La corruption, cause de la pauvreté généralisée en Iran

Le montant astronomique des détournements de fonds et de la corruption tissée au sein du gouvernement iranien a provoqué la reprise de l’économie par la mafia iranienne bien armée et au bord de l’effondrement total.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cORRUPTION by EpicTop10.com (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La corruption, cause de la pauvreté généralisée en Iran

Publié le 25 avril 2021
- A +

Par Hamid Enayat.

Les chiffres n’ont plus la capacité d’exprimer des détournements de fonds astronomiques.

Ces chiffres peuvent complètement changer la situation économique du pays ou améliorer les conditions de centaines ou de milliers d’écoles et d’universités. La corruption financière généralisée dans les agences gouvernementales, les banques, les privatisations, les entreprises publiques et para-publiques et les sociétés affiliées tout au long de la dernière décennie, est devenue si répandue qu’elle a frappé l’ensemble de l’économie iranienne.

Un économiste proche du régime iranien qui prétend avoir travaillé dur pour élire Rouhani, a présenté un nouvel indicateur de la corruption en Iran :

Imaginez que nous ayons une bande de billets de 40 000 kilomètres (la longueur de la circonférence terrestre) attachés autour de la Terre comme une ceinture.

Le nom Banknote Belt Around the Earth est abrégé en Cod KAD. Le volume de la corruption est visible dans les privatisations iraniennes de diverses industries d’après-guerre (guerre Iran-Irak). La ceinture de billets est fixée à 1440 fois KAD.

Considérez le degré de corruption administrative dans le pays aujourd’hui comme égal à la corruption passée. On peut dire que le projet de loi Partenariat Public-Privé, maintenant tacitement approuvé par le parlement, crée une capacité de corruption équivalente à 1560 000 milliards de tomans (la monnaie iranienne) dans le pays. Équivalent à 6000 Cod KAD ;

C’est plus de quatre fois la corruption totale de 30 ans de privatisation d’après-guerre.

Farshad Momeni, professeur d’économie à l’université Allameh Tabatabai et proche du régime iranien, a déclaré dans un discours lors de la cérémonie de la Journée des Étudiants :

L’économie politique de l’Iran est de plus en plus reprise par la mafia depuis la fin de la guerre jusqu’à aujourd’hui.

Soulignant que tous les gouvernements au cours des 30 dernières années ont joué un rôle dans l’approfondissement de ces relations mafieuses, il a noté que les ménages, en particulier les classes inférieures et les fabricants, ont été victimes de cette politique.

Les sanctions et la Covid-19 ont montré comment le cercle mafieux contrôle l’économie. Contrairement à ce que le régime iranien tente d’imputer aux sanctions américaines, la pauvreté et la misère sans pareilles du peuple iranien, cette structure corrompue et débridée a transformé un pays possédant les deuxièmes plus grandes ressources gazières au monde et les quatrièmes plus grandes ressources pétrolières en un pays en voie de développement. Jusqu’à 80 % de la population iranienne vit en dessous du seuil de pauvreté.

Il est clair que les sanctions sont efficaces et pourraient détruire les dernières capacités de production nationales de l’Iran. Depuis l’installation du neuvième gouvernement en Iran, sa capacité de production s’est détériorée et le pays est devenu fortement dépendant des importations. Le volume des importations est passé de 16 milliards de dollars en 1984 à 90 milliards de dollars en 1990.

De cette façon, les sources de production ont été perdues chaque jour et ont rendu le pays plus dépendant. Mais les profits de ces importations sont principalement reversés à ceux qui contrôlent plus de la moitié de l’économie iranienne, les importations du pays et tous les quais du pays : le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique.

Mais le CGRI n’est pas disposé à renoncer à ces énormes profits et continue de détruire les sources de production en important des biens de la Chine, etc.  conduisant le peuple à plus de pauvreté et de misère.

En 1997 et 1998, selon la Banque centrale, des biens d’une valeur de 180 milliards de dollars ont été exportés d’Iran, mais on ne sait pas comment les bénéfices ont été réinvestis dans le pays.

Selon des études, si les revenus avaient été investis de manière appropriée dans l’économie du pays, il aurait été possible de fournir des biens et des produits essentiels pendant trois ans, d’une valeur pouvant atteindre 35 milliards de dollars.

Le gouvernement de M. Hashemi Rafsanjani a mis en œuvre la politique de privatisation et tous les gouvernements ultérieurs ont suivi. La Cour des comptes a fait état que jusqu’à 68 % de corruption s’est produite dans certains de ces accords de privatisation.

En 29 ans de privatisation sous différents gouvernements (du début de l’an 1970 à la fin de l’an 1998), 900 projets, sociétés et entreprises publiques ont été transférés au secteur privé, pour une valeur actualisée totale de 720 000 milliards de tomans.

Prenons comme critère le rapport du président de la Cour des comptes en 1997, qui a fourni quelques exemples de corruption dans les privatisations et a mesuré le plus faible pourcentage de corruption à 52 %. Cela signifie que sur l’ensemble de la période de privatisation de 30 ans, depuis la guerre Iran-Irak, au moins 374 % des biens du peuple à l’heure actuelle sont allés dans les poches d’individus corrompus, à savoir les Gardes de la Révolution et les institutions affiliées au Guide Suprême.

Conclusion

Après la signature du JCPOA, plus de 150 milliards de dollars d’argent iranien bloqué ont été débloqués et le régime iranien a vendu au moins deux millions de barils de pétrole par jour jusqu’à ce que les États-Unis se retirent de l’accord et que les sanctions commencent.

Malgré tout cet argent mis à la disposition de l’Iran, les soulèvements généralisés de 2017 et 2019 en Iran avaient pour origine la pauvreté, l’inflation et le chômage. Ils ont surpris le gouvernement avec leur force et avec le fait que des individus de tous les horizons étaient impliqués.

Avec ses politiques belligérantes et la création de divers groupes militants à travers le Moyen-Orient, le régime réactionnaire iranien a détruit toutes les richesses du pays tout en détruisant ses ressources manufacturières et ses infrastructures. Au lieu de cela, il a créé une pauvreté exemplaire dans l’un des pays les plus riches au monde.

Le régime iranien et ses lobbys du monde entier prétendent que les sanctions causent la pauvreté et la misère actuelles de plus de 80 % du peuple iranien. Le gros problème de l’économie iranienne est la règle du pillage et de la corruption institutionnalisée.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Vivement le retour des mollahs dans leur mosquées…

  • En fait, la corruption est le grand mal de ce monde actuel où l’argent est roi. Il est à la base de ce grand cirque appelé « Covid ».

  • S’il n’y avait que l’Iran qui se trouvait dans cette situation… de tous les vices économiques la corruption est le pire parce qu’il s’appuie sur la loi du moindre effort et ouvre de ce fait la porte à l’oisiveté, à l’argent facile et à la malice.
    Combien meurent ou se meurent à cause d’elle?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alex Gladstein. Un article de Reason

 

Le bitcoin a conquis certains des milliardaires les plus connus d'Amérique et les institutions du monde entier le considèrent comme un actif financier sérieux. Mais la hausse du prix du bitcoin n'est qu'une partie de l'histoire.

Qu'ils le sachent ou non, les personnes qui achètent des bitcoins renforcent un outil de protection des droits de l'Homme. Cette forme encore relativement nouvelle de monnaie électronique résiste à la censure, aux saisies, aux frontières, aux autoris... Poursuivre la lecture

Dans le numéro de juillet-août 2015 de La Revue de l’Énergie j’écrivais au sujet de l’accord nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 :

« Avec l’exportation du gaz iranien, le rôle du gaz russe va être redimensionné au point que l’on se demande quelle contrepartie la Russie a bien pu obtenir pour laisser ce futur grand concurrent venir sur le marché international du gaz. ».

Cette interrogation reste plus que jamais d’actualité et explique pourquoi le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, est allé rencontrer le maitre de... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’ONG Transparency Watch vient de publier son index de perception de la corruption 2021. Cette organisation s’est donné pour but de mettre fin à la corruption et de promouvoir la transparence, la responsabilité et l’intégrité à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la société.

Il ressort de cet index que les avancées de la lutte contre la corruption ont stagné voire régressé pendant la pandémie. Une situation qui touche les pays d’Europe de l’Ouest comme la France.

Les pays nordiques restent les bons élèves

Le Danemark a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles