Français, on vous mène en bateau. Jusqu’à la chute.

Macron ne prend plus aucune décision scientifique, mais seulement politique et essentiellement par suivisme allemand.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
PANIC and ANXIEY

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Français, on vous mène en bateau. Jusqu’à la chute.

Publié le 17 mars 2021
- A +

par h16

Alors que la France découvre, stupéfaite, l’apparition d’un variant breton du virus, reconnaissable à son petit chapeau rond (que tous les Bretons ont, c’est bien connu), l’Élysée se tatouille assez fébrilement pour savoir si on ne va pas reconfiner encore un coup.

Il faut dire que la situation est évaluée de façon calme, pondérée, neutre, millimétrique et vérifiable par tous les experts en communication, les médecins de plateau télé et, aussi, tous les ministres du gouvernement qui ont subi un cours intensif d’épidémiologie sur Youtube et BFMTV ces derniers mois. Et leur verdict est formel, clair, déterminé : peut-être qu’il faudrait reconfiner mais c’est délicat à imposer mais le nombre de cas augmente mais le nombre de malades pas trop mais le nombre de réanimations un peu mais ce ne sont pas tous des cas Covid mais l’incidence remonte mais le nombre de morts baisse mais l’impact économique est trop fort mais on a peur d’une nouvelle vague.

Cette limpidité permet d’ailleurs de prendre des décisions fermes et de diriger le pays de façon particulièrement compréhensible par un peuple qui n’était plus habitué à un exercice du pouvoir aussi adroit : depuis le début de la crise se sont donc enchaînés les actes les plus porteurs de sens qui n’ont cessé de mettre le pays sur les rails d’une réussite fulgurante.

L’état d’esprit général qui nimbe les décisions de Macron et de sa formidable brochette de polichinelles en carton provoque d’ailleurs des effets de bords amusants dans la presse qui ne sait plus trop sur quel pied danser et hésite entre adorer son enfant chéri (la campagne dégoulinante de servilité de 2017 a laissé des traces baveuses un peu partout dans les rédactions) et tenter un aggiornamento critique devant la succession de pirouettes consternantes qu’on nous inflige depuis 12 mois.

Le fait est que si, au début, les décisions prises pouvaient encore prétexter une vague colonne vertébrale basée sur quelques éléments scientifiques, il n’en va plus de même à présent : cette fameuse colonne vertébrale scientifique, commandée sur Wish, a manifestement été bloquée en douane et n’est toujours pas arrivée ce qui explique les déhanchés diaboliques que le gouvernement multiplie maintenant avec frénésie (ces gens sont des professionnels non humains – ne tentez pas cela chez vous, vous pourriez vous blesser !)

Ainsi, à incidence fofolle en Île-de-France correspond des petits sourires gênés et une valse hésitation pour savoir si on doit ou non reconfiner. Dans le même temps et avec une cohérence qui évoque les plus belles pages d’André Breton, la Normandie ou les Côtes d’Armor décident de plus ou moins reconfiner en invoquant des incidences pourtant bien inférieures à la région parisienne.

Ici, on comprend bien que le gouvernement et ses représentants locaux plus ou moins affûtés n’ont pas trop de mal à confiner Saint-Brieuc, mais que c’est un peu plus compliqué pour la moindre cité de Seine-Saint-Denis. Ces petits soucis logistiques, assez peu scientifiques et finalement assez bassement politiques expliquent pourquoi une région hésite fortement à confiner pendant qu’un département n’hésite pas à aligner les interdictions puissamment débiles pour justifier d’y faire un truc, un machin, n’importe quoi, mais au moins quelque chose, pendant que le Conseil Scientifique, qui devait être le phare infaillible du macronisme sanitaire, s’est complètement évaporé (ou peut-être est-il perdu dans les démarches administratives pour dédouaner sa colonne vertébrale, allez savoir).

Petit à petit, le doute commence à s’installer dans le pays : Nice Matin avait noté, il y a quelques semaines, des différences troublantes entre les chiffres officiels d’hospitalisations et ce que ses journalistes avaient constaté sur place ; des doutes équivalents se font jour à présent sur le taux d’incidence, apparemment surestimé.

Rassurez-vous : les écarts seront expliqués, on va retrouver nos petits, ne paniquez pas et le fait que les données relatives à cette épidémie soient toutes sujettes à caution, manipulées et manipulables, que chaque administration y va de sa soupe statistique et qu’au final, personne ne puisse y voir clair ne scandalise personne dans un pays où il est en réalité impossible de connaître le nombre de fonctionnaires émargeant à l’EdNat, le nombre précis de pensionnés, l’état des finances du pays, le montant précis du patrimoine de l’État ou même une vague approximation de sa retraite quelques années avant de la prendre…

Eh oui : il y a comme un flottement.

Les décisions de Macron apparaissent progressivement pour ce qu’elles sont, parfaitement arbitraires et pas du tout basées ni sur la logique, ni sur l’expérience, ni sur la science ou le sens du vent, mais sur l’improvisation complète (qui explique sans doute une saillie récente de Castex).

C’est tellement palpable que même un bastion du politiquement correct et de l’obséquiosité gouvernementale comme France Culture en vient à se poser des questions : et si tout ceci n’était pas la démonstration d’une simple réaction de panique sans logique ?

En somme, Jupiter décide de façon complètement indépendante de toute logique scientifique pour, en définitive, bêtement s’aligner sur les positions de l’Allemagne qui semble désormais le siège de la souveraineté réelle de la France et, dans la foulée et avec ce détachement qui sied aux cuistres, flingue en une journée des semaines de campagne vaccinale… Nonobstant le fait que – soyons honnêtes – cette campagne n’allait de toute façon nulle part tant il apparaît naïf de croire qu’elle aurait permis de mettre fin à la crise sanitaire qui n’est plus qu’une crise politique aiguë.

Au train où vont les choses, au rythme où les décisions paniquées s’enchaînent sans plus aucun lien ni avec les éléments factuels, la science ou la logique, on devrait songer à démettre purement et simplement Macron et sa clique de leur pouvoir pour les donner directement à Merkel et déplacer Paris à Berlin, ce qui serait finalement moins coûteux et plus propre que le bricolage qui consiste à dissoudre Paris dans la crasse, les rats et les punaises de lit…

En attendant, le constat se passe d’équivoque : on nous mène en bateau, droit vers la cataracte la plus raide.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Excellent, mention spéciale pour la relation abusive…

  • Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah… Oh ? Très drôle, je m’étouffe. Heu, c’est vrai tout cela me dit-on. Alors du coup ce n’est pas rigolo. Ces gens là sont vraiment au pouvoir. Pauvre France démocratique, bah dis donc. Ici rien n’est impossible.

  • Un grand bravo pour cet excellent article, tant sur le fond que sur la forme.
    J’adore particulièrement cette phrase: « La campagne dégoulinante de servilité de 2017 a laissé des traces baveuses un peu partout dans les rédactions »
    C’est certainement le point le plus préoccupant de cette crise, sans une presse libre et indépendante et des journalistes de qualité, il est impossible au citoyen lambda de se faire une idée de la réalité.
    Ces pseudo journalistes et experts en tous genres ne veulent pas sacrifier leur gagne pain depuis un an, la crise sanitaire.
    Ils ne font aucun travail de recherche, répètent bêtement ce qu’ils ont entendu, sont incapables de faire une règle de 3 et nous affirment qu’il y a beaucoup plus de morts aux USA qu’en France par exemple.
    Imaginons qu’en 2017, nous n’ayons pas choisi Macron au 2ème tour, aurait-il été possible à Marine Le Pen de piétiner à ce point notre démocratie ?
    On peut penser que non car la presse aurait joué son rôle de contre pouvoir, ce qu’elle ne fait absolument pas avec Macron.
    Je suis bien loin d’être un militant RN mais seulement un citoyen qui ne voit pas comment on va sortir de ce naufrage.

    • On ne coupe pas la branche qui vous nourrit bien et avec exonérations fiscales.

    • « incapables de faire une règle de 3 »

      C’est compliqué la règle de 3 :

      « https://fr.wikipedia.org/wiki/Règle_de_trois »

      Personnellement, j’ai appris par la méthode de « x fois moins »/ »y fois plus ». Et je pense que les autres méthodes sont un non-sens : ce qu’il faut c’est découvrir une logique que l’on possède naturellement à travers le langage courant, afin de convertir des énoncés en problème et des solutions en réponse.

      Celui qui ne maîtrise pas cette logique dans le langage ne maîtrise pas réellement le langage. Ce qui est un peu embêtant pour des gens dont le métier est de manipuler le langage comme des journalistes (entre autres).

      • si on a besoin de la règle de trois.. on a effectivement un problème de profondeur de réflexion et de rapidité logique voire de représentativité symbolique des nombres. Un règle ça s’oublie d’ailleurs..

        • Les règles sont faites pour être oubliées : elles constituent une simplification et un moyen mnémotechnique d’appliquer un principe et c’est le principe qui est formateur.

          Mais si on ne peut se souvenir de ce qu’on a appris (même inutile ou jamais utilisé) quand on était jeune, soit on a un problème de mémoire, soit on n’a en fait jamais rien appris.

          • La règle de trois n’est que le principe de linéarité.

            Il y a quelques années, j’avais été impressionné par un article disant que tout petit japonais était capable d’effectuer une « régression linéaire » … jusqu’à me rendre compte que cela voulait dire qu’ils maîtrisaient la règle de trois.

            • Non car la règle de trois est une régression linéaire avec ordonnée nulle à l’origine… qui est un cas particulier de régression linéaire

        • On a besoin aussi et surtout de l’algèbre de Boole. Mais pas besoin de savoir qu’on lui a donné ce nom.

    • Sur YouTube, telegram ou instagram vous avez non pas des journalistes mais des youtubers ou influenceurs (bien souvent initialement youtubers) qui critiquent sur le même ton et avec des bons arguments le gouvernement. Sauf que les plateformes commencent à les censurer (sauf Telegram), car ce n’est pas des discours habituels du camp du bien.

    • Si vous pensez que le RN est une solution, vous faites erreur.

      Une première solution est d’envoyer tous ces clowns au chômage.

      Je constate que les fonctionnaires qui se disent de gauche s’accommodent très bien de recevoir leurs ordres d’un chef RN comme c’est le cas à Beziers.

      • Je ne pense pas que le RN soit la solution, je fais simplement remarquer que le pouvoir actuel se permet des libertés avec la démocratie que le RN n’aurait pas pu se permettre, c’est tout.
        Macron a complètement anesthésié l’opposition LR, qui soit préfère aller à la gamelle, soit attend le retour de Sarkozy.
        Ne parlons pas de l’opposition de gauche, tellement empêtrée dans les débats sociétaux à la mode.

    • @Jean-Paul
      Excellent commentaire ! Donner tous les pouvoirs aux mêmes est une erreur, surtout quand on sait que le pouvoir est nocif, quel qu’il soit. Alors autant le diviser tant qu’il existe. Le décalage entre présidentielles et législatives du début de la 5e république était une excellente chose, l’instabilité de la 4e république, qu’on nous a toujours présenté à l’école comme une catastrophe, c’était probablement encore mieux.

  • Après le Pédalo, le bateau… non, le radeau de la méduse, en espérant que nous nous entremangions pas mais cela semble encore du domaine de l’impossible, avec le masque, une arme légère et efficace semble indispensable à sa survie

  • Prochaine étape, le dépôt de bilan…

  • dictature sanitaire..? mon cul.. petit cheffisme à prétexte sanitaire..

  • Moi, je les trouve vraiment très forts tous ces communicants de l’apocalypse! Imaginez: afin d’assurer un respect optimal du couvre feu dans ma région de Bourgogne, ils ont réussi depuis 10 jours à nous mijoter un temps pourri avec froid, pluie, neige, brouillards, verglas et donc tout le monde devant la télé dès 18h! Fortiches les gars!
    Ah, ben non, on me dit dans l’oreillette qu’ils n’ont pas enclenché le dérèglement climatique, que la météo est normale pour un mois de mars et que ça s’appelle « les giboulées »! Zut alors, encore raté!

  • Faut les comprendre à Paris ! Confiner les autres, à Dunkerque ou Nice, on veut bien, mais se confiner soi, c’est tout de suite moins agréable…

  • Encore une masterclass. Reprenons notre souffle pour la rigolade télévisée de notre ami Castex demain soir.

  • Excellent comme à son habitude le H16. Bravo

  • La strategie du choc…

  • La fin de l’article est magistrale.

  • Les rafiots pour les prolos, le paquebot pour les bobos

  • Merci à l’auteur pour ce billet follement vrai, je me permets de rajouter que le chef et ses pieds nickelés ont commencé bien avant la covid, donc on ne pouvait aller que vers ce désastre et qui malheureusement n’en finit pas

  • on nous mène en bateau certes, mais la règle de 3 en école de journalisme c’est :
    si un bateau traverse l’atlantique en 6 jours, 6 bateaux traversent l’atlantique en 1 jour

  • Vieux complexe ancré, la France suit l’Allemagne . Faut dire qu’avec des Marleau la fesse, Zadi le martyre, Traoré les persécutés, Merluchon et ses potes du CCIF,Flamby le Vaillant, Jadot qui lave plus vert que vert, le déclassement semble inéluctable.

  • S’il s’agissait juste de suivre l’Allemagne, à la limite ce serait supportable, mais c’est tout le reste qui ne l’est pas: le suspense ridicule entretenu d’une éventuelle décision à prendre ou pas ou peut-être, les élucubrations permanentes, les ridicules « conseils de guerre » dignes de batailles de soldats de plomb, les déclarations officielles toutes plus inutiles que les autres, et j’en passe. Je crois que le point d’exaspération est pratiquement atteint, voire dépassé !

    • Le gouvernants français savent très bien suivre les allemands quand ça les arrange : seules les mauvaises idées les intéressent (abandon du nucléaire, hystérie pseudo écologiste…), pour ce qui est des bonnes (réelle autonomie des régions, plus grand respect pour la constitution et les citoyens, moindre dépenses publiques, moindre bureaucratie dans les hôpitaux, moindre bureaucratie partout, non interventionnisme…) ont peut toujours attendre.

  • Et j’ajoute : merci h16

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles