Sortir du confinement ? Vous n’y pensez pas !

Après les cocktails et les triples doses, voici les dosettes enfants, cibles parfaites de la hontectomie de nos politiciens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vaccination par Daniel Paquet (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sortir du confinement ? Vous n’y pensez pas !

Publié le 14 avril 2021
- A +

par h16

La facture vient de tomber : saboter pendant un an le commerce d’un pays comme la France, ça nous coûte un petit 424 milliards d’euros bien dodus que seule notre opulence insolente permet d’éponger d’un geste auguste et rapide.

On pourrait attraper le tournis devant l’énormité de la somme qui représente, basiquement, plus qu’un budget annuel, et près du double de toutes les recettes collectées au cours d’une année normale par l’État français. Mais on se rassurera en notant qu’heureusement, ces centaines de milliards ont permis d’obtenir des hôpitaux qu’ils fonctionnent mieux (et comment !), un chômage réduit (trop de la balle !), une pauvreté évaporée (fantastique !) et une insécurité disparue (youpi !).

Et cette avalanche de nouvelles réjouissantes n’est pas près de s’arrêter puisqu’après le cocktail avec moitié Astra-Zeneka, à moitié Pfizer ou Moderna (saupoudrez de menthe ou de sucre selon votre goût), après la troisième dose pour les plus fragiles, on voit maintenant se pointer la dosette enfants : les mineurs (voire très mineurs puisqu’on évoque sans sourciller des bébés de quelques mois), bien que fort peu malades, fort peu vecteurs et fort peu concernés, n’en demeurent pas moins d’excellentes cibles – commodément muettes – pour le tout-à-l’état sanitaire du pays.

Quelques articles çà et montrent surtout la nervosité du corps enseignant dont on finit par se demander s’il ne réclame pas ces vaccinations davantage pour se rassurer que pour un très hypothétique bien-être des enfants, auquel il faut ajouter le calcul de l’institution elle-même qui y verrait une excellente raison pour imposer un retour des enseignants dans leur cadre normal (finie, l’école à la maison).

Eh oui, encore une fois et très concrètement, la bonne vieille stratégie de la culpabilisation des Français continue : il devient subitement indispensable (inévitable, même) de picouser les gamins pour sauver les seniors. Chacun sait que les gamins (bien que très très rarement malades et très généralement asymptomatiques) sont responsables de la mort de mamie et de papy (ce n’est pas leur diabète, leur obésité, leur système cardiovasculaire calenchant, ou leur 95 ans qui jouent, non c’est l’embrassade pourtant interdite).

On continue ici d’enterrer profondément l’idée que ce sont ces seniors qui doivent faire attention (comme des adultes, en somme) à leur santé plus fragile. Notez au passage que leur avis n’a pas été sollicité, ils servent eux aussi de prétexte dans cette belle opération : même si la plupart ont compris les enjeux et acceptent l’idée d’une prise de risque (modeste en réalité), même si la plupart ont d’ailleurs amplement accepté l’idée qu’il faille mourir un jour, les politiciens, eux, ont aussi compris tout l’intérêt qu’ils pouvaient tirer d’instrumentaliser ainsi l’image du gamin qui file la camarde à ses grands-parents.

C’est obscène. Mais comme ça marche, nos politiciens hontectomisés n’hésitent pas.

On pourra aussi rire de la carotte, à nouveau brandie pour ceux qui y croient encore : avec ces vaccinations, nous pourrons « sortir de l’état d’urgence sanitaire ». Mais si ! Une fois tout le monde vacciné, promis, juré, craché, on retrouvera « le monde d’avant » (auquel on nous a paradoxalement promis de ne jamais retourner aussi, débrouillez-vous donc).

Quelle drôlerie.

La réalité est évidemment tout autre.

D’une part, on n’arrivera pas à vacciner tout le monde.

Il y aura toujours des individus qui refuseront, d’autres qui ne pourront pas être vaccinés. À l’instar des grippes dont les vaccins changent d’année en année, il y aura toujours l’un ou l’autre variant qui passera au travers des défenses immunitaires précédentes ce qui demandera un renouvellement des vaccins. Aubaine pour certains (laboratoires et politiciens), mais cauchemar logistique pour d’autres : atteindre ne serait-ce que 50 % d’une population à tout moment semble illusoire (et est-ce seulement souhaitable ?). Enfin, comme il existe des foyers animaux, c’est la garantie – comme la grippe – qu’une éradication est impossible. Le zéro-Covid, stratégie parfaitement suicidaire à l’échelle de la planète, n’aboutira qu’à toujours plus de restrictions liberticides, d’appauvrissement et de misère humaine : dans cette optique, la sortie de l’état d’urgence sera toujours repoussée…

D’autre part, politiquement, les gouvernements n’ont aucun intérêt à relâcher la pression.

Multipliant les critères flous (il faut moins de morts, puis moins de lits occupés, puis moins d’infectés, puis…), les autorités se satisfont très bien de mesures idiotes (la plage dynamique… et puis non, le masque imposé à l’intérieur… puis partout finalement y compris sur les plages, le passeport vaccinal ne sera pas obligatoire… et puis si, le couvre-feu sera à 18 heures, … ou 19 heures… ou 18 heures à nouveau, ou peu importe, vous êtes en tort, voici une prune, etc.) qui entretiennent un climat catastrophique dans le pays où chacun peut calmement soupçonner son voisin des pires méfaits sanitaires, puis le dénoncer et devenir un bon soldat de la vichyssoise sanitaire.

En outre, du point de vue des dirigeants, relâcher maintenant la pression c’est s’approcher un peu plus du moment où il faudra faire un bilan et à la fin rendre des comptes.

Dire un jour « c’est bon, la crise est finie », c’est admettre l’ouverture d’un nouveau chapitre, celui dans lequel on établit ce qui a marché, ce qui a échoué, les manquements, les erreurs et les mensonges.

Dans un pays démocratique, rompu à l’exercice pacifique et raisonné du pouvoir, ceci constitue déjà une opération éminemment difficile parce qu’elle implique des responsabilités (voire des culpabilités). La mener dans le calme sera impossible dans un pays en déliquescence comme la France, où la justice ne sert bien trop souvent que des buts idéologiques, où la police semble ne plus être composée que de robots se contentant de strictement obéir à des ordres, décrets et directives aussi idiots soient-ils, où les élus et l’administration se comportent chaque jour un peu plus comme une force d’occupation du territoire, à piller le peuple plutôt que le servir.

On peut imaginer que les élections seront un défouloir, sorte de rappel furtif à la réalité pour les politiciens. Mais à moins d’être complètement naïf, on sait déjà que les prochaines échéances électorales seront sans effet.

Quant à la présidentielle, aura-t-elle seulement lieu ?

—-
Sur le web

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • Désespérant… et tellement vrai !
    CMEF (variante de CPEF) ou M = monde, P = pays

  • Attendons le 20 ou 21 avril, un con-con masqué nous livrera la pensée magique du chef.
    En ce moment ils réfléchissent à la facon de faire revenir nos touristes du bresil….. En avion sanitaire peut être ou pas.. Ils devraient confier le job à europ assistance, ils savent faire.

  • C’est comme dans la pub de Renault : « Et c’est pas fini! »

  • Toujours étonné de voir ces français de l’étranger qui sont partis pour plein de bonnes raisons souvent évoqués à raison sur ce site d’ailleurs,vouloir rentrer à tout prix en cas de problèmes.Un peu comme des condamnés à l’étranger dont les défenseurs font tout pour les faire rentrer exécuter leur peine dans les douces prisons françaises…
    C’est anticonstitutionnel paraît-il,même en cas de pandémie mondiale,organisons enfin un vrai isolement des arrivants en hôtel à leurs frais au lieu de moquer des pays comme l’Australie qui l’ont instauré.

  • Si l’arrêt des vols avec le Brésil pouvait au moins servir à bloquer Mélenchon en Amérique du Sud dont on se demande quel case il a coché sur son attestation de déplacement ,au-delà d’une mesure sanitaire c’est une mesure de salut public!
    Qu’il y reste faire sa révolution fantasmée!

  • Je comprend plus rien ou plutôt je sens des démissions arrivées.
    Comment pourrais t’on voyager avec autant de vaccin a réalisé suivant les souches de chaque Covid . Non plus sérieusement , on va repartir sur de nouveau confinement ou alors ils ont compris enfin qu’ils étaient impuissant .

    • Vu la tête des bébés on aurait aimé qu’ils fussent impuissants, mais ils contrôlent tout de À à Z…. Ma bête noire, verran, je ne sais pas quel viagra il prend mais il est toujours prêt.

    • En exclusivite, voici la recette de la drogue de Véran :
      * Prenez une grande bouteille d’arrogance,
      * Versez-y cinq cuillères à soupe de mythomanie,
      * Assaisonnez la préparation avec de la sueur de Macron,
      * Criez trois fois « J’aime pas les gaulois »,
      * Dégustez !

  • Les régionales sont là pour établir la stratégie de la présidentielle. On peut sans trop de risque dire que si le résultat ne convient pas au gouvernement, il y aura un truc pour les présidentielles en 2022… 😉

  • « J’ai entendu dire que…. mais je ne sais pas, mais si c’est vrai, alors…. »

    Surtout que:
    « il semblerait qu’une étude anglaise pointerait les fameux « vaccins » pour les décès de « la troisième vague » (70% des décès étaient des personnes « vaccinées »). »
    -le vaccin est en cause?
    -le vaccin est inefficace?

    • Concernant les effets secondaires des vaccins, notre centre de vaccination a reçu des directives claires de l’ARS : ne pas déclarer les effets sauf s’ils sont très graves, ce qui est totalement insensé en terme de pharmacovigilance mais cela permet d’éviter la panique qui ne manquerait pas de survenir au vu de tous mes collègues vaccinés qui ont vécu ces « fâcheux effets ». Imaginez un instant si l’on avouait que plus de la moitié (je pense être en dessous de la réalité) des vaccinés déclarent des effets indésirables ! Le rapport bénéfice-risque en prendrait un coup dans les quenottes

      • Hum, à force d’en prendre, les quenottes ont disparu. Le rapport est un sans-dents 😉

      • Intéressant. Ca signifie que si (par exemple) 75% des vaccinés avaient cesdits effets secondaires, on ne le saurait pas… 75% ça ferait beaucoup quand même, même si ce sont des symptômes « gérables », quid des aggravations qui s’ensuivent…

      • Un vaccin peut entrainer un problème ORL?

      • Pas tout à fait car dans les phases 4, nous sommes dans l’obligation de déclarer TOUS les EI, y compris ceux qui sont déjà mentionnés dans les RCP (notice) du médicament…

        • @Buckaroo
          Bonsoir,
          Sommes-nous en phase 3 ou en phase 4 vu que les « vaccins » sont encore en période de test jusqu’en 2022/2023 ?

    • « Je cite des journaux « mainstream » qui ont rapportés les éléments que j’indique. Je met un conditionel car le nombre de cas analysés me semble relativement faible … »

      Dans la presse portugaise :

      Portugal regista mais 8 mortes por covid-19. Rt continua a subir »

      On trouve toujours plus c… que soi : ils vont tous mourir car ils ont enregistré 8 morts de plus [en 24H] et le RT « continue » d’augmenter. A ce rythme, il faut 6 mois pour constituer un échantillon statistiquement significatif.

      L’autre jour, ils déclarait que l’Algarve avait « franchi la ligne rouge » pour 4 décès mais que 7 décès à cause du vaccin ne prouvait rien.

    • « Je cite des journaux « mainstream » qui ont rapportés les éléments que j’indique. Je met un conditionel car le nombre de cas analysés me semble relativement faible au regard du nombre de personnes vaccinées. Ensuite, la presse « mainstream », notamment en Israel et en Australie a fait à plusieurs reprises état d’une « explosion » du nombre de cas chez des personnes « totalement vaccinées » 15 à 20 jours après l’administration de la dernière dose du « vaccin ». »

      Tant qu’à dire « cite », mettez des liens svp. Ca ne me dit toujours pas de quel type de cas vous parlez.
      Est ce que les cas que vous mentionnez sont dû aux vaccins eux-mêmes (comme les thromboses), ou parce dans ces cas-là, les infectés étaient vaccinés mais ont développé une forme grave de la maladie (ce que le vaccin était censé prévenir).

      Vous ne précisez aucun détail, ni liens, comment voulez-vous qu’on interprête vos retours sur des publications mainstreams probablement eux-mêmes tournées au conditionnel.

  • vu les résultats d’Israël, pays qui a le plus vacciné ( et dont la situation sanitaire ne s’améliore pas…)…

    • @breizh: source ?

      En fait c’est absolument impossible à dire. Voir les données ici : https://covid19.who.int/region/euro/country/il

      Israel est dans un creux, tout comme ils l’étaient en novembre 2020. Seul le temps dira si les vaccins sont efficaces contre les variants sachant que les Israeliens pourraient ne pas y être exposés en fonction des contrôles aux frontières, quarantaines obligatoires, etc.

  • Dans ma commune, les médecins généralistes ont pris la décision de ne plus (pas) administrer le vaccin Astra Zeneca car les retours d’effets secondaires sévères (grippe à 40° de fièvre) est de l’ordre de 50 % ici (même chez les vieux) !

    • Ce sont eux qui décident ?
      Patients, taisez-vous et patientez…

      • Eh bien c’est très ennuyeux. Prendre argument du serment d’Hippocrate et du fait qu’en l’occurrence, le patient serait très certainement d’accord si on lui demandait son avis, c’est quand même une manière détournée de justifier de retirer au patient les choix qui concernent sa vie et sa santé pour les confier au médecin.
        Le médecin sait mieux que le patient ce qui est bon pour lui, il n’a pas le temps d’expliquer et de toute façon le patient ne comprendrait pas, alors laissons-le jouir un peu de ce plaisir de diriger la vie des autres. — Serment d’e-pocrate 2.0

  • Il n’y a qu’une seule porte de sortie: l’immunité collective. Confiner est probablement la mesure la plus stupide pour une maladie qui tue si peu, spécialement si on considère que cette fameuse 3e vague n’a pour le moment aucun effet sur le nombre de décès. Pour les pays de l’hémisphère nord, la courbe des décès suit en générale celles des infections avec un retard de 15 jours. Ce n’a pas le cas cette fois-ci; vous pouvez prendre l’exemple du Canada et de la France où cette troisième vague a passé le cap des 4 semaines.

    • Je ne faisais aucunement référence au vaccin ici. Vacciner les enfants et les jeunes adultes est stupide. Cela a plus de sens si vous êtes une personne à risque, soit âgée ou avec une maladie chronique comme l’hypertension.

  • En terme de pouvoir, la double injonction est ce qu’il y a de pire : « faites mais ne faites pas » ! La population est totalement perdue, n’y comprend plus rien et nos branquignols font ce qu’ils veulent, à savoir exercer toujours plus de pouvoir. Ils sont dans la fuite en avant depuis mars 2020 et cela consiste à tout faire pour éviter de se retrouver jugés pour leurs actes (ou non-actes).
    Quant à retrouver la vie d’avant, il est remarquable de voir qu’une bonne partie des français y croit toujours alors qu’un minimum de lucidité permet de se rendre compte que nos zélites n’en veulent surtout pas et multiplierons les annonces catastrophiques pour continuer leurs exactions…
    Enfin, dernier point, un peu de jugeote suffit à comprendre qu’il est extrêmement compliqué de contrôler un virus à ARN par un vaccin. Ces virus ont une fâcheuse tendance à muter très vite (et beaucoup plus vite grâce à la pression de sélection des gestes barrières, confinements, couvre-feu et autres âneries), ce qui en fait des cibles pas vraiment faciles pour un vaccin. Même les virus de la grippe, qui mutent moins, échappent régulièrement à la couverture vaccinale.

    • Il y a une énorme contradiction et une incohérence totale entre :
      – « la vaccination, c’est la seule solution qui va tout résoudre »
      et
      – « les vaccinés peuvent encore attraper le Covid et contaminer les autres ».
      Premier exemple concret, le clip de propagande du gouvernement montre une grand-mère rêvant de revoir ses petits-enfants sans masque, ni « distanciation », mais se finit par un panneau indiquant : « Pour le moment, même vaccinés, continuons à appliquer les gestes barrières et à porter le masque ».
      Deuxième exemple encore plus caricatural : la décision du Conseil d’État autorisant le maintien de toutes les restrictions de libertés (confinement…) pour une personne vaccinée, en reprenant les arguments de Véran « Le vaccin n’évite pas d’attraper le Covid » et « Le vaccin n’évite pas d’être contagieux ».
      À quoi sert un vaccin pour une « pandémie » s’il n’évite pas la contagion, vecteur de la pandémie ?

  • Excellent article h16 !

    En revanche, vous terminez en parlant de présidentielle : que viendrait donc faire une élection présidentielle dans une monarchie socialiste totalitaire ?

    • Mais à couillonner la majorité qui n’a pas voté pour le « monarque » sans-couilles.

    • Oui c’est vrai pourquoi encore s’enquiquiner à aller voter… nous avons les meilleurs aux manettes, contentons nous de ce que nous avons ! signé furax !

  • Bravo pour cet article, avec une mention spéciale pour le trombinoscope qui ferait une magnifique affiche pour le film « Les charlots font de la médecine »
    Ce que nous venons de vivre depuis 13 mois est tout bonnement incroyable.
    Le pouvoir n’en sort pas grandi mais ça faisait déjà longtemps qu’on suspectait l’incompétence de nos énarques.
    Le plus grave est l’image de la médecine, salie par tous ces intervenants de plateau TV, qui auront affirmé tout et son contraire.
    Les mesures qu’ils ont préconisées n’auront servi à rien sauf à couler notre économie et notre moral.
    On voit bien que c’était une erreur magistrale de tout miser sur la vaccination, il n’y avait pas besoin d’être prix Nobel de médecine pour s’en douter. Si on met plusieurs années à vacciner tout le monde, c’est voué à l’échec.
    Il est par ailleurs possible que la vaccination soit responsable des variants, ce qui serait une véritable catastrophe sanitaire.
    La seule solution pour le pouvoir est ne plus les écouter, de nous rendre toutes nos libertés et la responsabilité de notre santé.

    • « Les mesures qu’ils ont préconisées n’auront servi à rien sauf à couler notre économie et notre moral…La seule solution pour le pouvoir est ne plus les écouter, de nous rendre toutes nos libertés et la responsabilité de notre santé ». Félicitations, voici un résumé exact et saisissant de la situation en France (et ailleurs aussi, apparemment).

  • Tant que Macron et sa clique n’auront pas éradiqué la mort de tous les humains, la privation des libertés perdurera.
    Alors que les vaccins soient efficaces ou pas, n’a aucune importance!

  • Article excellent rien à rajouter, au plaisir de vous lire. merci

  • Jadis les médecins étaient chargés de la santé, maintenant c’est le gouvernement. Je ne suis pas certain qu’on y gagne.

    • Non vous pouvez être sûr qu’on y perd puisque les médecins ont interdiction de soigner ! Tout ce qui pourrait réellement être utilisé et à coût presque nul, est classé DANGER mortel (HDC et Ivermectine) et l’usine fabriquant l’HDC a brûlé comme par hasard ! C’est une première dans l’Histoire ! Autant brûler les facs de médecine, nous n’avons plus besoin de praticiens nous avons des politiciens !

  • 30 octobre 2020 : confinement n°2
    15 décembre 2020 : couvre-feu n°2
    31 mars 2021 : confinement n°3
    Cela fait donc 5 mois et 16 jours que nous sommes privés de la liberté de circulation.

    167 JOURS CONSECUTIFS privés d’un droit fondamental garanti par l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme.

    Au niveau sanitaire, quand on compare avec les chiffres des autres pays, on voit clairement que tout ça n’a servi à RIEN. Au niveau sécuritaire, par contre, c’est le jackpot, zéro grogne sociale, le rêve de tout dirigeant français depuis des décennies.
    Pour ce qui est des gaulois réfractaires, des gilets jaunes, des manifestants du printemps, des jeunes voulant sauver le climat, des vieux qui ont des retraites minables, et tout autre contestataire éventuel, c’est le calme complet. Si quelqu’un veut râler, hop hop hop on envoie le préfet interdire sa manifestation pour raison sanitaire. Les autres, on les maintient dans la peur avec les gendarmes aux fesses pour vérifier les attestations, et dans le flou en annonçant des nouvelles règles chaque semaine.

    • @WebCharcutier
      Bonsoir,
      Tous nos droits sont garantis par l’article 2 de la DDHC. Ces droits sont imprescriptibles.
      L’article 12 précise comment ils sont garantis.

      « « Mauvaise est la mesure qui sacrifierait un millier d’avantages réels en contrepartie d’une gène imaginaire ou négligeable, qui ôterait le feu aux hommes parce qu’il brûle et l’eau parce qu’on se noie dedans, qui n’a aucun remède pour les maux mis à part leur destruction. » – Cesare Beccaria, 1764.

  • A Charles.w
    « N’ayant pas de source spécialement fiable sur le sujet, je reste sur un conditionnel, mais si cela s’avérait exact,… »
    Pour répondre le plus précisément possible à vos interrogations, j’ai recherché les références des émissions (non subventionnées et visibles sur internet) où j’ai l’habitude de puiser l’information. Résultat : TVLibertes. com, dans son émission Le Samedi Politique du 16 janvier 2021 titrait : Covid, vaccin, la généticienne Alexandra Henrion-Caude nous dit tout. Émission fort intéressante et instructive quant aux informations sur le Covid, et répondra, à partir de la 37ème minute et jusqu’à la fin dite émission, à vos interrogations. Cette chercheur, spécialiste de l’ARN, explique très clairement les risques non négligeables de cette « vaccination » qui n’en est pas une. Elle expose également les incertitudes et les énormes inconnus de ces traitements et finit son interview en citant les « recommandations » et les interdits notifiés par Pfiser pour l’utilisation de son « vaccin » miracle, notifications qui ne nous ont jamais été communiqués.
    J’espère que cette info répondra à votre questionnement. Bon visionnage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Coups de comm et postures contre-productives.

L’objectif était louable, puisqu’il s’agissait de faciliter l’accès au vaccin des pays à niveau de revenu faible ou intermédiaire : ils ont dû se partager jusqu’ici la moitié des doses distribuées alors qu’ils concentrent 85 % de l’humanité.

Le programme de solidarité internationale Covax manque tellement de doses que l’OMS a demandé, vendredi, aux pays occidentaux de cesser de vacciner leurs propres enfants et adolescents pour donner les doses corresponda... Poursuivre la lecture

Marquée par une explosion de cas de Covid-19 en raison de la progression « fulgurante » du variant omicron en France, la trêve des confiseurs a vu réapparaître avec force les « discours de la peur » sur la sauvegarde de l’hôpital et le rôle des non-vaccinés dans sa submersion annoncée. Notamment, l’avocat et chroniqueur Charles Consigny s’est offert quelques minutes de célébrité dans l’émission Les Grandes Gueules de RMC du 20 décembre dernier en préconisant de faire payer aux non-vaccinés leur accès hospitalier aux soins covid :

... Poursuivre la lecture

Par Phillippe Villemus. Un article de The Conversation.

Depuis soixante ans, les sondages d’opinion jouent un rôle primordial et controversé dans le déroulement des campagnes électorales. Leur multiplication pour l’élection présidentielle 2022 s’explique par l’utilisation d’Internet et par la nécessité des chaînes d’information de nourrir leurs émissions en continu. Mais ces sondages auront-ils une influence sur les résultats de la « mère de toutes les élections » ?

La supposée influence des sondages en politique serait conforme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles