Menu sans viande à Lyon : les écologistes ne vous laisseront pas le choix

Menu sans viande : pourquoi garder la viande ou le nucléaire au programme, pourquoi autoriser les OGM ou la 5G si c'est mal pour la planète ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Dose Juice on Unsplash - https://unsplash.com/photos/sTPy-oeA3h0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Menu sans viande à Lyon : les écologistes ne vous laisseront pas le choix

Publié le 26 février 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

En ces temps de pandémie, de quoi parler sinon du Covid, encore du Covid et toujours du Covid ? Je ne vous cache pas qu’une certaine lassitude s’installe. Mais par bonheur, les hasards de l’actualité nous fournissent de temps en temps de bien jolies petites polémiques. En ce moment, nous sommes gâtés, nous en avons deux !

Et dodues à souhait : celle sur l’islamo-gauchisme à l’université et celle sur le « menu unique sans viande » dans les cantines de Lyon. Intéressons-nous à la seconde.

Notez que le Coronavirus n’est pas totalement étranger à l’affaire. Ou du moins est-il avidement convoqué par le nouveau maire écologiste de Lyon Grégory Doucet pour démontrer la parfaite conformité de ses décisions alimentaires avec le protocole sanitaire renforcé du ministère de l’Éducation nationale applicable à partir du 1er février 2021 (effet variants). Comme les enfants doivent être espacés de deux mètres et installés par classe dans la cantine, il faut aller plus vite dans le service, d’où le menu unique.

Menu unique = menu sans viande ?

Jusque-là, pourquoi pas. C’est d’ailleurs ainsi que se sont organisées la plupart des grandes villes, Lille par exemple :

menu sans viande

Vous remarquerez que la ville de Martine Aubry ne néglige aucune occasion de servir des menus végétariens aux enfants, mais elle n’a pourtant pas jugé nécessaire de supprimer la viande pour répondre au nouveau protocole sanitaire : sauté de porc aigre-doux, rôti de porc tex-mex, cuisse de poulet, émincé de dinde, gigot d’agneau, etc. sont au menu unique de Lille.

Mais il semblerait qu’à Lyon (voir menus ci-dessous), il soit impossible de servir de la viande avec la rapidité nécessaire. Il y a de la découpe à faire, de la sauce à ajouter, explique Leslie Brunner, porte-parole de la mairie. D’où le menu unique sans viande. En plus, cela permet de satisfaire les enfants qui ne mangent pas de porc. Et de toute façon, près de la moitié des familles avaient opté précédemment pour le menu sans viande.

menu sans viande

L’argumentation laisse songeur : tout est déjà prêt quand les menus arrivent à l’école depuis la cuisine centrale du fournisseur, il n’y a plus qu’à réchauffer et servir. On voit mal en quoi la viande poserait plus de problèmes que le poisson. Et si près de la moitié des familles favorisent le menu sans viande en temps ordinaire, c’est forcément que plus de la moitié favorisent le menu avec viande… Quant à l’éviction du porc, qui sent en elle-même son petit clientélisme envers les familles musulmanes, en quoi oblige-t-elle à supprimer le veau, le bœuf et l’agneau ?

La réaction des politiciens au menu sans viande

Face à la bronca que cette décision a provoquée dans l’opposition lyonnaise qui dénonce « un passage en force », puis chez les éleveurs qui se sentent éliminés du « monde d’après », puis chez certains ministres comme Julien Denormandie (agriculture) ou Gérald Darmanin (intérieur), Grégory Doucet a eu beau jeu de rappeler que la même décision prise par l’ancien maire LREM de Lyon Gérard Collomb à l’époque du retour à l’école après le premier confinement n’avait pas soulevé la moindre contestation gouvernementale (vidéo ci-dessous, 02′ 04″) :

 

Gérard Collomb et d’autres expliquent maintenant que l’an dernier, la situation était tout autre, qu’il avait fallu réagir dans l’urgence, dans un contexte épidémique bien moins clair qu’aujourd’hui.

Pâle riposte, je trouve. Cette affaire expose une fois de plus au grand jour l’esprit étroitement partisan qui dicte la plupart des réactions des politiciens. Dans l’opposition, ils s’opposent ; au gouvernement, ils font corps. Et au final, on a du mal à prendre au sérieux leurs indignations, même s’il arrive parfois qu’elles soient totalement justifiées comme c’est le cas présentement.

Un bémol d’importance cependant dans l’argumentation gouvernementale : pour Gérald Darmanin, « de nombreux enfants n’ont souvent que la cantine pour manger de la viande. » Autrement dit, il existe en France une pauvreté et une précarité qui font que la cantine est un lieu de redistribution nutritionnelle et sociale indispensable. Certes, mais à qui la faute si ce n’est à nos gouvernements, dont l’actuel, qui s’ingénient depuis plus de 40 ans, sous l’influence de la gauche et des écologistes d’ailleurs, à décourager l’entreprise, le libre-échange, la croissance, le travail, et donc finalement l’emploi, le pouvoir d’achat et l’autonomie de trop nombreuses familles ?

Pas d’indignation en revanche chez Barbara Pompili, la ministre de l’Écologie, qui, en taxant les propos de ses collègues du gouvernement de « débat préhistorique » et de « clichés éculés » à propos de l’alimentation végétarienne, trouve enfin l’occasion de montrer à la planète écolo dont elle est issue qu’elle n’est pas qu’une simple petite marionnette tout juste bonne à servir de caution verte à Emmanuel Macron, mais qu’elle sait apprécier un bon menu végétarien quand elle en voit un :

Le « choix végétarien quotidien » que la ministre se flatte d’instaurer dans les cantines via la loi Climat et Résilience sera-t-il un vrai choix incluant une alternative qui n’exclura pas la viande, laquelle joue un rôle non seulement nutritionnel mais également culturel dans nos vies d’omnivores ? Là réside à mon sens le fond du problème. Et la question se pose d’autant plus quand on voit comment le maire écologiste de Lyon arrange ses petites affaires.

Il se défend évidemment de tout agenda végétarien caché. S’il s’est résolu à ce schéma alimentaire qui autorise œuf et poisson, c’est uniquement pour se conformer aux « contraintes techniques » imposées par le nouveau protocole scolaire. Mais il a beau dire, ce ne serait pas la première fois que des contraintes techniques lourdement exagérées serviraient de prétexte « acceptable » pour faire avancer une tout autre politique, en l’occurrence celle de la fin de la viande dans notre régime alimentaire.

Tout comme le maire de Bordeaux Pierre Hurmic souhaitait en finir avec « l’arbre mort » de Noël, nombreux sont les élus écologistes lyonnais qui, en bons anti-spécistes, comptent en finir avec « l’animal mort » dans nos assiettes. Le protocole sanitaire permet de créer un précédent dont la mairie pourra toujours se prévaloir ultérieurement : vous vous plaignez que la viande soit supprimée à la cantine, mais on l’a fait pendant la pandémie pour s’aligner sur le protocole sanitaire de M. Blanquer et tout s’est très bien passé. Voilà ce que M. Doucet pourra dire.

(Ou du moins, voilà ce qu’il pourra dire si son plan n’est pas entravé par le Préfet du Rhône saisi par le ministre de l’Agriculture ou par le référé-suspension annoncé par des parents d’élèves auprès du tribunal administratif de Lyon.)

Procès d’intention ? Eh bien peut-être, on verra. On sait néanmoins que côté clichés écolos, il ne nous a guère épargné depuis son élection. Pour commencer, « l’écologie est le sens de l’Histoire ». Vous n’auriez pas le cœur de vous opposer au sens de l’Histoire en réclamant de pouvoir choisir votre menu ! Ensuite, le Tour de France est « macho et polluant ». Et puis il y a trop de terrains de foot dans les cours d’école. Beaucoup trop masculin, le foot, et beaucoup trop compétitif. Bref, il est grand temps de passer au budget « genré » ! Etc.

Un menu sans viande pour répondre au protocole sanitaire

Et voici donc maintenant qu’il est question de s’abriter hypocritement derrière le protocole sanitaire des écoles pour imposer un menu unique sans viande parfaitement idéologique que ledit protocole n’exige nullement. Comment imaginer dès lors que le maire de Lyon pourrait faire preuve de moins d’autoritarisme en d’autres circonstances ?

Les écologistes tels que M. Doucet et ses coreligionnaires ne comprennent rien à la notion de choix ni à celle de concertation. Ils sont tellement convaincus du bien-fondé supérieur de leurs idées qu’ils ne voient absolument pas pourquoi il faudrait tolérer la moindre position alternative. Pour eux, le progrès consiste avant tout en l’élimination de tout ce qui fait obstacle à leur idéologie, au mépris des libertés individuelles, au mépris de la consultation des autres élus et au mépris des choix de vie des personnes.

Pourquoi garder la viande au programme, pourquoi garder le nucléaire, pourquoi autoriser les OGM, pourquoi aller vers la 5G, pourquoi compter sur l’économie de marché et les échanges, etc. puisque de toute façon, la viande, le nucléaire, les OGM, la 5G, c’est mal pour la planète, et les lentilles, c’est bon pour la planète ? Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Il est maire et vert , le problème est quand ce que vous préparez CHEZ vous devra être approuvé par un nutritionniste et en plus un comité d’ethique… et bien sûr en arrière plan il ya la liberté éducative en général..

  • Et pendant ce temps là les Chinois brûlent 14,5 milliards de tonnes de charbon tous les ans. (Charbon de mauvaise qualité très polluant) en plus une récente étude ont montré qu’ils ont menti (comme d’habitude) sur leur consommation dans les années antérieures. J’ai du mal à comprendre que des gens qui représentent très peu de personnes puissent influencer à ce point la politique française. Tout ce qu’on peut faire, en détruisant l’économie de la France c’est-à-dire en appauvrissant les Français et en créant du chômage représentera une tête d’épingle dans l’océan du CO2 mondial. Et n’imaginez surtout pas qu’on puisse servir d’exemple, les autres pays se marrent quand on leur parle de la France. Les écologistes mentent comme mentaient les socialo-communiste des années 70. C’est terrible de voir la classe politique française se déculotter à ce point là.

    • et je me fous que le chinois brûlent du charbon.. ils respirent les particules et ce sont eux qui descendent dans les pires mines.. quant au CO2..

      • @jacques lemiere : parce que, bien évidemment, la monstrueuse pollution créée en Chine, notamment par l’utilisation du charbon, reste sagement à l’intérieur des frontières de ce pays… Les courants aériens qui font le tour de la Terre (cf. par exemple le trajet des centres générées par les éruptions volcaniques), ça n’existe peut-être pas ? Allez expliquer tout cela aux Coréens qui subissent chroniquement la pollution chinoise depuis des décennies !

        Au passage, si on veut lutter contre la pollution atmosphérique – ce qui n’est pas une lubie d’escrologiste mais une nécessité – il faut, entre autres, développer l’énergie nucléaire et étudier avec les plus gros pollueurs, comme l’Inde, comment améliorer la situation chez eux : car les principaux  » gisements de dépollution  » sont dans les pays en voie de développement et non en Europe ou en Asie développée.

        • attendez….je dis je me fous de la pollution en chine car elle ne l’impacte pas..
          ensuite si « lutter contre la pollution » est une lubie écolo.. parce que dit comme ça c’ets « à tout prix », par contre estimer l’impact de la pollution sur la santé la mettre en balance avec les avantages puis de voir si on a interet à diminuer la pollution et de quelle façon..oui..
          reste que en franc les effets de la pollution d’origine humaine ont un impact qui ets inferieur à des tas d’autres facteurs…il ya plus de différence de longévité entre un cadre et un ouvrier qu’entre population exposée à la pollution urbaine à la française et population rurale , du moins je crois me souvenir de ça;.

    • @françois « des gens qui représentent très peu de personnes puissent influencer à ce point la politique française » c’est tout le problème de l’humain : face à un petit groupe d’individus violents et déterminés , la masse se soumet , un ou deux se rebellent et sont lâchés et trahis par la grande masse veule qui les livre aux alphas en gage de tranquillité (le pensent ils … les imbéciles). N’avez vous pas observé ce phénomène ? c’est quand même la grande récurrence…

    • Oui, enfin si on continue comme ça, et vu leur programme énergétique en cours, ils ont un réel objectif de diminuer leurs émissions, eux 😉

  • « Toto, mange ta soupe » – le retour

  • Je ne crains pas de comparer les Verts aux nazis, aux Islamistes et aux Khmers rouges. Voici un petit florilège des propositions de leurs intellectuels :
    • le renoncement à la liberté individuelle est inéluctable
    • L’écologisme implique de renoncer à la démocratie
    • il faut réduire toute l’humanité en la divisant par 10
    • réduction des soins aux personnes âgées de plus de 70 ans (les Verts aux Pays Bas)
    • La « solution finale » (« die endgültige Lösung ») pour Hans Jonas

    Et malgré cela, les politiciens français se mettent à plat ventre devant eux ! Lamentable !

    • on peut comparer toutes les idéologies ou dogme, mais pour juger il faut juger avant tout de la sincérité…

      les sympathisants verts sont bien souvent de braves gens.. et les responsables verts de simples imbéciles qui ne se rendent pas compte qu’ils admettent des absurdités…reste une poignée qui « sait. ».des tyrans en herbe..manipulateurs..

      • Une personne au comportement ‘vert’ est sûrement une brave personne, un ‘sympathisant vert’ est un con…

        • alors la majeure partie des intervenants de contrepoints, tout ceux qui se disent plus écologistes que les écologistes sont des cons…

          on va le répéter le succès de l’ecologisme tient à son ambiguïté …

          il suffit d’admettre un prémisse faux et le reste suit..

          •  » ceux qui se disent plus écologistes que les écologistes sont des cons…  »

            D’accord

             » la majeure partie des intervenants de contrepoints  »

            Ah bon ?

            • oui…

              surtout chez les auteurs ici..
              ou grosso modo l’ecologie c’est pas les écologistes mais ceux qui pensent comme moi..

              on arrive toujours pas à ce que les gens disent l’ecologie je m’en fous..ils disent moi je fais de l’écologie..moi je m’en fous..et ça n’ a RIEN à voir avec le fait que je me lève le matin pour détruire qui la nature ou dégrader l’environnement.

              • je peux le dire car très souvent je déplore dans les articles qui dénoncent les lubies écologistes l’incontournable allusion au fait l’ecologie serait une « nécessité ».. et on maintient ainsi la connotation positive du mot « écolo ».. et ainsi on preserve l’image des écologistes..

  • Heureusement il y a toujours l’alternative de ne pas manger à la cantine… Mais jusqu’à quand ?

    • Vous ne faites pas becter un gamin quand il ne veut pas; surtout pas quand il a dans l’assiette des trucs dont il n’a jamais vu la couleur à la maison…
      Les sacs et les poches vont être bourrés (plus encore qu’aujourd’hui) de chips et de barres ‘nutritives’ à l’avenir, il y a de la place avec les tablettes gratuites qui remplacent livres et cahiers.

      • Vu le menu, déjà vous sortez de table avec la faim mais en plus il manque l’essentiel, la mastication, manger de la bouillie ce n’est bon que pour les bébés.

  • On peut se désoler, se dire que la partie fort mal engagée et sombrer dans la morosité. On peut aussi se réjouir car nos écolos s’attaquent ici à un totem bien français : leur assiette. Ce qui est formidable avec le mal , c’est qu’il est bête : il finit invariablement par pousser le bouchon trop loin et devenir insupportable , même à ses plus fervents soutiens .

  • Des gens qui représentent très peu de personnes,mais qui ont été élus,les lyonnais doivent assumer .
    A Grenoble la pastèque a été réélue malgré tout,notre système démocratique est efficace si l’on s’en sert…les minorités actives l’ont bien compris,quant à la majorité silencieuse soit elle acquiesce ,soit elle s’en fout ou bien elle vote la prochaine fois.

    • @PCC « les lyonnais doivent assumer » ah bon ? je suis toujours surprise de cette injonction à assumer quelque chose dont on n’est à titre individuel absolument pas responsable. Je pense au contraire que chacun n’a aucunement à assumer des résultats de votes qui sont totalement biaisés, avec des élus qui le sont par des minorités non représentatives et ce à tous les niveaux , Larem étant l’imposture la plus criante. Notre démocratie est malade de cela : un élus qui l’est à moins d un certain pourcentage d inscrits ne devrait pouvoir que gérer les affaires courantes et consulter tout le monde par référendum pour le reste.

      • Plus de 60% d’abstention!les absents ont toujours tort,oui qu’ils assument ce choix ou ce non choix.

        • Laisser bruler jusqu’au bout sans intervenir est un choix que j’assume, partant du constat (personnel) qu’il n’y a plus rien à sauver…

        • @pcc dans un système pervers , mon choix est de ne pas participer. rendant ainsi l’imposture visible . Ex ; duel Macron/Le Pen , il n’y avait pas -pour moi- de bon candidat: je reste chez moi. Et je l’assume. On nous propose pas de bras ou pas de jambes . Et vous, vous nous dîtes : nous n’avons plus de jambes c’est la faute des abstentionnistes , quel gag ! Au fait , vous ne vous en rendez pas compte , mais c’est vous , en allant voter pour des ânes qui rendez ceci possible .

          • Qui vous dit que je vote?ou pas, je dis qu’il faut assumer ,ils ne sont pas arriver là par hasard ,c’est tout ce que je dis.

        • Je ne fréquente plus les bordels depuis vingt ans. Question d’honneur et de dignité. Tête haute et mains propres dirait l’autre.

          Allez donc en Belgique voir si l’abstention est responsable du désastre sanitaire de ce pays.

      • Quand on a plus de 60% d’abstention, ça signifie :
        1. que les gens n’en ont rien à faire, donc qu’ils ne se plaignent pas
        2. qu’aucun candidat ne leur convient, donc qu’ils ne se plaignent pas, car le blanc est là pour exprimer cet « avis » (même si pas pris en compte, mais le fait qu’il soit visible n’est pas rien)
        3. que les gens sont partis en vacances, donc qu’ils ne se plaignent pas.
        Bref, mis à part ceux qui ont voté contre cette minorité, les autres n’ont en fait pas le droit de se plaindre… 😉

        • C’est quand même incroyable cette soumission à l’ordre démocratique représentatif. Je suis un homme libre selon la DDH et je me plains avec Droit de tout ce qui touche à mes libertés et de toutes les contraintes qui me sont opposées et qui m’emmerdent.

  • Il est impossible de trouver plus taré qu’un écologiste, ces gens sont totalement imperméables à la raison et l’intelligence, ne parlons pas de démocratie et liberté. Ils luttent pour la planète qui ne leur a rien demandé, et à laquelle ils font plus de mal que de bien à cause de leur abyssale ignorance.

  • Oeufs mayo en plat principal ??? Les pauvres gamins…
    Si c’est vraiment pour respecter le protocole sanitaire, je lui conseillerai quand même la viande, car actuellement, les personnes ont besoin de booster leur système immunitaire, et au vue des différences carences liées aux plat végétaux, la viande est quand même plus « rentable » 🙂

    • Les gamins risquent effectivement de rester sur leur faim à un âge où les besoins sont importants. mais ja pense que le calcul est avant tout financier. Les aliments bio étant plus chers, il a fallu réduire le coût des repas en supprimant la viande. Le poisson doit être du congelé moins cher et surtout non local. Ce qui est un comble pour une municipalité qui veut favoriser un approvisionnement local.

  • comportement typique d’une idéologie totalitaire, comme l’autre idéologie « verte » qui ne sera jamais végétarienne, puisque son prophète lui enjoint de sacrifier et de consommer un mouton au mouins une fois par an.

  • Doucet… Ou le vrai visage des écologistes au pouvoir… Bobos hors sols, obsessionnels, totalitaires, et un peu islamo-gauchistes sur les bords…
    Espérons au moins que toutes leurs âneries et les polémiques qui en découlent décilleront les yeux des électeurs…

  • Quand les français comprendront-ils enfin que les écolos sont des catastrophes et surtout auront le courage de ne pas leur « obéir » alors que la majorité d’entre nous les prennent pour des illuminés bien souvent hors la loi!

  • « Quant à l’éviction du porc, qui sent en elle-même son petit clientélisme envers les familles musulmanes, en quoi oblige-t-elle à supprimer le veau, le bœuf et l’agneau ? »… j’ai peut-être un début d’explication… les oeufs et le poisson sont ‘automatiquement’ hallal, contrairement au poulet ou au boeuf…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles