Grand oral du bac ou grande fumisterie ?

Le grand oral du bac est la figure phare de la réforme Blanquer. Initialement prévue pour 2020, la réforme du bac a été annulée du fait du covid. C’est en 2021 que va se tenir pour la première fois cette grande démonstration.

Par Jean-Baptiste Noé.

Jean-Michel Blanquer y tient à son grand oral, avec la même ferveur que les multiples atteintes à la liberté scolaire initiées sous son ministère. Le grand oral, c’est la grande réforme. Et comme toutes les grandes réformes initiées par l’Éducation nationale, c’est beaucoup de bruits pour rien. Il suffit de lire la présentation officielle faite par le ministère pour s’en convaincre.

Comment se déroule le grand oral ? Elle fait partie des 5 épreuves finales du baccalauréat, qui comptent pour 60 % de la note finale. L’oral a un coefficient de 10 en voie générale et 14 en voie technologique. C’est donc quelque chose de sérieux, du moins en théorie. L’épreuve dure 20 mn avec 20 mn de préparation et se déroule en 3 temps :

Temps 1 : présenter une question (5 mn)

Pendant deux ans, les élèves préparent deux questions de spécialités avec leurs professeurs et éventuellement avec d’autres élèves. Ces deux questions sont présentées au jury qui en choisit une. L’élève a ensuite 20 mn pour préparer son topo et créer un support (carte, graphique, etc.) qui doit être montré au jury. Mais « Rassurez-vous, ce support n’est pas évalué. » (sic). Deux ans de préparation donc, pour un exposé de 5 mn, voilà une épreuve sérieuse.

Temps 2 : échanges avec le jury (10 mn)

Le jury pose des questions sur le programme de spécialité et vérifie que l’élève le maîtrise.

Temps 3 : échange avec le jury sur le projet d’orientation (5 mn)

Laissons le document parler de lui-même :

« Vous expliquez en quoi la question traitée est utile pour votre projet de poursuite d’études, et même pour votre projet professionnel. »

Une partie de coloriage en somme, où l’élève doit apprendre à pipeauter et à broder.

Le jury est composé de deux professeurs, qui auront toute latitude pour noter l’élève. À l’origine du projet, il était prévu quatre personnes dans le jury : deux professeurs du lycée, un professeur de l’université et un professionnel. Une usine à gaz qui a été bien vite enterrée.

Reste donc un oral baudruche qui ne repose sur rien, mais dont le coefficient est énorme. On peut se demander sur quels critères objectifs les élèves vont être notés puisque tout n’est que subjectivité et imprécision dans cet oral. Estimer ainsi que la question choisie est en lien avec le projet d’orientation de l’élève relèvera de la gageure.

En 2020, le bac n’a pas eu lieu et tout s’est bien passé. En 2021, c’est un bac abâtardi et dénaturé qui va se dérouler. La véritable réforme qu’aurait pu faire Jean-Michel Blanquer est de supprimer cet examen coûteux qui ne sert plus à rien.

Mise à jour : 27/04/2021 à 8h19 (modification du chapo)

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.