n’abordons pas dans la vidéo) portent bien davantage sur les conséquences de la liberté que sur l’importance de la liberté, ce qui a isolé et même exclu les libéraux du paysage politique.

Il suffit de voir les débats sur les inégalités de revenus ou les questions de sécurité : la liberté a souvent une bien faible valeur lorsqu’elle ne donne pas un résultat jugé socialement souhaitable. Nous l’évoquions dans la précédente vidéo, mais la féministe se fiche éperdument de savoir pourquoi la femme gagne en moyenne moins que l’homme : elle en fait simplement le constat et elle souhaite corriger ce qu’elle perçoit comme une injustice.

Peu importe que nous ne soyons pas libres, pourvu que nous soyons égaux.

La question mérite donc d’être posée : la liberté est-elle intrinsèquement souhaitable ? La difficulté pour nous autres libéraux, c’est que la question nous paraît rhétorique, pour ne pas dire absurde.

On se souvient par exemple de Benjamin Franklin qui déclarait avec sévérité qu’« un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux ».

Victime du communisme, Soljenitsyne soulignait que « les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres ils ne seront pas égaux, et s’ils sont égaux c’est qu’ils ne sont pas libres. ».

Pourtant, face au constat que nous venons de dresser d’une préférence sociale pour l’égalité, les libéraux doivent convaincre que la liberté est ce qui donne un sens à la vie humaine. C’est un défi de communication pour eux. Ils devront faire preuve de pédagogie et de tolérance pour le relever.

Nous espérons apporter une pierre à cet édifice dans nos prochaines vidéos. Vous pouvez nous y aider en les partageant afin de leur donner davantage de visibilité et toucher un maximum de personnes.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • La liberté a toujours été pour moi primordiale. Je souhaite que l’état garantisse cette liberté. mais ma sécurité dépend en grande partie de moi ! A part cela, puisqu’on parle de démocratie, la forme spéciale de démocratie de la Chine garantie une liberté de tous les instants que l’on ressens très fort là bas (à condition de ne pas fomenter des troubles, des manifestations, des attentats ce qui me semble normal ?). Donc, selon moi, la liberté des hommes n’est pas l’apanage des démocraties telles nous les avons en Occident.

    • Milrem , il en est de même en Russie ; tant que vous vous tenez relativement à carreau , on vous fout la paix ; en France , les fouteurs de merde en puissance on les laisse faire , mais pour ce qui est d’emmerder les citoyens honnêtes , là , c’est la puissance 2 ;

      • Une démocratie sans contrôle sérieux au quotidien de ses élus* est un leurre.
        * en France 680 000 élus avec réduction de ce nombre à 120 000 environ.

  • L’égalité est bien la pire des injustices,
    et elle tire irrémédiablement la démocratie vers la médiocratie.

  • La démocratie est un mot enflé, sans contenu précis.
    En revanche:
    – une séparation nette des pouvoirs exécutifs et législatifs,
    – un presse libre, indépendante et variée,
    – une justice libre et indépendante,
    sont des conditions nécessaires pour s’approcher d’un régime politique humain et vivable.
    A mon avis.

  • Nous ne somme pas en régime démocratique. Nous sommes en régime de démocratie clientéliste. Le système ne se perpétue que par l’achat des votes, sous couvert de prétendus remèdes à des injustices supposées.

  • le mot apocryphe de Benjamin Franklin est particulièrement bien trouvé :
    « La démocratie c’est deux loups et un mouton qui votent pour savoir qui sera le dîner. La liberté c’est le mouton bien armé qui dit aux loups d’aller se faire foutre » !

    Je regrette juste que la vidéo malgré son titre reprenne si peu des arguments, exemples et commentaires (passionnants et pourtant parfois contestables) de Hoppe.

    Ce livre devrait être lu ou étudié en cours d’éducation civique. Accompagné sans doute d’autres ouvrages, vantant d’autres approches, communistes, socialistes ou monarchistes pures (un peu comme HHH, je pense qu’une monarchie absolue est sans doute le « deuxième choix » en matières de régimes après l’anarchie, la démocratie ne venant qu’en lointaine avant dernière place, juste avant la « démocratie populaire »… )

    • Merci pour votre retour @Franz ! On débute complètement dans la création de vidéos et on cherche encore ce qui marche en terme de format, contenu etc… Présenter toute l’oeuvre de HHH en 10 min aurait été difficile sans trop dénaturer sa pensée. Cela dit on prévoit à moyen terme de faire des vidéos qui présenteront plus en profondeur la pensée des principaux représentants de l’école autrichienne.

      Sur le fait que ce genre d’auteurs devraient être présentés en cours d’éducation civique je ne peux que vous rejoindre, mais honnêtement je pense que cela n’arrivera jamais.

  • démocratie hors contrôle
    les douze chefs d’accusation de la démocratie française

    la profession de foi dévoyée
    l’obéissance aux consignes du parti
    les petits arrangements
    les lobbys à l’œuvre
    la corruption d’état « obligatoire »
    la soumission aux thèses socialo-vertes
    joindre un élu c’est le parcourt du combattant
    la veille aux intérêts personnels et non à celle des électeurs
    l’absentéisme délirant
    le train de vie d’un élu (pas tous mais quand même)
    l’obsession de sa prochaine réélection: prêt à toutes alliances
    L’esprit courtisant à l’égard du pouvoir

  • La démocratie a pour avantage de donner l’illusion au peuple qu’il a les commandes.

    ça serait un bon système, mais ça pêche gravement sur le processus de détermination de l’Élite qui a une faucheuse tendance à sélectionner des menteurs peu scrupuleux…)

    Mais comme disait Churchill…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
calepin et stylo
6
Sauvegarder cet article

Par Tonvoisin.

 

"Mon cœur s'est noyé dans l'océan de tes rêves !

Au loin, le temps, la vie des vagues silencieuses,

se brisait en cadence sur l'absence de trêve

Et le monde riait ! La folie est joyeuse !

 

J'aurais vécu pour rire dans un monde à pleurer

sans mépriser mes juges de ma peine cruelle

Enfant je suis, enfant je meurs. Me faut-il expliquer ?

La tristesse des autres est ma seule étincelle !

 

Je me croyais vivant et soudain je suis mor... Poursuivre la lecture

Si vous défendez en France le libéralisme classique vous êtes rapidement soumis à un exercice pénible. Face à l’ignorance de votre auditoire, vous êtes contraint d’expliquer les « droits naturels », de remonter à l’humanisme et à l’école de Salamanque, de justifier laborieusement que le libéralisme n’est pas que le marché et la concurrence loyale. Ni le capitalisme de connivence.

Définir facilement le libéralisme est si malaisé que beaucoup commencent par expliquer « ce qu’il n’est pas ».

Bref, en invoquant le libéralisme, vous ... Poursuivre la lecture

Faisant face à une popularité en chute libre, la Première ministre travailliste néozélandaise Jacinda Ardern a récemment démissionné de son poste. Alors que les politiciennes habituelles la défendront bec et ongle contre le « sexisme, » les libéraux sensés se réjouiront de la démission de ce tyran, quel que soit son sexe.

Rassurez-vous, le mot n’est pas utilisé à la légère. Comme trop de gouvernement « libéraux », Ardern a fortement restreint la liberté de mouvement de « sa » population durant la pandémie. Malheureusement, elle a pris ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles