Donald Trump évite une nouvelle condamnation en destitution

OPINION : il aurait été légitime que Donald Trump soit condamné. Par contre, considérant qui l’accuse – le Parti démocrate -, on ne peut que rire de l’hypocrisie crasse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Matt Johnon on Flicker (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump évite une nouvelle condamnation en destitution

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 février 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Pour la seconde fois en autant de tentatives, les démocrates ont échoué à faire condamner Donald Trump dans le cadre d’une destitution. Le second procès visait à l’empêcher de se représenter dans une future élection en le condamnant pour « incitation à l’insurrection. »

Considérant ses nombreuses inepties sur Twitter, on n’a montré aucun de ses messages disant cela noir sur blanc. Par contre, son support tacite des émeutiers ne laisse aucune place au doute. Et si la chronologie des évènements de l’émeute est authentique, alors ses messages auraient pu véritablement mettre en danger son vice-président Mike Pence.

On pourrait également citer ses interventions directes pour tenter de renverser le résultat de l’élection – tentatives qui ont toutes échoué, même devant une Cour suprême qui lui est plutôt amicale.

Partisannerie aveugle républicaine

Malgré tout, seuls sept républicains se sont rangés du côté des démocrates pour condamner Donald Trump. Toutefois, plusieurs partagent une caractéristique étrange : soit ils viennent d’être réélus pour un mandat de six ans, soit ils prennent leur retraite à la prochaine élection.

En d’autres termes, presque aucun ne fera face à l’ire des partisans de Donald Trump, revigorés par l’acquittement de leur generalissimo. Mais pour le reste de leur mandat respectif, les sept traîtres auront la vie dure.

Bill Cassidy de la Louisiane a été unanimement condamné par son parti ; ce dernier compte les jours où une rétribution contre lui sera possible. Plusieurs publications conservatrices populaires parlent également de traitrise. Une question Yahoo – depuis retirée – demandait carrément si ces sénateurs ne devraient pas passer devant le peloton d’exécution.

Ainsi, le Parti républicain est devenu le parti de Donald Trump, et quiconque s’écarte du  droit chemin sera ostracisé, ou pire. Même au faîte de sa popularité, Barack Obama ne provoquait pas une telle vindicte chez ses sceptiques démocrates.

Partisannerie aveugle démocrate

Pour en revenir au procès de Trump, il aurait été légitime qu’il soit condamné. Par contre, considérant qui l’accuse – le Parti démocrate -, on ne peut que rire de l’hypocrisie crasse.

En effet, le parti de Joe Biden s’est plaint, sans preuve aucune, que Donald Trump avait comploté avec des Russes pour influencer l’élection contre Hillary Clinton. Grâce à leurs laquais des médias, ils ont pu pousser cette fausse nouvelle même lorsque les rapports d’enquête n’ont rien montré hors de tout doute raisonnable.

Et que dire de leur refus de condamner – voire explicitement supporter – des actions qu’ils reprochent aux partisans de Trump et aux Républicains. Du cirque hyper-partisan pour empêcher la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême (assortie d’une occupation du Capitol) en passant par un langage (selon leur propre logique) « violent » qui pourrait « inciter » des actes répréhensibles et un parallèle entre les politiciens acquittant Trump et des traitres, les démocrates agissent comme s’ils avaient le monopole du cœur.

Cette prétention atteint son paroxysme quand ils rejettent du revers de la main toute comparaison avec l’émeute du 6 janvier avec les émeutes anti-raciste/brutalité policière tout au long de l’année qui ont causé des milliards – pas millions, milliards – en dommage. Selon eux, ce n’est qu’un tu quoque, une erreur de déduction diminuant la responsabilité personnelle pour montrer que l’autre partie fait la même chose.

Mais alors que, certes très mollement, Donald Trump a ultimement condamné les émeutiers de 2021, aucun démocrate n’avait condamné les attaques contre des pro-Trump après l’élection, et Biden n’a émis qu’un faible et générique « condamner toute forme de violence. » La vice-présidente Kamala Harris a même encouragé les gens à donner de l’argent pour libérer les émeutiers arrêtés suite à l’arrestation de George Floyd.

Bref, tout comme la première, la seconde destitution de Donald Trump n’était qu’un exercice de partisannerie aveugle. Du côté républicain, il semble effectivement que Donald Trump « pourrait tirer des gens sur la 5e Avenue et ne perdrait aucun vote. » La loyauté de la majorité est envers lui et non le pays ou la constitution.

Du côté démocrate, on n’avait toujours pas digéré la défaite de 2016 qu’on a tenté par tous les moyens, plus détournés les uns que les autres, de chasser Trump du pouvoir. On montait en épingle le moindre de ses tweets tout en agissant de la même façon la seconde d’après.

Imaginez simplement si ces mots avaient été écrits pour s’adresser à des démocrates…

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • ben voila…il faut être deux pour s’amuser à la guerre civile.

    le problème des démocrates est « originel » avoir accusé trump d »être illégitime depuis le début de sa mandature.. s’etre « amusé » à la guesser civile dès le premier jour..

    en disant au passage que les institutions , vote par collège, étaient injustes..

    trump expose le double standard …

    en fait les démocrates, c’est mélenchon hurlant la république c’est moi..

    l

  • maintenant que les démocrates ont récupéré le pouvoir , ils vont s’y accrocher comme une tique à un chien , et ce par tout les moyens , même les moins louables ;

    • jugement moral….
      l’important ce n’est pas que ce soit louable mais légal et constitutionnel.

      ce qui garantit les libertés c’est une constitution libérale..

      vous mettez le doigt dans la mécanique du double standard.. vous voyez les démocrates comme « illégitimes » car immoraux..

      je n’ai pas défendu trump car c’atit un brave type..mais parce qu’il a bel et bien été élu…et ceci sans avoir l’ambition de mettre bas la constitution libérale..

      le problème des démocrates est leur programme illiberal sous pretext de « dangers » exceptional environnementaux ou autres. ils visent les principes libéraux de la constitution, ça c’est inquiétant.

      • « ce qui garantit les libertés c’est une constitution libérale.. »
        La constitution française est plutôt libérale. Il faut plus que ça pour garantir les libertés. Il faut des citoyens armés dans leur majorité.

        • En effet la constitution française est PLUTOT libérale..

          le problème est que rien ne garantit que le peuple sera majoritairement en faveur d’une constitution libérale, condition d’ailleurs évidente de son maintien!!!

          et le vrai problème pour les libéraux est là…

  • « Kamala Harris a même encouragé les gens à donner de l’argent pour libérer les émeutiers » : il s’agit en fait d’une revendication démocrate de suppression de la libération sous caution, dont les statistiques montrent que les afro-américains ont beaucoup plus difficilement accès aux prêts de caution que les WASP. Il ne s’agit donc pas de « libérer » des personnes ( ce qui dépend du juge ), mais de leur permettre d’exercer leur droit de libération sous caution, via un organisme de prêt fonctionnant au moyen de dons

  • « il aurait été légitime que Donald Trump soit condamné » : euh, pouvez-vous étayer ?

    • oui en effet, interprétation..

      • Il aurait été d’abord vraiment légitime de contrôler le résultat des élections, car c’est ce qui a mis le feu aux poudres. Des élections normales, sans bourrages d’urnes et tout ce serait bien passé. Même élus les démocrates conserveront la marque de l’infamie.
        Ce sont des procédés de revanchards, ils ne peuvent supporter que d’autres qu’eux puissent gouverner, j’ai même entendu sur France Inter (qui a pratiqué un Trumpbashing constant, acharné, des plus haineux et dégeulasse) entendu donc : que les démocrates devaient reprendre le pouvoir, que tout était rentré dans l’ordre en quelque sorte, avec le sous-entendu que le pouvoir leur était dû légitiment, comme de droit divin.
        Ah ces infos aux ordres !!!! Et quelle céremonie pour recevoir Obama ! (en remerciement de leur aide de démolition ?) Radio vraiment objective :-)) !

        • Les media français sont de gauche et France Inter est pire encore car d’extrême gauche!

        • impasse… là encore rejet des institutions …

          si tu estimes que le résultat des élections est « trucable » , la solution est la révolution … et mieux vaut le dire avant et pointer les problèmes avant…

          si tu acceptes que ça fonctionne si trump est élu mais que tu gueule quand c’est biden il ya un problème..

          pas la peine de voter donc…

    • Il ne s’attendait pas à ce que les manifestants envahissent le Capitol. De plus c’est un bâtiment public et non un lieu sacré, où siègent leurs représentants. Or le pouvoir appartient au peuple aux USA, préambule de la Constitution: Nous le Peuple des Etats Unis d’Amérique… On sait que les démocrates, qui haïssent la démocratie, s’en contrefichent de la Constitution et du peuple de déplorables! Ils sont comme nos politiciens formant une caste oligarchique qui se croit au dessus du peuple qui doit travailler pour les entretenir. Biden n’a jamais travaillé de sa vie, entré en politique sitôt son diplôme d’avocat en poche. Toute sa vie il a vécu aux crochets des autres, en magouillant pour se faire de l’argent.

    • Oui, effectivement ça m’a fait tiquer aussi. Légitime? Basé sur quelle preuve? Les twits falsifiés que les démocrates ont présentés comme preuve? Encore une fois, si il y avait des preuves accablantes que Trump a appelé à l’insurrection, pourquoi en fabriquer?

    • dans une république normale, tenir ce genre de discours serait pas la norme et par conséquent aurait des conséquence politiques.
      Sauf que depuis que les démocrates et principaux médias américains ont encouragés la violence (bien pire) de cet été… il ne serait pas juste de seulement punir un camps.

  • Tout est bon bon sauf le « Pour en revenir au procès de Trump, il aurait été légitime qu’il soit condamné » : vous venez d’écrire qu’il n’y a aucune preuve tangible et explicite qu’il aie incité à l’émeute… Même si on aime pas le personnage, attention de ne pas faire du deux poids de mesure… Car dans ce cas, Kamala Harris devrait aussi être condamnée sur son soutien aux émeutiers BLM hein… 😉

  • oui et cela fragile tous les autres articles sur le sujet. Dommage.

  • Laquais, pas laquets… Je sais, ça ne change rien à l’article…

  • tacite… Antonyme : explicite, clair.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Dans un État de droit, la justice est lente. Cela exaspère les impatients et les amateurs de lynchage mais permet d’aboutir à des résultats plus robustes, car mieux étayés en faits.

En avril 2019, John Durham fut chargé de mettre en lumière les origines de l'enquête du FBI sur l'ingérence russe dans les élections américaines de 2016. En octobre 2020, Durham était nommé conseiller spécial du ministère de la Justice sur ces questions, poste qu'il occupe actuellement.

Durant les derniers mois précédant l’élection présidentielle de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles