Le virus a tué l’ordre libéral

L’ordre libéral a réalisé des prouesses d’autant plus remarquables qu’elles n’ont pas été comprises ou appréciées. Ce n’est que maintenant, peut-être, que nous apprécions ce que nous perdons.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Fusion Medical Animation on Unsplash - https://unsplash.com/photos/EAgGqOiDDMg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le virus a tué l’ordre libéral

Publié le 5 mars 2021
- A +

Par Daniel Hannan.
Un article du John Locke Institute

Les choses ne reviendront pas à la normale. L’impact politique et psychologique de la Covid-19 durera des décennies. Le monde vers lequel nous nous dirigeons en ressortira plus pauvre, plus mesquin, plus crispé, plus autoritaire.

Une épidémie se déclenche désormais dans nos cerveaux. Nous devenons plus prudents et moins tolérants à l’égard de la dissidence. Nous exigeons la fermeté de l’État. Et cette façon de penser ne changera pas quand le virus disparaîtra.

Les changements suite à la Seconde Guerre mondiale

Pensez aux changements politiques qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, ce fut  la dernière fois que les gens se sont sentis collectivement menacés à cette échelle. Les restrictions qui étaient censées être introduites dans l’urgence sont restées en place longtemps après la fin de l’urgence : rationnement alimentaire, cartes d’identité, conscription, économie contrôlée.

Pourquoi ? Parce que les guerres et les épidémies nous renvoient à nos instincts de chasseurs-cueilleurs les plus primaires. Nous devenons plus repliés sur nous-mêmes, plus tribaux, plus collectivistes, plus hiérarchiques.

En d’autres termes, les grandes perturbations de ce type nous rappellent à quel point l’ordre libéral est contre nature et combien l’individualisme et la prospérité des deux derniers siècles ont été fragiles et contingents.

La mondialisation réduit la pauvreté, mais nous refusons de l’accepter

« Le libre-échange, la plus grande bénédiction qu’un État puisse accorder à un peuple, est impopulaire dans presque tous les pays », écrivait Lord Macaulay en 1824. Depuis lors, les revenus mondiaux moyens ont augmenté, selon une estimation prudente, de 3000 %, alors qu’ils n’avaient guère augmenté auparavant.

La mondialisation et l’ouverture des marchés ont permis de réduire miraculeusement la pauvreté. Prenez les mesures que vous voulez : alphabétisation, longévité, mortalité infantile, éducation des femmes, apport calorique, taille.

Pourtant, sous l’emprise de nos instincts préhistoriques, nous refusons toujours de l’accepter. Nous nions l’évidence d’une prospérité croissante ; ou bien nous nous disons que l’augmentation du niveau de vie a un coût terrible, que la société est devenue sans âme et matérialiste, qu’il manque quelque chose.

Chaque mouvement de protestation contre l’ordre libéral moderne – romantisme, existentialisme, fascisme, communisme, fondamentalisme religieux – est un cri torturé de notre homme des cavernes intérieur, qui aspire au collectivisme et à l’autorité du groupe social.

En sortant de la chrysalide du confinement, nous nous trouvons subtilement transformés. La demande de gouvernements autoritaires de gauche et de droite est plus forte. Il y a davantage de protectionnisme, et donc plus de pauvreté. Il y a moins de tolérance à l’égard de la dissidence. Il y a davantage de politique identitaire, la forme ultime de collectivisme car elle définit les gens, non pas en tant qu’individus, mais en tant que groupe.

« Ce n’est qu’au début du crépuscule que la chouette de Minerve prend son envol », écrivait Hegel. Il se peut que les idées que nous tenions pour acquises à l’époque moderne – que l’individu est plus qu’une simple partie d’un collectif, que les dirigeants ne devraient pas pouvoir établir les règles au fur et à mesure, que ceux que nous n’aimons pas pourraient encore avoir des choses utiles à dire, que nos relations les uns avec les autres ne devraient pas être définies par la naissance ou la caste – aient été une erreur, une exception.

Nous arrivons peut-être, pour ainsi dire, à la fin d’un bref âge interglaciaire entre deux longues périodes glaciaires.

Il est temps de célébrer l’ordre libéral

Alors que les glaciers se retirent, marquons ce que nous laissons derrière nous. Célébrons le miracle extraordinaire qui a libéré la race humaine de dix mille ans de servitude et qui nous a élevés à un sommet de richesse et de bonheur qui était inimaginable jusque très récemment.

Reconnaissons les résultats d’un système de marché qui a mis fin à l’esclavage, brisé les tyrannies, élevé le niveau de vie des gens ordinaires, des femmes libérées ainsi que des minorités, un système qui a défendu la dignité de l’individu.

Célébrons le premier modèle économique qui a permis aux gens de progresser, non pas en aspirant le pouvoir en place, mais en offrant des services à ceux qui les entourent. Faisons le deuil, en passant, de l’ordre libéral qui, avant la pandémie, a épongé les dernières flaques de pauvreté sur cette planète.

Reconnaissons ce moment capitaliste, où la raison a vaincu le dogme et où les personnes ordinaires ont pu profiter de modes de vie dont les rois médiévaux n’auraient pas pu rêver. C’est une prouesse d’autant plus remarquable qu’elle n’a pas été comprise ou appréciée. Ses bénéficiaires sont restés méfiants et hostiles jusqu’au bout.

Ce n’est que maintenant, peut-être, alors que nous retournons à notre condition naturelle, que nous apprécions ce que nous perdons.

Traduction par Justine Colinet pour Contrepoints de The Virus Has Killed the Liberal Order de John Locke Institute

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Excellent article. Condensé de toutes les raisons pour lesquelles nous vivons dans une société d’abondance, de prospérité et de paix sans commune mesure avec quelque période de l’histoire que ce soit.

    Nous avons réalisé la prophétie de la corne d’abondance, et nous ne nous en rendons même pas compte.

    Merci à tous les penseurs, auteurs, acteurs, qui perpétuent ce miracle – tant que ça dure !

  • Excellent article.
    Il nous renvoie aussi à nos instincts les plus primitifs qui nous portent à asservir autrui, aujourd’hui avec le masque idéologique des bonnes intentions et du « bien commun ».
    N’oublions pas tous les « intellectuels patentés » qui applaudissaient le communisme et tous ses avatars liberticides (hier khmers rouges, aujourd’hui Venezuela, Cuba, Xi jin Ping … Comme l’avait dit Hayek, la route de la servitude semble avoir bien des attraits, comme l’avait dit Thomas Sowell « La Civilisation Occidentale a survécu aux invasions de Genghis Khan à l’Est, de l’Empire Ottoman au Sud, et à 2 guerres mondiales auto-engendrées. Mais survivra-t-elle aux attaques de ses propres intellectuels, c’est beaucoup plus douteux. »

  • Excellent article à faire lire à tous ceux qui veulent nous précipiter sur la route de la servitude et de la décroissance.

    • Je crains fort que la servitude ne soit corrélée à la croissance démographique, par réduction du libre parcours moyen jusqu’au stade où on ne peut plus bouger du tout.

  • Ou alors, comme le jugent certains, nous nous dirigeons vers un remake des années folles !…
    Sinon, remarque en passant, l’association « ordre » et « libéral » me choque. On dirait un oxymore…

  • Objectivement, le virus a certainement réduit l’ordre libéral britannique mais, en France, l’ordre libéral n’ayant jamais existé, il a renforcé l’ordre Énarchique…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Macron retraités décideurs troisième voie
4
Sauvegarder cet article

L’époque est à la panique certifiée, aux pythies labélisées « science » et aux prédictions hasardeuses érigées au rang de vérités… Santé, démographie, climat, comme le craignait Aider, l’homme s’est soumis à la technologie, comme il le fit, antan, au Créateur Divin. L’avenir tout tracé, lui, peine à se conformer aux modélisations… Nos prodiges de dirigeants se sont engouffrés dans la brèche : fonder leurs décisions sur un avenir scientifiquement validé relève de la providence.

Ignares ? Oui, sans conteste mais avant tout opportunistes.... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Les Français considèrent parfois la mondialisation comme une menace responsable du chômage. Ce sentiment est renforcé par un discours politique lui faisant porter le poids du déclin économique du pays. En réalité, ce n'est pas la mondialisation en soi qui est la source des problèmes de la France, mais les dysfonctionnements propres de ce pays qui l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation.

 

La défiance des Français vis-à-vis de la mondialisation

Les Français jugent l'ouverture internationale comme la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles